Négationnisme

Infos
Le terme négationnisme désigne, dans sa signification première, la négation de la réalité du génocide pratiqué par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale contre les Juifs et les Tziganes. Le négationnisme consiste ainsi à prétendre, notamment par la négation de l'existence des chambres à gaz d'extermination ou de la volonté d'extermination des Juifs d'Europe par les nazis, que la réalité de ces crimes relèverait de mythes. L'expression publique de
Négationnisme

Le terme négationnisme désigne, dans sa signification première, la négation de la réalité du génocide pratiqué par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale contre les Juifs et les Tziganes. Le négationnisme consiste ainsi à prétendre, notamment par la négation de l'existence des chambres à gaz d'extermination ou de la volonté d'extermination des Juifs d'Europe par les nazis, que la réalité de ces crimes relèverait de mythes. L'expression publique de ces propos est sanctionnée dans de nombreux pays. Le 26 janvier 2007, l'Assemblée Générale des Nations Unies a adopté par consensus une résolution condamnant la négation du génocide des Juifs par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Par extension, le terme est régulièrement employé pour désigner la négation, la contestation ou la minimisation d'autres crimes historiques. Ce fut le cas pour le génocide arménien par le gouvernement Jeunes-Turcs de l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale, le massacre de Nankin perpétré par l'armée impériale japonaise, le génocide au Rwanda, les massacres pratiqués par les Khmers rouges au Cambodge, des massacres coloniaux... La question se pose pourtant de définir une limite claire entre la notion de « contestation de crimes historiques » et celle de « négationnisme »Article négationisme de la Revue encyclopédique remise, publiée par l'association remise, juin 2006 ; voir aussi page de discussion du présent article. La démarche négationniste a ceci de particulier qu'elle use d'une méthodologie partiale et malhonnête, opérant la sélection, la dissimulation, le détournement ou la destruction d'informations corroborant l'existence du crime (voire la création de fausses preuves « impliquant » l'inexistence des évènements passés). On peut légitimement parler de négationnisme lorsque de telles méthodes sont employées, lorsque les motivations ne sont pas exclusivement la recherche de la factualité historique (motivation antisémite, partisane ; voir partie motivations des négationnistes) et lorsque les faits contestés ont été indubitablement établis. Dans le même ordre d'idée, la dénégation de responsabilité des auteurs des crimes ne relève pas du négationnisme.

« Négationnisme » et « révisionnisme »

La notion de « négationnisme » est fondamentalement à distinguer de celle de « révisionnisme ». Le néologisme « négationnisme » a été créé par l’historien Henry Rousso en 1987. Son utilité est de désigner correctement la démarche de falsification historique comme celle de Robert Faurisson ou d'Henri Roques, qui se qualifient eux-mêmes indûment de « révisionnistes ». Il entend ainsi marquer la différence entre ce qu'il estime relever avant tout d’une idéologie servie par la négation malhonnête de la « réalité » des faits, et le révisionnisme historique, aspect normal de l'activité scientifique exercée par les historiens lorsqu'ils réexaminent une « interprétation » antérieure de faits. Il s'agit donc principalement de dénoncer les méthodes employées par les négationnistes : contre-vérités, falsifications, discrédit jeté sur les témoins, etc. Le négationnisme vient en parfaite contradiction des évènements qui se sont effectivement déroulés, lorsque le révisionnisme essaye de réinterpréter ou de remettre en perspective des faits, en accord avec les données objectives, sans opérer de sélection dans celles-ci.

Motivations des négationnistes

Motivations principales

Les motivations des négationnistes peuvent être diverses. Dans le cas de la négation du génocide juif commis par les nazis, elles apparaissent être principalement l'« antisémitisme » et « la volonté de défendre » - en niant la réalité des faits - « le régime nazi et ses collaborateurs » (comme le régime de Vichy en France). Mais il existe aussi un négationnisme de l'ultra-gauche (comme celui du groupe français La Vieille Taupe fondé par Pierre Guillaume) qui visait initialement à défaire la pensée politique du consensus de l'antifascisme jugé préjudiciable à la possibilité de la révolution. Ce groupe très minoritaire est, de fait, conduit à fréquenter l'extrême droite négationniste. La négation d’un génocide (Shoah, Génocide arménien, Rwanda, etc.) vise notamment, de facto, à obtenir un non-lieu pour ce qui est admis comme un crime, et à retirer aux victimes ou à leurs ayants droit tout droit à la moindre réparation (en l’absence de crime il n’y a plus ni criminels ni victimes). Le négationnisme peut ainsi servir à protéger aussi bien les auteurs d'un génocide, que les complices d'un génocide et les héritiers idéologiques d'un génocide. Les thèses négationnistes reposent le plus souvent sur des faits maquillés ou l'omission délibérée d'éléments à charge. On estime en conséquence que ces thèses sont le fait d'extrémistes (antisémitisme, etc.).

Les auteurs du crime et le négationnisme

Le négationnisme est présenté comme prolongement du génocide par plusieurs journalistes, comme Philippe Val, des essayistes tels Bernard-Henri Lévy. Pourtant, le négationnisme n'a jamais été soutenu par les responsables nazis de la Shoah et du Porrajmos. La déportation des Juifs de Hongrie s'est faite, en 1944, alors que la population israélite, le gouvernement hongrois et les Alliés savaient que la déportation signifiait la mise à mortRaul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, éd. Gallimard, 2006, tome II, pp. 1483/1484. Hans Frank déclarait, le 25 janvier 1943 : « Nous souhaitons rappeler que nous tous, ici présent, nous figurons sur la liste des criminels de guerre de M. Roosevelt. J'ai l'honneur d'occuper la première place. Nous sommes donc tous, en quelque sorte, complices dans ce contexte de l'histoire mondialeHans Frank, Journal, 25 janvier 1943, cité dans Raul Hilberg, op. cit., tome III, p. 1874. » Lors du procès de Nuremberg, Frank renonça à tirer gloire de ses crimes, mais ne chercha pas à les dissimuler : « — Docteur Seidl : N'avez-vous jamais participé à l'extermination des Juifs ? — Hans Frank : Je réponds “oui”. Car ayant vécu les cinq mois de ce procès, et surtout après avoir entendu la déposition du témoin Höss, il me semble que ma conscience ne m'autorise pas à laisser retomber la responsabilité sur les seules personnes qui n'avaient qu'une influence de second ordre. Mille ans passeront sans que soit effacée cette responsabilité de l'AllemagneProcès des grands criminels de guerre, Imprimerie nationale, tome XII, p. 19, cité dans Raul Hilberg, op. cit., tome III, p. 1960. » De leur côté, Rudolf Hoess et Adolf Eichmann ont écrit leurs Mémoires, où ils décrivent leur processus de destruction et le rôle qui fut le leurVersions françaises : Rudolf Hoess, Le commandant d'Auschwitz parle (1959), éd. La Découverte, 2005 ; Adolf Eichmann, Eichmann par Eichmann, éd. Grasset, 1971. Eichmann, loin d'approuver les négationnistes, « se référait souvent aux oeuvres de Léon Poliakov en tant qu'autorité et meilleure source des événements »Eichmann par Eichmann, op. cit., p. 12. Aucun dirigeant nazi n'a nié l'existence des crimes contre les Juifs et les Tziganes. Ceux qui ont été jugés ont plaidé l'ignorance ou l'obéissance aux ordresPierre Vidal-Naquet note dans Un Eichmann de papier que « dans leur immense majorité, discutèrent pied à pied les charges qui les concernaient, plaisèrent souvent l'ignorance ou l'innocence, mais ne nièrent jamais ce qui n'était pas niable ». Lors des procès successeurs de Nuremberg, les dirigeants des Einsatzgruppen ne rejetèrent la réalité d'aucun massacre : . Raul Hilberg ne note aucune tentative de nier les crimes dans son étude des procès successeurs : Raul Hilberg, op. cit., tome III, pp. 1994 à 2000.

« Négationnisme » et « dénégation de responsabilité »

Selon un usage abusif, le terme « négationnisme » est parfois utilisé pour désigner la dénégation de responsabilité du crime. Les accusés ou leurs défenseurs se défendent notamment :
- en niant toute participation directe ou indirecte aux événements ;
- en mettant en avant de bonnes actions ;
- en portant une accusation symétrique et au moins équivalente (par exemple : le massacre n'est qu'une réaction de défense suite à un autre génocide) ; Insistons donc sur le fait que le négationnisme porte sur la réalité du crime, non sur la responsabilité ou les excuses des auteurs (ou des complices, ou encore des gens qui n'ont rien fait bien qu'ils « savaient », ou même la responsabilité que certains imputent aux victimes elles-mêmes...). Quand bien même la défense de ce point ne reposerait que sur des manipulations historiques ou des mensonges (inventions de fausses agressions, etc.), elle n'en constitue pas pour autant du négationnisme.

Faits historiques objets du négationnisme

La Shoah

La négation de la Shoah, à l'origine du terme même de « négationnisme », est un fait complexe actuellement développé dans un article consacré. La spécificité du terme négationnisme semble cependant justifier la réintégration de cette partie dans le présent article, après un temps dévolu à la clarification dudit sous-article (suppression des nombreuses répétitions, travail de sourçage précis, neutralisation). Vous pouvez consulter cette sous-partie en réécriture et collaborer à son amélioration par le lien suivant.

Génocide arménien

Entre avril 1915 et juillet 1916 ont été méthodiquement massacrés les deux tiers de la population arménienne de l'Empire ottoman par le gouvernement Jeune-Turc. Ce génocide a fait près de 1 200 000 morts. L'État turcLa Turquie se dit la digne héritière de l'Empire ottoman. nie, non pas l'existence d'une déportation des Arméniens ni la mort d'une grande partie d'entre eux, mais l'utilisation du terme « génocide » pour qualifier ces crimes, et l'ampleur de la tragédie (La plupart des historiens turcs, à la botte de l'état, prétendent qu'il y eut plus de musulmans tués — sans préciser les Turcs). La diplomatie turque mène un important travail de lobbying pour s'opposer à la reconnaissance du génocideA l'inverse, certaines personnes pensent que la reconnaissance du génocide arménien serait le résultat d'un lobbiyng arménien. Un certain nombre de turcologues remettent en question le génocide, d'autres n'ont pas étudié les faits.

Crimes de guerre japonais

Article détaillé : Révisionnisme au Japon La Chine, la Corée du Sud et les Philippines dénoncent régulièrement les tentatives de la droite nationaliste japonaise de nier les crimes de guerre perpétrés sur le continent asiatique par l'armée impériale japonaise au cours de l'expansion de l'empire japonais. Le massacre perpétré par l'armée impériale japonaise à Nankin lors de l'invasion de la Chine, l'esclavage sexuel imposé à des civiles et les expérimentations menées sur des humains par des unités de recherche bactériologiques constituent notamment des épisodes abominables de cette histoire longtemps occultée pour des raisons politiques. Dans le cadre de la Guerre froide, le gouvernement des États-Unis, par exemple, n'a pas voulu s'aliéner son allié japonais et nombre de criminels ont été éxonérés de poursuites devant le Tribunal de Tokyo. La visite annuelle de l'ancien premier ministre Junichiro Koizumi au sanctuaire de Yasukuni, où sont honorés certains criminels de guerre a fait l'objet de protestations régulières, de même que les déclarations de Shinzo Abe sur l'implication du régime shôwa dans l'enlèvement des femmes de réconfort. En 1990, le maire de Nagasaki, Motoshima Hitoshi, a été abattu pour avoir soulevé la question de la responsabilité de l'empereur Hirohito dans la Seconde Guerre mondiale.

Massacre de Srebrenica

Le massacre de Srebrenica, considéré par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et la Cour Internationale de Justice comme « génocide », est contesté dans cette dimension par certains.

Le négationnisme du génocide au Rwanda

- La théorie du « double génocide » a pour but de transformer le génocide des Tutsi en un massacre « interethnique » pour disculper le gouvernement intérimaire rwandais de 1994, dont les deux tiers des membres ont été poursuivis par le TPIR. Elle a aussi pour objectif de disculper les autorités occidentales qui l'ont soutenu passivement ou activement. Ce négationnisme, très répandu dans la francophonie, est souvent exprimé par le pluriel : les génocides au Rwanda. Cette expression a été utilisée notamment en France par François Mitterrand dans la version écrite de son discours à Biarritz du 8 novembre 1994. Dans son livre l'inavouable, la France au Rwanda Patrick de Saint Exupéry, envoyé spécial du Figaro au Rwanda en 1994, prend prétexte de l'usage de cette expression par Dominique de Villepin pour l'emmener sur les traces de ce qu'il a vu au Rwanda, ce qui constitue la trame de son livre Voir également « Le Figaro
- Le mythe du complot hamite repose sur des documents de même nature que le protocole des sages de Sion. Il servit de justificatif au génocide au Rwanda. Il s'agit de la systématisation des spéculations des premiers colonisateurs de la région qui voyaient dans les Tutsi du Rwanda et du Burundi des descendants des hamites ayant émigré au Rwanda il y a plusieurs siècles. Alison Des Forges - Aucun témoin ne doit survivre, le génocide au Rwanda - Karthala. Pierre Péan a repris à son compte cette théorie dans son livre Noires Fureurs, blancs menteurs - Mille et une nuits

Démarches et méthodes du négationnisme

Il existe une méthodologie générale de la négation, qui emprunte tantôt à une véritable démarche historique (révisionnisme historique) évidemment dévoyée, mais aussi à des procédés rhétoriques parfois très subtils. Certains faits historiques possèdent un contexte particulier qui peut favoriser l'émergence de méthodes spécifiques de négation. Pour une information précise sur les méthodes employés dans le cas d'un évènement particulier, se référer momentanément aux pages dévolues à la négation de chaque faits historique.

Argument de la rétro-analyse

Les événements les plus susceptibles de remise en cause négationniste semblent être des événements autour desquels s’est développé un fort contenu mythique, et qui servent d’appui à un titre ou à un autre (justification idéologique, cause d’action militaire, etc.) Ceci permet aux négationnistes de forger une argumentation fallacieuse et cependant efficace, à savoir que ce serait exclusivement l'attachement au mythe qui serait à l'origine des différents témoignages sur les événements. Certains pourront ainsi prétendre, sans aucune démonstration à l'appui de leur affirmation très gratuite, que les chambres à gaz ne sont que des constructions postérieures à la guerre érigées pour accréditer la thèse de la Shoah et diaboliser l’Allemagne nazie. Les différents témoins seront de fait présentés comme autant d’agents manipulateurs (stipendiés par le KGB, la CIA, la DGSE, par exemple). Leur faible nombre (dû au génocide) sera utilisé comme une preuve du caractère « secondaire » de l’événement. La négation du goulag soviétique, particulièrement répandue en France pour et par le parti communiste français à une époque, a permis à ce parti de préserver longtemps son influence et maintenir le prestige de sa doctrine. Cette approche renversée de la réalité implique inversement de gonfler un événement réel ou de créer un événement imaginaire (théorie d'un « complot juif international », théorie du complot prémédité, de la part de la victime cherchant un prétexte, ou d’une tierce partie ayant intérêt au déclenchement des hostilités). Ainsi, le fait qu’un événement ait servi de prétexte à une action (militaire, judiciaire, etc.) pourra servir à en remettre en cause sa réalité en tout ou partie, bien qu'il n'y ait aucune implication logique entre les deux termes de l'argumentation. L'effet recherché est de « saper » la légitimité de l’action et de renverser les responsabilités.

Neutralisation des témoins

Le silence sur les événements par tous les moyens, la neutralisation (de la ridiculisation à l'élimination) des personnes qui affirment l'existence de génocides sont des constantes de ce type de démarche (que l'on peut résumer par la formule « aucun témoin ne doit survivre »).

Utilisation des médias

Les négationnistes, selon Pierre Vidal-Naquet, exploitent l'ignorance des journalistes. Vidal-Naquet cite la description que fait Marshall Sahlins (New York Review of books du 22 mars 1979) de cette manipulation : :« Le livre d'Arens suit un modèle traditionnel des entreprises journalistico-scientifiques en Amérique : le professeur X émet quelque théorie monstrueuse - par exemple : les nazis n'ont pas véritablement tué les Juifs ; ou encore : la civilisation humaine vient d'une autre planète ; ou enfin : le cannibalisme n'existe pas. Comme les faits plaident contre lui, l'argument principal de X consiste à exprimer, sur le ton le plus élevé qui soit, son propre mépris pour toutes les preuves qui parlent contre lui . Tout cela provoque Y ou Z à publier une mise au point telle que celle-ci. X devient désormais le très discuté professeur X et son livre reçoit des comptes rendus respectueux écrits par des non-spécialistes dans Time, Newsweek et le New Yorker. Puis s'ouvrent la radio, la télévision et les colonnes de la presse quotidienne. »

Enjeu historique et politique

Le révisionnisme de l'histoire moderne suppose une histoire « objective », contenant des faits incontestables. En pratique, il ne peut s'agir que d'une histoire « officielle » (écrite notamment par les tribunaux des crimes contre l'humanité), capable d'affirmer la réalité des faits et de réprimer efficacement toute déviation. Or, tant que l'histoire officielle n'a pas intégré des événements, on peut être accusé d'utiliser abusivement le terme « négationnisme » à propos de ces événements. Symétriquement, on peut accuser l'histoire officielle de faire du négationnisme. La question n'est pas anodine sur le plan politique. Il est banal de constater que l'histoire est écrite par les survivants et par les vainqueurs, ainsi si l'Allemagne écrasée et occupée en 1945 n'a pu que reconnaître les crimes nazis, les alliés ont pu écrire leur histoire officielle et minimiser leurs propres crimes et notamment les bombardements massifs sur les populations civiles des villes japonaises et allemandes. Des questions de cet ordre surgissent à propos du génocide arménien, nié par l'état turc mais officiellement reconnu par la France, ou à propos des crimes de guerre du Japon pendant son occupation de la Corée et de la Chine (sujet qui reste source de tensions entre ces pays), ou encore des multiples crimes coloniaux, dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils restent peu présents dans l'histoire officielle des pays colonisateurs.

Usage rhétorique et politique du terme « négationnisme »

Par ailleurs, on trouve l'utilisation rhétorique et politique du terme « négationnisme » comme un équivalent de « mensonge » mais plus fort et plus odieux en raison du crime nié. Cet usage se retrouve même chez des négationnistes au sens le plus strict (en accusant les alliés de cacher les victimes civiles allemandes).

Voir aussi

- Histoire
- Révisionnisme
- Révisionnisme japonais
- Antisémitisme
- Loi mémorielle
- Légende noire
- Hypercritique
- Paranoïa

Notes

Bibliographie

- Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Pairs, Éditions du Seuil, 2000.
- Yves Ternon, Du négationnisme. Mémoire et tabou, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.
- Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, Paris, Éditions du Seuil, « Points », 1995.
- (collectif), Négationnistes : les chiffonniers de l'histoire, Paris, Syllepse, 1997.
- Till Bastian, « Auschwitz und die "Auschwitz-Lüge" », in Massenmord und Geschichtsfälschung, Beck’sche Reihe München, 1994
- Richard J. Evans, « In Defense of History », New York: Norton, 1999
- Richard J. Evans « Lying about Hitler: History, Holocaust ante the David Irving Trial ». Basic Books, New York 2001
- Nadine Fresco, « Les "révisionnistes" négateurs de la Shoah », in l’article « Révisionnisme », Encyclopaedia Universalis, 1990
- Nadine Fresco, Fabrication d'un antisémite, Paris, Seuil, 1999
- Nadine Fresco, « Les redresseurs de morts. Chambres à gaz: la bonne nouvelle. Comment on révise l'histoire », « Les Temps Modernes », 407, juin 1980
- Nadine Fresco, « The Denial of the Dead On the Faurisson Affair » 1981
- Brigitte Bailer-Galanda, Wilhelm Lasek, « Amoklauf gegen die Wirklichkeit. NS-Verbrechen und revisionistische Geschichtsschreibung ».Wien, 1992
- Pierre Bridonneau , « Oui, il faut parler des négationnistes », Cerf, 1997, p. 10
- Bernard Comte, Le Génocide nazi et les négationnistes, 1990
- Alain Finkielkraut « L'avenir d'une négation : réflexion sur la question du génocide », Paris Seuil, 1982
- Patrick Finney “Ethics, Historical Relativism and Holocaust Denial.” Rethinking History 2 (1998): 359-369.
- élément B
- Martin Finkenberger/Horst Junginger (Hrsg.): « Im Dienste der Lügen. Herbert Grabert (1901–1978) und seine Verlage ». Aschaffenburg : Alibri-Verl., 2004. ISBN 3-932710-76-2
- Francesco Germinario « Estranei alla democrazia. Negazionismo e antisemitismo nella destra radicale italiana ». BFS Editore, Pisa 2001
- Ted Gottfried « Deniers of the Holocaust : who they are, what they do, why they do it » Brookfield, Conn. Twenty-First Century Books, 2001.
- D.D. Guttenplan D.D. « The Holocaust on Trial » Norton, New York, 2001.
- Rivkah Knoller « Denial of the Holocaust : a bibliography of literature denying or distorting the Holocaust, and of literature about this phenomenon ». Bar-Ilan University,
- Deborah Lipstadt, Denying the Holocaust: The Growing Assault on Truth and Memory, Plume (The Penguin Group), 1994.
- Jan Markiewicz, Wojciech Gubala, Jerrzy Labedz, « A Study of the Cyanide Compounds Content in the Walls of the Gas Chambers in the Former Auschwitz & Birkenau Concentration Camps », Z Zagadnien Sqdowych, XXX, 1994.
- Valentina Pisanty « L’irritante questione delle camere a gas. Logica del negazionismo ». Bompiani, Milano 1998.
- Jean-Claude Pressac « Les carences et incohérences du Rapport Leuchter ». « Jour J., la lettre télégraphique juive », 12.12.1988.
- Jean-Claude Pressac « Auschwitz: Technique and operation of the gas chambers ». The Beate Klarsfeld Foundation, New York, 1989.
- Jean-Claude Pressac, « Les Crématoires d’Auschwitz: La Machinerie Du Meurtre De Masse ». CNRS editions, Paris, 1993.
- Francesco Rotondi « Luna di miele ad Auschwitz. Riflessioni sul negazionismo della Shoah », ESI, Napoli, 2005.
- Henry Rousso, « Le dossier Lyon III : le rapport sur le racisme et le négationnisme à l'université Jean-Moulin » Paris, Fayard, 2004.
- Gill Seidel « The Holocaust denial : antisemitism, racism & the new right », Londre, 1986.
- Shelly Shapiro « Truth Prevails. Demolishing Holocaust Denial: the end of The Leuchter Report ». The Beate Klarsfeld Foundation, New York, 1990.
- Michael Shermer, « Why People Believe Weird Things: Pseudoscience, Superstition, and Other Confusions of our Time », Freeman, New York, 1997.
- Michael Shermer, « Holocaust Revisionism Update: David Cole Recants/David Irving Says Churchill Knew About Pearl Harbor », dans Skeptic vol. 6, no 1 (1998), p. 23-25.
- Michael Shermer, Alex Grobman, « Denying History. Who says the Holocaust never Happened and why do they say it? », University of California Press, Berkeley, 2000.
- Thomas Wandres, « Die Strafbarkeit des Auschwitz-Leugnens », Berlin, 2000.
- George Wellers « À propos du "Rapport Leuchter" et les chambres à gaz d’Auschwitz », dans Le Monde Juif, no 134, 1989.
- Werner Wegner, « Keine Massenvergasungen in Auschwitz? Zur Kritik des Leuchter-Gutachtens », dans Die Schatten der Vergangenheit. Impulse zur Historisierung der Vergangenheit, sous la direction de Uwe Backes, Eckhard Jesse et Rainer Zitelmann, Propyläen Verlag, Berlin, 1990.
- Jürgen Zarusky, « Leugnung des Holocaust. Die antisemitische Strategie nach Auschwitz. Bundesprüfstelle für jugendgefährdende Schriften Aktuell – Amtliches Mitteilungsblatt », dans Jahrestagung 9/10, Marburg, Nov. 1999.
- John C. Zimmerman, « Holocaust denial : demographics, testimonies, and Ideologies », Lanham (Md.), University Press of America, 2000.
- John C. Zimmerman, « Holocaust Denial », dans Los Angeles Times, 16 Jan. 2000, p. M4. ===
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^