La Marseillaise

Infos
Rouget de Lisle chantant la Marseillaise dans le salon du maire Dietrich à Strasbourg. La Marseillaise est l'hymne national de la République française.
La Marseillaise

Rouget de Lisle chantant la Marseillaise dans le salon du maire Dietrich à Strasbourg. La Marseillaise est l'hymne national de la République française.

Histoire

Création

Elle fut écrite par Rouget de Lisle à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 à la suite de la déclaration de guerre à l'empereur d'Autriche. Elle portait alors le titre de « Chant de guerre pour l'armée du Rhin ». Le maire de Strasbourg, le Baron de Dietrich, avait demandé à Rouget de Lisle en garnison à Strasbourg d'écrire un chant de guerre. Rouget de Lisle retourna ensuite à son domicile en soirée, rue de la Mésange (entre la Place de l'Homme de Fer et la Place Broglie). Il composa alors ce chant. Le lendemain il le présenta au maire de Strasbourg à son domicile (maison détruite remplacée par le bâtiment de la banque de France à la Place Broglie). Cette scène a été immortalisée. On trouve le tableau au musée des Beaux arts de Strasbourg. Elle y retentit pour la première fois et retentit publiquement pour la première fois par la suite sur la Place Broglie, devant l'Hôtel de ville de Strasbourg. Le texte est très inspiré d'une affiche de propagande diffusée à cette époque. L'origine de la musique est plus discutée, puisqu'elle n'est pas signée (contrairement aux autres compositions de Rouget de Lisle). Le septième couplet, dit couplet des enfants, date d'octobre 1792 ; il est attribué à Jean-Baptiste Dubois, Marie-Joseph Chénier et l'abbé Dubois.

Du chant révolutionnaire à l'hymne national

Rouget de l'Isle chantant « La Marseillaise », 1849, Isidore Pils, Strasbourg, Musée des Beaux-Arts. Le 22 juin 1792, un délégué du Club des amis de la Constitution de Montpellier, le docteur François Mireur, venu coordonner les départs de volontaires du Midi vers le front, entonne pour la première fois à Marseille ce chant parvenu de Strasbourg à Montpellier par un moyen incertain (les historiens estiment que la circulation de voyageurs a pu contribuer à ce que les milieux patriotes de Montpellier aient eu connaissance de ce chant, donné à l'occasion de funérailles au printemps 1792). Après un discours prononcé le 21 juin devant le Club des amis de la Constitution de Marseille, rue ThubaneauUn projet de mémorial est en cours dans l'ancienne salle de jeu de paume d'où est parti ce bataillon., Mireur est l'invité d'honneur d'un banquet le lendemain et, prié de prononcer un nouveau discours, il entonne le chant entendu à Montpellier quelques jours ou semaines plus tôt. Dans l'ardente atmosphère patriotique de l'heure, Mireur suscite l'enthousiasme et le chant, repris le lendemain par les journaux locaux, sera distribué aux volontaires marseillais qui l'entonneront tout au long de leur marche vers Paris en juillet 1792Ces événements ont été portés à l'écran par Jean Renoir dans le film La Marseillaise. Général Mireur, 1770-1798, terre cuite anonyme, Montpellier, Faculté de médecine. De la rue Thubaneau aux Champs-Elysées, le chant de Rouget de Lisle devient l'hymne des Marseillais et bientôt La Marseillaise. De fait, on lui attribue souvent à tort d'avoir été écrite à Marseille mais elle a bien été écrite à Strasbourg, rue de la Mésange. François Mireur, lui, parti de Marseille en avant des Marseillais pour rejoindre le bataillon des volontaires de l'Héraut, fera une brillante carrière militaire et mourra général, en Egypte, à l'âge de 28 ans. La Marseillaise est déclarée chant national le 14 juillet 1795. Interdite sous l'Empire puis la Restauration, elle est remise à l'honneur après la révolution de 1830 et redevient hymne national sous la III République. Le ministère de l'Éducation nationale conseille d'en pratiquer le chant dans les écoles à partir de 1944, pratique qui est dorénavant obligatoire à l'école primaire (proposition de loi du 19 février 2005, adoptée le 23 avril 2005, modifiant l'article L321-3 du Code de l'éducation). Les Constitutions de 1946 (IV République) et de 1958 (V République) conservent La Marseillaise comme hymne national (article 2 de la Constitution de 1958). Considérée comme passéiste dans les années 1970, La Marseillaise fut un temps délaissée au profit des nationalistes dont le Front national. Depuis la fin des années 1990 pourtant, La Marseillaise, tout comme le drapeau national, semblent de retour comme symboles républicains forts.

Dans le monde

La Marseillaise n'est pas seulement l’hymne français. Comme chant révolutionnaire de la première heure, il a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires sur tous les continents. Ainsi, les bolcheviks l'adoptent pour hymne en 1917 avant de reprendre un autre chant français révolutionnaire, L'Internationale. Cette dernière a été écrite pendant la révolte de la commune de Paris de 1871. Elle a tendance à remplacer La Marseillaise chez les révolutionnaires d'extrême gauche, parce qu'en devenant l'hymne national français, celle-ci est maintenant associée au pouvoir étatique de cette nation. En 1931, à l'avènement de la Seconde République espagnole, certains Espagnols ne connaissant pas leur nouvel hymne (Himno de Riego), accueillirent le nouveau régime en chantant La Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane. Les étudiants chinois manifestant sur la place Tian'anmen chantaient également La Marseillaise. Durant la Seconde Guerre mondiale, la loge Liberté chérie, créée dans les camps de concentration nazis, tire son nom de cet hymne des combattants de la liberté. Arsène Wenger ayant été entraîneur de l'équipe de football de Nagoya (au Japon) et leur ayant fait gagner la coupe japonaise de football, les supporters de cette équipe encouragent encore aujourd'hui leur équipe sur l'air de La Marseillaise.

Interprètes, adaptations, réutilisations

Pierre Dupont, chef de la musique de la Garde républicaine (1927-1944) compose l'arrangement officiel de l'hymne national. C'est cette version qui est encore actuellement en usage. Mais, La Marseillaise a eu de nombreux interprètes, dont :
-Serge Gainsbourg (1979) sous le titre de Aux armes et cætera. Il s'agit d'une version reggae qui déclencha de nombreux émois au point que l'interprète fut pris à partie par des parachutistes au cours de l'une de ses représentations. Il acheta le manuscrit original du Chant de guerre de l'armée du Rhin lors d'une vente aux enchères en décembre 1981. « J'étais prêt à me ruiner », déclara-t-il.
-Big Red (1999) avec le titre Aux armes etc... tiré de l'album Big Redemption. C'est une version reggae-ragga en clin d'oeil à celle de Gainsbourg.
- Stéphane Grappelli et Django Reinhardt au sein du quintette du Hot Club de France, titre traduit en anglais Echoes of France ;
-Mireille Mathieu ;
-Marcel Mouloudji ;
-Marc Ogeret ;
-Édith Piaf ;
-Laibach (sur l'album Volk, chants en partiellement en anglais) ;
-Michel Sardou (1976) ;
-Oberkampf, version punk en 1983 ;
-The Beatles (introduction de All You Need Is Love) ;
-Jessye Norman, pour la commémoration du bicentenaire de la Révolution (1989)
-Jean-Loup Longnon, version brésilienne dans l’album Cyclades, 1996 ;
-Rohan, version enfant 2005 ;
-Isabelle Hamon, version gallo 2005 ;
-Graeme Allwright ;
-Ben Heppner, sur un disque d'air français ;
-Claude Bolling, version jazz, The Victory Concert, 1994
- Teaching the Marseillaise from Napoleon, dirigé par Carl Davis à la tête du Wren Orchestra (Silva Screen, FILMCD 149). On trouve l'ébauche de la mélodie de La Marseillaise dans le concerto pour piano et orchestre n° 25 (KV 503) de Mozart composé quelques années plus tôt : les douze premières notes de l'hymne sont jouées au piano par la main gauche à la fin du premier mouvement allegro maestoso (16, 17 minutes). Le thème de La Marseillaise a été repris par Piotr Ilitch Tchaïkovski dans sa grandiloquente Ouverture 1812 opus 49 célébrant la victoire russe de 1812 sur les armées napoléoniennes. On peut y entendre les premières notes de la mélodie utilisées comme motif mélodique récurrent, en opposition aux thèmes mélodiques de différents chants patriotiques russes. Mel Brooks en a aussi fait une reprise, en introduction, sur son morceau It's Good To Be The King. Charlélie Couture a repris en 2006 le thème musical dans une chanson intitulée Ma Marseillaise à moi. Hector Berlioz l'a arrangée pour solistes, chœurs et orchestre ; « pour tout ce qui a un cœur, une voix, et du sang dans les veines », écrit-il en tête de sa partition.

Loi

Le 24 janvier 2003, l'ensemble des députés a adopté, dans le cadre de la loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi) proposée par Nicolas Sarkozy, un amendement créant le délit d'« outrage » au drapeau français et à l'hymne national, La Marseillaise. Délit sanctionné par un emprisonnement de 6 mois et 7 500 euros d'amende. Un certain nombre de citoyens et d'associations de défense des droits de l'Homme se sont insurgés contre ce qu'ils considèrent comme une atteinte manifeste à la liberté d'expression et contre le flou entretenu par le mot « outrage ». Le Conseil constitutionnel a limité les possibilités d'application : :« Sont exclus du champ d'application de l'article critiqué les œuvres de l'esprit, les propos tenus dans un cercle privé, ainsi que les actes accomplis lors de manifestations non organisées par les autorités publiques ou non réglementées par elles ; que l'expression "manifestations réglementées par les autorités publiques", éclairée par les travaux parlementaires, doit s'entendre des manifestations publiques à caractère sportif, récréatif ou culturel se déroulant dans des enceintes soumises par les lois et règlements à des règles d'hygiène et de sécurité en raison du nombre de personnes qu'elles accueillent, 13 mars 2003.. » La loi Fillon, visant à réformer l'éducation et adoptée en mars 2005, a rendu obligatoire l'apprentissage de La Marseillaise dans les classes maternelles et primaires à partir de la rentrée 2005, conformément à la loi du 23 avril 2005. Cette obligation fut introduite par un amendement du député UMP Jérôme Rivière. On retrouve l'obligation d'enseigner l’hymne national dans d'autres pays, comme les États-Unis, la Serbie ou encore l’Autriche. Plusieurs associations, dont les syndicats d’enseignants du Pays basque, ont condamné en 2005 l’obligation d’apprentissage en école primaire de chant incitant à « abreuver nos sillons d’un sang impur ». Cette loi a notamment été inspirée par 2 évenements : le 6 octobre 2001, lors du match de football France-Algérie au stade de France qui fut interrompu par l'irruption sur le terrain des spectateurs, La Marseillaise fut sifflée par une partie du public. Ceci provoqua une vive réaction à travers le pays ; au printemps 2002, certains supporters corses du Sporting Club de Bastia sifflèrent à nouveau l'hymne national à l'occasion de la finale de la Coupe de France, provoquant l'ire du président Jacques Chirac, qui décida en conséquence de boycotter la remise de la Coupe de France au vainqueur. Ce type d'événement s'est reproduit le 17 novembre 2007 lors du match amical de football France-Maroc au stade de France, Libération, 18 novembre 2007..

Paroles et controverses

Paroles

Le texte a subi plusieurs modifications de couplets. La majorité des couplets n'est plus dans la version « officielle », celle que l'on trouve sur le site internet de l'Élysée. Seul le premier couplet est chanté lors des événements. Deux couplets (les « couplets des enfants ») ont été ajoutés ultérieurement, dont l'un d'eux a depuis été supprimé de la version « officielle ». Enfin, eu égard à son caractère religieux, le 8 couplet a été supprimé par Joseph Servan, ministre de la Guerre, en 1792. Sur la partition originale de Rouget de Lisle, on voit clairement écrit « Marchez, Marchez » au refrain, qui s'accorde avec « Formez vos bataillons », 2 personne du pluriel. La transcription officielle est pourtant « Marchons, marchons », qui tenterait d'établir une rime avec « bataillons » et « sillonshttp://hymne-national.ifrance.com/part4a.jpg ». En réalité, Rouget de Lisle était capitaine. Et en qualité d'officier, commandait ses hommes. D'où la formule impérative. La version dite « officielle » est la suivante : LA MARSEILLAISE 1 couplet : Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie, L'étendard sanglant est levé, (bis) Entendez-vous dans les campagnes Mugir ces féroces soldats ? Ils viennent jusque dans vos bras Egorger vos fils, vos compagnes ! Refrain : Aux armes, citoyens, Formez vos bataillons, Marchons, marchons ! Qu'un sang impur Abreuve nos sillons ! Couplet 2 : Que veut cette horde d'esclaves, De traîtres, de rois conjurés ? Pour qui ces ignobles entraves, Ces fers dès longtemps préparés ? (bis) Français, pour nous, ah ! quel outrage Quels transports il doit exciter ! C'est nous qu'on ose méditer De rendre à l'antique esclavage ! Refrain Couplet 3 : Quoi ! des cohortes étrangères Feraient la loi dans nos foyers ! Quoi ! ces phalanges mercenaires Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis) Grand Dieu ! par des mains enchaînées Nos fronts sous le joug se ploieraient De vils despotes deviendraient Les maîtres de nos destinées ! Refrain Couplet 4 : Tremblez, tyrans et vous perfides L'opprobre de tous les partis, Tremblez ! vos projets parricides Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis) Tout est soldat pour vous combattre, S'ils tombent, nos jeunes héros, La terre en produit de nouveaux, Contre vous tout prets à se battre ! Refrain Couplet 5 : Français, en guerriers magnanimes, Portez ou retenez vos coups ! Epargnez ces tristes victimes, A regret s'armant contre nous. (bis) Mais ces despotes sanguinaires, Mais ces complices de Bouillé, Tous ces tigres qui, sans pitié, Déchirent le sein de leur mère ! Refrain Couplet 6 : Amour sacré de la Patrie, Conduis, soutiens nos bras vengeurs Liberté, Liberté chérie, Combats avec tes défenseurs ! (bis) Sous nos drapeaux que la victoire Accoure à tes mâles accents, Que tes ennemis expirants Voient ton triomphe et notre gloire ! Refrain Couplet 7 (dit couplet des enfants) : Nous entrerons dans la carrière Quand nos aînés n'y seront plus, Nous y trouverons leur poussière Et la trace de leurs vertus (bis) Bien moins jaloux de leur survivre Que de partager leur cercueil, Nous aurons le sublime orgueil De les venger ou de les suivre Refrain

Polémiques concernant le texte

L’hymne national français est un chant guerrier hérité des guerres révolutionnaires. Aujourd'hui, en France, le caractère jugé violent des paroles de La Marseillaise est parfois critiqué. Lors de l'écriture, le pays était dans un contexte très violent puisque la France était en guerre avec certains de ses voisins depuis quelques mois. C'est le vers Qu'un sang impur abreuve nos sillons qui est notamment décrié. Pour Jaurès, il s'agirait d'une référence explicite au sang des victimes de la Terreur. Pour d'autres, ce vers est un plagiat d’une chanson anti-anglaise très populaire lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763). La haine franco-anglaise atteint à cette occasion des sommets depuis la guerre de Cent Ans, et des deux côtés de la Manche, les textes haineux se multiplient. Cette littérature appelant à la résistance est une mine pour certains auteurs révolutionnaires, Rouget de l’Isle inclus. « Aux armes, citoyens ! » figure ainsi dans une Ode aux Français signée Ecouchard en 1762, tandis que l’on retrouve ce vers invoquant un sang impur dans une Adresse à la nation anglaise sous la plume de Claude-Rigobert Lefebvre de Beauvray en 1757. Certains hommes de gauche condamneront longtemps l'appel à verser le sang contenu dans ce vers : , mettant en lumière les « préjugés de race » chez les gentilshommes français au Cf. André Devyver, Le Sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l'Ancien Régime (1560-1720), Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 1973. Sont ainsi opposés ceux d'en haut, au « sang clair et épuré », et ceux d'en bas, au « sang vil et abject ».. En raison du caractère violent de ce texte, nombreuses furent les tentations de réécriture du texte. Ainsi peut-on citer la version d'Alphonse de Lamartine, celle de Victor Hugo, de Mireille Mathieu, de Serge Gainsbourg et de Yannick Noah avec Aux Arbres, citoyens !. Plus récemment, Christine Boutin, présidente du Forum des républicains sociaux, a proposé de changer l'ordre des couplets de La Marseillaise en cas d'élection à la fonction présidentielle en 2007, estimant que « des jeunes dans les stades de football, dans les banlieues, pouvaient ressentir ces paroles comme une agression ».

Parodies

Comme tout chant ou chanson célèbre, la Marseillaise a été souvent parodiée avec plus ou moins de talent par divers artistes ou confréries, à des fins humoristiques ou politiques.

Voir aussi

Notes

Bibliographie indicative

- Frédéric Robert, La Marseillaise, Les nouvelles éditions du pavillon, Imprimerie Nationale, 1989
- Frédéric Dufourg, La Marseillaise, Éditions du Félin, Collection Félin poche, 2003
- Hervé Luxardo, Histoire de la Marseillaise, Plon, 1989 ===
Sujets connexes
All You Need Is Love   Alphonse de Lamartine   Années 1970   Années 1990   Antoine Barnave   Arsène Wenger   Artiste   Autriche   Aux armes et cætera (chanson)   Ben Heppner   Big Red   Bolchevik   Camp de concentration   Chanson   Chanson révolutionnaire ou de résistance   Chant   Chant du départ   Charlélie Couture   Christine Boutin   Cinquième République   Claude Bolling   Claude Joseph Rouget de Lisle   Commune de Paris (1871)   Confrérie   Conseil constitutionnel (France)   Constitution   Coupe de France de football   Django Reinhardt   Drapeau de la France   Football   Forum des républicains sociaux   France   François Claude de Bouillé   François Mireur   Front national (parti français)   Gallo   Garde républicaine   Graeme Allwright   Guerre de Cent Ans   Guerre de Sept Ans   Hector Berlioz   Himno de Riego   Humour   Hymne national   Isidore Pils   Jacques Chirac   Jean Jaurès   Jean Renoir   Jessye Norman   Joseph Servan   Juillet 1989   Jérôme Rivière   L'Internationale   La Marseillaise des Blancs   La Partie de chasse de Henri IV   Laibach   Le Réveil du peuple (chant)   Liberté chérie (loge maçonnique)   Libération (journal)   Loi Fillon (éducation)   Loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure   Manche (mer)   Manifestations de la place Tian'anmen   Marc Ogeret   Marcel Mouloudji   Marie-Joseph Chénier   Michel Sardou   Mireille Mathieu   Nagoya   Nicolas Sarkozy   Oberkampf (groupe)   Palais de l'Élysée   Parachutisme militaire   Parodie   Philippe-Frédéric de Dietrich   Piotr Ilitch Tchaïkovski   Place Broglie   Politique   Punk   Quintette du Hot Club de France   Reggae   Religieux   Rohan   Seconde Guerre mondiale   Seconde République espagnole   Serbie   Serge Gainsbourg   Sporting Club de Bastia   Stade de France   Strasbourg   Stéphane Grappelli   Talent   The Beatles   Troisième République   Victor Hugo   Yannick Noah  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^