Parti national-socialiste des travailleurs allemands

Infos
Le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, Parti national-socialiste des travailleurs allemands), souvent dénommé parti nazi, était un parti politique allemand fondé au début des années 1920, arrivé au pouvoir en 1933 et dont le leader était Adolf Hitler. Le terme nazi (abréviation de l'allemand national-sozialistisch) est utilisé en référence aux membres de ce parti ou aux adhérents de l'idéologie politique du
Parti national-socialiste des travailleurs allemands

Le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, Parti national-socialiste des travailleurs allemands), souvent dénommé parti nazi, était un parti politique allemand fondé au début des années 1920, arrivé au pouvoir en 1933 et dont le leader était Adolf Hitler. Le terme nazi (abréviation de l'allemand national-sozialistisch) est utilisé en référence aux membres de ce parti ou aux adhérents de l'idéologie politique du nazisme. Le NSDAP' était la seule force politique autorisée dans l'Allemagne nazie de 1933 (chute de la république de Weimar) jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale en mai 1945. Après quoi le parti fut déclaré illégal et ses représentants arrêtés et jugés au procès de Nuremberg. Ce dernier condamna le parti nazi en tant que tel et le reconnut organisation criminelle. Les vainqueurs procédèrent ensuite à une dénazification de la société allemande.

La genèse du parti

En 1919, Anton Drexler, un serrurier de Munich fonde le Parti ouvrier allemand (DAP Deutsche Arbeiter Partei) d'orientation socialiste. Le DAP était l'un des nombreux mouvements à la fois nationalistes, racistes (völkisch) et ouvriers qui émergèrent en Allemagne après la défaite du pays à la fin de la Première Guerre mondiale. L'agitation politique était extrême et des groupes terroristes multipliaient les attentats à l'encontre des personnalités proches du gouvernement et plusieurs tentatives de putsch survinrent. Les services de renseignement de l'armée envoyèrent le caporal Hitler pour surveiller les activités du parti en septembre 1919. Mais Hitler adhéra au parti et y découvrit sa « vocation » : haranguer la foule. Sa première intervention publique spontanée date du 12 septembre 1919 et sa première prestation comme orateur du 16 octobre. Mais, contrairement à ce qu'il prétendait, Adolf Hitler ne fut pas le 7 membre du parti, mais le n°55 (on modifie très tôt la mention "55" pour "555" afin de donner l'impression que le parti compte plus de membres qu'il n'en compte en réalité). En 1920, Hitler dessine le drapeau du parti (fond rouge, cercle blanc, svastika noir). Dans Mein Kampf, il détaillera cet épisode, et notamment son choix du rouge et du noir, couleurs de l'empire allemand.
- En 1921, Adolf Hitler évince Anton Drexler et prend la tête du parti. Il le réorganise totalement pour en faire un parti de masse, recrutant des cadres, rachetant un journal, le Völkischer Beobachter, formant des sections d'assaut, les Sturmabteilungen ou SA, dirigées par Ernst Röhm, véritable milice chargée d'assurer l'ordre dans les meetings et dans la rue.
- En novembre 1923, à la suite de l'occupation de la Ruhr par les troupes françaises et belges, Adolf Hitler profite de l'émoi du peuple allemand et tente de renverser le gouvernement de Bavière. Ce coup d'État, connu comme le « Putsch de la brasserie », se solde par un échec cuisant : Hitler est condamné à 5 ans de prison et incarcéré durant 13 mois. Le NSDAP est interdit.

Le redressement allemand

Entre 1924 et 1929, la République de Weimar, avec la mise en œuvre, à partir de novembre 1923, de la réforme monétaire, passant par la création du Rentenmark gagé sur l'outil de production national, réussit à restaurer l'efficacité économique de l'Allemagne, mais au prix de mesures d'austérité impopulaires. Politiquement, les forces extrémistes de tous bords gagnent du terrain, d'autant plus que le traité de Versailles ampute l'Allemagne de 10% de sa population et de 15% de son territoire, territoire en outre coupé en deux par la création du couloir de Dantzig. Cette étroite bande de terre, attribuée aux Polonais, brisait l'unité allemande en séparant la Prusse orientale du reste de la patrie. Ils vivent le « Diktat de Versailles » comme une humiliation terrible, qui bien loin d'apaiser les tensions, nourrit un profond désir de revanche qui devient un des thèmes majeurs du discours hitlérien, d'autant plus qu'en janvier 1923, les troupes françaises et belges avaient occupé la Ruhr, la région la plus industrialisée du pays, pour obliger l'Allemagne à tenir ses engagements. Après l'adoption du plan Dawes, rééchelonnant le paiement des dommages de guerre, celui-ci put reprendre et les troupes françaises commençèrent à quitter la Ruhr à partir d'août 1924.
- L'année 1924 marque donc le début du redressement allemand et la fin de l'hyperinflation. À sa sortie de prison, Adolf Hitler doit lutter contre l'aile gauche des frères Strasser qui se sont efforcés de noyauter les SA. Pour se protéger, il s'entoure d'une garde rapprochée de fidèles, les SS (Schutzstaffel, les « brigades de protection »).
- Le 18 juillet 1925, paraît le premier volume de Mein Kampf (Mon combat). Le second sort le 11 décembre 1926. À sa parution, le livre ne connaît qu'un succès modeste : jusqu'en 1929, seuls 23 000 exemplaires du premier volume et 13 000 du second sont vendus. Après 1930, le tirage augmente fortement : jusqu'en 1935, il s'en vend 1 million 500 000 exemplaires. À partir de 1936, il devient le cadeau de mariage de l'État aux couples allemands. On estime son tirage à près de 10 millions d'exemplaires jusqu'en 1945, auxquels s'ajoutent les traductions en seize langues étrangères. Hitler le rédigea lors de son séjour en prison ; il y développe sa doctrine et y expose son programme fondé sur la conquête du Lebensraum (l'« espace vital ») de la nation allemande et l'idéal pangermaniste.
- Aux élections générales de 1928, le NSDAP obtient seulement 800 000 voix représentant 2, 6 % du corps électoral, ce qui lui vaut douze sièges au Reichstag. Le résultat est médiocre et le parti semble sur le déclin.

La crise de 1929 et la montée du parti nazi

350px La crise économique de 1929 prive l'Allemagne et l'Autriche des capitaux américains investis après-guerre, ils doivent payer des réparations et ces deux pays sont encore plus durement touchés que les autres. L'activisme du parti nazi attire à lui une très importante clientèle électorale.
- Aux élections générales de septembre 1930, le NSDAP obtient 6, 4 millions de voix représentant 18, 3 % du corps électoral et remporte 107 sièges au Reichstag (Parlement allemand).
- Début 1932, le parti nazi compte 1, 5 millions d'adhérents, dont 350 000 SA et SS qui multiplient les exactions et les démonstrations de force. Les Jeunesses hitlériennes de leur côté enrôlent plus de 107 956 jeunes.
- Le 25 février 1932 Hitler obtient la nationalité allemande, et à l’élection présidentielle de mars-avril, il obtient 2, 75 millions de voix, représentant 37, 3 % du corps électoral, mais il est battu par le vieux maréchal Hindenburg. Aux élections générales de novembre, le parti nazi devient le plus important groupe politique du Reichstag, le parlement de la république de Weimar, avec ses 11, 74 millions de voix représentant 33, 1 % du corps électoral.
- Touché par sa défaite, Hitler comprend, que pour arriver au pouvoir, il doit pactiser avec les milieux d'affaires, très insatisfaits des politiques menées par les chanceliers successifs. Et ce sont les barons de l'industrie allemande qui incitent le maréchal Hindenburg, qui ne l'aime pas, à nommer Adolf Hitler, le 30 janvier 1933, au poste de chancelier du Reich.

L'arrivée des nazis au pouvoir

Le but du parti nazi, était la prise du pouvoir afin d’instaurer une dictature autour de son chef Adolf Hitler, régime qui selon lui, était seul capable de lancer un vaste programme d’économie de guerre, ayant pour objectif le réarmement massif du pays, afin de lui permettre de se lancer dans une série de conquêtes militaires, dans le but d’élargir ce qu’il appelait son espace vital. L’idéologie du parti nazi était raciste et antisémite. Sous l'impulsion d'Otto Abetz, sa propagande va aussi se développer en France, de façon particulièrement active dans la presse.
- Dès le 1933, le nouveau chancelier Hitler obtient du vieux maréchal Hindenburg la dissolution du parlement. Pendant la campagne électorale, le 27 février, le bâtiment du Reichstag est totalement détruit par un incendie criminel. (Voir : Incendie du Reichstag)
- Dès le lendemain, plus de 4 000 militants du parti communiste allemand (KPD) sont arrêtés ainsi que bon nombre de leaders de la gauche. Ils sont assassinés ou envoyés vers les premiers camps de concentration, les journaux suspendus de parution et les meetings interdits. Aux élections générales de mars 1933, le parti nazi obtient 17, 28 millions de voix représentant 43, 9% du corps électoral.
- Le 23 mars, les nazis obtiennent le soutien du Zentrum (parti catholique). Le Reichstag donne les pleins pouvoirs pour 4 ans au chancelier Hitler, en votant l'« acte d'habilitation ».
- Le 29 mars, les libertés fondamentales sont abolies. Peu à peu, tous les partis et syndicats, autres que ceux d'inspiration nazie, sont dissous, et le 14 juillet, le NSDAP est proclamé parti unique. La Gleichschaltung (« mise au pas » du pays) est en marche.

La dictature des nazis

Un régime de terreur s'installe rapidement sous l'action conjointe des SA et des SS auxquels se joint la nouvelle police d'État, la Gestapo dénommée (Geheime Staatspolizei). Une vaste épuration est conduite dans les administrations et dans les organes judiciaires, qui de toute façon sont souvent court-circuités par les représentants du parti nazi qui devient une véritable structure étatique.
- Le 7 avril 1933 : vote de la loi interdisant les mariages entre Juifs et Aryens.
- Le 14 juillet, le NSDAP est proclamé parti unique.
- Le 14 octobre, l'Allemagne quitte la Société des Nations.
- En janvier 1934, les assemblées régionales sont remplacées par des gouverneurs dépendants directement du chancelier Hitler (les Staathalter).
- Le 26 janvier, signature du pacte de non-agression avec la Pologne.
- Le 14 juin, première entrevue entre Hitler et Benito Mussolini.

La nuit des Longs Couteaux

Cependant, le pays souffre toujours d'une mauvaise situation économique et les inquiétudes grandissent devant l'installation d'un totalitarisme d'État. De son côté, Ernst Röhm, qui dirige les SA depuis 1930 souhaite pousser encore plus loin l'élan révolutionnaire en absorbant la Reichswehr et a fait des SA, le bras armé de l'aile socialisante du NSDAP. Dès 1932 il s'était opposé à Hitler lorsque celui-ci avait initié son rapprochement avec les milieux d'affaires et les forces conservatrices, pour parvenir à la présidence. Au début 1934, Adolf Hitler décide de se séparer de la SA et de les liquider afin d'unifier politiquement le parti. Dans la nuit 29 au 30 juin 1934, il lance les SS de Himmler, avec le soutien de l'armée, dans une opération d'envergure : de Berlin à Munich, plusieurs centaines de SA et d'opposants sont arrêtés ou assassinés, Ernst Röhm est exécuté, en même temps que de vieux adversaires de Hitler, tels Gregor Strasser, l'ancien chancelier Kurt von Schleicher, Gustav von Kahr, responsable de l'échec du Putsch de la brasserie et des collaborateurs de Franz von Papen. De nombreux généraux de la Reichswehr ont été des complices actifs de cette opération et seront dès lors liés avec Hitler par un pacte du sang. Les SA continuent d'exister mais ont désormais un rôle mineur dans la structure du parti, Hitler a désormais tout le pouvoir sur le parti et sur l'Allemagne.
- Le lendemain, 30 juin, baptême du petit cuirassé Admiral Graf von Spee en violation du Traité de Versailles.
- 25 juillet : Hitler tente une première fois de réaliser l'Anschluss (union de l'Allemagne et de l'Autriche), en faisant assassiner le chancelier autrichien Engelbert Dollfuss par des Nazis autrichiens - Échec du coup d'État, car l'Italie s'y oppose.

Hitler, le Führer

Timbre de 1936 commémorant le congrès du parti du Reich : bras tendu de la foule vers le symbole du parti nazi. Le 2 août 1934, le jour même où l'armée prête le serment de fidélité au chancelier Hitler, le vieux maréchal Hindenburg meurt. Hitler supprime immédiatement la fonction de président et se fait plébisciter le 19 août, comme Führer, le chef unique et tout-puissant de l'État qui va agir sur tous les aspects de la vie sociale et politique des Allemands :
- manipulation idéologique des masses et normalisation des idées ;
- ségrégation raciale ;
- mise en place d'une économie de guerre ;
- réforme de l'enseignement, réorganisation de l'école et de l'université ;
- destruction des livres jugés séditieux. Une certaine partie de l'élite intellectuelle continue de quitter le pays : Albert Einstein, Thomas Mann, Stefan Zweig... Le ministère de la propagande, dirigé par Joseph Goebbels, utilise les moyens de communication les plus modernes, comme la radio ou le cinéma pour diffuser l'idéologie nazie. Des rassemblements spectaculaires et impressionnants de militants sont organisés à la gloire du national-socialisme. Le Reichsparteitag de 1935
- Le 1934, Hitler ordonne secrètement la création d'une nouvelle force aérienne et l'extension des forces navales et terrestres. Cette décision fait partie d'un vaste jeu diplomatique dont le but est le réarmement de l'Allemagne nazie En 1935, sont votées les lois de Nuremberg qui vont exclure les juifs de nombreuses professions, les déchoir de leurs droits civiques, les obligeant à porter une étoile jaune et leur interdisant l'entrée dans les lieux publics. Les violences antisémites se développent dans tout le pays.
- En 1936 :
- 6 juin, circulaires contre le « fléau » tzigane et création du premier camp de Tziganes à Marzahn.
- : L'adhésion aux Jeunesses hitlériennes devient obligatoire.

Tableau des résultats électoraux

L'organisation du Parti (à faire)

Organigramme de l'organisation du Parti en 1938

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adolf Hitler   Albert Einstein   Allemagne   Allemand   Anschluss   Anton Drexler   Aryens   Autriche   Bavière   Benito Mussolini   Berlin   DAP   Dictature   Dénazification   Empire allemand   Engelbert Dollfuss   Ernst Röhm   France   Franz von Papen   Führer   Gestapo   Gleichschaltung   Gregor Strasser   Gustav von Kahr   Incendie du Reichstag   Italie   Jeunesses hitlériennes   Joseph Goebbels   Juifs   Kurt von Schleicher   La Chute (film, 2004)   Le Triomphe de la volonté   Lebensraum   Lois de Nuremberg   Mein Kampf   Munich   National-socialisme et socialisme   Nazisme   Otto Abetz   Pangermanisme   Parti national-socialiste des travailleurs allemands   Parti ouvrier allemand   Parti politique   Paul von Hindenburg   Plan Dawes   Pologne   Première Guerre mondiale   Procès de Nuremberg   Prusse   Reichsleiter   Reichswehr   Rentenmark   Rroms   Ruhr (région)   République de Weimar   Schutzstaffel   Seconde Guerre mondiale   Société des Nations   Stefan Zweig   Sturmabteilung   Svastika   Thomas Mann   Traité de Versailles   Troisième Reich   Völkischer Beobachter  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^