Anti-inflammatoire non stéroïdien

Infos
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, souvent abrégés en AINS, sont des médicaments aux propriétés analgésiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires. Ils réduisent la douleur, la fièvre et l'inflammation. Le terme « non stéroïdien » est utilisé pour les distinguer des glucocorticoïdes, qui (parmi un large éventail d'effets) ont une semblable action anti-inflammatoire (dépression des eicosanoïdes). Les deux plus connus sont l'aspirine et
Anti-inflammatoire non stéroïdien

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, souvent abrégés en AINS, sont des médicaments aux propriétés analgésiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires. Ils réduisent la douleur, la fièvre et l'inflammation. Le terme « non stéroïdien » est utilisé pour les distinguer des glucocorticoïdes, qui (parmi un large éventail d'effets) ont une semblable action anti-inflammatoire (dépression des eicosanoïdes). Les deux plus connus sont l'aspirine et l'ibuprofène.

Mécanismes d'action

Les AINS sont des inhibiteurs de la cyclo-oxygénase. Ils produisent leurs actions en inhibant la formation de prostaglandines et de thromboxane.

Exemples d'AINS

acide acétylsalicylique et acétylsalicylate de lysine

- acide acétylsalicylique ("aspirine") et acétylsalicylate de lysine :
- en Belgique : Acenterine®, Alka-Seltzer®, Asaflow®, Aspirine® (Bayer), Aspro®, Cardioaspirine®, Cardiphar®, Dispril®, Sedergine®, Tampyrine®
- en France : Actron, Afebryl, Aspégic, Aspirine du Rhône, Aspirine Upsa, Salipran, ...
- en Suisse : Alcacyl®, Alka-Seltzer®, ASA-Tabs®, Aspégic®, Aspirine® et Aspirine Cardio® (Bayer), Aspro® 500, ASS-Mepha®, Juridin®, Kardégic®, ASS®, Tiatral® 100 SR, Togal®
- au Canada : Aspirine® (Bayer), AAS

autres salicylés

- salicylate de méthyle
- diflunisal

Dérivés arylacétiques (ou arylalkanoïques)

diclofénac et ses sels (Na, K)

- en Belgique :
- oral : Cataflam®, Diclofemed®, Diclofenac Bexal®, Diclofenac EG®, Diclofenac Sandoz®, Diclofenac Teva®, Diclofenac-Ratiopharm® et Diclofenac-k-Ratiopharm®, Diclotop®, Docdiclofe®, Motifene®, Polyflam®, Voltaren®
- topique : Flector® Tissugel®, Ocubrax®, Voltamicin®, Voltapatch® Tissugel®, Voltaren®
- en France : Artotec, Flector, Solaraze, Voldal et Voltarène, Xenid
- en Suisse : Deflamat®, Diclac Lipogel®, diclo-basan® et diclo-basan® Gel, Diclofenac Helvepharm; Diclosifar® Gel et Diclosifar®-retard, Ecofenac® et Ecofenac® Lipogel, Effigel®, Flector®, Flector® EP, Flector®-Retard, Fortenac®, Inflamac®, Olfen® et Olfen Patch®, Primofenac®, Tonopan®, Vifenac® Gel, Voltaren®, Voltaren Dolo®, Voltaren Emulgel®, Voltaren Ophtha®

Association diclofénac + misoprostol

Le misoprostol est un protecteur de la muqueuse gastrique. Cette association est utilisée chez les patients dont le risque de développer des ulcérations gastriques et intestinales dues aux AINS est élevé.

Acéclofénac

- Air-tal (Belgique)
- Biofenac (Belgique)
- Cartrex (France)

Sulindac

- Clinoril (Belgique)

Kétorolac trométamol

- Taradyl amp. i.m. (Belgique)

acides 2-arylpropioniques (profènes)

ibuprofène

- en Belgique :
- oral : Adulfen® lysine, Advil®-mono, Brufen®, Buprophar®, Dolofin®, Epsilon®, Ibumed®, Ibuprofen Sandoz®, Ibuprofen Teva®, Ibuprofene EG®, Ibu-slow®, Junifen®, Malafene®, Nurofen®, Perviam®, Solufen®, Spidifen®
- local : Dolofin®, Extrapan®, Ibuprofen Teva®, Ibutop®, Nurofen®
- en France : Advil, Anadvil et Rhinadvil, Antarène, Brufen, Cliptol, Dolgit et Ergix, Expanfen , Gélufène, Hémagène, Ibutop, Intralgis, Nureflex et Nurofen, Solufen, Spedifen, Tiburon, Upfen, Vicks Rhume
- en Suisse : Algifor® et Algifor-L®, Artofen® Gel, Brufen®, Dismenol® N, Dolocyl®, Dolo-Dismenol®, Dolo-Spedifen®, Ecoprofen®, Grefen®, Ibufen-L®, Ibuprofène Helvepharm, Ibusifar®, Iproben®-200, Irfen®, Melabon®, Nurofen®, Optifen®, Saridon® N, Spedifen®, Treupel® Dolo

Association ibuprofène + codéine

- Adulfen + codeine (Belgique) -----> presque jamais utilisé ----> trop d'effet secondaire .

kétoprofène

- en Belgique : le kétoprofène est surtout connu sous le nom Rofénid. Le médicament est désormais en générique.
- en France : le kétoprofène est connu sous les nom Profénid, Kétum ... Le médicament étant désormais en générique.
- en Suisse : connu sous le nom Ketesse.

dexkétoprofène

Connu en suisse sous le nom Ketesse.

naproxène et naproxène sodique

- en Belgique : Aleve, Apranax, Naproflam, Naprosyne, Naproxen Teva, Naproxene EG
- en France : Aleve, Apranax, Naprosyne
- en Suisse : Aleve®, Apranax®, Naproxène-Mepha®, Nycopren®, Proxen®
- au Canada : Novo-Naprox®

kétorolac

oxaprozine

- Duraprox (Belgique)

flurbiprofène

- Froben (Belgique)

Dérivés indoliques

indométacine (ou indométhacine)

- Belgique : Dolcidium, Indocid, Indocid i.v.

proglumétacine

- Belgique : Tolindol

oxicams

méloxicam

- en Belgique : Mobic

piroxicam et piroxicam (Beta-cyclodextrine)

- en Belgique : Mobic
- Piroxicam oral : Docpiroxi, Feldene, Merck-piroxicam, Piromed, Piroxicam Bexal, Piroxicam EG, Piroxicam-Ratiopharm, Piroxicam Sandoz, Piroxicam Teva, Piroxicam-Ratiopharm, Piroxitop, Piroxymed, Polydene, Solicam
- Piroxicam local : Feldene, Piromed
- Piroxicam (Beta-cyclodextrine) (oral) : Brexine et Brexine Dryfiz
- en France : Feldène et Geldène, Inflaced, Zofora
- en Suisse : Felden®, Pirocam® Spirig, Pirosol®, Piroxicam Helvepharm, Piroxicam-Mepha®

Ténoxicam

- Belgique : Tilcotil

sulfonanilides

- nimésulide

groupe des coxibs = AINS COX-2 sélectifs

(entre autres le Celebrex® de Pfizer) : Ces molécules, commercialisées depuis 2000, avaient selon les fabricants une meilleure tolérance digestive. Celle-ci a depuis été et est considérée comme, au mieux, minime. Le rofécoxib Vioxx®, VioxxDolor® de Merck a été retiré du marché à l'échelle mondiale le 30 septembre 2004 car son utilisation sur le long terme semble avoir entraîné de très nombreux accidents cardiovasculaires et décès. À présent, des soupçons pèsent sur le Celebrex® et sur les autres coxibs, lorsqu'ils sont également donnés de manière prolongée.

célécoxib

- en Belgique, au Canada, en France et en Suisse : Celebrex®

étoricoxib

- en Belgique : Arcoxia®

parécoxib (injectable)

- en Belgique : Dynastat® (hôpitaux)
- en Suisse : Bextra® iv/im

rofécoxib

(retiré du marché)

valdécoxib

- en Belgique : Bextra®
- en Suisse : Bextra® (oral)

phénylbutazone

- en Belgique : (aucune spécialité)
- en France : Butazolidine, Dextrarine phénylbutazone
- en Suisse : (aucune spécialité)

acide niflumique

- en Belgique (usage local) : Nifluril®, Niflugel®
- en France : Flunir, Nifluril et Niflugel
- en Suisse : Aucune spécialité

acides N-arylanthraniliques (acides phénamiques)

- acide méfénamique

Usages des AINS

Grossesse

Troisième trimestre de la grossesse : la prise répétée d'AINS est contre-indiquée (hémorragies chez la mère, le fœtus et le nouveau-né, et fermeture prématurée du canal artériel).

Effets secondaires

Effets secondaires rénaux

Photosensibilité

Autres effets secondaires

effets indésirables gastro-intestinaux effets pancreatiques

Le paradigme des COX-2

Problèmes liés aux inhibiteurs COX-2

Bientôt des inhibiteurs COX-3 ?

Voir aussi

Bibliographie

===
Sujets connexes
Acide acétylsalicylique   Acéclofénac   Analgésique   Anti-inflammatoire   Antipyrétique   Brigham Young University   Canal artériel   Codéine   Coxib   Cyclo-oxygénase   Diclofénac   Douleur   Fièvre   Glucocorticoïde   Hémorragie   Ibuprofène   Indométacine   Inflammation   Kétoprofène   Kétorolac   Merck   Médicament   Naproxène   Nouveau-né   Pfizer   Piroxicam   Rofécoxib   Salicylate de méthyle   Thromboxane   Willow  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^