Jacques Attali

Infos
Jacques Attali ( 1943 à Alger) est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français, qui fut notamment conseiller de François Mitterrand.
Jacques Attali

Jacques Attali ( 1943 à Alger) est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français, qui fut notamment conseiller de François Mitterrand.

Origines et études

En 1943 le il naît avec son frère jumeau Bernard Attali à Alger en Algérie de parents séfarades. Simon Attali (son père) est un autodidacte francophile qui réussit dans le commerce de parfumerie bijouterie (enseigne « Bib et Bab ») à Alger. En 1956 deux ans après le début de la Guerre d'Algérie (1954 à 1962), son père décide de venir s'installer rue de la Pompe dans le 16e arrondissement de Paris avec sa famille (Jacques a 14 ans). Les deux frères jumeaux Jacques et Bernard suivent des études brillantes au lycée Janson-de-Sailly, à Paris XVI, où ils ont pour amis Jean-Louis Bianco et Laurent Fabius. En 1966, il sort major de promotion de Polytechnique (X63). Docteur d'État en sciences économiques, Ingénieur de l'École des mines de Paris, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'École nationale d'administration dont il sort troisième de sa promotion en 1970 (promotion Robespierre avec Philippe Séguin et Louis Schweitzer...). En 1968, il effectue un stage d'énarque dans la Nièvre, sous la férule du futur préfet de police de Paris Pierre Verbrugghe. Il rencontre à cette occasion pour la troisième fois François Mitterrand.

Carrière politique

En 1970, âgé de 27 ans, il entre au Conseil d’État. En 1972, il publie ses deux premiers livres en : Analyse économique de la vie politique et Modèles politiques pour lequel il obtient un prix de l'Académie des sciences. Professeur d'économie à l'Université Paris-Dauphine, à l'École polytechnique et à l'École des Ponts et Chaussées, il réunit autour de lui quelques jeunes chercheurs : Yves Stourdzé (inventeur du programme européen de recherche Eurêka) ou Érik Orsenna (prix Goncourt en 1988 et conseiller spécial de Roland Dumas au ministère des Affaires étrangères). Il développe un réseau de personnalités dans des domaines très divers (journalisme, mathématiques, show business, analyse financière…). En 1979, il participe à la fondation de l'ONG internationale Action internationale contre la faim, aujourd'hui connue sous le nom d'Action contre la faim (ACF) http://www.novethic.fr/novethic/site/vie_pratique/fiche_ong.jsp?id=146. Son étroite collaboration avec François Mitterrand commence en décembre 1973. En 1981, François Mitterrand, qui vient d'être élu président de la République, le nomme « conseiller spécial » lors de son arrivée au palais de l'Élysée, après seulement trois entrevues et l'installe dans l'ancien bureau des aides de camp qui jouxte le bureau présidentiel. Dès lors, Jacques Attali rédige, chaque soir, des notes à l'attention du président sur l'économie, la culture, la politique ou le dernier livre qu'il a lu ou parcouru. Le président lui confie également le rôle de sherpa (représentant personnel d'un Chef d'État) pour les sommets du G7. Jacques Attali dispose depuis longtemps d'un solide réseau de relations, parmi lesquelles Raymond Barre, Jacques Delors, Philippe Séguin, Jean-Luc Lagardère, Antoine Riboud, Michel Serres, Coluche. Il conseille au président de faire venir à l'Élysée Jean-Louis Bianco, Alain Boublil et quelques jeunes énarques prometteurs, comme le couple François Hollande/Ségolène Royal. En 1982, il plaide pour la « rigueur économique ». Il organise le sommet du G7 de Paris en 1982. En 1984, il met en place le programme européen Eurêka de « développement de nouvelles technologies ». Il organise le bicentenaire de la Révolution française du 14 juillet 1789. En 1989, il fonde un programme international d’action contre les inondations catastrophiques au Bangladesh.

Carrière financière

En 1990 lors du second septennat de François Mitterrand, Jacques Attali abandonne la politique et quitte l'Élysée. Il crée la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres et en devient le premier président. Il avait lancé l'idée de cette institution en 1989, peu avant la chute du mur de Berlin, pour soutenir la reconstruction des pays de l'Europe de l'Est. Jacques Attali a ainsi fondé la première institution s'occupant de l'Europe de l'Est. Sous l'impulsion de son président, la BERD a en premier lieu lancé des investissements destinés à la protection des centrales nucléaires, à la protection de l'environnement et, plus généralement, au développement des infrastructures et de la privatisation. En 1991, Jacques Attali invite Mikhail Gorbatchev au siège de la BERD à Londres, contre l'avis du premier ministre britannique John Major. Il oblige ainsi les chefs d'états d'un G7 se déroulant dans la ville au même moment, à recevoir le chef d'État soviétique C'était François Mitterrand , Jacques Attali, Fayard, p. 348. Au lendemain d'un entretien téléphonique houleux entre Jacques Attali et John Major, la presse britannique multiplie les critiques à l'encontre du président de la BERD, diffusant notamment des soupçons sur la gestion de l'institution - soupçons qui seront ensuite relayés par certains journalistes de la presse françaiseOkba Lamrani, Jacques Attali : la chute, L'Humanité, 17 juillet 1993 .. Jacques Attali explique sa position dans le chapitre « verbatim et la BERD » du livre C'était François MitterrandC'était François Mitterrand, Jacques Attali, Fayard, p. 360: "les travaux en question avaient été réalisés sous la responsabilité d'un groupe de travail international dont je ne faisais pas partie". De fait, à son départ, volontaire, de la BERD, Jacques Attali a reçu pour sa gestion le quitus du conseil des gouverneursIl a en particulier été établi que l'aménagement des bureaux de la Banque a été fait sans dépassement budgétaire et qu'aucun acte contestable n'a pu lui être reproché dans sa gestion.. En 1993, Jacques Attali gagne un procès en diffamation alors qu'on l'accuse d'avoir reproduit dans son livre « Verbatim », sans l'autorisation de François Mitterrand, des archives secrètes et quelques phrases du chef d'État français destinées à un autre livre C'était François Mitterrand, Jacques Attali, Fayard, p. 359. Le journal Herald Tribune publia même, sur quatre colonnes à la une, un article affirmant à tort que le président Mitterrand avait demandé le retrait du livre des librairies. François Mitterrand confirma au cours d'une longue interview avoir demandé à Jacques Attali d'écrire ce livre et reconnut l'avoir relu lui-même la plume à la mainC'était François Mitterrand, Jacques Attali, Fayard, p. 359 - Lire également l'interview de François Mitterrand par Guy Sitbon dans Le cas Attali, Flammarion.. En 1994, Jacques Attali crée Attali & Associés (A&A), cabinet de conseil international spécialisé dans le conseil stratégique, l'ingénierie financière et les fusions-acquisitions. En 1998, il fonde PlaNet Finance à Paris, une association à but non lucratif présente dans 60 pays qui finance, conseille et forme institutions de microfinance. Puis en 2001, les ramifications de l'Angolagate ont atteint Jacques Attali, qui a été mis en examen pour « recel d'abus de biens sociaux et trafic d'influence » « Jacques Attali mis en examen dans l'affaire Falcone. L'ex-conseiller de Mitterrand aurait reçu des virements. » par Armelle Thoraval, Libération, 9 mars 2001. . Il n'a dû qu'au paiement d'une caution d'un million de francs d'échapper à l'incarcération. Liée à l'Angolagate et à ses connections russes, une enquête pour financement occulte de la municipalité de Saint-Petersbourg vaudra également à Jacques Attali des déboires avec la justice russe. Selon les investigations menées en 2003 et 2004, Jacques Attali aurait perçu des honoraires équivalant à deux millions de dollars américains pour des services de consultant qui ne se sont jamais concrétisés - il s'agissait alors de redonner à la ville russe « un prestige international » alors qu'elle allait célébrer son bicentenaire : l'idée présentée était de créer une « BERD eurasienne » et une « Ligue de la paix » rassemblant certaines villes portuaires de la mer Baltique. Finalement, l'argent aurait été sorti des caisses publiques durant le mandat du maire de Saint-Petersbourg, M. Yakovlev, autrefois proche de Vladimir Poutine, pour arriver chez cinq consultants, dont Jacques Attali via sa société ACA ; mais aucun résultat concret n'a été obtenu par la ville en échange. Jacques Attali a nié toutes les accusations portées à son encontre dans l'affaire de Saint-Petersbourg qui remonte à 1997 et à laquelle il avait été introduit par une ancienne collaboratrice de la BERD désormais proche de l'un des consultants russes« Jacques Attali épinglé par un juge russe », par Laurent Valdiguié, Le Parisien, 6 mars 2004. .

Commission Attali

Le 24 juillet 2007, Jacques Attali est chargé par Nicolas Sarkozy de présider une commission chargée d'étudier « les freins à la croissance » après le renoncement de Philippe Seguin. Il noue ainsi les fils politique et économique de sa carrière professionnelle. Dans un rapport rendu public le 15 octobre 2007, la commission qu'il préside préconise, entre autres mesures, de:
-revenir sur le principe de précaution, pourtant récemment intégré à la Constitution française, ce que la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet qualifie de « vision réactionnaire, l'idée d'opposer l'environnement à la croissance ». La commission considère que si le principe de précaution doit rester dans le droit, il doit être retiré de la constitution afin de ne pas freiner l'innovation. « Ce que nous souhaitons surtout, c'est ôter ce principe de la Constitution : tel que l'article 5 est rédigé il laisse beaucoup trop de place aux incertitudes juridiques, car il dépend de l'interprétation des juges », explique l'un des membres qui n'est pas opposé, en revanche, « à ce que le principe de précaution soit inscrit dans le droit, à condition qu'il soit bien encadré et établi pour quelques cas précis ». Deux membres de la commission ajoutent: « Pour croître, notre économie ne peut plus se contenter de copier le modèle américain, comme au cours des Trente Glorieuses, elle doit innover (...) dans l'innovation il y a forcément une part d'incertitude, un risque à assumer. (...) avec le principe de précaution nous n'aurions pas eu d'antibiotiques - trop risqué à créer - pas d'Internet - par crainte des images pédophiles - sans parler des voitures...La commission Attali veut revenir sur le principe de précaution, Le Monde, 13 octobre 2007, page 13 »
-la levée de l'interdiction de vente à perte (et donc de la durée des soldes) et la libéralisation de l'implantation des grandes surfaces commerciales, en abrogeant les lois les réglementant, mesure permettant de faire baisser les prix de 2 à 4% et de créer des milliers d'emplois, notamment dans l'hôtellerie et la restauration.
-le développement des contrôles « anti-trust » et des « actions de groupes ou class actions ».
-la création avant 2012 de dix Ecopolis, villes d’au moins 50.000 habitants intégrant haute qualité environnementale et nouvelles technologies de communication, intégrant une mixité sociale.
-le droit de préemption de l'Etat à l'encontre des communes ne respectant pas l'article 55 de la loi SRU et en transférant aux groupements intercommunaux la politique de de l'urbanisme pour pallier la crise du logement.
-la limitation des cautions pour les locataires à 1 mois de loyer et de donner la priorité nationale à des mesures permettant de faciliter l'accession au logement et à la propriété, comme par exemple la création d'une Bourse internet des offres et des demandes dans le logement social. Le rapport final de la Commission Attali sera rendu à la fin de l’année 2007.

Œuvre

Jacques Attali a écrit de nombreux ouvrages dont Verbatim (3 tomes, 1986, 1997 & 1998), La Voie humaine : Pour une nouvelle social-démocratie (2004), Une brève histoire de l'avenir (2006).

Résumé de La Voie humaine

Jacques Attali expose un projet d'évolutions de société civile visant à donner au plus grand nombre une meilleure maîtrise du temps. Ce projet, qui pourrait être celui d'une nouvelle social-démocratie, permettrait de " conserver le meilleur du marché et de la démocratie tout en protégeant de leurs dérives ". Le déséquilibre des forces entre marché et démocratie, en faveur du marché, conduirait à une précarité croissante des choses, des idées et des gens. Ce projet propose comme moyens d'action pour lutter contre la précarité généralisée :
- La gratuité des biens essentiels : (nourriture, logement, connaissance, santé) : " Il faut que des choses et des services échappent aux marchés, cessent d'être échangés contre de la monnaie, il faut que du travail ne soit plus vendu, mais devienne libre et volontaire, créateur à la fois de richesse et de plaisir pour celui qui l'accomplit comme pour celui qui en bénéficie ".
- La responsabilité : " Pour renforcer la démocratie face au marché et inviter les citoyens à exercer leurs droits, il faudrait pouvoir remettre en cause le principe de la délégation de pouvoir, la représentation, et aller vers une démocratie directe, permanente, sur mesure, en tous lieux, dans toutes les organisations publiques ou privées où des décisions collectives doivent se prendre; en y associant tous ceux qui y sont concernés, soit parce qu'ils y habitent, soit parce qu'ils y travaillent, soit parce qu'ils en sont les usagers, soient parce qu'ils seront d'une façon ou d'une autre affectés par leur devenir. "
- Le savoir : " Chacun doit avoir les moyens de l'apprentissage, de la curiosité, du savoir en soi "

Critiques

Le livre Verbatim a été très vivement critiqué par les historiens Tilo Schabert« Affaire verbatim. De nouveaux éléments à charge », Le Point, n° 1093, 28 août 1993, pp. 26-27 ; »Im Reich der Fiktion. Jacques Attalis ‘Verbatim’« , Frankfurter Alllgemeine Zeitung, 23 novembre 1993, p. 12 ; »Ein Anti-Mitterrand — Attalis groteske Verzerrungen im Mantel der Authentizität«, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 13 mars 1996, p. 10 et Frédéric BozoFrédéric Bozo, Mitterrand et la réunification allemande, éd. Odile Jacob, 2005, pp. 11/12 et 380/381, par le politiste Pierre HassnerSamy Cohen (dir.), Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Presses universitaires de France, 1998, p. 455, par les journalistes Pierre Favier et Michel Martin-RolandPierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, éd. du Seuil, « Points », 1997, tome 3, p. 41, ainsi par que Françoise CarleFrançoise Carle, Les Archives du président, éd. du Rocher, 1998, pp. 111 et 308, ancienne collaboratrice de François Mitterrand, et Pierre Joxe, ancien ministreSamy Cohen, op. cit., p. 426. Ils reprochent à M. Attali la reproduction de propos apocryphes, l'utilisation de documents « invérifiables », un manque de sérieux, et même l'utilisation de notes prises par d'autres. Elie Wiesel et son éditeur Odile Jacob ont accusé M. Attali d'avoir utilisé des notes prises pour le livre d'entretiens entre MM. Wiesel et Mitterrand (Mémoire à deux voix) ; de leur côté, Jack Lang, Robert Badinter, Pierre Mauroy et Laurent Fabius ont affirmé, dès la sortie du premier volume, que Jacques Attali avait déformé leurs propos, L'Humanité, 22 mai 1993. François Mitterrand lui-même a déclaré que son ancien conseiller a « le guillemet facile » et qu'« il est peut-être devenu plus soucieux du nombre de ses lecteurs que de vérité historique »Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, op. cit., tome 4, 2001, p. 722.

Bibliographie

- 1973 : Analyse économique de la vie politique - PUF
- 1974 : Modèles politiques - PUF. Prix de l'Académie des sciences.
- 1975 : L'anti-économique (Avec Marc Guillaume) - PUF
- 1976 : La parole et l'outil - PUF
- 1977 : Bruits - Essai - PUF
- 1978 : La nouvelle économie française - Flammarion
- 1979 : L'ordre cannibale - Grasset
- 1981 : Les trois mondes - Fayard
- 1982 : Histoires du temps - Fayard
- 1984 : La figure de Frazer - Fayard
- 1986 : Sigmund Warburg, un homme d'influence - Biographie - Editions Fayard.
- 1986 : Verbatim I - Mémoire à l’Élysée en 3 Tomes - Editions Lgf
- 1988 : Au propre et au figuré - Editions Fayard
- 1989 : La vie éternelle - Roman - Editions Fayard
- 1990 : Le premier jour après moi - Roman - Editions Fayard
- 1990 : Lignes d'horizon - Editions Fayard
- 1991 : 1492 - Historique - Editions Fayard
- 1994 : Europe (s) - Editions Fayard
- 1994 : Il viendra - Roman - Editions Fayard
- 1994 : Economie de l'apocalypse - Trafic et prolifération nucléaire - Editions Fayard
- 1995 : Verbatim II - Mémoire à l’Élysée en 3 Tomes - Editions Fayard
- 1995 : Verbatim III - Mémoire à l’Élysée en 3 Tomes - Editions Fayard
- 1995 : Manuel l’enfant-rêve - Conte pour enfants (ill. par Philippe Druillet) - Editions Stock
- 1996 : Chemins de sagesse - Editions Fayard
- 1997 : Au-delà de nulle part - Roman - Editions Fayard
- 1997 : Mémoires de sabliers - Editions de l'Amateur
- 1998 : Le citoyen, les pouvoirs et dieu - Editions Fayard
- 1998 : Pour un modèle européen d'enseignement supérieur - Editions Stock
- 1998 : Dictionnaire du - Editions Fayard
- 1999 : Les portes du ciel - Théatre - Editions Fayard
- 1999 : La femme du menteur - Roman - Editions Lgf
- 1999 : Fraternités : Une nouvelle utopie - Editions Fayard
- 2000 : Blaise Pascal ou le génie français - Biographie - Editions Fayard
- 2002 : Les sept secrets de la bibliothèque d'Alexandrie - Editions du Rocher
- 2002 : Les Juifs, le monde et l'argent - Essai - Editions Fayard
- 2002 : Nouv'Elles " - Roman
- 2003 : L'Homme nomade - Essai
- 2004 : La Voie humaine - Essai - Editions Fayard
- 2004 : La Confrérie des Eveillés - Roman Historique
- 2004 : Raison et Foi Essai - Editions BNF
- 2005 : C'était François Mitterrand - Editions Fayard
- 2005 : Karl Marx ou l'esprit du Monde - Editions Fayard
- 2006 : Portraits de micro entrepreneurs avec Muhammad Yunus -
- 2006 : Une brève histoire de l'avenir - Editions Fayard
- 2007 : Dictionnaire amoureux du judaïsme - Editions Plon
- 2007 : L'Avenir du travail - Editions Fayard
- 2007 : Gandhi ou l'éveil des humiliés - Editions Fayard
- 2007 : Amours - Editions Fayard

Théâtre

- 1999 : Les portes du ciel créée au théâtre de Paris avec Gérard Depardieu, Jean-Michel Dupuis, Barbara Schulz. Mise en scène de Stéphane Hillel. Le thème est la fin de l'empereur germanique Charles Quint, au .

Divers

Jacques Attali est membre du conseil scientifique de la revue Géoéconomie.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abus de biens sociaux   Académie des sciences (France)   Action contre la faim   Affaire des ventes d'armes à l'Angola   Alain Boublil (homme politique)   Alger   Algérie française   Analyse financière   Antibiotique   Antoine Riboud   Apocryphe (littérature)   Apprentissage   Approche écosystémique   Association à but non lucratif   Autodidacte   Bangladesh   Banque européenne pour la reconstruction et le développement   Barbara Schulz   Bien (économie)   Blaise Pascal   Charles Quint   Chef d'État   Coluche   Commerce   Connaissance   Conseil d'État (France)   Conseil en stratégie   Culture   Doctorat   Droit   Droit de préemption   Démocratie   Démocratie directe   EUREKA   Elie Wiesel   Europe   Europe de l'Est   Fonction publique française   Frankfurter Allgemeine Zeitung   Français   François Hollande   François Mitterrand   Frédéric Bozo   Fusion-acquisition   Guerre d'Algérie   Géoéconomie (revue)   Gérard Depardieu   Ingénieur   Institut d'études politiques de Paris   Internet   Jack Lang   Jacques Attali   Jacques Delors   Jean-Louis Bianco   Jean-Luc Lagardère   Jean-Michel Dupuis   John Major   Journalisme   Jumeau   Karl Marx   L'Humanité   Laurent Fabius   Le Parisien   Le Point   Libre   Libération   Liste d'énarques par promotion   Logement   Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains   Londres   Louis Schweitzer   Lycée Janson-de-Sailly   Marché   Mathématiques   Mer Baltique   Michel Martin-Roland   Michel Serres   Microcrédit   Ministère des Affaires étrangères (France)   Monnaie   Muhammad Yunus   Mur de Berlin   Nathalie Kosciusko-Morizet   Nicolas Sarkozy   Nourriture   Organisation non gouvernementale   Palais de l'Élysée   Parfumerie   Paris   Philippe Druillet   Philippe Séguin   Pierre Favier   Pierre Hassner   Pierre Joxe   Pierre Mauroy   PlaNet Finance   Plaisir   Politique   Pouvoir (sociologie)   Presses universitaires de France   Principe de précaution   Privatisation   Prix Goncourt   Professeur   Préfecture de police de Paris   Président de la République   Quitus   Raymond Barre   Recel   Restaurant   Richesse   Robert Badinter   Roland Dumas   Révolution française   Santé   Savoir   Sciences économiques   Second mandat présidentiel de François Mitterrand   Services (économie)   Sherpa (Politique)   Show business   Social-démocratie   Société civile   Séfarade   Ségolène Royal   Temps   Théâtre de Paris   Tilo Schabert   Trafic d'influence   Travail (économie)   Trente Glorieuses   Une brève histoire de l'avenir   Union des républiques socialistes soviétiques   Urbanisme   Vladimir Poutine  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^