Déisme

Infos
Le déisme, du latin deus (dieu) est la croyance en un Dieu créateur, mais pas en son instrumentalisation religieuse. Les déistes ne croient ni aux prêtres, ni à une « Église », ni à des textes sacrés ou des messies. Le déisme consiste donc en l'affirmation, hors de toute révélation religieuse, de l'existence d'un être suprême dont la nature et les propriétés restent inconnues. Selon certains auteurs athées, le déisme
Déisme

Le déisme, du latin deus (dieu) est la croyance en un Dieu créateur, mais pas en son instrumentalisation religieuse. Les déistes ne croient ni aux prêtres, ni à une « Église », ni à des textes sacrés ou des messies. Le déisme consiste donc en l'affirmation, hors de toute révélation religieuse, de l'existence d'un être suprême dont la nature et les propriétés restent inconnues. Selon certains auteurs athées, le déisme serait un athéisme non abouti, ce que nient les déistes.

Historique

C'est dès le qu'apparaît cette notion intermédiaire entre le théisme chrétien et l'athéisme. Il ne s'agit plus ici de transcendance divine mais d'immanence. L'authenticité historique de la Révélation dans les Écritures est contestée : l'Être suprême devient directement perceptible aux facultés de l'Homme. Parce que le déisme prétend se passer des dogmes révélés de la religion, et même les contester, il fut, dès le XVIIe siècle, l'une des cibles privilégiées du christianisme, au même titre que l'athéisme. = Depuis Kant (XVIIIe siècle), il est d'usage de distinguer déisme et théisme. En effet, ce dernier veut déterminer par la raison la nature de Dieu, alors que le déisme se contente d'affirmer son existence, sans prétendre pouvoir la comprendre. Voltaire se déclarait déiste, notamment dans son article intitulé « Prière à Dieu ». Le Dieu déiste est universel, il n'y a pas d'intermédiaire entre les êtres et Dieu, ce Dieu est bien supérieur à la « petitesse humaine » et ne s'occupe donc pas de ses affaires, ses cultes, ses rites et autres superstitions. Cette conception d'un Dieu distant se résume dans ces deux alexandrins du Français : « L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer / Que cette horloge existe et n'ait point d'horloger ». Dans l'entourage de Newton et alimenté par la nouvelle compréhension de l'Univers que font entrevoir ses théories, le déisme donna naissance à l'idée d'une religion naturelle dont font écho les premières Constitutions d'Anderson qui fondent la franc-maçonnerie moderne en 1723. Le déisme inspira de nombreuses déclarations d'hommes politiques américains à la fin du et au début du XIX (Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et Thomas Paine). La notion de créateur apparaît dans la Déclaration d'indépendance américaine de 1776.

Deux conceptions de l'Être suprême et du déisme au 18° siècle

L'Abbé Mallet dans l’article « déistes » de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers cite longuement M. l’abbé de la Chambre, docteur de Sorbonne, qui, dans un traité de la véritable religion imprimé à Paris en 1737 distingue deux types de déistes Cette différence entre ces deux formes de déisme est essentielle pour comprendre la controverse Newton Leibniz du début du 18°siècle et celle sur le système de l’optimisme vers 1750. Elle n’est pas sans influence sur la façon d’interpréter la main invisible dans l’œuvre d’Adam Smith et peut-être sur l'évolution des relations entre Diderot et d'Alembert :
- « La première espèce de Déistes avance et soutient ces propositions : il faut admettre l’existence d’un être suprême, éternel, infini, intelligent, créateur, conservateur et souverain maître de l’univers qui préside à tous les mouvements et à tous les événements qui en résultent... ». Il semble être fait référence ici à Newton et aux déistes anglais, car au début de son article, l'Abbé Mallet fait référence aux Unitariens et à de prétendus esprits forts anglais.
- « La seconde espèce de Déistes raisonne tout autrement. L’être suprême, disent-ils, est un être éternel, infini, intelligent, qui gouverne le monde avec ordre et avec sagesse ; il suit dans sa conduite les règles immuables du vrai, de l’ordre et du bien moral, parce qu’elle est la sagesse, la vérité, et la sainteté par essence. Les règles éternelles du bon ordre sont obligatoires pour tous les êtres raisonnables... ». Cette conception s'inscrit dans la tradition de Malebranche et de Leibniz

Références

-Mallet, 1988, , "Déistes" in Diderot, D'Alembert, L'Encyclopédie, volume 4, Friedrich Frommann Verlag, p.774
-Voltaire, 1763, "Traité sur la Tolérance, Prière à Dieu" Le Traité sur la tolérance est un essai philosophique où Voltaire développe ses idées contre le fanatisme et la persécution. Le texte a la forme d'une prière en apparence, en réalité le contenu de la demande du texte est adressé aux hommes. Le but de Voltaire est d'amener les hommes à une tolérance mutuelle sur le plan religieux et social. C'est un appel à la fraternité entre les hommes. C'est un texte qui développe également le déisme de Voltaire : condamnation de la hiérarchie et des pratiques religieuses qui divisent les hommes. Ce texte fait partie du combat qu'ont mené au 18ème Siècle les philosophes pour la tolérance et le respect entre les hommes .

Notes

Voir aussi

- Voltaire
- Être
- Dieu
- Philosophie de la religion
- Pandéisme
- Panthéisme
- Théisme
- Critique de l'athéisme
- Être suprême Catégorie:Concept de Dieu Deisme af:Deïsme ar:ربوبية bs:Deizam ca:Deisme cs:Deismus da:Deisme de:Deismus el:Ντεϊσμός en:Deism eo:Diismo es:Deísmo et:Deism fi:Deismi fy:Deisme gd:Deist he:דאיזם hu:Deizmus ia:Deismo it:Deismo ja:理神論 ko:이신론 lb:Deismus nl:Deïsme nn:Deisme no:Deisme oc:Deïsme pl:Deizm pt:Deísmo ro:Deism ru:Деизм simple:Deism sk:Deizmus sr:Деизам sv:Deism tr:Deizm zh:自然神论
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^