Musique arabo-andalouse

Infos
La musique arabo-andalouse , aussi appelée al-ala, al-andaloussi, gharnati, sanaâ ou encore malouf au Maroc ou en Algérie ou en Tunisie est un genre musical classique du Maghreb.
Musique arabo-andalouse

La musique arabo-andalouse , aussi appelée al-ala, al-andaloussi, gharnati, sanaâ ou encore malouf au Maroc ou en Algérie ou en Tunisie est un genre musical classique du Maghreb.

Histoire

La musique arabo-andalouse est principalement ramenée au Maroc du fait de sa proximité géographique avec l'Espagne catholique puis en moindre mesure en Algérie et en Tunisie , par les Maures et les sépharades expulsés de l’Andalousie espagnole redevenue catholique en 1492 lors de la Reconquista. Elle s’est développée dans tout le Maroc (vu la très large majorité d' arabo-andalous installés dans ce pays) notamment avec la contribution de la communauté juive, et s’est étendue à des degrés divers tout le Maghreb.Le Maroc est, d'ailleurs, jusqu'à nos jours le pays arabo-musulman où la population judéo-arabe est la plus importante et la plus active. Le Maroc ayant été le seul pays arabo-musulman à ne pas avoir connu une colonisation et donc une influence culturelle Ottomane et vu le nombre très important d'arabo-andalous restés au Maroc dans l'espoir d'un retour rêvé en Espagne , font que cette musique est restée au Maroc très populaire et très proche de son origine arabo-mauresque dans certaines parties du pays.

École musicale maghrébine

Elle est l’héritière d’une longue tradition musicale transmise au de Bagdad (alors capitale des Abbassides) à Cordoue et GrenadeLe califat de Cordoue, bastion des Omeyyades, et le royaume de Grenade, en Espagne, furent les sièges du rayonnement culturel de la civilisation islamique andalouse. et profondément remaniée à la même période par Abou El Hassan Ali Ben Nafiq qui gagna le surnom de Ziriab qui crée à l’époque les bases de la musique arabo-andalouse actuelle. La nouba devient à cette époque le terme qui désigne cette forme d’interprétation. L’autre nom qui a laissé son empreinte dans cette musique est Abu Bakr Ibn Yahya Al Sayih (Avenpace) qui était philosophe, médecin, astronome mais aussi poète et musicien. Il a mis au point l’accord de l’oud maghrébin, a perfectionné la nouba et a laissé un grand nombre de compositions. La musique a évidemment évolué grâce aux échanges importants entre les centres culturels du Maghreb et d’Andalousie. Ces centres étaient concentrés autour de Tripoli, Kairouan, Béjaïa, Tlemcen et Fès. Le retour des musulmans et des judéo-arabes vers le Maroc principalement et dans des proportions moindre et divers vers les autre pays du Maghreb a permis l’installation de trois écoles principales : Grenade (ouest du Maghreb), Cordoue (centre du Maghreb) et Séville (est du Maghreb) .

École musicale syro-égyptienne

Au , cette école reprend la musique connue en Égypte et au Proche-Orient sous une forme de prosodie réformée appelée muwashshah. Celle-ci introduit une nouvelle forme musico-poétique soutenue par de longues suites modales qui regagne le Machrek. Le muwashshah peut désigner un chant soliste ou de chœur qui repose sur des psaumes ou des poèmes. En Égypte, le dawr fait son apparition au début du . Cette forme permet à un chanteur d’être accompagné par un takht, une chorale et un ensemble musical.

Instruments de musique

Les instruments utilisés dans un orchestre typique de musique arabo-andalouse sont :
- le riqq : le tambourin arabe qui est l’instrument maître de l’orchestre dans le sens où c’est celui qui est joué par le musicien tenant lieu de « chef d'orchestre » (notion qui n’existe pas en musique arabe), c’est-à-dire qui donne le rythme à l’ensemble
- la darbouka : instrument de percussion, en bois d’olivier ou en poterie, couvert d’une peau de mouton, de chèvre ou de poisson que l’on chauffe avant utilisation pour la tendre. Plus récemment, des modèles en aluminium recouvert de plastique ont fait leur apparition.
- l’oud : le luth arabe
- le rebec : le violon arabe
- le nay : flûte en roseau, à six ou sept trous, soufflée par le côté de la bouche
- le qanûn ou Kanoun : instrument à cordes joué à plat et ressemblant à une cithare

Expressions régionales

Maroc

Au Maroc (le pays le plus arabo-andalous du Maghreb par ses habitants, son architecture et sa culture) cette musique est aussi appelée andalousi ou al-ala. La musique arabo-andalouse est l’un des piliers de l’identité marocaine et, en raison des évolutions socioculturelle, historique et économique, cette musique est relativement différente de celle du reste du Maghreb. En effet, celle-ci connaît des influences plus ou moins importantes selon les régions : arabo-andalouses, berbères, juives et africaines (en raison de la migration d’Africains au Maroc au ). Du fait de l'histoire spécifique du Maroc, cette musique a toujours perduré dans le royaume contrairement à certains pays arabo-musulmans (du Magreb en particulier) où elle s'est dénaturée ou était sur le point de s'éteindre, en raison de la longue et forte influence culturelle de la colonisation ottomane sur ces pays. L'histoire du Maroc et de l'Espagne arabo-andalouse sont intimement liées.De nos jours encore, les échanges culturelles entre l'Espagne et le Maroc sont les plus importantes d'Afrique du Nord. Considérée actuellement comme une musique noble, il existe plusieurs écoles musicales spécifiques ayant comme référence une cité andalouse. Ainsi, la musique andalouse fassie se revendique de Tolède et Cordoue, ce qui fait d’elle la gardienne du courant classique. L’école de Rabat et Salé se caractérise par sa filiation à la ville de Séville et au courant de Ziriab : tarab al-gharnati. Au cours du , plusieurs artistes influencent et font évoluer ce qui s’appelle le tarab al-andalousi : Mohamed Benabdeslam Al Brihi, Haj Abdelkrim Raïs pour la ville de Fès, Moulay Ahmed Loukili pour la ville de Rabat, Mohamed Ben Larbi Temsamani pour la ville de Tétouan, Cheikh Zeitouni pour la ville de Tanger et Mohamed Taoud (directeur de l’orchestre national de Rabat) pour la ville de Ksar el-Kébir & Enfin Le Gharnati à Oujda principale descendante de la ville de Grenade avec la maîtresse de cette musique Amina Alaoui. Depuis les années 90 un courant moderniste s'impose dont la figure principale est Briouel, un musicien originaire d'Essaouira. D'autres grandes figures sont a citer tel bba jedoub ou Abdessadek chekkara pour l'école tangeroise. Dans le Malhoune Bouzoubaae fait figure de ténor incontournable.

Algérie

Trois grandes écoles constituent la musique andalouse algérienne : le ghernati à Tlemcen, le ça'naa à Alger et le malouf à Constantine. Cette musique considérée comme noble au tout début s’est démocratisée peu à peu et est devenue seulement ces dernières années très appréciée par une partie de la population algérienne en quête de retour aux sources (encouragée par le pouvoir politique en place) grâce à l’apport de nouvelles stars de cette musique telles que bahidja rahal, rym hakiki, hadj kacem, nouri el koufi, ou el hadj tahar fergani

Tunisie

Libye

Artistes arabo-andalous (ou au style arabo-andalou)


-Farid Khodja
-Nacer Eddine Chaouli
-Taoufik Bestanji
-Abdelmajid Bouzouada

Notes et références

Voir aussi

-Musique arabe
-Musique égyptienne Catégorie:Genre musical Catégorie:Musique arabe Catégorie:Musique algérienne Catégorie:Musique tunisienne Catégorie:Musique marocaine Catégorie:Musique libyenne Catégorie:Musique égyptienne Catégorie:Culture musulmane ar:الطرب الأندلسي en:Andalusian classical music
Sujets connexes
Abbassides   Abdelmajid Bouzouada   Alger   Algérie   Aluminium   Année cruciale   Avenpace   Bagdad   Béjaïa   Califat de Cordoue   Catholicisme   Chef d'orchestre   Chorale   Chèvre   Cithare   Communauté   Constantine (Algérie)   Cordoue   Darbouka   Farid Khodja   Flûte   Fès   Genre musical   Gharnati   Grenade (Espagne)   Haj Abdelkrim Raïs   Instrument de percussion   Instrument à cordes   Juifs   Kairouan   Luth   Machrek   Maghreb   Maroc   Matière plastique   Mohamed Ben Larbi Temsamani   Moulay Ahmed Loukili   Mouton   Musique arabe   Musique classique   Musique égyptienne   Muwashshah   Olivier (arbre)   Omeyyades   Orchestre   Oud   Oujda   Poisson   Poterie   Proche-Orient   Prosodie   Psaume   Qanûn (instrument)   Rayonnement culturel   Rebec   Riqq   Roseau   Royaume de Grenade   Séville   Tambourin (musique)   Tlemcen   Tolède   Tripoli (Libye)   Tunisie   Violon   Ziriab  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^