Herpès

Infos
L'infection herpétique est une maladie virale chronique responsable d'éruptions cutanées récidivantes. Elle représente également la première cause d'ulcérations génitales en Europe. L'herpès génital favorise la transmission du virus du sida. Affection récidivante et douloureuse, l'herpès génital est responsable du redoutable herpès néonatal.
Herpès

L'infection herpétique est une maladie virale chronique responsable d'éruptions cutanées récidivantes. Elle représente également la première cause d'ulcérations génitales en Europe. L'herpès génital favorise la transmission du virus du sida. Affection récidivante et douloureuse, l'herpès génital est responsable du redoutable herpès néonatal.

Virus

- Le virus de l’herpès, Herpes simplex virus (HSV), appartient à la même famille que le virus de la varicelle et du zona, que le cytomégalovirus (ou HHV-5), et le Virus d'Epstein-Barr .
- Le virus de l’herpès (HSV) comprend deux types :
- HSV-1 responsable de l’herpès buccal, neuro-méningé, opthtalmique ;
- HSV-2 responsable de l’herpès génital.
- Persistent durant la vie entière malgré la réponse immunitaire de la primo infection
- Les HSV sont des virus dermoneurotropes, comme le virus de la varicelle, ils persistent la vie entière dans le ganglion de Gasser pour le HSV-1 et les ganglions sacrés pour le HSV-2.
- Les manifestations de l’infection à HSV-2 regroupent trois entités :
- La primo infection herpétique
- Les récurrences infectieuses
- L’herpès génital initial non primaire : premier contact avec un HSV-2 chez une personne ayant déjà fait une primo-infection à HSV-1.

Épidémiologie

La contamination est strictement inter-humaine pour les deux types viraux. Plus de 90% des adultes ont été en contact avec avec le virus HSVRevue Prescrire, 287, Septembre 2007. Cependant, seule une petite proportion de ces individus développeront des manifestations d'infection au virus : primo-infection et récurrences herpétiques. La prévalence de l'herpès labial est de 15 à 30 % chez l'adulte, la moitié présentant au moins deux récurrences par an.

Physiopathologie

La pénétration du virus dans l'organisme se produit à l'occasion d'un contact avec un sujet infecté : les virus pénètrent chez l'hôte lorsqu'il existe une brêche cutanéo-muqueuse, et vont se multiplier dans les cellules épithéliales où ils sont responsables d'une dégénérescence cellulaire avec ballonisation aspécifique. Ces mécanismes peuvent être à l'origine des manifestations de primo-infection herpétique. Dans un second temps, les virus vont rejoindre le ganglion nerveux correspondant à la zone infectée, par voie centripète, en «remontant» le long des nerfs sensitifs. Enfin, les récurrences herpétiques se produisent lorsque, en réponse à un stress physique ou psychique variable, les virus regagnent la peau pour s'y développer à nouveau. Ces épisodes sont plus ou moins fréquents d'un individu à l'autre, et d'intensité variable, mais fixes dans leur topographie.

Manifestations cliniques

Infection orale à HSV-1

Infection orale sur la lèvre inférieure. C'est le classique bouton de fièvre qui se transmet essentiellement par la salive. . La forme la plus connue est la forme labiale. Elle évolue via plusieurs stades :
-Signes préliminaires : démangeaisons, sensation d'existence d'un léger oedème, rougeurs...
-Apparition de papules : la lèvre gonfle localement (il arrive qu'une grosse partie de la lèvre gonfle durant quelques jours avant de se localiser) et rougit.
-Mûrissage des papules : les papules deviennent des cloques puis des vésicules transparentes contenant un liquide clair. Les vésicules finissent ensuite par éclater, libérant ainsi le liquide. À ce moment, le virus étant sorti, le risque de contamination est fort.
-Dessèchement : après leur éclatement, les vésicules laissent place à des plaies souvent douloureuses (brûlures) puis sèchent assez rapidement pour former des croûtes qui disparaissent en quelques jours. Un accès d'herpès labial dure de 8 à 10 jours. L'affection est contagieuse jusqu'à l'apparition des croûtes.

Infection génitale à HSV-2

Examens complémentaires

Ils sont très rarement nécessaires. La principale indication du cytodiagnostic de Tzanck est la recherche de virus dans la filière génitale maternelle dans la semaine précédent l'accouchement chez les femmes enceintes aux antécédents d'herpès génital. Cet examen consiste à recueillir par frottis les cellules se trouvant dans des zones cutanées ou muqueuses suspectes (plancher des vésicules, érosions) afin de rechercher des cellules ballonisées. Les rares cas de primo-infection grave (pustulose varioliforme de Kaposi-Juliusbgerg chez l'immunodéprimé, méningo-encéphalite herpétique) peuvent faire discuter un sérodiagnostic (recherche d'anticorps spécifiques de l'herpès dans le sang du sujet), ou dans le cas de la méningo-encéphalite, recherche du génome viral dans le liquide céphalo-rachidien par PCR.

Traitement

Il requiert des antiviraux, par voie orale ou locale (crème). Les traitements sont à base d'aciclovir donnés par voie orale, ou en intra-veineuse si le virus s'est disséminé au niveau du système nerveux central. En cas de résistance du virus à cette molécule on pourra utiliser du cidofovir ou encore du foscarnet qui ont malheureusement des effets toxiques sur les reins notamment. Toutefois les traitements n'empêchent en rien la réapparition du virus. Dans le cas de l'herpès buccal, l'aciclovir (pommade) a comme effet principal d'accélérer le processus de guérison (gain de deux jours, à condition que le traitement débute dès les prodromes). Il n'a pas d'effet sur les douleurs et n'éradique pas les virus latents. Un traitement préventif par aciclovir ou par valaciclovir est parfois utile en cas de récurrences fréquentes (au moins 6 par an), ou chez les patients immunodéprimés.

Herpès et grossesse

Voir l'article Herpès génital

Notes

==
Sujets connexes
Aciclovir   Anticorps   Cidofovir   Cytomégalovirus   Ganglion de Gasser   Herpès génital   Liquide céphalo-rachidien   Maladie virale   Nerf   Peau   Sang   Stress   Syndrome d'immunodéficience acquise   Varicelle   Virus d'Epstein-Barr   Zona  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^