Bernard Kouchner

Infos
Bernard KouchnerLe Who's Who In France (éd. 2006) indique Bernard Jean Kouchner est un médecin et un homme politique français, co-fondateur de Médecins sans frontières puis de Médecins du monde, ancien haut fonctionnaire de l'ONU. Depuis le 18 mai 2007, il est ministre des Affaires étrangères et européennes dans le gouvernement François Fillon (reconduit dans le gouvernement François Fillon 2 le 19 juin 2007).
Bernard Kouchner

Bernard KouchnerLe Who's Who In France (éd. 2006) indique Bernard Jean Kouchner est un médecin et un homme politique français, co-fondateur de Médecins sans frontières puis de Médecins du monde, ancien haut fonctionnaire de l'ONU. Depuis le 18 mai 2007, il est ministre des Affaires étrangères et européennes dans le gouvernement François Fillon (reconduit dans le gouvernement François Fillon 2 le 19 juin 2007).

Biographie

Origines, études et famille

Né le à Avignon, d'un père juif et d'une mère protestante, Bernard Kouchner mène une vie militante, qui le conduit du PCF, au début des années 1960, au PS, au PRG avant de revenir au Parti socialiste. Il a publié divers ouvrages dont Dieu et les hommes, en collaboration avec l'abbé Pierre, fondateur des communautés Emmaüs. Il est le père de 4 enfants : Julie, Camille et Antoine sont issus de sa première union, avec Évelyne Pisier, professeur de droit, et Alexandre de la deuxième, avec Christine Ockrent, journaliste.

L'engagement humanitaire sur fond de politique

En mai 1968, il est l'animateur du comité de grève de la faculté de médecine de Paris. Il part ensuite au Biafra avec le Secours médical français (SMF) qu’il contribue à transformer en Médecins sans frontières (MSF), en 1971. Après avoir participé avec Emmanuel d'Astier à la création du journal l'Événement, il collabore régulièrement avec le magazine Actuel tout au long des années 70. En 1979, il entre en conflit à la tête de l’organisation humanitaire avec Claude Malhuret et quitte définitivement MSF pour fonder Médecins du monde, Communiqué de presse MSF, 22 mai 2007.. Il met ses pas dans ceux des grands reporters, et s'affiche de plus en plus dans les médias, notamment aux journaux télévisés, ce qui lui vaut de nombreuses critiques, notamment après ses interventions humanitaires en Somalie (décembre 1992). Il est certainement un des French doctors les plus célèbres, en raison de ses engagements humanitaires et sa forte présence médiatique. Il a mené campagne dans les institutions internationales pour la reconnaissance du droit d'ingérence, notion développée à l'origine par Jean-François Revel. Il entre au gouvernement français comme secrétaire d'État en 1988, puis ministre de la Santé et de l’Action humanitaire (1992-93).

Responsabilités nationales et internationales

Bernard Kouchner, ministre de la Santé Il a créé, en 1993, la Fondation pour l’action humanitaire. Bien que n’étant pas membre du PS, il est élu en 1994 sur la liste européenne de Michel Rocard et adhère, sur les traces de Bernard Tapie, en 1995 au Parti radical de gauche (PRG) dont il devient porte-parole. Il s’est prononcé, à titre personnel, en faveur de la réforme Juppé de la Sécurité sociale. Il préside l'association Réunir et est à la fois proche de Michel Rocard et de Lionel Jospin. Il se présente à diverses reprises (en 1988 dans le Nord, en 1994 en Moselle, 1996 législatives partielles à Gardanne) aux élections législatives, sans succès. Il adhère au PS le 6 octobre 1998. Bernard Kouchner a administré le Kosovo en tant que Haut représentant de l'ONU de juillet 1999 à janvier 2001. Cette mission faisait suite au vote de la résolution 1244 du conseil de sécurité qui autorisait l'établissement d'une autorité « administrative internationale civile ». Dans un pays ravagé par la guerre, Bernard Kouchner est chargé de diriger quatre secteurs d'activité qui sont : l'assistance humanitaire, l'administration civile, l'économie, et l'élaboration d'institutions démocratiques. Bernard Kouchner a l'occasion de mettre en application ses théories. Fidéle à son mandat, il laisse le champ libre aux forces albanaisesSelon le collectif kosovo.. Certaines de ses accusations contre les Serbes seraient fausses selon les journalistes Jacques Merlino et Michel CollonOui, Bernard Kouchner mentait... par Michel Collon. Malgré ses états de service, sa notoriété et son expérience, Bernard Kouchner a par la suite été un candidat malheureux à différents postes à hautes responsabilités au sein des Nations Unies : Haut Commissaire aux Réfugiés (HCR) en 2005 et directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2006.

Engagements politiques récents

Bernard Kouchner, le 17 mai 2006. Début 2003, il s'est prononcé favorablement à une mobilisation internationale pour le départ de Saddam Hussein de l'Irak résumée par la position : « ni la guerre ni Saddam » , par Bernard Kouchner et Antoine Veil. Le Monde 04/02/2003., affirmant que l'ingérence contre les dictatures doit être globale Le Monde, 18 mai 2007, . Bernard Kouchner est par ailleurs très critique sur la gestion et l'administration américaine à qui il reproche de ne pas avoir tenu compte des enseignements du passé. En 2004, il est cité par André Glucksmann dans le magazine américain Time comme l'une des 100 personnalités influentes du monde pour avoir « au nom des droits de l'homme, approuvé l'intervention américaine en Irak ». C'est d'ailleurs à peu près au même moment qu'il se rapproche du think tank le Cercle de l'Oratoire. La revue Le Meilleur des Mondes fondée par le cercle a publié un entretien dans lequel le futur Ministre des Affaires étrangères n'hésitait pas déjà à bousculer les idées reçues. Bernard Kouchner est longtemps resté à l'écart de la vie politique d'appareil du parti socialiste et se permet des prises de position publiques non orthodoxes vis-à-vis de son propre camp politique : militant socialiste, il est favorable à certaines mesures conduites par la droite comme le contrat nouvelle embauche, ou l'ouverture du capital d'EDF. Il se décrit lui-même comme un militant de gauche de tendance sociale-démocrate.

Élection présidentielle de 2007

Le 11 janvier 2006, il se dit « candidat à des primaires à l'italienne » pour l'élection présidentielle de 2007. En décembre 2006, Bernard Kouchner a indiqué qu'il se verrait bien ou pourquoi pas dans un gouvernement d'union nationale si Nicolas Sarkozy était élu, tout en réaffirmant sa fidélité au Parti socialiste, le Nouvel observateur, 28 décembre 2006.. En février 2007, il rejoint l'équipe de campagne de la candidate socialiste Ségolène Royal tout en prônant l'ouverture politique comme la propose François Bayrou. Dans cette logique, et suite à l'appel de Michel Rocard pour un accord PS-UDF, il prend position pour un rapprochement avant le premier tour entre Ségolène Royal et François Bayrou, dans une interview accordée au Journal du dimanche du 15 avril 2007.

Ministre des Affaires Etrangères et Européennes

Le 18 mai 2007, bien que membre du parti socialiste, il accepte finalement de participer au gouvernement François Fillon en tant que ministre des Affaires étrangères et européennes. Le PS, par la voix de son premier secrétaire, a aussitôt précisé qu'une procédure d’exclusion à son encontre sera enclenchée rapidement. François Hollande s'est exprimé en ces termes: Bernard Kouchner Hollande exclut Kouchner du PS et perd Jouyet, un ami de "30 ans", Le Monde, .. Bernard Kouchner a signé un article intitulé « Pourquoi j'ai accepté » et publié dans l'édition datée du 20 mai 2007 du journal Le Monde, où il s'explique sur son ralliement à un gouvernement de droite en se revendiquant social-démocrate , Le Monde, 19 mai 2007.. À 67 ans, il est le doyen de ce gouvernement dont la moyenne d'âge est de 53 ans. Le 19 août 2007, il se rend en Irak pour un voyage officiel de trois jours. Le ministre est le premier haut responsable français à y aller depuis l'invasion américaine de mars 2003, à laquelle la France s'était opposée. Il y rencontre des représentants de toutes les communautés, y compris celle des Catholiques chaldéens, et suggère une piste de travail pourrait être un partenariat entre trois "piliers" : "Les Américains parce qu'ils sont là, un gouvernement irakien peut-être un peu plus habile que celui qui existe actuellement et les Nations unies avec une présence élargie" . A cette occasion, il formulera des excuses au gouvernement irakien pour avoir proclamé dans le pays qui l'invitait: Beaucoup de gens pensent que le premier ministre devrait être changé. Mais je ne sais pas si cela va se produire, parce qu'il semble que le président (George W.) Bush est attaché à M. Maliki. Mais le gouvernement ne fonctionne pas. . Bernard Kouchner déclare le 16 septembre 2007 que la crise du nucléaire iranien impose de « se préparer au pire » qui est « la guerre ». Dans le cadre de ses fonctions, en novembre 2007, Bernard Kouchner accompagne la politique étrangère de la France vis-à-vis de l'Allemagne, en enregistrant avec Frank-Walter Steinmeier, le ministre des affaires étrangères et vice-chancelier allemand, dont il partage la spiritualité, et le chanteur allemand Muhabbet une chanson dont l'objectif est de promouvoir la compréhension et l'amitié des allemands envers la communauté germano-turque. Cet acte inhabituel, quoique officiel, est accompli en parallèle de la visite du président français dans le pays.

Fonctions politiques

Fonctions parlementaires

- 1994 - 1997 : député européen

Fonctions gouvernementales

-Ministre :
- du 4 avril 1992 au 30 mars 1993 : Ministre de la Santé et de l’Action humanitaire du gouvernement Pierre Bérégovoy
- depuis le 18 mai 2007 : Ministre des Affaires Etrangères et Européennes du gouvernement François Fillon (1) et (2)
-Ministre délégué :
- du 6 février 2001 au 7 mai 2002 : Ministre délégué auprès du ministre de l'Emploi et de la Solidarité, chargé de la Santé du gouvernement Lionel Jospin
-Secrétaire d'État :
- du 13 mai au 28 juin 1988 : Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires sociales et de l'Emploi, chargé de l'Insertion sociale du gouvernement Michel Rocard (1)
- du 28 juin 1988 au 17 mai 1991 : secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé de l'Action humanitaire du gouvernement Michel Rocard (2)
- du 17 mai 1991 au 4 avril 1992 : Secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre des Affaires étrangères, chargé de l'Action humanitaire du gouvernement Édith Cresson
- du 4 juin 1997 au 28 juillet 1999 : Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Emploi et de la Solidarité, chargé de la Santé du gouvernement Lionel Jospin

Autres fonctions exécutives

- Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Kosovo et Chef de la Mission d'administration intérimaire des Nations unies au Kosovo (MINUK) de juillet 1999 à janvier 2001.
- Représentant de l'Union européenne au sein du Groupe international indépendant d'éminents experts (GIIEE) chargé de surveiller au Sri Lanka la commission d'enquête présidentielle sur les violations des Droits de l'homme commis depuis août 2005.

Informations complémentaires

Popularité et critiques

- Bernard Kouchner est régulièrement cité depuis les années 2000 dans les sondages d'opinion comme une des personnalités publiques (a fortiori politiques) les plus populaires des Français, ce qui est souvent expliqué par sa présence médiatique, ses engagements humanitaires suscitant une large adhésion, ainsi que par son éloignement des combats « politiciens » (luttes d'appareil, désaccord systématique avec le camp adverse).
- Il est l'objet de critiques portant essentiellement sur son implication dans la rédaction d'un rapport commandé par la société TotalFinaElfhttp://birmanie.total.com/fr/publications/rapport_bkconseil.pdf par BK Conseil (suspectée de minimiser certains aspects de la dictature birmane, cette étude rémunérée 25.000 $ a suscité les "regrets" de la FIDH)Erich Inciyan et Jean-Claude Pomonti, « Kouchner, Total et la Birmanie », dans Le Monde, , 6 janvier 2004, sur son adhésion à l'interventionnisme diplomatique et militaire des États-Unis, ainsi que sur sa surexposition médiatique.

Affiliations

- D'après la liste arrêtée au 11 novembre 2003, il est membre du Comité d'orientation scientifique de l'association fondée par Michel Rocard et Dominique Strauss-Kahn, À gauche en Europe.http://www.gauche-en-europe.org/doc_lib_agee/cos.pdf
- Professeur titulaire de la chaire
Santé et développement'' au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) depuis 2002.http://www.cnam.fr/pole-ecogestion/rubrique.php3?id_rubrique=40
- Membre du conseil d'administration de PlaNet Finance.http://www.planetfinance.org/microcredits-ong/ong-conseils-comites.php
- Président du conseil d'administration du programme ESTHER (Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau).
- Fondateur et dirigeant de BK Conseil (SIRET 42453077200013, fondée en 2003), qui a notamment pour client Totalhttp://birmanie.total.com/fr/controverse/p_4_4.htm
- Président-fondateur de BK Consultants (SIRET 45156985900015, fondée en 2004).
- Enseignant à la Harvard School of Public Health.http://www.hsph.harvard.edu/kouchner.html
- Membre fondateur de La Chaîne de l'Espoirhttp://www.chainedelespoir.org/article144.html présidée par le Professeur Alain Deloche.
- Administrateur de l'International Women Health Coalition.http://www.iwhc.org/who/board/index.cfm
- Membre du Comité d'honneur de la Fondation Children Action.http://www.childrenaction.org/data/fr/fondation/structure.asp
- Il est membre du club Le SiècleGeoffrey Geuens, Tous Pouvoirs Confondus, p.214, ISBN 2872621938 et de la Fondation Saint-Simon.

Bibliographie

- La France sauvage, avec Michel-Antoine Burnier, éditions Premières, 1970
- Les Voraces. Tragédie à l'Élysée, avec Frédéric de Bon et Michel-Antoine Burnier, 1971
- L'Île de Lumière, Ramsay, coll. « Document », Paris, 1980, 406 p. - p. de pl.
- Charité Business, Ed. Pré aux Clercs, Paris, 1986, 271 p.
- Le Devoir d'ingérence, 1988
- Les Nouvelles solidarités, 1989
- Le Malheur des autres, Odile Jacob, Paris, 1991, 339 p,
- Rééd. Le Seuil, coll. « Points », Paris, 1992
- Dieu et les hommes, avec l'abbé Pierre, éditions Corps 16, Paris, 1993, 231 p.
- Ce que je crois, Grasset, Paris, 1995
- Vingt idées pour l'an 2000, 1995
- La Dictature médicale, avec Patrick Rambaud, Robert Laffont, Paris, 1996, 200 p.
- Le Premier qui dit la vérité…, Robert Laffont, Paris, 2002, 281 p.
- Quand tu seras président…, avec Daniel Cohn-Bendit, Robert Laffont, Paris, 2004, 375 p.
- Les Guerriers de la paix : Du Kosovo à l'Irak, Grasset, coll. « Le Livre de poche », 2004, 475 p.
- La Fabrique démocratique, Robert Laffont, 2006
- Deux ou trois choses que je sais de nous, Robert Laffont, Paris, 2006
- Sœur Emmanuelle - La biographie de Pierre Lunel préfacée par Bernard Kouchner, Anne Carriere éds, 2006.

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abbé Pierre   Actuel   Alain Deloche   Alain Juppé   André Glucksmann   Avignon   Bernard Tapie   Biafra   Birmanie   Bruno Durieux   Cercle de l'Oratoire   Christine Ockrent   Claude Malhuret   Compagnons d'Emmaüs   Conseil d'administration   Conservatoire national des arts et métiers   Dominique Gillot   Dominique Strauss-Kahn   Faculté de médecine de Paris   Fondation Saint-Simon   France   Frank-Walter Steinmeier   Français   François Bayrou   François Hollande   Fédération internationale des droits de l'homme   Gouvernement   Gouvernement François Fillon (1)   Gouvernement François Fillon (2)   Gouvernement Lionel Jospin   Gouvernement Michel Rocard (1)   Gouvernement Michel Rocard (2)   Gouvernement Pierre Bérégovoy   Gouvernement Édith Cresson   Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés   Hervé Gaymard   Ingérence humanitaire   Interventionnisme   Irak   Janvier 2001   Jean-François Mattéi (homme politique)   Jean-François Revel   Journal télévisé   Juillet 1999   Kosovo   La Chaîne de l'Espoir   Le Journal du dimanche   Le Meilleur des mondes (revue)   Le Monde   Le Siècle   Lionel Jospin   Liste des ministres français de la Santé/Santé publique   Liste des ministres français des Affaires européennes   Liste des ministres français des Affaires étrangères   Michel-Antoine Burnier   Michel Collon   Michel Rocard   Ministère des Affaires étrangères et européennes   Médecin   Médecins du monde   Médecins sans frontières   Nicolas Sarkozy   Organisation des Nations unies   Parti communiste français   Parti radical de gauche   Parti socialiste (France)   Patrick Rambaud   Philippe Douste-Blazy   PlaNet Finance   Premières   Saddam Hussein   Secrétaire d'État   Secrétaire général des Nations unies   Simone Veil   Somalie   Sondage d'opinion   Ségolène Royal   Think tank  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^