Chartres

Infos
Chartres est une commune française, chef-lieu du département d'Eure-et-Loir, dans la région Centre. Ses habitants sont appelés les Chartrain(e)s. Au coeur de la Beauce, riche région agricole céréalière souvent présentée comme le grenier à blé de la France, la ville est célèbre pour sa cathédrale, que Rodin avait nommée « l'Acropole de la France », ainsi que pour ses nombreux pèlerinages. Elle conserve un important patrimoine bâti ancien le long de ruelles m
Chartres

Chartres est une commune française, chef-lieu du département d'Eure-et-Loir, dans la région Centre. Ses habitants sont appelés les Chartrain(e)s. Au coeur de la Beauce, riche région agricole céréalière souvent présentée comme le grenier à blé de la France, la ville est célèbre pour sa cathédrale, que Rodin avait nommée « l'Acropole de la France », ainsi que pour ses nombreux pèlerinages. Elle conserve un important patrimoine bâti ancien le long de ruelles médiévales. La cathédrale

Devise et Blason

100px La devise en latin de Chartres ajoutée au blason est servanti civem querna corona datur qui signifie « À celui qui sauve un citoyen est donné une couronne de chêne » . Il s’agit là d’une tradition de la Rome antique : la couronne de chêne était décernée à tout citoyen ayant, sur le champ de bataille, sauvegardé l’existence d’un de ses concitoyens. Cette devise figure sur le blason de la ville dès le et on la retrouve à la fin du sur des médailles frappées aux armes de la ville. En 1790, pour avoir sauvé une chartraine, le maçon Halgrain et le menuisier Brossier (conformément à la tradition antique) reçurent du maire Asselin une médaille en argent frappée aux armes de la ville, attachée à un ruban aux trois couleurs de la nation et portant la fameuse devise. C’est au milieu du siècle que l’on trouve trace des premières armoiries de la ville. Depuis cette époque, ce n’est pas moins de six blasons différents qui se sont succédé. En héraldique, le blason se définit ainsi : « De gueule à trois besants d’argent surmonté de trois fleurs de lys sur fonds d’azur entouré de feuilles de chêne » http://cathedrale.chartres.free.fr/pg51.htm. C’est-à-dire que le blason est de couleur rouge, à l’intérieur il y a trois pièces de monnaie d’argent ; au-dessus figurent trois fleurs de lys sur un fond bleu ; le tout est entouré de feuilles de chêne.

Géographie

Localisation

Chartres est située dans le Nord-Ouest de la France à 90 km à l'ouest de Paris. La superficie de la commune est de 16, 85 km². Les communes limitrophes sont : Champhol, Lèves, Mainvilliers, Lucé, Luisant, Le Coudray et Nogent-le-Phaye.

Site

La vieille ville de Chartres est située sur un promontoire rocheux que contourne l'Eure, dans la plaine de Beauce, à 90 km au sud-ouest de Paris. Après l'occupation de la colline, la ville s'est étendue sur une langue de terre constituée par deux bras de l'Eure ainsi que sur une pente douce du coté opposé à la rivière. Les contours de l'ancienne ville sont délimités par les boulevards actuels et quelques grandes places (places Drouaise, des Epars, Pasteur, Morard) d'où partent d'importantes voies de communication.

Climat

La station météorologique, située à 156 mètres, de Chartres-Champhol mesure quotidiennement plusieurs paramètres météorologiques. Le climat est de type océanique dégradé, principalement sous l'influence des vent provenant en moyenne de 250 ° Ouest - Sud-Ouest. Il est caractérié par des températures moyennes comprises entre 10°C et 13°C et des précipitations paraissant beaucoup plus abondantes qu'elles ne le sont. La vitesse du vent à Chartres est peu élevée environ 22 km/h de moyenne avec une hygrométrie de 68.8% et une pression athmosphérique de 1006.1 hPa. Records de température :

Histoire

Voir la Liste des comtes et ducs de Chartres.

Origines

Chartres se situe dans une région dont les origines remontent à la préhistoire comme le montrent nombre de monuments mégalithiques et d’objets de l’époque néolithique attestant d’une occupation dense par les premiers agriculteurs.

Antiquité

L’actuel département d'Eure-et-Loir correspond à la partie centrale du territoire des Carnutes dont Chartres était la capitale, sous le nom d’Autricum. Chartres-Autricum fut une grande ville. Elle était alimentée en eau par deux aqueducs, on y trouvait également un important amphithéâtre, au moins un forum ainsi que des temples. On peut encore aujourd'hui apercevoir des restes de l'amphithéâtre, sur la gauche de la collégiale St Andrée. Il s'agit d'un semblant de chemin en pierre qui ne mène nul part ( dans le mur d'un immeuble voisin pour être précis). Évangélisé au milieu du par saint Altin et saint Eodald, à la chute de l’Empire romain, Chartres-Autricum était l’un des évêchés les plus vastes des Gaules.

Moyen Âge

La ville a du faire face aux invasions normandes des s. En 876, un don du roi de France, Charles le Chauve (823–877), le Voile de la Vierge, fut à l’origine d’un important mouvement de pèlerinages qui fit la richesse de la cité et la puissance des institutions religieuses locales. Une autre source de cette puissance résidait dans la richesse de la Beauce où le chapitre de la cathédrale possédait de grands domaines. C’est de cette richesse et de cette puissance que découlèrent les cathédrales successives. Cet éclat matériel se doubla alors d’une grande renommée intellectuelle. L’évêque Fulbert de Chartres se trouva à l’origine du développement de l’École de Chartres qui s’épanouit pendant près de deux siècles. À côté de maîtres célèbres comme Thierry de Chartres ou encore Bernard de Chartres, il faut également noter la place de l’évêque Yves de Chartres qui fut l’un des grands canonistes de l’Église. La qualité des églises atteste l’ampleur du mouvement religieux et la prospérité économique des s. Dans le domaine politique et militaire, le roi de France Louis le Gros réduisit à merci, au prix d’une longue lutte, le sire du Puiset, dont la puissance était un défi à la monarchie. Durant la guerre de Cent Ans, cette région, au centre de la France et au cœur des domaines royaux, souffrit beaucoup. C'est à Brétigny, petit hameau au sud de Chartres, que fut signé le 8 mai 1360 un traité marquant une trêve entre les Anglais et le roi de France Jean le Bon. Plus tard, c'est au sud du département que se joua l'épisode mémorable de la bataille des Harengs qui vit un convoi de vivres destiné aux assiégés d'Orléans arrêté par les Anglais.

Époque Monarchique

Après avoir été l’apanage de Charles de Valois, père de Philippe VI, le comté de Chartres fut érigé en duché par François Ier en 1528 au profit de Renée de France, duchesse de Ferrare. Vainement attaquée par les protestants en 1568, la ville fut prise le 19 avril 1591 par Henri IV après un long siège p 374 ; il s’y fait sacrer dans la cathédrale le 27 février 1594. Louis XIV donna le duché de Chartres à la maison d’Orléans, dont l’héritier porta, jusqu’à Louis-Philippe, le titre de duc de Chartres. La résidence du Duc de Chartres se situait à l'emplacement actuel de la BNP-Paribas, le balcon principal au 1 étage donnait sur la Place des Epars.

Époque Moderne

Après la Révolution française, l’entrée dans le monde contemporain fut marquée par des progrès importants comme l’arrivée du chemin de fer avec l’inauguration de la gare en 1849, la mise en place du tramway en 1899 ou encore la création, en 1909, parmi les premiers en France, de l’aérodrome, où plusieurs pilotes acquirent la célébrité comme Farman et Latham. La ville eut encore son lot de souffrances dans la première moitié du avec les bombardements du 15 août 1918, de juin 1940 et de mai 1944. C’est également en 1940 que Jean Moulin, alors préfet d’Eure-et-Loir, eut ses premiers démêlés avec les troupes du III Reich. La ville fut libérée par l’armée américaine le 18 août 1944. La résistance française à Chartres se réunissait au dernier étage d'une maison qui était au début de la rue du Grand Faubourg. Dès qu'ils le pouvaient, sans se faire voir ou entendre des allemands, ils installaient leur antenne sur le toit, afin de leur permettre d'écouter les instructions venant de Londres. À partir de la seconde moitié du , Chartres connut une véritable transformation économique et sociale se caractérisant par l’emploi, l’augmentation de la population et la création des quartiers de La Madeleine et de Beaulieu. Aujourd’hui encore, Chartres veut donner une image dynamique tant dans le domaine de l’emploi que dans le domaine de la culture. Cela se caractérise notamment par l’inauguration du Centre international du vitrail, par la création de la « Cosmetic Valley » ou par la réalisation de manifestations comme la « Fête de la Lumière ».
- Incendie de la Bibliothèque municipale de Chartres (1944)
- La Maison d'Allonville : histoire et généalogie d'une famille noble, originaire de la région de Chartres, de la fin du au début du .

Source partielle

Démographie

Evolution démographique


-Population ville : 40 361 habitants
-Population agglomération : 88 318 habitants (Chartres métropole)
-Population aire urbaine : 130 681 habitants

Immigration

Activité et niveau scolaire

Chartres compte :
- 8 collèges
- 5 lycées
- 2 Lycées Professionnels
- 3 Formations d'apprentis
- 1 IUT
- un Etablissements du Supérieur
- une Ecoles D'Art 1 Ecoles D'Art
- une Ecole des CCI 1 Ecole des CCI
- une Ecoles Paramédicales 1 Ecoles Paramédicales
- 1 IUFM

Administration et Politique

Chartres est le chef-lieu de 3 cantons :
- le canton de Chartres-Nord-Est regroupant 12 communes et comptant 11 178 habitants.
- le canton de Chartres-Sud-Est regroupant 7 communes et compatant environ 18 000 habitants.
- le canton de Chartres-Sud-Ouest regroupant 11 communes et comptant 28 746 habitants. C'est aussi la préfecture du département de l'Eure-et-Loir.La ville fait aussi partie de la première circonscription de l'Eure et Loir qui contient 11 cantons et 194 340 habitants.

Liste des maires

Elections et tendance politique

À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy avec 32, 49 %%, suivi par Ségolène Royal avec 27, 28 %, François Bayrou avec 19, 88%, Jean-Marie Le Pen avec 8, 39%, puis Olivier Besancenot avec 3, 53 %, et enfin Philippe de Villiers avec 2, 41 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 2 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 52, 49% (résultat national : 53, 06 %) contre 47, 51 % pour Ségolène Royal (national : 46, 94 %).

Jumelages

Chartres est jumelée avec les villes de :
-
-
-
-
- La ville a signé des pactes d'amitié avec :
-
- Association des Amis des Jumelages de Chartres

Économie

Secteurs d'activités

- Centre agricole ;
- Industrie mécanique ;
- Électronique ;
- Industrie pharmaceutique ;
- Capitale de la parfumerie (Cosmetic valley). Chartres est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie d'Eure-et-Loir. C'est aussi un centre agricole et possède de nombreuses industries : pharmacie, parfumerie, constructions mécaniques et électriques. La ville bénéficie aussi d'une excellente desserte ferroviaire et autoroutière.

Principales entreprises

Transports

Axes ferroviaires

La ville de Chartres a été atteinte par le rail en 1849. Longtemps important carrefour ferroviaire, à la limite des Compagnies des chemins de fer de l'Ouest, de l'État et de Paris à Orléans, elle est au centre d'une étoile à 6 branches. En 2007, seules les lignes Paris-Le Mans et Chartres-Courtalain Saint-Pellerin sont ouvertes aux voyageurs. Lignes SNCF http://www.ter-sncf.com/centre/carte_horaires/index.asp :
- Chartres / Paris Montparnasse (32 allers/retour par jour en semaine)
- Chartres / Nogent-le-Rotrou / Le Mans (16 allers/retour minimum, selon le tronçon)
- Chartres / Courtalain / Droué (7 allers retour, dont 2 vont jusqu'à Courtalain en train, le reste étant en bus à partir de Brou)
- Chartres / Tours (pas par voie ferrée, mais seulement en projet bloqué par le département, qui préfère subventionner des bus) L'ancienne rotonde du dépôt ETAT de la gare est occupé par le Compa.

Axes routiers

Chartres est bien déservie par un réseau autoroutier en provenance de Paris avec l'autoroute A6 en direction de Bordeaux et de Nantes et par la porte d'Orléans puis les autoroutes A10 et A11 en direction de Nantes. Il en va de même par route notamment au départ de Paris avec la route nationale RN10 en direction de Rambouillet par la Porte de Saint-Cloud. De plus, au départ de la province, RN10 depuis Tours et le Sud-Ouest, RN23 depuis la Bretagne, RN154 de Rouen à Orléans Chartres est situé à :
- 88 km de Paris
- 100 km de Blois
- 483 km de Bordeaux
- 120 km du Mans
- 257 km du Mont St-Michel
- 299 km de Nantes
- 73 km d'Orléans
- 251 km de Rennes
- 134 km de Rouen
- 141 km de Tours

Transports en commun

Le réseau urbain Filibus dessert les huit communes membres de la communauté de commune Chartres Métropole comprenant Chartres, Le Coudray, Luisant, Lucé, Mainvilliers, Lèves et Champhol, Barjouville auxquelles est venue s’ajouter Morancez. La population concernée représente environ 86 600 habitants. Le réseau des Filibus peut être défini en trois types de lignes. Tout d'abord, les lignes structurantes totalisent plus de 63% des montées journalières du réseau pour 56% de l’offre kilométrique. Puis les lignes d’agglomération se distinguent par un niveau d’offre moyen, une vitesse commerciale « élevée » à l’échelle du réseau, un niveau de fréquentation compris entre 500 et 1200 montées par jour. Et enfin la ligne de rocade connecte les pôles d’habitat denses de l’ouest de l’agglomération aux principaux générateurs et est cadencée aux 30 minutes. Il existe un autre réseau de bus mais interurbain, Transbeauce, qui comprend 130 lignes régulières. 120 dessertes regroupées sur une trentaine de lignes sont assurées journellement vers et depuis Chartres.

Parcs et jardins

Ville fleurie : 4 fleurs Image:Ville fleurie.svgImage:Ville fleurie.svgImage:Ville fleurie.svgImage:Ville fleurie.svg attribuées par le Conseil National des de France au Concours des villes et villages fleuris.

Monuments et lieux touristiques

Édifices religieux

Cathédrale Notre-Dame

La cathédrale La cathédrale pendant Chartres en lumières 2006 La cathédrale Notre-Dame de Chartres est l’une des plus grandes cathédrales gothiques dédiées à la Vierge dans la France septentrionale pendant les s. Elle est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité depuis 1979. La cathédrale est élevée sur un promontoire, butte naturelle qui domine l’Eure d'une trentaine de mètres. Elle est implantée dans le tissu urbain de la ville antique. Au cours du Haut Moyen Âge, cinq édifices au moins ont dû se succéder ; il n’en reste que quelques pans de murs et le site de la crypte dite de Saint-Lubin, dont le plan et l’orientation ont déterminé l’implantation de l’abside de l’édifice actuel. En 1020, la cathédrale est ravagée par les flammes. C’est à l’évêque Fulbert (1006-1028), l’un des plus grands intellectuels de son temps, que l’on doit la construction de la cathédrale qui est dédicacée en 1037 et dont il nous reste la crypte, le narthex avec sa façade à trois portails sculptés et ses deux tours. Le clocher sud est érigé plus tardivement. La basilique romane de Fulbert sera encore détruite en 1194 et seules la crypte et la façade ouest seront préservées. La cathédrale au , qui est en fait celle que nous connaissons aujourd’hui, reprend le massif occidental de l’ancien édifice. Son plan en croix latine, son élévation à trois étages, ses voûtes d’ogives à doubleaux et formerets déterminant la forme des piles, en font un exemple de l’architecture gothique à ses débuts. Le dallage de la nef a été conservé. En ce qui concerne l’extérieur, afin d'équilibrer la poussée des voûtes, un système de gros contreforts et d’arcs-boutants fut monté jusqu’à la base des toitures, en deux volées superposées, d’épaisseur décroissante. Les deux porches latéraux possèdent un décor sculpté exceptionnel. Les siècles suivants verront l’édification d’extensions liées notamment à l’évolution de la liturgie : - Sacristie construite au ; - Salle capitulaire surmontée de la chapelle Saint-Piat (1325-1335) reliée à la cathédrale par un escalier couvert par une galerie ; - Chapelle Vendôme construite en 1417 entre deux contreforts du bas-côté sud ; - Clocher nord dit clocher Neuf œuvre du maître maçon Jehan Texier dit Jehan de Beauce pour remplacer un beffroi en bois ; - Pavillon de l’horloge édifié par Jehan de Beauce en 1520 sur le côté nord de la cathédrale (décoré de pilastres Renaissance, alors que sa flèche est encore gothique). En 1836, un incendie accidentel détruit l’ancienne charpente en bois. La toiture est reconstruite en fonte de fer avec une couverture en cuivre qui demeure aujourd’hui une des particularités de la cathédrale de Chartres. Image:France_Eure_et_Loir_Chartres_Cathedrale_nuit_03.jpg|La cathédrale pendant Chartres en lumières 2006 Image:France Eure-et-Loir Chartres Cathedrale 02.jpg|Le portail nord Image:France_Eure_et_Loir_Chartres_Cathedrale_Portail_nord_illumine_01.JPG|Le portail nord pendant Chartres en lumières 2006 Les vitraux Vitraux de la cathédrale (façade principale) Les vitraux de la cathédrale de Chartres sont considérés comme les mieux préservés de l'époque médiévale. Ils sont notamment célèbres pour leurs couleurs, le "bleu de Chartres" étant une référence mondialement reconnue. Les baies de la cathédrale de Chartres forment l’ensemble le plus complet de vitraux anciens conservé en France. « Notre-Dame-de-la-Belle-Verrière » (vers 1180) et trois lancettes de la façade ouest (entre 1145 et 1155) sont les plus anciens vitraux et sont des vestiges de la cathédrale de Fulbert. La plupart des vitraux sont contemporains de l’église actuelle et sont datés entre 1205 et 1240 environ. La rapidité des travaux explique sans doute l’homogénéité exemplaire de l’ensemble. Image:France_Eure-et-Loir_Chartres_Cathedrale_Vitraux_02.jpg|Vitraux de la cathédrale (façade principale) Image:France_Eure-et-Loir_Chartres_Cathedrale_Vitraux_03.jpg|Vitraux de la cathédrale (façade principale)

Collégiale Saint-André

L'église primitive aurait été construite, selon la tradition par saint Aignan, à l'emplacement d'un amphithéâtre gallo-romain dont on retrouve des vestiges dans les murs de l'une des cryptes. Un second édifice datant du fut détruit par un incendie en 1134, qui ne laisse que les cryptes. Reconstruite, l'église Saint-André est terminée dans la seconde moitié du . Au début du siècle suivant, une arche est lancée au dessus de l'Eure afin de supporter le choeur de l'édifice. Celui-ci sera reconstruit au par Jehan de Beauce. Au , une seconde arche est édifiée dans le prolongement de la première, enjambant la rue du Massacre pour supporter la chapelle de la Vierge, créant ainsi un très bel ensemble. La Révolutions ferme l'église Saint-André au culte en 1791. Sa flèche octogonale est démolie, elle devient un magasin à fourrage jusqu'en 1861. En 1805, la chapelle de la Vierge installée sur la seconde arche s'écroule, obligeant, pour des raisons de sécurité, à démolir le chœur en 1827. En 1861, le bâtiment est gravement endommagé par un premier incendie, puis par un second en 1944. Grâce à une restauration intégrale commencée en 2003, la collégiale et ses cryptes trouvent leur nouvelle vocation, celle de lieux d'activités culturelles alliant désormais un cadre de qualité à des équipements de pointe. C'est autour de l'église Saint-André, dans ce quartier peuplé et laborieux, que naît et se développe, au Moyen Âge, la foire Saint-André. Celle-ci existe encore aujourd'hui, même si son lieu d'implantation est différent.

Église Saint-Aignan

L'église Saint-Aignan L'église Saint-Aignan doit son nom à l'évêque de Chartres vers 400, époque où s'élevait à son emplacement une église pré-romane, remplacée plus tard par d'autres constructions qui subirent des incendies au , puis en 1262. Saint-Aignan était la paroisse des comtes de Blois et de Chartres. L'édifice actuel date du début du et témoigne d'éléments gothiques, comme le portail principal du , mais surtout Renaissance, tel celui de gauche sur lequel est mentionnée la date de 1541. L'architecte est peut-être le même que celui de l'Eglise Sainte Foy, partiellement détruite à la Révolution. Image:France Eure et Loir Chartres Eglise Saint Aignan interieur 01.jpg|Intérieur de l'église Saint-Aignan] Image:France_Eure_et_Loir_Chartres_en_lumieres_2006_Eglise_Saint_Aignan_01.jpg|L'église Saint-Aignan pendant Chartres en lumières 2006

Église Saint-Pierre

L'église Saint-Pierre pendant Chartres en lumières 2006 On doit probablement à la reine Bathilde, au , non la fondation de l'abbaye Saint-père, plus ancienne, mais un accroissement de ses revenus. Détruite à plusieurs reprises par les Normands entre 858 et 911, l'abbaye est entièrement reconstruite en 930 par l'évêque Aganon, qui y est inhumé. Les incendies de 1077 et 1134 la détruisent presque totalement, à l'exception de la tour ouest bâtie comme un donjon. Les dégâts sont si importants que l'abbé Foucher décide de reconstruire entièrement l'église en conservant la tour épargnée par les incendies. La découverte du tombeau de Saint Gildiun, mort à l'abbaye en 1007, fait affluer pèlerins et dons, qui permettaient à l'abbaye de poursuivre les travaux du chœur, dont les vitraux sont posés vers 1190. Le reste de la reconstruction se déroule au cours du dans des conditions financières moins favorables. Ainsi renonce-t-on à démolir la tour primitive. L'édifice est achevé autour des années 1320. Les bâtiments de l'abbaye ont évolué en fonction des modes et des vicissitudes de l'Histoire. La galerie nord du cloître est reconstruite au , le cloître en entier en 1408, le dortoir (qui a disparu dans l'incendie de 1584) est rebâti et terminé en 1609, tous les bâtiments sont rénovés entre 1700 et 1709 ... La Révolution fait disparaître le cloître et utilise l'église, vidée d'une grande partie de son mobilier, comme fabrique de salpêtre. Les bâtiments restants sont affectés à une caserne de cavalerie avant d'être attribués au lycée Marceau, au Muséum, à un hôpital militaire ... En 1803, l'église Saint Pierre (changeant ainsi de nom) est revenue au culte. Aujourd’hui, l'église accueille régulièrement des concerts à l'occasion du Festival d'orgues.

Édifices civils

La vieille ville de Chartres

Les bords de l'Eure en basse villeLa vieille ville de Chartres se compose de deux parties du centre-ville, la ville haute, autour de la Cathédrale et la basse ville, aux bords de l'Eure et de ses bras, qui constitue un ensemble remarquable de rues, ponts et édifices médiévaux et Renaissance. Image:France_Eure_et_Loir_Chartres_Vieille_ville.jpg|Tertre Saint-François Image:France_Eure_et_Loir_Chartres_Vieille_ville_02.jpg|Vue depuis le portail sud de la cathédrale

La maison Picassiette

La Maison Picassiette (ou la Maison aux mille morceaux) est un exemple d'architecture naïve constituée de mosaïques de verre et de faïence coulés dans le ciment. Elle est située à Chartres. Elle fut construite par un seul homme Raymond Isidore ( ° 8 septembre 1900 - † 7 septembre 1964), dit Picassiette.

La Maison du Saumon

Maison à colombage dite "maison du Saumon" La place de la Poissonnerie constitue un très bel ensemble architectural qui regroupe la Maison du Saumon ainsi que la Maison de la Truie qui file. En effet ce quartier était attesté comme lieu de vente du poisson depuis le début du http://www.quid.fr/communes.html?mode=detail&id=10017&req=Chart&style=fiche ; le dernier étal a disparu après 1950. Jusqu’au , le poisson de mer parvenait par des bateaux remontant d'abord le cours de la Seine puis celui de l’Eure. Enfin, ils repartaient vers Rouen, chargés de produits locaux. Autrefois, la place de la Poissonnerie était entièrement entourée de maisons à pignons. Cependant elles furent démolies vers 1870 puis en 1960. La Maison du Saumon fut habitée par Catherine Maubuisson, dame de Borville, à la tête d’un important négoce d’import export. Outre le saumon, la façade présente une Annonciation et saint Michel terrassant le dragon. En 1950, la façade et les combles de l’immeuble ont été classés monuments historiques. Malheureusement, le 1944, des bombes incendiaires ont endommagé ces bâtiments. Les motifs animaliers sculptés au dernier étage ont été refaits au cours de la restauration dans l’esprit du .

L'ancien Hôtel des postes devenue L'Apostrophe (médiathèque)

Ancien hôtel des postes (actuelle médiathèque) et cité administrative vus depuis le clocher ouest de la cathédraleInstallée en 1875 dans une maison déjà existante, située à l'angle des rues du Cloître-Notre-Dame et de la rue des Changes, l'administration des Postes se trouve très rapidement à l'étroit devant l'expansion des communications, dont le télégraphe et le téléphone. En 1919, à l'issue de la Grande Guerre, la construction d'un bâtiment spécifique situé à l'emplacement du marché aux chevaux, entre la place des Epars et la Place du Châtelet, est décidée. C'est à Raoul Brandon qu'est confiée la construction, qui s'inspire librement du Moyen Âge en utilisant des techniques novatrices pour l'époque, dont l'utilisation du béton armé. Le décor, placé sous l'égide de la paix retrouvée, raconte sur un support mosaïque, l'acheminement d'une lettre jusqu'à son destinataire, en employant tous les moyens de transport de l'époque. L'hôtel des Postes est terminé en 1928. En 2005, la Ville de Chartres acquiert le bâtiment, devenu une silhouette désormais indissociable du paysage chartrain pour y installer, après complète reconstruction intérieure, sa médiathèque. Le bâtiment étant fréquemment confondu par les touristes avec la cathédrale, il a été surnommé par beaucoup "Notre-Dame des postes".

Le Palais épiscopal devenu Musée des Beaux-Arts

Il ne subsiste rien du premier palais épiscopal qui aurait été édifié sur le site, par l'évêque saint Yves au . Du palais qui accueille Henri IV à l'occasion de son couronnement en 1594, il ne reste que les communs. Le bâtiment central est élevé sous l'épiscopat de monseigneur d'Estampes de Valençay dans la première moitié du . L'aile perpendiculaire et la terrasse sont dues à monseigneur Godet des Marais entre 1690 et 1709. Le pavillon central de la façade, la salle "à l'italienne" ainsi que la chapelle sont construits par monseigneur de Fleury au milieu du . La Révolution affecte les lieux à l'administration centrale du département de l'Eure-et-Loir de 1794 à 1804. Puis la préfecture s'y installe en 1804 avant de rendre, en 1821, le palais à l'évêché renaissant. À l'issue de la loi de la séparation de l'Église et de l'État, en 1905, les bâtiments deviennent la propriété du département de l'Eure-et-Loir. En 1913, celui-ci les met à la disposition de la Ville de Chartres par un bail emphytéotique de 99 ans. Les soldats cantonnés dans les lieux durant la Grande Guerre saccagent la décoration. Le bâtiment est laissé à l'abandon jusqu'à ce que la Ville de Chartres en fasse son musée des Beaux-Arts. Celui-ci est inauguré en 1939, mais n'est réellement ouvert qu'en 1948.

Le Théâtre de Chartres

L'ancien Hôtel des Archives départementales

Monument en l'hommage de Jean Moulin

Monument Jean Moulin

Musées

Centre international du vitrail

Le Centre international du vitrail est consacré au vitrail "vivant" (ateliers pédagogiques, exposition permanente sur l'art du vitrail, expositions temporaires accueillant des artistes contemporains). À la fin du , le polyptyque de l'église Notre-dame de Chartres décrit l'enclos de Loëns. Propriété du chapitre, il s'organise en de nombreux espaces (bâtiments, greniers, cours, caves ...) destinés au stockage du vin, des grains et des divers produits des dîmes et des fermages du chapitre. On trouve aussi, dans l'enclos, des prisons où sont enfermées les personnes ayant commis des méfaits sur les terres du chapitre. On descendait à la salle souterraine (le Cellier de Loëns actuel) par une rampe, alors que le grenier se situait au niveau des charrettes et des chariots qui apportaient les produits à stocker. Les sols actuels se trouvent donc à plus de 1, 5 mètre au-dessus du sol médiéval. La Révolution conserve, dans ses orientations générales, les vocations du Cellier et du Grenier, qui servent toutefois essentiellement de magasin militaire puis, plus généralement, de lieu d'entrepôt de diverses marchandises. Plus tard, les espaces s'ouvrent à des manifestations publiques exceptionnelles. Au début du , les frères Lumières y présentent plusieurs de leurs films. Les lieux, servant de prison au chapitre, conservent cette fonction jusqu'en 1800, des membres de la fameuse bande d'Orgères y étant incarcérés. Ce lieu est devenu la propriété de la Ville de Chartres en 1976. L'espace, restauré, est mis à la disposition de l'association le "Centre Internationale du Vitrail", dont la vocation est de promouvoir le vitrail.

Le Compa, conservatoire de l'Agriculture

Le Compa, conservatoire de l'Agriculture (à l'origine "conservatoire des machines et pratiques agricoles") est situé sur la commune de Mainvilliers et limitrophe de la commune de Chartres. Entité du conseil général d'Eure-et-Loir, il accueille sur 3 000 m² des collections uniques sur l'agriculture, l'alimentation, l'environnement ainsi qu'un espace consacré à des expositions temporaires sur des sujets de sociétés (alimentation, développement durable, ressources végétales, communication). Il y est retracé l'histoire de l'agriculture et de sa mécanisation de 1800 à 1950 à partir de machines et d'outils d'époque.

Personnages célèbres

- Fulbert de Chartres (960-1028), évêque de Chartres de 1006 à sa mort. Il est à l'origine des écoles de Chartres dont l'enseignement rayonna dans toute l'Europe, jusqu'aux confins du Danemark et de la Hongrie. Il est également le reconstructeur de la cathédrale après l'incendie de 1020.
- Jean de Salisbury (1115-1180), élève d'Abélard et de Fulbert de Chartres. Intellectuel anglais, ami de Thomas Becket. Évêque de Chartres de 1176 à 1180.
- Henri IV est sacré roi le 27 février 1594 en la cathédrale de Chartres.
- André Félibien, architecte.
- Jean Joseph Dusaulx, homme de lettres et homme politique.
- Nicolas-François Guillard, auteur dramatique français, est né à Chartres en 1752.
- Le général Marceau est né à Chartres en 1769. La place Marceau, le lycée Marceau... lui rendent hommage, ainsi qu'un buste le représentant (au sommet de l'obélisque, place Marceau) et une statue (place des Épars) sous laquelle est enterrée une partie de ses cendres (voir aussi Panthéon de Paris et Invalides).
- Louis Eugène Regnault
- Louis-Auguste Rogeard, professeur et journaliste, opposant au Second empire, auteur des Propos de Labienus, personnalité de la Commune de Paris né à Chartres en 1820
- Noël Ballay, poète, né à Fontenay-sur-Eure en 1847, a vécu à Chartres et a eu droit à des funérailles nationales le 4 mars 1902 dans la cathédrale de Chartres.
- Géo Lefèvre, chartrain, journaliste, penseur et créateur du Tour de France cycliste.
- Jean Moulin(1899-1943), préfet d'Eure-et-Loir.
- Franz Stock (
-21.09.1904, †24.02.1948) 15-16 juin 1963 Le cercueil reste d’abord exposé et est finalement inhumé en l’église Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres à Chartres.
- Robert Camelot, y a établi des plans d'ensemble d'habitations collectives.
- Mireille Dumas, animatrice de télévision, née à Chartres.
- Nicolas Escudé, joueur de tennis professionnel français né à Chartres le 3 avril 1976.
- Julien Escudé, footballeur international français né à Chartres le 17 août 1979.
- Cécile de Ménibus, animatrice de télévision née à Chartres le 16 septembre 1970.

Enseignement

Sport

Littérature

Klug, Sonja Ulrike: Kathedrale des Kosmos. Die heilige Geometrie von Chartres. Munich 2001. ISBN 3720521338 (en allemand)

Filmographie

- La ville a servi de décor pour des scènes du film Le Promeneur du Champ-de-Mars, de Robert Guédiguian (2005).
- "60 ans au service de la cathédrale de Chartres" Documentaire sur la cathédrale de Chartres réalisé par Tzarine Films (2006).

Pour approfondir

===
Sujets connexes
Agriculture   Amphithéâtre   André Félibien   Annonciation   Architecture Renaissance   Architecture naïve   Argent   Arrondissement de Chartres   Auguste Rodin   Autricum   Barjouville   Beauce (France)   Blois   Blé   Bordeaux   Canton de Chartres-Nord-Est   Canton de Chartres-Sud-Est   Canton de Chartres-Sud-Ouest   Canton de Mainvilliers   Carnutes   Cathédrale Notre-Dame de Chartres   Chambre de commerce et d'industrie d'Eure-et-Loir   Champhol   Chapitre   Chartres   Chartres métropole   Chef-lieu   Chœur (architecture)   Ciment   Collège   Collégiale   Commune de Paris (1871)   Commune française   Communes d'Eure-et-Loir   Compagnie des chemins de fer de l'Ouest   Compagnie des chemins de fer de l'État   Concours des villes et villages fleuris   Cosmetic valley   Crypte   Cécile de Ménibus   Danemark   Devise (phrase)   Démocratie libérale (parti politique)   Dîme   Eure-et-Loir   Eure (rivière)   Faïence   Fermage   Fontenay-sur-Eure   France   Franz Stock   François Bayrou   François Ier de France   Fulbert   Fulbert de Chartres   Gentilé   Georges Lemoine   Grenier   Géo Lefèvre   Henri IV de France   Hongrie   Héraldique   Industrie pharmaceutique   Jean-Marie Le Pen   Jean-Pierre Gorges   Jean Moulin   Jean de Salisbury   Julien Escudé   Le Compa, conservatoire de l'Agriculture   Le Coudray   Le Mans   Le Promeneur du Champ-de-Mars   Liste des comtes et ducs de Chartres   Louis-Auguste Rogeard   Louis-Philippe Ier   Louis Eugène Regnault   Lucé   Luisant   Lycée   Lèves   Mainvilliers   Maison Picassiette   Mireille Dumas   Mosaïque (art)   Moyen Âge   Nantes   Nice   Nicolas-François Guillard   Nicolas Escudé   Nicolas Sarkozy   Nogent-le-Phaye   Olivier Besancenot   Orléans   Panthéon de Paris   Paris   Parti socialiste (France)   Philippe VI de France   Philippe de Villiers   Poisson   Poste   Précipitation   Préfecture   Rennes   Robert Camelot   Robert Guédiguian   Rome antique   Rotonde   Rouen   Révolution   Saumon   Seine   Strasbourg   Ségolène Royal   Température   Thomas Becket   Tours   Tramways d'Eure-et-Loir   Télégraphe   Téléphone   Union pour un mouvement populaire   Verre  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^