Saint-Jean-de-Luz

Infos
Saint-Jean-de-Luz est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine. Son nom basque est Donibane Lohizune (Saint-Jean-des-marais). Ses habitants sont appelés les Luziens.
Saint-Jean-de-Luz

Saint-Jean-de-Luz est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine. Son nom basque est Donibane Lohizune (Saint-Jean-des-marais). Ses habitants sont appelés les Luziens.

Géographie

La baie de Saint-Jean-de-Luz est sitée au fond du golfe de Gascogne. C'est la seule rade abritée entre Arcachon et L'Espagne. Grâce à ses digues qui la protègent des colères de l'océan Atlantique, elle a la faveur des baigneurs, et par voie de conséquence, Saint-Jean-de-Luz est une station balnéaire réputée. Les terres de la commune sont arrosées par la Nivelle. La ville de Saint-Jean-de-Luz est situé en plein cœur du Pays basque. Image:Saint_Jean_de_Luz_001.jpg|Falaise Image:Saint_Jean_de_Luz_002.jpg|Baie vue de la colline de Sainte-Barbe Image:Saint_Jean_de_Luz_003.jpg|Digue de Sainte-Barbe

Lieux-dits et écarts

;Les quartiers périphériques du nord et de l'est Acotz Au nord-ouest de la commune se situe le vaste quartier d'Acotz (Akotz) traversé par la voie ferrée Paris-Madrid et desservi par la RN10, récemment rebaptisée avenue André Ithurralde, mais aussi par une piste cyclable et le sentier - pédestre - du littoral, qui empruntent en partie le même itinéraire (ancienne voie du tramway). Quartier vert, autrefois voué exclusivement aux activités agricoles, Acotz conserve un aspect semi-rural malgré le déclin des cultures et pâturages, grâce à la présence de nombreux campings (17 en tout au nord du territoire Luzien) et en dépit de l'existence de quelques résidences de tourisme et du lotissement de Kokotia. La densité de population est au total faible dans ce quartier, la plupart des activités implantées (restaurants, mini-golf, etc...) sont saisonnières. Le quartier dépend de la paroisse de Guéthary et possède une chapelle en propre, dédiée au Sacré-Cœur-de-Marie. Plusieurs plages sablonneuses, très fréquentées en été, existent sur le territoire d'Akotz : la plage de Sénix -ou Cénitz - (ban de galets et rochers) est la plus septentrionale, partagée avec Guéthary, puis viennent, du nord au sud celles de Mayarco (au lieu-dit Mayarcoenia : présence de rochers) et de Lafitenia (spot célèbre où Quiksilver, implanté dans la zone d'activité toute proche de Jalday, organise des compétitions de surf de haut niveau). Au delà du lieu-dit Chibaou, on débouche sur la plage d'Erromardie (toponyme parfois écrit Erromardy, alors que la graphie exacte est Erromardi) mais c'est là, déjà, un autre quartier. Au titre des curiosités : l'incertitude qui règne quant à l'appellation de certaines voiries d'Acotz (les autochtones préfèrent donner un nom à leur maison pour s'y retrouver) et la présence du Gaztetxe (littéralement, la "maison des jeunes") excentré par rapport à l'agglomération et situé à proximité de l'accés principal à la grève de Laffitenia. À l'est d'Acotz se trouvent d'une part, sur l'itinéraire reliant le quartier à la zone d'activité de Jalday, la ferme Berain - ou Beraun (devenue un écomusée) et d'autre part, sur la route d'Ahetze, le quartier Sarailh, dont les habitants se considèrent parfois, eux aussi, comme des Akotzarrak (indigènes d'Acotz) bien qu'ils résident à l'est de la route nationale et de l'autoroute, ce qui les "coupe" quelque peu du quartier proprement dit. Erromardie Immédiatement au sud d'Acotz se trouve le quartier d'Erromardie, beaucoup moins étendu, qui fait la transition entre la zone périurbaine et l'urbanisation plus "dure" de l'agglomération luzienne proprement dite. Le quartier a une forme grossièrement triangulaire, étirée entre sa base, à l'ouest, constituée par la plage d'Erromardie (en fait, deux plages séparées l'une de l'autre par un cours d'eau, le Grand Ichaca (du basque Isaka qui signifie "fossé) et une pointe matérialisée par le croisement entre la ligne de chemin de fer et la RN10, qui l'enjambe au lieu-dit du "Pavillon Bleu". Au nord du quartier on trouve une zone dunaire et marécageuse, mais bien drainée, et en partie urbanisée, qui forme le prolongement naturel des paysages d'Acotz et comprend quelques uns des campings mentionnés plus haut. L'absence de liaison routière directe entre Erromardie et Acotz (sauf pour la navette des plages "Itzulia" qui, en saison, dessert toutes les plages par le bord de mer) donne cependant une identité spécifique au quartier, bordé au sud par une colline lottie dans les années 60 (villas d'Ibignary, entre autres) mais sur laquelle se construisent actuellement de nouvelles demeures. Entre la plage d'Erromardie et la pointe d'Archilua (croix votive), en bord de mer, on trouve quelques garennes, de vastes jardins mais aussi l'ancien site d'un skate park (plus ou moins délaissé par la jeunesse locale au profit d'un équipement plus modeste mais installé en centre-ville) et, surtout, le site des arènes de plein air (démontables) où se produisent durant la saison estivale les vachettes d'interville (dans le cadre de spectacles "landais" au cours desquels les spectateurs sont invités à devenir des acteurs : course d'ânes, toropiscine, etc...). Les plages d'Erromardie ont un fond rocheux (les nageurs doivent y prendre garde à marée basse) mais elles sont un terrain de jeu idéal pour les plongeurs en apnée et autres pêcheurs sous-marins. Curiosités à signaler : la faune du site d'Erromardie est particulièrement riche et facile à observer (lapins et écureuils dans les dunes, aperçus aux heures calmes du petit matin, cormorans, poissons et poulpes côté océan). Le ramassage des algues est le nettoyage régulier de la plage par de gros engins sont liés à la valorisation industrielle des algues. À noter l'identité spécifique du lieu-dit Etchebiague (en fait un lotissement, en deça du chemin de fer, près de la résidence "La seigneurie" et un bloc de maisons individuelles, au delà de la voie SNCF, au long de la route de Bayonne. La "campagne" luzienne À l'est de la commune, au delà d'une ligne Uhalden Borda - ferme Jalday - Sopitenea - Billitorte, s'étend une très vaste zone d'aspect encore rural, correspondant en gros au quartier de Chantaco et aux marges rustiques de l'espace luzien, vers les communes d'Ahetze et Saint-Pée-sur-Nivelle. Cet espace, encore voué pour l'essentiel aux bois, champs et pacages, s'étend des abords de la route d'Ostalapia, vers Ahetze, au nord (soit à gauche de la RN 10 quand on arrive en ville depuis Biarritz) juqu'à la Nivelle au sud. Les écarts, nombreux, situés autour d'une vieille ferme basque (Anderenea, Indiazabal, Martienea..) d'un château (Fagosse) ou du site d'un ancien village déchu de son statut communal (Serres) ont chacun leur personnalité et mitent le paysage ; la construction de belles villas vient renforcer ce processus, comme le projet de construire des logements (lotissemant Alturan) à proximité du chenil (lequel serait transféré vers Jalday). De nombreux rus et ruisseaux (en basque, errekak) irriguent le secteur et quelques plans d'eau ont été aménagés ; on pratique encore la chasse sur ce territoire accidenté agrémenté de bosquets touffus, en utilisant notamment des appâts volants. Le noyau le plus densément urbanisé de cette frange orientale et très verte du territoire communal se trouve au sud, au dessus des basses terres de la Nivelle (zones inondables dites "barthes") à proximité immédiate du golf et de l'hôtel portant le nom du quartier Chantaco. Cette sortie de ville (vers Ascain par la RD 918) est en plein développement, après la construction déjà relativement ancienne d'établissements scolaires (un collège, un lycée professionnel) et d'équipements sportifs (terrains de football et de rugby, salle polyvalente, tennis, garage pour l'aviron..) au bord du fleuve puis l'implantation récente d'une piscine "sports et loisirs". Particularité à signaler : on peut considérer que le quartier de Chantaco proprement dit se limite aux seuls environs du golf, là où court le ruisseau de Chantaco, lequel se jette dans l'étang de Billitorte, en fait un méandre de la Nivelle utilisé jadis pour faire fonctionner un moulin à marée. À noter : la tranquillité de cette "campagne" luzienne, seulement effleurée à l'ouest par l'autoroute A63, dont le tracé sert en quelque sorte de limite à la ville proprement dite, pourrait être remise en cause par la pression qu'exerce la poussée urbaine sur ce type d'espace périphérique. La réalisation d'une rocade routière permettant de désengorger le centre de l'agglomération est discutée (un projet d'échangeur et de deuxième pont a été ajourné par l'équipe municipale actuelle à proximité du franchissement de la Nivelle par l'autoroute) et une ligne ferroviaire à grande vitesse pourrait transiter dans ce secteur. Déjà, l'extension des activités industrielles et commerciales sur le site de Jalday a conduit à la décision d'étendre considérablement la superficie de la zone d'activités. Jalday et Urthaburu Jalday n'est pas une vulgaire ZAC, mais doit son nom à une très belle ferme du XVII siècle, enclavée aujourd'hui dans une zone comportant des commerces (un hypermarché, notamment, mais aussi une boulangerie, des garages, etc..) et des usines, bureaux et entrepôts (conception et commercialisation de sportswears, logistique et mareyage, etc..). La zone de Jalday abrite de grandes entreprises connues dans toute l'Europe et même au delà. Des noms tels que Quiksilver, B Braun Médical ou encore le groupe Olano spécialisée dans le transport frigorifique. Quelques habitations sont implantées au beau milieu de la zone, mais le principal secteur résidentiel jouxtant le parc d'activités est Urthaburu (écrit aussi sans "H" comme on peut lire parfois "Jaldai" avec un "I"). Il s'agit de tout le quartier, en forme de triangle, compris entre le Grand Ichaca, l'autoroute A63 et l'avenue Lahanchipia, et desservi par la rue d'Urthaburu. En réalité, cet axe sépare du lotissement Urtaburu proprement dit, au nord-est, la ferme et le lotissement Arietta. Le nom d'Urtaburu a sans doute un rapport avec l'humidité de la zone, inondable mais en principe aujourd'hui protégée par le recalibrage du lit du ruisseau (buru, la tête, peut désigner une extrémité ou un sommet, et l'on reconnaitra éventuellement dans urta la racine ur pour eau - urtatu signifiant tremper ; cependant Urtaburu est aussi le nom d'une petite montagne au Pays basque d'Espagne). Un ancien moulin à demi ruiné est encore visible à l'entrée du quartier, entrée assez anarchique du fait de la présence de l'échangeur de Saint-Jean-de-Luz-nord et d'une vaste aire de stationnement pour autocars et poids lourds. Le paysage urbain de la zone devrait être remodelé suite à l'extension programmée de l'autoroute A63 (mise à deux fois trois voies). La pression foncière se renforce dans ce quartier encore résidentiel où viennent d'être bâtis des logements collectifs et une maison de retraite. Les quartiers denses Il faut noter que la municipalité n'a pas procédé à une délimitation nette des différents quartiers, qui imposerait une vision administrative de leurs délimitations (il n'y a pas de sectorisation en matière scolaire, par exemple). Certains quartiers ont cependant une personnalité indiscutable : le Vieux Saint-Jean, limité en gros par le port, la rue du midi et la rue Loquin, occupe le site primitif de la "cité des corsaires". Autour des halles et de la gare s'organise une vie de quartier dynamisée par la présence du marché. Au Sud de la gare, le quartier d'Urdazuri a tout d'une ZUP sauf les défauts de celles-ci. Aménagé dans les années 60-70 sur des terrains humides, il doit son nom à la Nivelle (Urdazuri en est le nom basque, d'après le site de sa source, au delà de la frontière des Pyrénées : l'eau d'Urdax). Malgré un relatif enclavement (coupure du tissu urbain par la voie SNCF) et un urbanisme sans grande originalité, c'est un quartier agréable grâce à son site en bord de fleuve et à la qualité des services dont il dispose (écoles, aires de jeu, collège-lycée, église, commerces..) sans ignorer la proximité dont il jouit par rapport au centre-ville et aux plages. Le quartier Ichaca ou celui du Lac, fortement résidentiels, ont des associations actives. Le quartier du Fargeot est peut-être le plus densément peuplé, l'habitat collectif s'y étant progressivement substitué aux activités économiques. D'autres quartiers souffrent peut-être d'être en grande partie inhabités l'hiver et la transformation du tissu urbain est telle que les appellatifs conservent parfois le souvenir de l'époque pré-industrielle sans renvoyer de nos jours à une réalité incontestable. C'est ainsi que l'on évoque le quartier Aïce Errota (Haize Errota : le moulin à vent) pour désigner le bord de mer à hauteur de "la digue aux chevaux" alors que la rue et le groupe scolaire éponymes sont situées beaucoup plus haut, au delà du fronton et face au Jai Alai.

Communes limitrophes

-au nord : Guéthary et Bidart
-au sud : Ascain
-à l'ouest Ciboure
-à l'est : Ahetze et Saint-Pée-sur-Nivelle.

Histoire

L'hôtel de ville, résidence temporaire de Louis XIV en 1660 Localité assez obscure au Moyen Age, Saint-Jean-de-Luz ne fût à l'origine qu'une modeste bourgade sur les dunes, entre mer et marais, à l'entrée de l'estuaire de la Nivelle, face à la colline de Bordagain. Jadis propriété des chanoines de la cathédrale de Bayonne, la communauté, bien que devenue autonome, ne posséda jamais d'enceinte ; elle ne fit par conséquent pas véritablement figure de ville avant l'époque moderne. Au , les pêcheurs basques explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrût encore la renommée et la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d'attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque Zubiburu) quartier détaché d'Urrugne et finalement érigé en commune indépendante situé au delà du pont qui le reliait jadis à Saint-Jean-de-Luz (le couvent des Recollets fut implanté sur son tracé pour apaiser les relations entre les deux communautés, souvent rivales). Saint-Jean-de-Luz, souvent prise et pillée par les Espagnols, puis reprise par l’armée royale, souffrit longtemps de sa position frontalière. Elle subit notamment, en 1558, un incendie qui n'épargna qu'une seule maison - celle où résidait le chef du contingent ibérique ayant occupé la cité (aujourd'hui un restaurant situé rue de la République). Saint-Jean-de-Luz connut son heure de gloire lorsque, à l'issue du traité des Pyrénées conclu quelques mois plus tôt (7 novembre 1659) par Mazarin, Louis XIV vint y épouser Marie-Thérèse d'Autriche infante d'Espagne le 9 juin 1660. La porte de l'église Saint-Jean-Baptiste, d'où le couple royal est sorti, a été murée 3 ans après la cérémonie, même si l'inscription gravée dans le mur donne à croire que la porte a été condamnée juste après le mariage. En 1713, le traité d'Utrecht abandonnant Terre-Neuve à la Grande-Bretagne portait un coup funeste à Saint-Jean-de-Luz. A la fin du siècle, la baleine ayant disparu du golfe de Gascogne et l'Océan ayant rompu les barres de Socoa et de Sainte-Barbe, qui protégeaient la baie, le port et une partie de la ville se trouvaient ruinés. Ce fut la décadence ; les pêcheurs et gens de mer émigrèrent en masse, la ville perdit l'essentiel de ses habitants. L'année 1789 fut marquée, en particulier, par une terrible tempête qui détruisit tout un quartier de la ville ("La barre") et submergea le couvent des Ursulines. Sous la Révolution, la commune fut rebaptisée, comme beaucoup d'autres localités basques. Fusionnée avec Ciboure, elle porta en effet (jusqu'en 1800) le nom de Chauvin-Dragon, d'après le patronyme d'un brave soldat de la République. Plus tard, l'offensive de Wellington épargna (en 1813) Saint-Jean-de-Luz et les régions côtières (invasion prélude à l'écroulement de l'empire napoléonien). Tournée sur sa gauche, l'armée française massée à la frontière abandonna en effet ses retranchements de la zone littorale (nombreuses redoutes encore visibles dans la campagne luzienne et aux environs de la Rhune) pour se replier sur Bayonne. Elle subit finalement une défaite indiscutable, quoique honorable (bataille de Saint-Pierre-d'Irube, monument commémoratif visible à la Croix-de-Mouguerre) qui ouvrit aux envahisseurs (Britanniques, Espagnols et Portugais) la route de Toulouse. Au , les digues, souvent détruites dans le passé, furent reconstruites afin de maintenir définitivement la sécurité du port et de la ville. Les voyages de Napoléon III dans la région puis l'engouement de la bonne société pour la Côte Basque débouchèrent à cette époque, avec l'arrivée du chemin de fer, sur un grand essor touristique. Suite à l'édification de ses trois digues (Socoa, l'Artha, et Sainte-Barbe), Saint-Jean-de-Luz ne fut plus systématiquement envahie par les eaux lors des grandes tempêtes (comme cela avait été régulièrement le cas auparavant). (Ces digues permettant également de casser les gros rouleaux venus de l'Océan, elles contribuent, depuis le développement des bains de mer, à faire de Saint-Jean-de-Luz un lieu de villégiature important, très prisé par les familles avec enfants). Au début du XXème Siècle, Saint-Jean-de-Luz devint une ville moderne et pour partie ouvrière. La généralisation de la chaudière à vapeur modifia dans un premier temps sensiblement les conditions de pêche... et raccourcit les distances. De nombreuses usines s'édifièrent alors pour traiter le poisson dans le quartier du Fargeot, l'essentiel de la main d'oeuvre étant alors importée (d'Espagne, mais aussi de Bretagne). Des majorités républicaines furent élues et administrèrent la municipalité, qui donnèrent le nom de Gambetta à la grande rue (Karrika handia) et percèrent les boulevards Thiers et Victor Hugo. Après 1945, les industries du quartier Fargeot disparurent progressivement, victimes de la surpêche et de la concurrence. Ce phénomène renforça l'aspect cossu et touristique, jamais démenti, de Saint-Jean-de-Luz (près de 20% des logements de la commune seraient aujourd'hui encore des résidences secondaires). L'agglomération s'étendit dans les années 60 vers le Nord (avenue de l'Océan) puis le Sud (quartier Urdazuri). Raccordée depuis les années 70 au réseau autoroutier, desservie par le TGV, Saint-Jean-de-Luz dispose d'une situation excellente et d'importantes réserves foncières qui peuvent assurer son développement ultérieur. Une portion notable de son littoral a jusqu'ici échappé à l'urbanisation, ce qui est exceptionnel, voire unique (tout le reste de la Côte Basque est en effet urbanisé, mis à part la Corniche, côte à falaise entre Socoa et le domaine d'Abbadia). A noter aussi : Les Luziens, en 1914-1918 puis en 1939-1945, payèrent un lourd tribut aux deux guerres mondiales. Un monument (square de Verdun) commémore la mémoire des combattants, et une stèle dédiée au mouvement de résistance "Orion" a été placée, sur le quai de l'Infante, pour rappeler l'importance des réseaux d'évasion hors du territoire métropolitain occupé. Quelques casemates, vestiges du mur de l'Atlantique (blockhaus), sont encore visibles sur la promenade de Sainte-barbe.

Blasonnement

« Coupé au I d'azur au vaisseau équipé de sable, voguant à pleines voiles d'argent sur une onde de même, la coque du vaisseau de sable brochant l'onde ; au II, de gueules au lion d'or couronné d'une couronne de vicomte du même ; parti d'azur à une crosse épiscopale d'argent posée en pal. »

Administration

Michèle Alliot-Marie a été réélue Maire en 2001. Lorsqu'elle est entrée dans le gouvernement Raffarin en tant que ministre de la Défense elle a été remplacée par Pierre Duhart (dit "Peyuco"). Elle est toujours 1 adjointe au maire en charge de l'intercommunalité et des relations avec les instances extérieures.

Intercommunalité

La commune fait partie de l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastian. Par ailleurs, le SCOT-côte basque sud s'est récemment transformé en communauté de communes, dont le siège est en cours d'installation aux confins de Ciboure et Urrugne.

Démographie

Saint-Jean-de-Luz forme une seule agglomération de 20 000 âmes avec la commune limitrophe de Ciboure. Elle rayonne en outre sur la vallée de la Nivelle, axe de périurbanisation majeur, et l'unité urbaine luzienne inclut de nos jours l'essentiel des quartiers habités d'Urrugne. Ceci explique la qualité et la densité des services publics et marchands implantés sur la Commune (trois lycées, quatre collèges, de nombreux commerces, médecins et professions libérales, une polyclinique assurant toutes les urgences sauf pédiatriques, une clinique ophtalmologique, des services décentralisés de l'Hôpital de Bayonne, etc...). Malgré la proximité de l'agglomération de Bayonne (le BAB) et l'influence exercée par les centres urbains espagnols sur la région hendayaise, Saint-Jean-de-Luz joue le rôle de centre urbain principal pour toute la partie méridionale de la Côte Basque de France.

Économie

Plage de Saint-Jean-de-Luz Rhune L'économie locale a longtemps été tournée vers l'exploitation de la pêche de haute mer. Le port accueille encore des chalutiers à destination de l'ouest de l'Afrique et des côtes atlantiques de l'Amérique du Nord mais, si la criée et les activités de maréyage restent importantes, le volume des prises a diminué et l'industrie de transformation et conservation des poissons, jadis prospère, a quasiment disparu de nos jours. La gestion du port est assurée par la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque. Le port de pêche est partagé avec la commune de Ciboure. La plaisance prend une place de plus en plus visible (mouillages de Port-Nivelle, et, en dehors de la commune, Socoa). Idéalement placée au cœur de la Côte basque, Saint-Jean-de-Luz est une destination balnéaire favorisée par la présence d'une grande plage de sable abritée au fond d'une baie semi-fermée, accessible à pied depuis le centre ville. Le tourisme joue un rôle très important dans la prospérité locale (hôtels, restaurants, thalassothérapie, golfs, etc...). Saint-Jean-de-Luz est aussi l'un des centres les plus dynamiques de la "Glissicon Valley" qui, depuis Hendaye au Sud jusqu'à Hossegor au Nord concentre de nombreuses industries spécialisées dans la conception et la commercialisation de matériels de sports de glisse et aquatiques (surf, plongée, etc...). La société Napali (marques Roxy et Quiksilver) est, en particulier, présente dans la commune, qui profite en outre de l'intensification des flux transfrontaliers et devient une plateforme logistique importante.

Culture

Fêtes locales

- Fête patronale de la Saint Jean fin juin
- Fête du thon en juillet
- Nuit de la sardine en juillet et août
- Festival "Musique en Cote basque" en septembre
- Académie Internationale de Musique Maurice Ravel, 1° quinzaine de septembre
- Festival Andalou en mai
- Fêtes de la rue de la République 1° quinzaine de Septembre
- Festival international des jeunes réalisateurs, octobre (2007, 12e édition)

Patrimoine

Patrimoine civil

La Rhune, vue de la maison de l'Infante
- Maison Louis XIV
- Maison dite "de l'Infante" : Maison Haraneder, demeure d'Anne d'Autriche, où l'Infante Marie-Thérèse logea quelques nuits.
- Le phare du port, classé monument historique, construit par André Pavlovsky
- La commune a été récompensée de trois fleurs au concours des villes et villages fleuris 2006.

Patrimoine religieux

- Église St-Jean-Baptiste : typiquement basque, elle abrite en son chœur un retable datant de 1670. Elle a servi de cadre au mariage de Louis XIV avec l'infante d'Espagne.

Personnes célèbres

- Anne-Sophie Lapix, journaliste et présentatrice TV française
- Michèle Alliot-Marie, femme politique
- Jean-Pascal Lacoste, acteur, animateur
- Patxi, chanteur
- Jules-Édouard Moustic, journaliste humoristique
- Laurence Ostolaza, journaliste et présentatrice TV française
- Bixente Lizarazu, footballeur.
- Fabien Le Bourhis, architecte
- Jean-Michel Larqué, ancien footballeur et présentateur TV, y fait les stages de foot Larqué
- Nicolas Olano, PDG des transports Olano
- Sandrine Mendiburu, golfeuse professionnelle.
- Charles Ducasse, footballeur professionnel
-Ernest William Hornung, écrivain anglais, créateur de Raffles gentleman cambrioleur, beau-frère d'Arthur Conan Doyle mort en 1921 et inhumé au cimetière de Saint-Jean ==
Sujets connexes
Afrique   Ahetze   Amérique du Nord   André Pavlovsky   Anne-Sophie Lapix   Anne d'Autriche (1601-1666)   Aquitaine   Arcachon   Arrondissement de Bayonne   Arthur Conan Doyle   Ascain   Baie (géographie)   Baleine   Bayonne   Bidart   Bixente Lizarazu   Canton de Saint-Jean-de-Luz   Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque   Charles Ducasse   Chemin de fer   Ciboure   Communauté de communes du Sud Pays Basque   Concours des villes et villages fleuris   Côte basque   Député   Ernest William Hornung   Espagne   Eurocité basque Bayonne - San Sebastian   Football   France   Fronton   Gentilé   Golfe de Gascogne   Grande-Bretagne   Groupe Olano   Guéthary   Hendaye   Jean-Michel Larqué   Jean-Pascal Lacoste   Jules-Édouard Moustic   La Rhune   Laurence Ostolaza   Marie-Thérèse d'Autriche (1638-1683)   Michèle Alliot-Marie   Monument historique (France)   Morue   Nivelle   Nivelle (fleuve)   Océan Atlantique   Patxi Garat   Pays basque   Phare   Pyrénées-Atlantiques   Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle   Quiksilver   Rade   Rassemblement pour la République   Retable   Rugby   Saint-Pée-sur-Nivelle   Sandrine Mendiburu   Tennis   Terre-Neuve   Traité des Pyrénées   Union pour un mouvement populaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^