Motte castrale

Infos
Le donjon de Gisors au sommet d'une motte le château de Burcht à Leyde (Pays-Bas) Une motte castrale est un ouvrage de défense construit en terre et bois. Il est généralement composé d'un rehaussement important de terre rapportée et tassée, de forme circulaire, la motte, au sommet de laquelle est élevée une tour centrale, ayant fonction de donjon, un puits est parfois creusé à l'intérieur. Une première enceinte de bois entoure le sommet de la motte (la haute cour).
Motte castrale

Le donjon de Gisors au sommet d'une motte le château de Burcht à Leyde (Pays-Bas) Une motte castrale est un ouvrage de défense construit en terre et bois. Il est généralement composé d'un rehaussement important de terre rapportée et tassée, de forme circulaire, la motte, au sommet de laquelle est élevée une tour centrale, ayant fonction de donjon, un puits est parfois creusé à l'intérieur. Une première enceinte de bois entoure le sommet de la motte (la haute cour). Une seconde enceinte plus vaste, renforcée de fossés, (la basse cour), de forme variable (circulaire, ovoïde, etc.) est créée autour de la motte elle-même. Cet ensemble constitue parfois un refuge ultime pour les populations environnantes, et est souvent à l'origine de châteaux forts ou de villages fortifiés. Aucune motte castrale n'est parvenue jusqu'à nous dans son état originel, les constructions de bois ont disparu et la motte elle-même a parfois été rasée volontairement. La toponymie, cependant, garde de nombreuses traces de l'existence de mottes disparues, noms de villes ou villages, Lamotte-Beuvron, Lamothe-Cassel, lieux dits la Motte, le Mottier etc. Le terme de motte féodale était auparavant utilisé en castellologie, et le terme de château à motte est également parfois utilisé.

Aire de diffusion

La motte féodale de Dinan, d'après la Tapisserie de Bayeux L'aire de diffusion de la motte concerne essentiellement les territoires du Nord-Ouest de l'Europe (Irlande après la colonisation normande, Bretagne, Angleterre, Normandie, Pays de la Loire, Île-de-France, Picardie, Pays-Bas méridionaux et septentrionaux). À mesure que l'on avance vers le sud, elle se raréfie. Elle n'est cependant pas absente en France méridionale (Tuc en Gascogne) et dans le nord-ouest de la Péninsule Ibérique, et a été introduite en Italie méridionale et en Sicile par les conquérants normands dans la deuxième moitié du XI siècle. Il existe des établissements tout à fait comparables au Japon où les structures sociales sont également fondées, à partir du de notre ère, sur des relations sociales dites féodales.

Origine historique

Le discours le plus courant les fait remonter au , période qui verrait la dissolution de l'autorité publique au profit de petits seigneurs locaux s'affirmant par la construction de châteaux. Cette vague de constructions à motte verrait donc la domination du groupe aristocratique s'affirmer sur les hommes que l'on regroupe dans la basse-cour : c'est l'encellullement, corollaire de l'incastellamento en Italie centrale. Même si, d'un point de vue historiographique, ce paradigme de la « mutation féodale » (c.à d. l'évolution brutale des structures de la société vers une organisation féodale aux alentours de l'an Mil) est largement remis en question, l'émergence des mottes à cette époque pose de plus en plus problème. De récents travaux archéologiques ont bien montré que les mottes occupent bien souvent le site d'une aula (palais) seigneuriale antérieure qu'elles recouvrent. Certaines fouilles de mottes ont également montré que l'apparition de levées de terre portant un habitat aristocratique pouvait précéder (par ex : à Boves, Picardie) ou, au contraire, être bien postérieures à l'an mil et dater de la fin du . La motte, d'après les travaux de Jean-François Maréchal, spécialiste de la question, ne servait pas de support, toujours artificiel, du moins en partie, à l'élévation d'une tour de guet, contrairement à qu'on pense généralement (c'est un non-sens de croire qu'une butte artificielle de terre fraîche puisse supporter une tour de plusieurs étages sans risque d'affaissement), mais constitue un « emmottement » ou talutage des fondations d'une véritable tour de défense qui est même à l'origine du donjon. Cette technique avait pour but de les préserver de l'attaque au bélier, de la sape, et d'éloigner les beffroys ou tours roulantes. Ce « fruit » de terre a précédé celui de pierre destiné à renforcer la base d'une construction de pierre et à servir en plus de contrefort. Sur la tapisserie de Bayeux on peut d'ailleurs voir les soldats de Guillaume en train d'"emmotter" une tour en cours d'élévation et dont les pièces détachées ont été apportées par bateau. Les fouilles de Doué-la-Fontaine par Michel de Bouärd, autre archéologue qui a beaucoup travaillé sur la question, ont révélé aussi le renforcement d'une maison carolingienne par emmottement de ses murs dont les ouvertures ont été préalablement obstruées et qui ont été surélevés en vue de la transformer en véritable donjon. Nous tenons donc là, selon J.-F. Maréchal, l'origine de ce donjon qui devait connaître un extraordinaire développement par la suite et perdurer pendant trois siècles… il a même encore servi pendant la Guerre de Cent Ans ! Le donjon-à-motte est un véritable chef d'œuvre d'architecture militaire, très efficace, difficile à prendre et ne requérant qu'un minimum de défenseurs. Les pentes de la motte devaient être, toujours suivant cet auteur, plantées d'arbustes épineux qui jouaient le rôle de « fils de fer barbelés », comme le faisaient déjà les Gaulois, d'après César, pour défendre leurs camps ou même leurs habitations. D'où son succès à travers toute l'Europe qui se hérisse de ces premiers châteaux forts comprenant déjà « chemise », murs crénelés, souterrain et puits dans la "cavea" servant en outre de magasin d'armes et de provisions (et même de « glacière »), passerelles préfigurant le pont-levis, et basse-cour fossoyée et palissadée…

Un aspect symbolique de la motte

Maquette de motte castrale Au même titre que la tour (donjon) ou, à l'époque moderne, le pigeonnier, la motte est véritablement le symbole du pouvoir féodal détenu par les seigneurs. L'écrasante majorité des mottes, dans l'ouest de la France notamment, ne présente aucune valeur militaire efficiente et, par leur situation en bordure des limites paroissiales, témoignent de la volonté des seigneurs de créer un autre pôle de pouvoir, distinct du pouvoir ecclésiastique symbolisé par l'église et son clocher. Par la suite, certaines mottes féodales seront réutilisées pour des constructions en pierres remplaçant les constructions en bois et deviendront le centre d'un château féodal, un exemple parfait étant le château de Gisors (Eure).

Voir aussi

- camp romain et castellum
- Castrum
- Château fort

Bibliographie


- Michel De Boüard, Manuel d'archéologie médiévale : de la fouille à l'histoire, Paris, SEDES, 1975.
- Gabiel Fournier, Le Château dans la France médiévale, Aubier Montaigne, coll. « Sciences Humaines », Paris, 1978.
- Nicolas Lebas, Géohistoire du Ternois médiéval : l'évolution du village d'Hesdin à Arras (VIe-XIIIe s.), mémoire de maîtrise d'histoire, sous la direction de J.-P. Arrignon, Université d'Artois, 2005.
- Francis Perreau, « Mottes castrales et sites fortifiés médiévaux du Pas-de-Calais », Arras, Mémoire de la Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais, 2005. ===
Sujets connexes
Angleterre   Basse-cour   Boves   Bretoncelles   Camp romain   Carolingiens   Castellologie   Castellum   Château fort   Donjon   Doué-la-Fontaine   Eure (département)   Gascogne   Gisors   Guerre de Cent Ans   Guillaume le Conquérant   Irlande   Italie   Japon   Jules César   Lamothe-Cassel   Lamotte-Beuvron   Leyde   Normandie   Pays-Bas   Pays de la Loire   Picardie   Pont-levis   Sicile   Tapisserie de Bayeux   Toponymie   Tuc  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^