Alexander Sutherland Neill

Infos
Alexander Sutherland Neill, aussi appelé A.S. Neill, (17 octobre 1883 - 23 septembre 1973) était un pédagogue écossais. Il est le fondateur, en 1921, de l'école de Summerhill, dans le comté de Suffolk, qu'il « dirigea » jusqu'à sa mort. Il fut alors remplacé dans sa tâche par sa femme jusqu'en 1985, puis par sa fille Zoe Readhead qui est l'actuelle directrice de l'école.
Alexander Sutherland Neill

Alexander Sutherland Neill, aussi appelé A.S. Neill, (17 octobre 1883 - 23 septembre 1973) était un pédagogue écossais. Il est le fondateur, en 1921, de l'école de Summerhill, dans le comté de Suffolk, qu'il « dirigea » jusqu'à sa mort. Il fut alors remplacé dans sa tâche par sa femme jusqu'en 1985, puis par sa fille Zoe Readhead qui est l'actuelle directrice de l'école.

Biographie

Le pionnier des années 1920

Lecteur des ouvrages de Freud, il était habile à en utiliser les concepts pour railler ses collègues. C'était un adversaire farouche de Maria Montessori, déjà éminente théoricienne de l’éducation à qui il reprochait scientificité et moralisme. Neill sema la controverse et provoqua « beaucoup d’indignation ». On sait tout aussi peu qu’il participa au congrès de Calais, croisant là Decroly, Ferrière et tous les grands pionniers, s’y faisant remarquer comme un auteur d’ouvrage de combat.

Summerhill

Neill ouvre sa première école en 1922, au cours d’un périple en Europe, mais c’est en 1924, qu’il fonde Summerhill, près de Leiston, en Angleterre. Au travers d’une vingtaine d’ouvrages et d’innombrables articles, il en a conté la vie quotidienne, ne manquant jamais l’occasion de susciter la polémique, brossant sans cesse le tableau d’un lieu où l’adulte n’a pas à imposer sa loi. Les journalistes baptisent Summerhill l’école « à-la-faites-ce-qu’il-vous-plaira ». Pourtant, l’école, avec ses bâtiments de bois, son grand parc et ses arbres, apparaît, surtout l’été, comme un lieu des plus agréables, véritable école à la campagne comme Ferrière pouvait en rêver au début du vingtième siècle. Mais, dans cette école, les cours sont facultatifs, les enfants, s’ils le souhaitent, peuvent jouer toute la journée ou se livrer à des activités manuelles dans l’atelier. Les soirées sont réservées à la danse, au théâtre, aux fêtes. S’il ne craignait la fermeture de l’école par les autorités, Neill ne poserait aucun interdit pour la sexualité. Le samedi soir est réservé à l’assemblée générale. Durant cette réunion présidée par un élève élu, les enfants exposent leurs problèmes, en débattent, élaborent leurs lois — et, dans cette assemblée, la voix de Neill, ni celle des autres adultes n’a pas plus de poids que celle d’un enfant.

La pulsion libertaire

Neill ne fut ni un scientifique ni un chercheur — peut-être un philosophe, mais surtout un visionnaire et un pragmatique. Il ne fut pas l’homme d’une école pédagogique ou psychologique particulière, ne développa jamais une approche méthodique. À l’inverse de ses contemporains, Neill ne pose jamais d’abord les problèmes de l’éducation en termes de besoins, mais en termes de droit. « Chacun est libre de faire ce qu’il veut aussi longtemps qu’il n’empiète pas sur la liberté des autres » : telle est la philosophie de la liberté qui prévaut à Summerhill. « Mes gosses, notait-il à cette époque, ont fait ce qui leur a plu et je ne doute pas qu’ils ont exprimé le meilleur d’eux-mêmes. »

L’individualiste farouche

De son enfance, Neill ne sort pas sans difficulté ; la peur de pécher, la peur de mourir sans avoir pu sauver son âme. Et, dans cette famille nombreuse, entre un père qui ne l’estimait guère et une mère distante, le jeune Alexander ne semble pas avoir reçu l’amour qu’il réclamait — cet amour qu’il a su si bien donner à ses élèves. Une telle enfance forge un individualiste farouche, « le genre de gars à peindre son vélo en bleu quand tous les autres les avaient noirs ». Il aura été dans son école, effectivement, un solitaire, un marginal, trouvant là sa permanence, sa force et sa fragilité. « L’individualisme sauvera le monde, ton pays a besoin de toi » dit-il à chacun de ses élèves dès 1915, car la liberté proposée aux élèves ne vise rien de moins qu’à en faire des hommes aux services des autres. Neill émerge de cette enfance en vouant une haine farouche à tout enseignement religieux et à toute imposition de valeurs quelles qu’en soient les formes. Sa vision de l’école traditionnelle avec les châtiments corporels ou de l’école nouvelle avec la méthode Coué (père de la pensée positive sa théorie : « Il ne s’agit pas de vouloir guérir, mais de s’imaginer guérit ». Sa phrase de guérison était : « Tous les jours et à tous les points de vue, je vais de mieux en mieux »), par exemple, exacerbe ses réactions. Neill voudra pour sa part n’en appeler jamais qu’à l’intelligence de l’enfant et à sa libre décision. « Je n’essaye jamais de faire partager mes croyances ou mes préjugés aux enfants », « Je ne vois pas de quel droit les éducateurs forcent les enfants à adopter ce qu’ils considèrent comme le bon goût ».

La sensibilité chrétienne

« Je suis une personne très religieuse ; quel homme de l’Écosse calviniste ne le serait pas ? », redira souvent Neill. C’est qu’en effet son éducation formera en lui une sensibilité chrétienne d’une force exceptionnelle ; par deux fois, Neill souhaitera devenir pasteur. Neill avait quelques raisons d’écrire que ses élèves « vivaient aussi honnêtement et aussi humainement que tout chrétien qui suit l’Évangile ». Neill cessera très vite de lire Freud. En fait, il trébuche bel et bien sur la conception de l’homme véhiculée par la psychanalyse, rejette toute la théorie freudienne sur la structuration de la personnalité et ne reconnaîtra jamais l’existence du complexe d'Œdipe (ensemble des pulsions qui poussent l’enfant mâle lors du 3 stade du développement « stade œdipien ou génital », entre 2 ou 3 ans, après le stade « oral » et le stade « sadique-anal », à ressentir une attirance pour sa mère et une hostilité pour son père). Il va jusqu'à dire qu’il y a plus d’éducation dans la fabrication d’une boule de neige qu’en écoutant de la grammaire pendant une heure.

Principes pédagogiques

Neill croit en la bonté fondamentale de l'être humain, et préconise de tenir éloignés les enfants de la brutalité de la société des adultes. Il ne faut ainsi rien imposer à l'enfant, afin de jamais brimer ses pulsions, ses désirs, sa curiosités et sa joie de vivre. Les seuls interdits doivent concerner directement la sécurité physique de l'enfant. Ainsi Neill permet volontiers, voire encourage, des comportements qui peuvent paraître associaux : hurler, fainéanter, mentir, voler… À Summerhill les enfants ne sont pas tenus d'assister aux cours. Loin d'être un grand lecteur de Rousseau, dont ses théories semblent inspirées, Neill précise dans son autobiographie, Summerhill School, éd. St Martin's Griffin, qu'il n'a lu Rousseau qu'à l'âge de 50 ans, bien après avoir fondé son école, et cela seulement parce que bon nombre de ses amis lui avaient fait remarquer la ressemblance des pédagogies. Neill accorde une très grande attention aux enfants, et s'attache à ne jamais les laisser sans réponses face à leurs interrogations ou problèmes, dès qu'ils en font la demande explicite. Ils leur accorde à volonté des séances individuelles au cours desquelles il réinvente constamment ses méthodes de psychothérapie active. Les enfants sont fréquemment déstabilisés par les différences radicales de la vie à Summerhill par rapport au reste du monde, mais Neill rapporte que dans la grande majorité des cas, deux à trois mois de comportements associaux libres à Summerhill suffisent pour que les enfants se dirigent d'eux-mêmes vers les salles de classes et les ateliers. Ceci repose sur le principe de Neill "d'épuisement de l'intérêt". Toute activité reposerait sur l'intérêt. Or, les centres d'intérêts réprimés par la société des adultes, qu'il s'agisse des jeux ou de la masturbation, par exemple, demeurent actifs dans l'inconscient, comme autant de haine de l'autre et de soi, ce qui conduit à développer des comportements extrêmes, névrose ou déviance. L'intérêt épuisé, les enfants peuvent grandir "sainement". Au-delà, Neill, depuis toujours aura renié tous les autres principes pédagogiques, et notamment la pédagogie traditionnelle : ce qui se passe dans les classes ne l'intéresse pas, étant donné que l'intérêt de l'enfant lui fera accepter toutes les contraintes pour parvenir à son but. Et c'est ici que réside le point le plus criticable du modèle neillien.

Œuvres et textes

- A.S. Neill, Libres enfants de Summerhill, Hart Publishing (New York, 1962 - traduction en 1971 par éditions Maspero, puis réedition aux éditions de la Découverte et chez Folio essais N° 4, 1985.
- A.S. Neill, La Liberté, pas l'anarchie, (suivi de : À propos de Summerhill, de Bruno Bettelheim), Hart Publishing (New York) 1966, Payot, coll. Petite bibliothèque, 1970.
- A.S. Neill, Neill ! Neill ! Peau de mandarine !, Hart Publishing (New York) 1972, Hachette, 1980. Autobiographie.
- A.S. Neill, Journal d'un instituteur de campagne, Payot (Paris), 1975.

Voir aussi

Ouvrages à propos de A.S Neill

- J. F. Saffange, Libres regards sur Summerhill, Lang (Genève), 2000. Ouvrage comportant une biographie très complète, une modélisation de la pensée de Neill, ainsi qu'une foule de commentaires et de points de vue de chercheurs et pédagogues célèbres (Piaget, Freud, Dolto, Oury…). ===
Sujets connexes
Adolphe Ferrière   Adulte   Angleterre   Bruno Bettelheim   Calvinisme   Chercheur   Christianisme   Complexe d'Œdipe   Curiosité (faculté)   Danse   Désir   Déviance   Enfant   Europe   Fernand Oury   François Maspero   Françoise Dolto   Fête   Hachette Livre   Individualisme   Intelligence   Interdit (anthropologie)   Jean Piaget   Jeu   Liberté   Libre arbitre   Maria Montessori   Masturbation   Méthode Coué   Névrose   Ovide Decroly   Pasteur protestant   Payot et Rivages   Petite bibliothèque Payot   Philosophe   Psychanalyse   Psychothérapie   Pulsion   Pédagogie   Religion   Scientifique   Sexualité   Sigmund Freud   Suffolk   Théâtre   Zoe Readhead  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^