Chute de Robespierre

Infos
Le 9 Thermidor an II L'Arrestation de Robespierre, d'après une gravure du Directoire. La chute de Robespierre, le 9 Thermidor an II, est le résultat d'une série d'actes politiques, qui commencèrent en mars 1794.
Chute de Robespierre

Le 9 Thermidor an II L'Arrestation de Robespierre, d'après une gravure du Directoire. La chute de Robespierre, le 9 Thermidor an II, est le résultat d'une série d'actes politiques, qui commencèrent en mars 1794.

Le renforcement de la Terreur

Au printemps 1794, alors que s'annonce une campagne décisive pour la République, le gouvernement révolutionnaire, dont la figure de proue est Robespierre, est confronté à la double opposition des Hébertistes à sa gauche et des Indulgents à sa droite. En mars 1794, devant la menace d'une nouvelle insurrection et d'un nouveau massacre de prisonniers, les comités de salut public et de sûreté générale décident de se débarrasser des Hébertistes (dirigés par Hébert), qui sont les membres les plus radicaux de la Commune de Paris. Dans la nuit du 23 au 24 ventôse (13-14 mars 1794), les principaux chefs du club des Cordeliers sont arrêtés. Ils seront condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire et exécutés. Fin mars 1794, les comités ordonnent l'arrestation des principaux Indulgents, Danton et Desmoulins, qui veulent arrêter la Terreur, signer la paix avec les monarchies coalisées et pactiser avec l'aristocratie. Suite à un long procès, Danton et Desmoulins seront guillotinés avec leurs amis le 5 avril 1794. Après l'élimination des factions, le Comité de salut public reprend sa politique pour asseoir la République, en faisant voter successivement les décrets de Ventôse (par lesquels les biens des ennemis de la République doivent être confisqués et distribués aux indigents), les décrets de Germinal qui centralisent à Paris le jugement des suspects et la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794), présentée par Couthon, qui établit que les suspects, dont le dossier (selon les décrets précédents) devait avoir été étudié par des commissions populaires (dont une partie seulement avait vu le jour, le 9 thermidor), sont jugés sans avocat par le Tribunal révolutionnaire, qui a le choix entre l'acquittement, la déportation ou la peine de mort. La création du bureau de police et des commissions populaires crée des jalousies dans le comité de sûreté générale, qui ne supporte pas les empiètements du comité de salut public. Dans celui-là même, des disputes éclatent, notamment entre Saint-Just et Lazare Carnot sur la bataille de Fleurus, entre Robespierre et Collot d'Herbois ou Billaud-Varenne. De même, au sein de la Convention, une opposition se développe parmi les envoyés en mission corrompus ou criminels rappelés en mai (Barras, Tallien, Bourdon de l'Oise, Fouché, Carrier ou Bernard de Saintes) et les amis de Danton. Par ailleurs, la disposition de la loi de Prairial qui permet d'envoyer devant le Tribunal révolutionnaire un député sans demander l'approbation de la Convention inquiète. De plus en plus de députés du Marais se montrent hostiles au maintien du gouvernement révolutionnaire et demandent le retour au libéralisme économique, surtout après la victoire de Fleurus, qui libère le territoire de la hantise de l'invasion. De plus, l'exécution des Hébertistes a créé des dissensions entre les membres de la commune de Paris.

Conflits au sein du gouvernement révolutionnaire

L'opposition entre le Comité de salut public et le Comité de sûreté générale se concrétise en mai, quand Vadier gonfle l'affaire Catherine Théot - il lit un rapport devant la convention le 14 Juin 1794 - pour atteindre, par ricochet, Robespierre et ridiculiser le culte de la Raison et de l'Être suprême. L'Incorruptible récupère le dossier, permettant ainsi à la vieille dame et aux autres inculpés d'échapper à la guillotine. Mais son intervention exacerbe les rancunes, d'autant que sa popularité rend jaloux ses collègues, et, lors d'une séance du comité de salut public, il se fait traiter de « dictateur ». Il quitte alors la réunion et cesse pratiquement de paraître aux séances du Comité de salut public (durant les dernières semaines, il ne signe que quelques décrets), favorisant ainsi ses adversaires. Après l'échec des tentatives de réconciliation entre les 2 comités (4 et 5 Thermidor), Robespierre décide de porter le conflit devant la Convention.

Le 8 Thermidor

Le 8 Thermidor, Robespierre prononce devant la convention un discours accusant certains membres du Comité de sûreté générale des excès de la Terreur notamment en province. Il ne cite pas de nom, mais vise clairement les organisateurs de la Terreur en province, principalement Paul Barras, Jean-Lambert Tallien, Fouché et Jean-Baptiste Carrier, organisateurs de massacres notamment à Bordeaux, Lyon et Nantes. Le soir même, les membres du Comité de sûreté générale, craignant leur élimination, s'allient aux députés du Marais, leur promettant la fin de la Terreur. Une conspiration visant la chute de Robespierre s'organise.

Le 9 Thermidor

Le 9 Thermidor, Saint-Just prend la parole à la convention, mais il est interrompu par Tallien, puis par Billaud-Varenne qui l'empêchent de continuer son discours. Robespierre tente alors de prendre la parole afin de convaincre le Marais de se rallier à lui, mais il est interrompu par certains députés qui scandent: "Non! A bas le tyran!". Le président de la convention, Collot d'Herbois, loin de rétablir l'ordre, lui refuse la parole. À la proposition de Tallien, les députés décrètent l'arrestation de Robespierre, Saint-Just, Couthon. Le Bas et Augustin Robespierre demandent à être joints dans le décret. C'est alors que l'Incorruptible aurait prononcé la fameuse phrase : « La République est morte ; les brigands triomphent. » Saint-Just, au contraire de Robespierre, reste muré dans un silence méprisant. Certains historiens pensent que ce silence était dû à une lassitude et à une sorte de renonciation, d'autres parlent d'inexpérience politique, d'autres encore d'une façon de marquer son mépris pour ses ennemis. Mis en état d'arrestation, les cinq députés sont conduits à cinq heures du soir dans les locaux du Comité de Sûreté générale, aux Tuileries. À la même heure, les nouvelles de la séance parviennent à la Maison commune (l'Hôtel de Ville). Le maire, Fleuriot-Lescot appelle à l'insurrection. On ferme les barrières, on bat la générale, le tocsin sonne, les sections sont convoquées à la Maison commune, les compagnies de canonniers et les effectifs de la gendarmerie et de la Garde nationale sont appelés, les poudres de l'Arsenal sont réquisitionnées. Sans attendre de renfort, le commandant de la Garde nationale, Hanriot, court aux Tuileries pour libérer les cinq prisonniers, mais il est arrêté lui-même par les gendarmes qui les gardent. Il est environ cinq heures et demie. On fait alors passer les prisonniers dans la salle voisine, où on leur sert à souper, puis, à sept heures, on les dirige vers des prisons différentes (Robespierre l'aîné à la prison du Luxembourg). Pendant ce temps, les premiers renforts se massent sur la place de Grève. Apprenant l'échec d'Hanriot, la Commune insurrectionnelle charge Coffinhal de le libérer, et ordonne aux concierges des prisons de refuser de recevoir tout nouveau prisonnier. Ainsi, à son arrivée au Luxembourg, Robespierre est conduit à la mairie du quartier, alors quai des Orfèvres, où il est libéré. Les autres députés, cependant, ont été écroués. Robespierre refuse d'abord de se rendre à la Maison commune, pour ne pas se mettre hors la loi, mais indique le plan de bataille que doit suivre la Commune insurrectionnelle. Entre huit heures et demie et neuf heures, Coffinhal arrive aux Tuileries, où il enlève les postes de garde, rallie les piquets de service, pénètre dans le comité de sûreté générale et délivre Hanriot. Les membres des comités, affolés, se rendent dans la salle des séances, où ils annoncent que tout est perdu. Mais, au lieu d'envahir la salle, Coffinhal et Hanriot se retirent et rejoignent la Maison commune. La Convention confie alors à Barras la charge de rallier les sections avec le commandement militaire. Avec les deux Bourdon, Tallien, Rovère et Fréron, il parvient à obtenir des troupes des sections bourgeoises de l'ouest. En attendant le rassemblement des troupes, Barère fait décréter la mise hors la loi des insurgés. Dès lors, la comparution devant le Tribunal révolutionnaire est inutile. La commune en est prévenue entre dix heures et dix heures et demie. Devant la nouvelle, les rangs se vident petit à petit parmi les insurgés. Pour empêcher le revirement des sections, les députés libérés, enfin parvenus à la Maison commune (Robespierre le jeune, son aîné, Le Bas et Saint-Just, Couthon le dernier, vers une heure du matin), multiplient les messages pour rétablir la confiance dans la victoire et demander l'appui des Jacobins du camp des Sablons. L'insurrection piétine, les hommes massés sur la place de Grève s'impatientent. Vers deux heures du matin, une colonne conduite par Léonard Bourdon et composée de gendarmes et d'artisans de la section des Gravilliers (celle de Bourdon et de Jacques Roux) débouche sur la place. Grâce à une trahison, Bourdon a obtenu le mot de passe et se faufile à l'intérieur. Le Bas se tire un coup de pistolet et meurt sur le coup. Augustin Robespierre se jette par la fenêtre et ne réussit qu'à se briser une cuisse. Saint-Just se laisse arrêter sans résistance. Couthon, saisi et brutalement poussé dans l'escalier, tombe et se blesse gravement à la tête. Quant à Maximilien Robespierre, soit qu'il ait tenté de se suicider, soit qu'il ait été atteint par la balle du gendarme Merda, il est blessé à la mâchoire. On amène ensuite les prisonniers aux Tuileries, où les blessés sont sommairement pansés, puis on les conduit à la conciergerie, et, de là, à la guillotine.

Le 10 Thermidor

L'après-midi du 10 thermidor, Robespierre et vingt et un de ses compagnons sont guillotinés sur la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde). Le lendemain, soixante-dix autres les suivront dans la mort. Au total, 117 insurgés seront exécutés, pour l'essentiel des membres de la Commune insurrectionnelle.

Les principaux thermidoriens

Voici une liste non exhaustive des principaux acteurs de la chute des Montagnards :
- Paul Barras
- Jean-Lambert Tallien
- Louis-Marie Stanislas Fréron
- Joseph Fouché
- Marc Vadier
- Jacques Nicolas Billaud-Varenne
- Jean-Marie Collot d'Herbois Catégorie:Évènement de la Révolution française et du Directoire de:Thermidorianer en:Thermidorian Reaction ja:テルミドールのクーデター nn:Thermidor-reaksjonen pl:Przewrót 9 thermidora ru:Термидорианский переворот zh:热月政变
Sujets connexes
Acquittement (droit)   Augustin Robespierre   Bataille de Fleurus (1794)   Camille Desmoulins   Catherine Théot   Club des Cordeliers   Comité de salut public   Comité de sûreté générale   Commune de Paris (1792)   Convention   Convention nationale   Culte de la Raison et de l'Être suprême   Déportation   François-Louis Bourdon   François Hanriot   Garde nationale (1789)   Georges Couthon   Georges Jacques Danton   Hébertistes   Indulgents   Jacques-René Hébert   Jacques Nicolas Billaud-Varenne   Jacques Roux   Jean-Baptiste Carrier   Jean-Baptiste Coffinhal   Jean-Lambert Tallien   Jean-Marie Collot d'Herbois   Joseph Fouché   Lazare Nicolas Marguerite Carnot   Louis-Marie Stanislas Fréron   Louis Antoine de Saint-Just   Léonard Bourdon   Marais (Révolution française)   Marc Guillaume Alexis Vadier   Maximilien de Robespierre   Paul Barras   Peine de mort   Philippe-François-Joseph Le Bas   Prison du Luxembourg   Terreur (Révolution française)   Tribunal révolutionnaire   Tuileries  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^