Hypnotique

Infos
Les hypnotiques (ou somnifères) sont une classe de médicaments ayant la propriété d'induire le sommeil.
Hypnotique

Les hypnotiques (ou somnifères) sont une classe de médicaments ayant la propriété d'induire le sommeil.

Médicaments ayant des propriétés hypnotiques

- Les barbituriques
- Les benzodiazépines
- Des médicaments apparentés aux benzodiazépines :
- zaléplone
- zolpidem (en général sous forme d'hémitartrate de zolpidem)
- zopiclone
- divers :
- certains antihistaminiques H1 :
-
- dichlorhydrate d'hydroxyzine
-
- chlorhydrate de diphenhydramine
- plantes :
-
- surtout l'extrait de valériane (seule ou associée à d'autres plantes : mélisse, crataegus, tilleul, passiflore, ...
-
- plantes diverses : ballote

Effets secondaires, précautions

Ces médicaments altèrent la vigilance, et il est par exemple important d'en tenir compte quand on doit conduire : ne pas en prendre avant un trajet, ou passer le volant à un autre conducteur. Ils créent aussi des troubles de la mémoire à court terme. Chez les sujets agés la prise d'hypnotique fait courir le risque de chute, avec fracture du col du fémur, et de troubles cognitifs. Après 60 ans une étude a montré une augmentation d'effets indésirables, de type fatigue, troubles cognitifs, céphalées, cauchemars, nausées, sans différence entre hypnotiques et benzodiazépines, pour un gain de sommeil d'une demi-heure en moyenneGlass J et coll., Sedative hypnotics in older people with insomnia : meta-analysis of risks and benefits, BMJ 2005.

Dépendance aux somnifères

Une situation très préoccupante, particulièrement en France

Les Français sont en effet les plus gros consommateurs au monde d'hypnotiques (somnifères) : 3 fois plus que les britanniques, ou que les allemands. Les personnes qui prennent des somnifères risquent d’être vite (quelques semaines ou mois) dépendantes de ces médicaments. Notamment car la qualité du sommeil devient moins bonne avec l’utilisation de ces hypnotiques, ce qui crée un cercle vicieux.

Effet paradoxal : une dépendance créée par des effets secondaires mal interprétés !

Des effets secondaires tels que dépression, avec ou sans tendances suicidaires, états phobiques, agressivité et comportement violent peuvent apparaître, dans 5% des cas selon Malcolm Lader, de l'Institute of Psychiatry à Londres Lader M, Morton S. Benzodiazepine Problems. British Journal of Addiction 1991; 86: 823-828.. Ce qui, rapporté aux 7 millions de personnes (chiffre publié en 2001) en France qui consomment des somnifères, représenterait 350.000 personnes...

Précaution essentielle : arrêter très progressivement

Il est conseillé de faire une diminution très progressive des doses, et de voir un médecin pour cela. Notamment dès que des troubles (physiologiques ou évolution vers la dépression), liés au sevrage (comme pour n’importe quelle autre dépendance) apparaissent.

Une alternative : la phytothérapie

Selon le Dr Franck Gigon, médecin phytothérapeute, des plantes pourraient être utilisées sous forme d’infusions, de tilleul, camomille allemande, verveine, houblon, fleur d’orange amère. Plantes qu’on peut trouver dans des pharmacies spécialisées en phytothérapie, ou chez les rares herboristes qui subsistent. À consommer 1/4 d’heure ou 1/2 heure avant.

Note

Voir aussi

===
Sujets connexes
Allemand   Antihistaminique   Ballote   Barbiturique   Benzodiazépine   Dépression (médecine)   Effet secondaire   Français   Grande-Bretagne   Houblon   Hydroxyzine   Hypnotique   Infusion   Médecin   Médicament   Médicament psychotrope   Mémoire à court terme   Organisation mondiale de la santé   Passiflore   Pharmacie   Phytothérapie   Sevrage (toxicologie)   Sommeil   Valériane   Verveine   Vigilance   Zolpidem   Zopiclone  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^