Antifascisme

Infos
L'antifascisme désigne au sens large l'opposition organisée au fascisme et à l'extrême droite, et dans une acception plus restreinte une idéologie tendant à s'opposer également à la droite dite « dure ».
Antifascisme

L'antifascisme désigne au sens large l'opposition organisée au fascisme et à l'extrême droite, et dans une acception plus restreinte une idéologie tendant à s'opposer également à la droite dite « dure ».

Origines

À l'origine, l'antifascisme est un mouvement visant à s'opposer au fascisme et, par extension, aux idéologies et pratiques issues des régimes hitlérien et mussolinien. Ce mouvement est né en Italie, comme le mouvement qu'il combat. Il est protéiforme. Les principales forces sociales antifascistes sont :
- la bourgeoisie libérale - principalement anglaise et américaine,
- le mouvement ouvrier organisé (notamment les milieux anarchistes et communistes),
- après l'attaque de Hitler sur l'URSS et la rupture du pacte germano-soviétique en 1941, le stalinisme international. C'est ce dernier qui théorisera, avec la social-démocratie, la tactique du front populaire ; gouvernement unissant les partis de la bourgeoisie libérale et du prolétariat pour contrer la menace fasciste. Cette tactique a été appliquée en France et en Espagne.
- les mouvements démocrate-chrétiens. En revanche, en tant qu'instrument du capitalisme visant avant tout à enrayer une révolution sociale en marche (Espagne) ou menaçante (France), les Fronts populaires ont rempli leur rôle, comme le démontrera Léon Blum lui-même lors de son procès à Riom, sous Vichy. Par ailleurs, les staliniens ont usé de l'idéologie antifasciste assez systématiquement contre tous leurs ennemis (les anarchistes devenant "anarcho-fascistes", etc.) depuis les années 1930 jusqu'aux années 1980, lorsque l'un des slogans du PCF était Gauchistes, Fascistes, Assassins. En France, le courant antifasciste s'incarne d'abord dans le Front populaire, puis dans la Résistance, dont les gaullistes, les sociaux-démocrates et le PCF prennent la tête. Pour le trotskisme, et l'anarchisme des Amis de Durruti, le véritable antifascisme ne peut se baser sur la tactique du Front populaire, mais sur l'action directe et révolutionnaire des masses ouvrières, et éventuellement sur le Front Unique de leurs organisations. C'est faute de ce Front unique entre stalinisme et social-démocratie que Hitler l'emporte en Allemagne, selon Trotski. Actuellement, la tradition antifasciste est maintenue par les anciens résistants et leurs organisations, ainsi que par les mouvements politiques issus de la gauche résistante traditionnelle ou de l'extrême gauche (SCALP-No Pasaran, Francs-tireurs partisans…).

Critique de l'antifascisme

Pour Amadeo Bordiga et les communistes de gauche d'Italie, l'antifascisme est une idéologie bourgeoise, visant à mêler les intérêts du prolétariat et à ceux de la bourgeoisie, pour sauvegarder le capitalisme en crise. Ils rejettent aussi bien le Front populaire que le Front unique. Pour eux, le fascisme est un phénomène typique, mais non extra-ordinaire, de la contre-révolution victorieuse après l'écrasement des ouvriers consécutif à la Première Guerre mondiale et à l'échec de la vague révolutionnaire des années 1920. La contre révolution se caractérise par la montée du fascisme et du stalinisme en Europe. Ce phénomène aboutit à la deuxième guerre impérialiste mondiale. C’est donc un phénomène historique et mondial que l'on ne peut pas combattre par la défense de la démocratie ou des libertés avec les bourgeois libéraux. C'est une politique du capitalisme dans sa phase de crise historique. D'un point de vue de droite, l'antifascisme a été trop instrumentalisé pour masquer les crimes commis par les gouvernements communistes, notamment l'Union soviétique de Staline.

Une évolution contemporaine

Un antifascisme plus radical, parfois violent, est apparu dans les années d'après-guerre, puis a grossi à partir des années 1960 et 1970, ne s'opposant plus seulement aux groupes néo-nazis et intégristes, mais par généralisation à toute politique de droite dite « dure », qu'elle soit sécuritaire, conservatrice ou patriotique, voire « néo-libérale ». Ainsi certains politiciens de droite comme Nicolas Sarkozy en France ou Oskar Freysinger en Suisse, ou leurs partis, sont fortement critiqués, voire attaqués (le plus souvent verbalement), par les mouvements antifascistes actuels :« Das Bündnis "Alle gegen Rechts" bekämpft nicht "nur" die NazischlägerInnen auf den Strassen und den wiederaufkeimenden Faschismus und Antisemitismus in der Politik und an den Stammtischen. Unser Kampf richtet sich auch gegen alle anderen unterdrückerischen und ausbeuterischen Strukturen und Systeme (Staat, Patriarchat, Kapitalismus, Sexismus…) mit denen eine freie, emanzipierte, selbstbestimmte und solidarische Gesellschaft nicht möglich ist! » (« L'Alliance "tous contre la droite" ne combat pas "que" les nazis dans les rues et le retour du fascisme et de l'antisémitisme dans la politique et dans les bistrots. Notre combat se dirige aussi contre tous les systèmes et structures oppressifs et productifs (État, patriarcat, capitalisme, sexisme, etc.) avec lesquels une société libre, émancipée, autogérée et solidaire n'est pas possible »). On constate aujourd'hui que certains mouvements se réclamant de l'antifascime s'opposent non plus uniquement à l'extrême-droite, mais à la droite en général, et notamment au capitalisme. La mouvance antifasciste est aussi fortement liée à la scène « skinhead de gauche » par le biais des organisations type RASH (Red and Anarchist SkinHead) et SHARP (SkinHead Against Racial Prejudices), ainsi qu'à une partie de la mouvance altermondialiste et anticapitaliste.

Références

Bibliographie

- Jacques Droz, Histoire de l'antifascisme en Europe 1923-1939, La Découverte, 2001
- Maryse Souchard, Culture et antifascisme, Le Temps des cerises, 1998.

Voir aussi

Antifascisme avant 1945

- Résistance allemande au nazisme
- Résistance en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale
- Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA)
- Résistance intérieure française

Antifascisme contemporain

- Anti-Fascist Action
- Anarcho-skinhead
- SCALP
- Ras l'front
- RASH
- SHARP
- Exemple d'un mouvement anti-fasciste de masse dans les années 1970, (Grande-Bretagne)

Personnalités antifascistes

- Ernesto Bonomini
- Piero Gobetti
- Antonio Gramsci
- Paul Rivet
- Anteo Zamboni Catégorie:Idéologie bg:Антифашизъм ca:Antifeixisme da:Antifascisme de:Antifaschismus en:Anti-fascism es:Antifascismo et:Antifašism eu:Antifaxismo hr:Antifašizam it:Antifascismo nl:Antifascisme no:Antifascisme pl:Antyfaszyzm ru:Антифашизм sk:Antifašizmus sl:Antifašizem sv:Antifascism
Sujets connexes
Amadeo Bordiga   Amis de Durruti   Anarchisme   Anarcho-skinhead   Années 1920   Années 1930   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Anteo Zamboni   Anti-Fascist Action   Antonio Gramsci   Benito Mussolini   Comité de vigilance des intellectuels antifascistes   Ernesto Bonomini   Espagne   Extrême droite   Fascisme   France   Front populaire (France)   Idéologie   Italie   Jacques Droz   La Découverte   Libéralisme   Léon Blum   Mouvement ouvrier   Nazisme   Nicolas Sarkozy   Oskar Freysinger   Parti communiste français   Paul Rivet   Piero Gobetti   Première Guerre mondiale   Ras l'front   Riom   Régime de Vichy   Résistance (politique)   Résistance allemande au nazisme   Résistance en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale   Résistance intérieure française   Section carrément anti Le Pen   Skinheads Against Racial Prejudice   Social-démocratie   Stalinisme   Suisse   Trotskisme   Union des républiques socialistes soviétiques  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^