Expositions universelles de Paris

Infos
Exposition universelle de 1900 Cet article traite des différentes expositions universelles qui se sont tenues à Paris, et qui ont en partie façonné la capitale française que l'on connaît aujourd'hui.
Expositions universelles de Paris

Exposition universelle de 1900 Cet article traite des différentes expositions universelles qui se sont tenues à Paris, et qui ont en partie façonné la capitale française que l'on connaît aujourd'hui.

Exposition nationale de 1844

Il s'agit d'une exposition nationale qui a eu lieu en 1844 dans une structure temporaire installée sur les Champs-Élysées à Paris. Ce fut l'une d'une série de onze expositions qui démarrèrent en 1798 et qui encouragaient le développement agricole et technologique de la France. Le succès de la première exposition à Paris à la fin de l'année 1849 donna suite à une série d'imitations à travers l'Europe telles que la Grande Exposition de Londres en 1851 qui réunissait des artisans du monde entier. D'autres expositions européennes suivirent : celle de Berne et de Madrid en 1845, de Bruxelles et de Bordeaux en 1847, celle de Saint-Petersbourg en 1848 et de Lisbonne en 1849. L'exposition recommenca à Paris en 1849 et fut dénommée Exposition de la Seconde République ou encore Exposition Nationale des produits de l'industrie agricole et manufacturière.

Exposition universelle de 1855

Palais de l'Industrie, construit pour la première exposition universelle La première exposition universelle des produits de l'industrie (de Paris) se tint, par Décret impérial du 8 mars 1853, sur le Champ-de-Mars du 15 mai au 31 octobre 1855. Elle eut lieu quatre ans après l'exposition universelle de Londres et essaya de rivaliser avec celle-ci. Ainsi, le Palais de l'Industrie tenta d'être l'égal du Crystal Palace de Londres. Cet évènement fut très important et accueillit près de de visiteurs. L'Exposition Universelle de 1855 joua un rôle décisif dans l'introduction en France de races anglaises comme la vache Durham ou le mouton Southdown, qui ouvrirent la voie à des races dites « améliorées » issus de croisements, comme par exemple le mouton Southdown-berrichon. On y trouva aussi, toujours pour la partie agricole de l'Exposition, des machines agricoles dont le but était d'améliorer la rentabilité par un gain en efficacité et un recours à une main d'oeuvre moins nombreuse. On peut citer la piocheuse de Barrat, ou le rateau à cheval de Howard. Le seul vestige actuel de cette exposition est le théâtre du Rond-point des Champs-Élysées conçu par l'architecte Gabriel Davioud, appelé alors le Panorama National (en lieu et place du cirque construit par l'architecte Jacques Hittorff au croisement des Champs-Elysées et de l'avenue d'Antin (avenue Franklin-D.-Roosevelt). On peut également noter la subsistance d'un autre effet de l'exposition de 1855 : la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855 voulue par Napoléon III.

Exposition universelle de 1867

La seconde exposition universelle se tenait alors du au 3 novembre 1867 sur le Champ-de-Mars. 41 pays étaient présents pour l'exposition.

Exposition universelle de 1878

Réalisation de l'ancien Palais du Trocadéro par les architectes Gabriel Davioud et Jules Bourdais, détruit pour l'exposition de 1937. Le Jardin du Trocadéro est réalisé par Jean-Charles Alphand
- 16 millions de visiteurs

Exposition universelle de 1889

L'exposition de 1889 vue de ballon Cette exposition fut organisée par Jean-Charles Alphand, elle eut lieu du 6 mai au 31 octobre 1889. Elle accueillit visiteurs, et s'étendait sur 50 hectares. Les symboles les plus éclatants de cette exposition universelle étaient la Tour Eiffel ainsi que l'immense Palais des Machines de Ferdinand Dutert et Victor Contamin, construits tous deux pour l'occasion. C'est également l'émergence de l'École de Nancy et l'arrivée de l'Art nouveau en France. La tour Eiffel était alors considérée comme une construction provisoire destinée à être démontée à brève échéance (son créateur, l'ingénieur Gustave Eiffel, obtint une concession d'exploitation qui la sauva), tandis que le palais du Trocadéro qui lui faisait face était destiné à durer. Ce fut le contraire qui se produisit. Cette exposition a attiré 32, 3 millions de visiteurs.

Exposition universelle de 1900

C'est la plus importante exposition universelle en France, elle a attiré 50, 8 millions de visiteurs. Quelques héritages et attractions : - un trottoir roulant appelé "Rue de l'avenir", la projection des films des frères Lumière sur écran géant, la première ligne de métro ouverte pour l'exposition (porte de Vincenne- porte Maillot), de nouvelles gares (Orsay, Invalides, Lyon), la fontaine lumineuse et l'usage nocturne de l'électricité. exposition universelle de 1900 Le Château d'eau, Exposition universelle, 1900, Paris Le pont Alexandre III au moment de son inauguration à l'occasion de l'exposition universelle de 1900 La gare d’Orsay, le Petit et Grand Palais, le pont Alexandre-III sont construits pour célébrer l'exposition universelle. Le Petit et Grand Palais sont construits sur l'emplacement du Palais de l'Industrie, fruit d'une précédente exposition universelle (1855). Présentation lors de cette exposition du Cinéorama. Une grande roue fut construite avenue de Suffren (actuel village suisse). Elle avait un diamètre de 100 mètres et fut démolie en 1937. Les Jeux Olympiques d'été de 1900 sont organisés durant l'exposition.
- Le Pavillon français des Arts décoratifs est créé par Georges Hoentschel.

Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de 1925

La création artistique en France pendant les années folles est marquée surtout par l'organisation de l'Exposition Internationale des Arts décoratifs et industriels modernes qui se tient à Paris d'avril à octobre 1925. À cette occasion, les idées d'avant-garde internationales concernant l'architecture et les arts appliqués se confrontent. M. Dufrêne dit que « l'art de 1900 fut l'art du domaine de la fantaisie, celui de 1925 est du domaine de la raison. » Pourtant, lors de l'Exposition, deux tendances dominent : un premier style influencé par le langage de l'Art nouveau et un second dit « moderne » qui se distingue par un vocabulaire innovant, emprunté du cubisme et du constructivisme russe. Le style Art déco prend son essor bien avant la guerre dans la contestation et les abus provoqués par l'Art nouveau. Son épanouissement prend lieu avec l'évènement majeur du milieu des années 20 en France, l'Exposition internationale. Située entre l'Esplanade des Invalides et les abords des Grand et Petit Palais, l'exposition accueille invités lors de l'inauguration, le 28 avril et des milliers de visiteurs chaque jour. L'appellation Art déco sous-entend une volonté de style décoratif. Pourtant deux tendances se distinguent : les contemporains et le vieux décor des années 1900 (Jacques-Émile Ruhlmann) et les partisans du modernisme, du style international, du purisme. La spécificité du créateur Art déco est qu'il est considéré comme un « ensemblier », il doit créer la totalité de la pièce choisie, du sol au plafond, il doit concevoir harmonieusement architecture et mobilier, accessoires. Le Corbusier, pour le Pavillon de l'Esprit Nouveau qu'il conçoit en juillet 1925 avec son cousin Pierre Jeanneret à l'occasion de l'Exposition, réalise également l'ensemble du mobilier qu'il nomme plutôt « équipement », sortes de casiers standards, incoporés aux murs ou modulables. Le Pavillon de l'Esprit Nouveau est un bâtiment éphémère, illustrant les concepts du purisme et de la revue Esprit Nouveau fondée par Amédée Ozenfant et Le Corbusier en 1920. À l'intérieur de la cellule d'habitation, des œuvres picturales de Léger (La balustre), Ozenfant, Juan Gris, Pablo Picasso et Le Corbusier (Nature morte de l'Esprit Nouveau) sont exposées. Quant à Ruhlmann, il réalise à l'occasion de l'exposition, le Pavillon du Collectionneur, en s'entourant d'un bon nombre d'artisans et d'artistes. Pierre Patout conçoit la structure du bâtiment, de style plutôt classique : avancée arrondie côté jardin, frises ornées de bas reliefs, saillie du salon ovale, colonnes simplifiées (sans base ni chapiteau). La décoration intérieure, luxueuse, élégante, de grande qualité, revient à Ruhlmann qui encombre les pièces de meubles, d'objets raffinés et précieux, inspirés du style du . Ce pavillon suscite l'admiration de tous les visiteurs et est alors considéré comme le summum du bon goût français. Note: L'exposition coloniale de Paris de 1931 n'était pas une exposition universelle.

Exposition universelle de 1937

L'Exposition Internationale « Arts et Techniques dans la Vie moderne », qui s'est tenue à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937, est la première exposition organisée en France selon les règles de la Convention de Paris de 1928 sur les Expositions internationales. C'est également le dernier événement de ce genre à avoir eu lieu à Paris. Une loi du 6 juillet 1934 décide l'organisation d'une exposition internationale à Paris, le 19 juillet Edmond Labbé est nommé Commissaire Général par le Gouvernement français. Il doit rassembler différentes propositions du Parlement français dans un projet d'exposition cohérent. Il choisit de démontrer que l'Art et la Technique ne s'opposent pas mais que leur union est au contraire indispensable : le Beau et l'Utile doivent être, dit-il, indissolublement liés. Dans un contexte de crise économique et de tensions politiques internationales, l'Exposition de 1937 doit également promouvoir la paix. Le projet est à l'origine modeste, l'Exposition doit s'installer principalement sur le Champ-de-Mars et dans les jardins du Trocadéro. Les terrains font l'objet de deux agrandissements successifs et s'étendent du pont de l'Alma jusqu'à l'Île aux Cygnes, avec des annexes hors de Paris. La plupart des bâtiments sont temporaires, à quelques exceptions : le Palais de Chaillot remplace l'Ancien Palais du Trocadéro . Apollon devant le Trocadero. Sculpture en bronze d'Henri Bouchard, réalisé pour l'exposition de 1937 à Paris. Le Palais de Tokyo est construit sur les terrains de la manutention militaire et de l'ambassade de Pologne (celle-ci est démolie et l'Hôtel de Sagan acheté par l'État français est offert à la Pologne en compensation). Il doit recevoir le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris d'une part et le Musée National d'Art Moderne d'autre part dont les collections étaient jusqu'alors exposées au Palais du Luxembourg. Le pavillon des Travaux Public est conservé, il abrite aujourd'hui le Conseil économique et social. La largeur du pont d'Iéna est doublée. article détaillé sur l'architecture et les sculptures de l'exposition de 1937 Les mouvements sociaux nés du Front populaire entraînent de grands retards dans les travaux et de nombreux incidents sur les chantiers : grèves, blocages. Le Gouvernement français est obligé de payer des sur-salaires pour faire travailler les ouvriers le soir et le dimanche, et malgré cela l'Exposition ouvre avec un mois de retard sur le calendrier prévu.

Voir aussi

- « Pavillon des temps nouveaux, manifeste des CIAM : essai de musée d’éducation populaire (urbanisme) », où Eileen Gray est invitée à exposer son projet de Centre de Vacances.
- « Exposition Universelle de 1889 » de E.Monod.
- Bureau international des expositions
- Innovation en Europe à la Belle Époque
- Catégorie:Salon et exposition à Paris Catégorie:Jeux Olympiques d'été de 1900 Paris en:Exposition Universelle (1855) es:Exposición Universal de París (1855) ja:パリ万国博覧会 (1855年) pt:Exposição Universal de Paris de 1855 sv:Världsutställningen 1855
Sujets connexes
Amédée Ozenfant   Ancien Palais du Trocadéro   Années folles   Art déco   Art nouveau   Avenue des Champs-Élysées   Berne   Bordeaux   Bruxelles   Bureau international des expositions   Champ-de-Mars (Paris)   Cinéorama   Classification officielle des vins de Bordeaux de 1855   Congrès international d'architecture moderne   Conseil économique et social (France)   Constructivisme russe   Convention de Paris   Crystal Palace (palais d'expositions)   Cubisme   Diamètre   Eileen Gray   Exposition coloniale   Exposition universelle   Expositions universelles de Paris   France   Gabriel Davioud   Georges Hoentschel   Grand Palais   Grand Palais (Paris)   Grande roue   Gustave Eiffel   Innovation en Europe à la Belle Époque   Jacques-Émile Ruhlmann   Jacques Hittorff   Jardin du Trocadéro   Jean-Charles Alphand   Jeux Olympiques d'été de 1900   Juan Gris   Jules Bourdais   Le Corbusier   Lisbonne   Londres   Madrid   Napoléon III   Pablo Picasso   Palais de Chaillot   Palais de Tokyo   Palais de l'Industrie   Paris   Petit Palais   Pierre Jeanneret   Pierre Patout   Pont Alexandre-III   Pont d'Iéna   Purisme   Style international   Symbole   Tour Eiffel  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^