Commerce de détail

Infos
Le commerce de détail achète des produits en grande quantité auprès d'un fournisseur, d'un producteur ou d'un importateur, soit directement ou par l'intermédiaire d'un grossiste. Il revend la marchandise à l'unité ou par petite quantité à un client dans un magasin, une boutique ou par correspondance à l'aide d'un catalogue ou d'un site internet. C'est le maillon final de la chaîne de distribution. Il se distingue ainsi du commerce en gros.
Commerce de détail

Le commerce de détail achète des produits en grande quantité auprès d'un fournisseur, d'un producteur ou d'un importateur, soit directement ou par l'intermédiaire d'un grossiste. Il revend la marchandise à l'unité ou par petite quantité à un client dans un magasin, une boutique ou par correspondance à l'aide d'un catalogue ou d'un site internet. C'est le maillon final de la chaîne de distribution. Il se distingue ainsi du commerce en gros.

Politiques d'encadrement des prix de vente du commerce de détail en France

Déjà après le seconde guerre mondiale, ordonnance de 1945 fixe une longue liste de produits (huile, carburant, pain etc.) dont les prix étaient administrés. Le gouvernement se substituait alors aux commerçants pour la fixation des prix des produits les plus courants. Les manifestations des boulangers dans les années 70 pour la hausse du prix de la baguette sont des évènements aujourd'hui oubliés. C'est René Monory, alors ministre du commerce et de l'industrie sous le Gouvernement Raymond Barre (2), qui fin 1978 "libéralisa" ces prixVoir la dans un contexte inflationniste mettant fin à une France administrée mais toujours régulée par le ministère des Finances. Cette libéralisation sera rendu effective par l'ordonnance "Balladur" du 1 décembre 1986 mais restera partielleLa liberté des prix, vingt ans après, La Tribune, 01/12/2006, le prix de l'eau, du gaz et des livres (loi Lang), par exemple, restant encadrés. Plus tard, la loi dite Galland (1997-2005), aménagée et partiellement remplacée depuis janvier 2006 par la loi Jacob-Dutreil ne fixa plus un seuil maximal mais un seuil plancher des prix. Cette loi imposait aux fournisseurs de publier officiellement un tarif unique pour leurs produits pour tous les distributeurs. Ce tarif moins les différentes remises, ristournes ou autres éléments non conditionnels portés sur la facture de vente pouvaient être intégrés dans les prix de vente et constituaient la marge avant. La loi considérait ce prix comme le seuil de vente à perte. Les autres éléments constitués de budgets reversés par les fournisseurs aux distributeurs généralement en fin d’année pour ses efforts de promotion, mise en valeur ou objectifs d'achat quantitatif atteint par exemple étaient considérés comme de la marge arrière et ne pouvaient par définition rentrer dans le calcul du prix de vente sous peine de tomber sous le coup de la vente à perte, réprimée en France. Cette loi, fixait un prix minimum légal aux articles et a conduit à uniformiser, en France, les prix de vente des biens de grande consommation ne laissant aux distributeurs que les importations (tarif négocié à l'étranger avec un fournisseur exclusif) et les marques distributeurs pour se différencier par le prix. La loi Jacob-Dutreil continue d'encadrer les prix en France depuis 2006 et en 2007 rentre dans sa deuxième phase La France est le seul pays d'Europe à n'avoir connu que dix ans de liberté des prix depuis la Deuxième Guerre mondiale, entre l'ordonnance Balladur de 1986 et la loi Galland en 1997Béarice d'erceville, Juliette Garnier, Michel-Édouard Leclerc, La TVA sociale reste une bonne idée, La Tribune, 26/06/2007, p.37(Michel-Édouard Leclerc)

Types de détaillants

Commerces de proximité

Le commerce de proximité (issu de l'artisanat) pratique le commerce de spécialités et services liés à ces mêmes spécialités. Ce type de commerce est également appelé "professionnel" dans les domaines tels: boulangerie, boucherie, plomberie, électricité générale etc. Ce type de commerce en règle générale ne vend que les produits maîtrisés par la compétence professionnelle qu'il représente.

Boutiques

Les boutiques sont placées le long des rues des villes ou dans des centres commerciaux avec toute la diversité des protections contre les intempéries et de contrôle d'accès. Le lèche vitrine désigne la flânerie des clients venant plutôt pour voir que pour acheter .

Chaînes spécialisées

JouéClub - Lee Cooper - Caterpillar - Ray-Ban -

Grands magasins

Le Printemps - Galeries Lafayette - Nouvelles Galeries - BHV - La Samaritaine - Le Bon Marché -

Super et hypermarchés

- Liste d'enseignes de la grande distribution

Magasins populaires

Les magasins populaires sont généralement des points de vente de taille moyenne (surface de vente comprise entre 600 et 2000 m2). Ce sont des magasins généralistes, commercialisant entre 7000 et 1000 références en textile et bazar et 1500 à 4000 références en alimentaire. Ils sont caractérisés par un assortiment ample, large et superficiel. Ils ont une politique de marge basse et sont généralement situés en centre-ville. Exemples : Monoprix - Prisunic

Magasin discount et prix d'aubaine

Il s'agit d'un libre-service alimentaire avec un personnel réduit, une présentation sommaire, un assortiment limité (1000 à 1500) aux produits de base, des prix bas, peu ou pas de marques nationales, mais des produits sous marques de distributeurs ou sans marque. Certaines enseignes mettent en place en milieu de semaine, période la moins achalandée, une offre promotionnelle d'une dizaine de produits non alimentaires à des prix particulièrement attractifs pour renforcer la notoriété. Aldi - Lidl - ED - Le Mutant - Leader Price - Norma - Netto

Magasins d'usine

La dénomination de magasin d'usine ne peut être utilisée que par des producteurs qui vendent directement au public la partie de leur production non écoulée dans leur circuit de distribution ou faisant l'objet de retour. Ces ventes directes concernent exclusivement les productions de la saison antérieure de commercialisation, justifiant ainsi une vente à prix minoré.

Concept store

Un concept store est un nouvelle organisation de la vente, apparue au milieu des années 1990, basée autour d'une thématique plutôt que d'une gamme de produits. Il met davantage en scène les produits à travers un style de vie ou une image de marque.

Vente par correspondance et e-commerce

3 Suisses - La CAMIF - la Redoute - Vert Baudet - Yves Rocher - FNAC.com - Starbagg

Divers

Traiteurs

Fauchon - Hédiard

Développement du commerce franchisé

==
Sujets connexes
Bazar de l'Hôtel de Ville   CAMIF   Caterpillar   Commerce   Commerce de gros   Concept store   Contrôle d'accès   Distributeur   Distribution (commerce)   ED   Fauchon   Fournisseur   Gouvernement Raymond Barre (2)   Groupe Galeries Lafayette   Intempérie   JouéClub   La Redoute (vente par correspondance)   La Tribune   La Tribune (France)   Le Bon Marché   Le Mutant   Leader Price   Lee Cooper   Lidl   Liste d'enseignes de la grande distribution   Loi Lang   Magasin d'usine   Magasins du Printemps   Marge arrière   Michel-Édouard Leclerc   Monoprix   Netto   Norma   Production   Ray-Ban   René Monory   Secteur de la grande distribution   Starbagg   Yves Rocher  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^