Glaciation de Würm

Infos
La glaciation de Würm est le nom donné aux manifestations de la dernière glaciation globale du Pléistocène dans les Alpes.
Glaciation de Würm

La glaciation de Würm est le nom donné aux manifestations de la dernière glaciation globale du Pléistocène dans les Alpes.

Historique

Elle a été définie par A. Penck et E. Brückner (1901-1909), qui lui ont donné le nom d'un tributaire du Danube La Würm est un affluent de la Ammer connue aussi sous le nom de Amper qui elle est un affluent de la Isar qui est un affluent du Danube. (c.f. Würm), comme les glaciations alpines précédentes (Riss, Mindel, Günz, Donau). Sa définition repose sur les observations des conséquences géologiques de la baisse importante des températures moyennes sur une longue période (nappe fluvio-glaciaire, moraines) dans le massif alpin.

Chronologie

La glaciation würmienne correspond approximativement aux stades 2, 3, 4 et 5a-d de la chronologie isotopique mise au point depuis les années 1950. Sa limite inférieure est généralement fixée à 115 000 BP (début du stade 5d)120 000 BP dans Max Derruau, Les formes du relief terrestre. Notions de géomorphologie, Paris, Armand Colin, 8 édition, 2001, ISBN 2200210140, p.74 mais certains auteurs considèrent qu'elle débute avec le stade 4 (75 000 BP). Sa limite supérieure correspond à la fin du stade 2 et au début de l'Holocène, il y a environ 10 000 ans. Le maximum glaciaire a été atteint il y a environ 20 000 ansFrançois Michel, Roches et paysages, reflets de l’histoire de la Terre, Paris, Belin, Orléans, brgm éditions, 2005, ISBN 2701140811, p.14. Le Würm est plus ou moins synchrone d'autres glaciations de l'hémisphère nord, dont le Wisconsinien en Amérique du Nord, le Weichselien en Europe du Nord, le Vistulien en Allemagne du Nord et le Devensien dans les Îles Britanniques. L'appellation Würm n'a qu'une signification chronologique locale, limitée à la région située autour des Alpes.

Conséquences

La glaciation de Würm est une manifestation d'un refroidissement qui a concerné plus ou moins directement toute la planète. Ce refroidissement a notamment eu pour conséquence une baisse du niveau des mers d'une centaine de mètres120 mètres environ dans François Michel, Roches et paysages, reflets de l’histoire de la Terre, Paris, Belin, Orléans, brgm éditions, 2005, ISBN 2701140811, p.154 (régression marine) et l'établissement d'un climat périglaciaire en Europe, aboutissant à de profondes modifications de la faune et de la flore. Des terres émergèrent entre 50 000 ans et 40 000 ans puis entre 25 000 ans et 12 000 ans.
- Ainsi apparurent des terres, telles que celle de la Béringie se situant entre la Sibérie et l'Alaska, permettant à une mégafaune (mammouths, équidés, camélidés, cervidés) et populations humaines de chasseurs-cueilleurs de passer d'un continent à l'autre.
- Des ponts terrestres apparurent également entre l'Australie, la Tasmanie et la Nouvelle-Guinée formant ainsi un grand continent du nom de Sahul.
- Ponts terrestres également entre l'archipel des Philippines et l'Indonésie.
- Enfin continuité terrestre entre le Japon et la Corée. Pour certains auteurs, au niveau des basses latitudes les glaciations sont corrélées à des stades pluviaux c'est-à-dire des périodes plus humides : ainsi, le désert du Sahara a connu des épisodes relativement arrosés au cours de la préhistoire.

Les traces des inlandsis du Quaternaire

La glaciation de l'ère quaternaire a laissé de nombreuses traces visibles dans des régions qui, aujourd'hui, ne sont plus recouvertes par les glaces. L'accumulation de lœss et de limons d'origine glaciaire se rencontre sur de vaste surface en Amérique du Nord, sur les plateaux et les plaines d'Europe moyenne et en Chine septentrionale. Dans l'hémisphère sud, elle concerne surtout l'Argentine (Pampa). Transportés par le vent, les lœss finissent par former une couverture plus ou moins épaisse (jusqu'à 200 mètres en Chine Jean Riser, Érosion et paysages naturels, page 43) et rend fertile les régions concernées. La plaine de la Geest (Allemagne) et la plaine polonaise sont concernées par les dépôts morainiques du Quaternaire ; cela donne des paysages de landes (Lande de Lunebourg) ou de collines (Mazurie polonaise) encadrant des fleuves qui coulent vers le nord. La région des Börde (en Allemagne) ou celle Shanxi (vallée du Huang He en Chine) sont tapissées de lœss et sont par conséquent fertiles. Le retrait de l'inlandsis donne naissance à des paysages de marais (marais de Polésie en Ukraine) ou de lacs (Lac Ladoga, Lac Onega en Russie ; Grands Lacs en Amérique du Nord). Au Quaternaire, l'inlandsis, qui couvrait de nombreuses montagnes, y compris dans la zone intertropicale, laissa derrière lui des modelés d'accumulation et d'érosion tout à fait caractéristiques. Les ôs, drumlin et chenaux proglaciaires marquent de nombreux paysages dans les régions périglaciaires.

Voir aussi

Notes

Bibliographie

-Roger Brunet (dir.), Les mots de la géographie, Paris, Reclus-La Documentation française, 1993, ISBN 2110030364, article « glaciation », page 241. ===
Sujets connexes
Alaska   Alpes   Amérique du Nord   Australie   Avant le présent   Béringie   Chronologie isotopique   Corée   Danube   Drumlin   Glaciation   Glaciation de Donau   Glaciation de Günz   Glaciation de Mindel   Glaciation de Riss   Glaciation du Wisconsin   Grands Lacs (Amérique du Nord)   Histoire du climat   Holocène   Huang He   Indonésie   Inlandsis   Isar   Japon   Lac Ladoga   Lac Onega   Lunebourg   Mazurie   Moraine   Nouvelle-Guinée   Pampa   Philippines   Pléistocène   Préhistoire   Roger Brunet   Régression marine   Sahara   Sahul   Shanxi   Sibérie   Tasmanie   Würm  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^