Cannibalisme

Infos
Cannibalisme au Brésil en 1557 décrit par Hans Staden Le cannibalisme est une pratique qui consiste à consommer un individu de sa propre espèce. L'expression s'applique à la fois aux animaux qui dévorent des membres de leur groupe (cannibalisme animal) et aux hommes qui consomment de la chair humaine (anthropophagie).
Cannibalisme

Cannibalisme au Brésil en 1557 décrit par Hans Staden Le cannibalisme est une pratique qui consiste à consommer un individu de sa propre espèce. L'expression s'applique à la fois aux animaux qui dévorent des membres de leur groupe (cannibalisme animal) et aux hommes qui consomment de la chair humaine (anthropophagie).

Étymologie

Le cannibalisme, lorsqu'il concerne la consommation de viande humaine par des hommes, est également appelé anthropophagie, du grec anthropos (homme) et phagein (manger). Les deux termes peuvent s'utiliser indifféremment, mais les spécialistes distinguent parfois les deux expressions selon l'origine de la pratique (cannibalisme étant réservé aux peuples « sauvages »), selon ses modalités (le cannibalisme comporterait plus souvent un aspect rituel), ou encore selon la finalité de cette pratique (on emploierait de préférence l'un des termes s'il est question de survie, quand il s'agit de s'approprier les qualités de la victime, ou encore quand l'objectif consiste à effrayer les ennemis, etc.). Le terme cannibale provient du mot caniba ou cariba utilisé par les Taïnos que Christophe Colomb a rencontrés lors de son premier séjour sur Hispaniola. Il désignait alors, selon Colomb, les redoutables populations de l'est de l'île qui combattaient les autres peuples indigènes et mangeaient leurs victimes. En débarquant à la Guadeloupe en novembre 1493, Colomb et son équipage ont découvert des ossements humains qu'ils ont alors attribués aux mêmes peuples Cariba, Caniba, devenus Caribales ou CanibalesSimone Dreyfus-Gamelon, Et Christophe Colomb vint..., « Ethnies », n.14, 1993, pp. 94–105 . Le mot caraïbe fut alors employé pour désigner les autochtones des Petites Antilles mais aussi les anthropophages du Nouveau Monde, avant de se répandre en Europe et de prendre la forme cannibale dans le sens de « sauvage » mangeur d'homme. En 1572, Montaigne y consacre une partie du premier livre (I, 31) de ses Essais, et Shakespeare s'en inspire en 1611 pour créer le personnage maléfique de Caliban dans sa comédie La tempête. Le texte de Montaigne est particulièrement intéressant car il ouvre sur une réflexion, qui peut trouver un écho dans la philosophie morale contemporaine, sur les conditions qui permettraient de considérer un certain cannibalisme comme "juste". Selim Lander On distingue l'endocannibalisme, qui consiste à manger les membres de son groupe humain, et l'exocannibalisme, qui consiste à manger des membres d'un autre groupe humain.

Sens figuré

Le verbe cannibaliser est parfois utilisé dans des sens connexes : en économie ("cannibalisation des ventes" d'un produit par un nouveau produit de la même marque), en mécanique ou en électronique, en particulier dans l'armée, pour signifier que l'on prélève des pièces d'un ou plusieurs appareils (en général hors d'usage) afin de constituer ou réparer un appareil en état de fonctionnement. Dans le langage familier cannibaliser peut signifier s'accaparer le travail, les ressources ou les idées d'autrui.

Notes

==
Sujets connexes
Anthropophagie   Armée   Caliban (Shakespeare)   Cannibalisme animal   Christophe Colomb   Essais   Europe   Guadeloupe   Hispaniola   La Tempête (Shakespeare)   Mécanique   Nouveau Monde   Petites Antilles   Peuple Caraïbe   Sciences économiques  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^