Beauvais

Infos
Beauvais est une commune française, située dans le département de l'Oise et la région Picardie.
Beauvais

Beauvais est une commune française, située dans le département de l'Oise et la région Picardie.

Devise et blason

Palus ut hic fixus constans et firma manebo. Tel ce pieu fiché, constante et ferme resterai. Devise figurant sur le premier blason de la ville. Le blason est "de gueules au pal d'argent", c'est-à-dire deux bandes rouges séparées par une bande grise (ou blanche).

Géographie

Beauvais est une ville située à une soixantaine de kilomètres au nord de Paris, baignée par le Thérain, affluent de l'Oise. Elle s'étend au pied de collines boisées, sur la rive gauche du Thérain, au confluent de l'Avelon dans une ancienne région marécageuse au nord de Paris. Elle est le chef-lieu du Département de l'Oise L'agglomération est desservie par l'autoroute et les Nationale 1 et 31. L'Aéroport de Paris Beauvais Tillé se trouve au nord de l'agglomération. La ville dispose d'une gare desservie par les trains TER Picardie.

Économie

- Agroalimentaire (Nestlé : Centre de recherche Glaces & Surgelés) ; Maeyaert : production de cidre et de bière ;
- Mécanique (Massey Ferguson : tracteurs agricoles) ;
- Pharmacie ;
- Éponges végétales (Spontex). Beauvais est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Oise. Elle gère le port de Creil et l’aéroport de Beauvais.

Climat

-Voici les données climatiques .

Histoire

250px Les premières traces d’habitations du site de Beauvais datent de 65 000 avant notre ère. Camp fortifié par les Romains, Beauvais prend, au Ier siècle, le nom de Caesaromagus : le Marché de César. Devenue Bellovacum, la ville gallo-romaine fut détruite à nouveau par les invasions barbares vers 275. Elle sera reconstruite et dotée de fortifications. En 328, l’Empereur Constantin, qui avait autorisé la pratique du Christianisme, visite les vétérans de son armée dans le castrum de Bellovacis. C’est le début de la christianisation de notre région, et la source du pouvoir des évêques de Beauvais. Dès le début du Moyen Âge, l’autorité des évêques grandit en même temps que croît la nouvelle Foi. L’évêché de Beauvais est considéré comme un poste d’autant plus prestigieux qu’il bénéficie de revenus considérables. Beauvais est à un carrefour de routes commerciales et, qui plus est, l’évêque cumule les pouvoirs religieux et politiques. C’est lui le vrai maître de la Cité. La commune se créé très tôt, au XIe siècle. Elle devient une ville prospère qui acquiert progressivement des droits pour promouvoir son industrie. Pragmatique, elle prend régulièrement le parti du Roi contre l‘évêque et s’appuie sur le textile pour asseoir sa puissance financière. À cette époque, le drap de Beauvais est exporté jusqu’en Orient et les ateliers se multiplient. Faisant partie d’une « Ligue » de quinze « villes drapantes », Beauvais en est le troisième pôle par ordre d’importance. Les artisans travaillent toutes sortes de laine, y compris les plus fines, importées de Londres. Les corporations s’enrichissent de corps de métiers de plus en plus diversifiés : teinturiers, finisseurs, tondeurs, apprêteurs…Un groupe de 80 familles régente les ouvriers. L’essor de Beauvais peut débuter : c’est, dès cette époque une ville riche et nous sommes proches de son âge d’Or. Les maires de cette période sont la plupart du temps issus du cercle étroit de ces négociants. La hiérarchie est stricte et les querelles sociales soumises à l’autorité du Roi qui se charge, s’il le faut, de contraindre l’évêque. De cette époque, date la Basse-Œuvre, qui, si elle est bien l’ancienne cathédrale carolingienne, n’est pas la première « cathédrale » construite à Beauvais. Grâce à des fouilles, on a pu dater son édification de la deuxième moitié du Xe siècle. La Basse-Œuvre comportait diverses annexes contemporaines de l’église. Des fresques devaient animer ses murs. On en a retrouvé divers fragments, dont une tête d’homme, d’une qualité remarquable. Rare témoin en France de l’architecture carolingienne encore conservé, l’édifice est construit suivant les techniques de l’époque, avec des remplois gallo-romains. À la même époque, apparaissent les ordres mendiants dont les couvents s’élèvent à l’est de la ville, en plein quartier ouvrier. C’est vers cette époque que date les Maladreries Saint-Lazare et Saint-Antoine. Au départ dépourvus de biens, ces ordres s’enrichissent progressivement et jouent un rôle non négligeable dans la cité. La Cathédrale de Beauvais À l’essor économique que connaît Beauvais durant le XIIIe siècle et le début du XIVe siècle, correspond une vie artistique intense. Les chantiers se multiplient. L’église dédiée à Saint-Étienne, située près de la grand-place, est achevée aux alentours de 1220, et peu après, s’ouvre le chantier de la cathédrale gothique. En 1225, l’évêque-comte Milon de Nanteuil lance le projet de ce qui deviendra le monument emblématique de Beauvais : la Cathédrale Saint-Pierre. Cette oeuvre gigantesque doit surpasser en hauteur les cathédrales de toutes les villes voisines. Splendeur gothique, elle surpasse de ses 48 mètres tout ce qui avait été fait auparavant. Le Chœur et le bas-côté oriental du transept sont achevés en 1272. En 1284, les parties hautes des travées droites du chœur s’effondrent. La reconstruction dure jusqu’au milieu du XIVe siècle, mais les travaux s’arrêtent pendant la guerre de Cent Ans. Le transept, chef d’œuvre de l’architecture flamboyante, est réalisé au XVIe siècle par l’architecte Martin Chambiges sous l'impulsion du comte-évêque Louis de Villiers de L'Isle-Adam. Une immense flèche de plus de 150 m de hauteur est érigée par la suite à la croisée du transept, au lieu de construire une nef qui permettrait de consolider le monument. Mais, à peine terminée, la flèche s’écroule en 1573. La nef ne s'est jamais réalisée, faute de fonds. L’église mesure 72m50 de longueur pour une hauteur de voûte extraordinaire de près de 48, 50 m, les plus hautes de l’architecture gothique en Europe. Même inachevé, l'édifice reste un des hauts lieux du patrimoine religieux. Depuis 1664, une manufacture royale de tapisserie a été installée à Beauvais, devenue alors une importante « ville drapante » du royaume. Plus de la moitié de ses habitants travaillent alors dans le textile. Ses productions sont célèbres dans toute l’Europe et d’autres artisans bénéficient de cette renommée. La Manufacture atteint son apogée sous la direction artistique de Jean-Baptiste Oudry, au XVIIIe siècle. Bientôt, apparaît sur le marché «l’indienne », une cotonnade imprimée qui va rapidement fournir du travail à des centaines d’ouvriers sans toutefois détrôner le commerce de la laine. À la fin du XVIIIe, débute le déclin de cette ville si active. Beauvais reste fidèle au textile alors que s‘accélère partout ailleurs la révolution industrielle. En se concentrant sur la laine, la brosserie, l’alimentation et la tabletterie, l’industrie locale passe à côté de marchés importants. Le chemin de fer s’implante ailleurs et ne s’arrête pas. Au début du Second Empire, Beauvais en est encore à l’ère de la diligence alors que rail atteint Rouen, Le Havre, Lille, Saint-Quentin… Ce n’est qu’en 1876 qu’une ligne directe vers la Capitale s’ouvre. Mais il s’agit également d’une période de mutations architecturales : la ville s’ouvre avec l'aménagement des boulevards à l’emplacement de l’ancien rempart médiéval. D’importants édifices publics sont élevés : l'hôtel-dieu, le lycée Félix-Faure, la gare... Au faubourg Saint-Jacques, les abattoirs… sont construits et bénéficient d’une architecture industrielle soignée. Sur la place principale est inaugurée en 1851 par le prince Louis Napoléon Bonaparte, la statue de Jeanne Hachette. L’horloge astronomique (1865-1868) de la cathédrale cache sous son meuble romano-byzantin de 12 mètres de haut, un mécanisme très complet dû à Auguste Vérité. Corot en 1867. La localité est désormais intégrée dans Beauvais Alors que le mouvement d’urbanisation se poursuit hors de l’ancien centre, un nouvel élément est introduit dans l’architecture: la céramique dont le Beauvaisis est producteur. La façade de la manufacture GréberBibliographie : Jean Cartier, L'art céramique des Gréber, 1868-1974, éditions d'art SOMOGY, est un très bel exemple de cette production. Maisons de style anglais, villas d’imitation balnéaire, façades Art déco ponctuent notamment les boulevards Saint-André et l’avenue Victor-Hugo. En 1900, Beauvais compte 20 000 habitants, deux fois plus qu’en 1850. Mais les grandes fortunes et les grands patrons se font rares et la bourgeoisie locale domine la scène politique. Durant la Première Guerre mondiale, Beauvais allait vivre pendant quatre ans l’existence d’une ville de l’arrière, assez proche du front, une existence compliquée par les aléas d’un ravitaillement irrégulier. En mars 1918, l’Hôtel de Ville devient le Q.G. du général Foch, c’est là qu’il se voit confier le Commandement Suprême des Armées Alliées, par les Gouvernements français, anglais et américain. Vers la fin de la guerre, du mois d’avril au mois de juin, la ville est bombardée à huit reprises, ce qui occasionne la destruction de 80 maisons. Le jour de l’Armistice, la ville déplore 719 morts au combat, et 13 civils tués pendant les bombardements. Dans l’Entre-deux-guerres, Beauvais continue de vivre de ses activités du passé, mais la crise économique précipite le déclin de la cité, et plus largement du Beauvaisis. Dès la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Beauvais retrouve le rôle de ville-hôpital qu’elle avait connu entre 1914 et 1918. Mais, début juin 1940, la ville est attaquée par la Luftwaffe, dont les bombes allument un gigantesque incendie. Les deux tiers de la ville sont en flammes, la moitié des maisons détruites. La ville martyre, qui a perdu presque tous les vestiges de son passé, s’enfonce dans la misère et les privations. C’est durant cette période noire que quatre communes voisines furent rattachées à Beauvais. « Bonne ville de France, vieille cité de l’Ile-de-France, cité meurtrie, cité mutilée… ». C’est en ces termes que le Général De Gaulle salue Beauvais en août 1945. Il faut en effet reconstruire sur les 43 hectares de déblais, quadrillés par des rues désertes. « Les témoins du passé sont morts et bien morts » disait l’architecte Georges Noël, et il fallait éviter d’imaginer « un mauvais décor », tout en mettant en valeur les églises et les bâtiments qui avaient survécu aux destructions. Des années sont nécessaires pour réussir ce pari, pour bâtir de nouveaux logements, réédifier les bâtiments publics, les hôpitaux, les établissements d’enseignement. Le plan de reconstruction s’efforce de respecter l’équilibre des anciens quartiers, avec des rues plus larges, plus régulières. Mais il faudra attendre les années 1960 pour que la reconstruction s’achève véritablement, pour que de nouvelles cités soient édifiées sur les plateaux, et pour que de nouvelles industries redonnent du dynamisme à la ville. En 1974 est inauguré le Palais de justice, en 1976, s’ouvre la Galerie Nationale de la Tapisserie. Les anciens abattoirs de la ville accueillent la manufacture de la tapisserie. Au cours des années quatre-vingt-dix, l’ancien bureau des Pauvres est aménagé en centre culturel et l’antenne universitaire ouvre ses portes. Beauvais entre alors de plain-pied dans le XXIe siècle…

Administration

Hôtel de Ville-vers 1900. avant cette date, la fonction de maire était annuelle, ou sans réel pouvoir, l'administration de la ville dépendant largement de l'Evéché. Beauvais est le chef-lieu du département de l'Oise. En 1943, plusieurs communes ont été rattachées à Beauvais : Marissel, Notre-Dame-du-Thil, Voisinlieu et Saint-Just-des-Marais Beauvais est divisée en 3 cantons :
- Le canton de Beauvais-Nord-Est est formé d'une partie de Beauvais (quartiers Argentine et Marissel)(18 036 habitants);
- Le canton de Beauvais-Nord-Ouest est formé d'une partie de Beauvais (quartiers Saint Lucien, Notre-Dame-du-Thil, Saint-Just-des-Marais) et des communes de Fouquenies, Herchies, Pierrefitte-en-Beauvaisis et Savignies (19 414 habitants);
- Le canton de Beauvais-Sud-Ouest est formé d'une partie de Beauvais (quartiers Saint-Jean et Voisinlieu) et des communes d'Allonne, Goincourt, Aux-Marais et Saint-Martin-le-Nœud (24 284 habitants).
-Le centre-ville est considéré comme un quartier de la ville de Beauvais. Dynamique, Beauvais est une ville jeune : près d'un quart de la population a moins de 20 ans. La Ville abrite également un tissu industriel varié : agroalimentaire, textile, chimie, constructions mécaniques…C'est aussi un important centre administratif et commercial. Beauvais, située au cœur d’une région à vocation agricole, est aussi une importante cité industrielle. Avec l’aménagement de 18 zones d’activités économiques et l’amélioration du réseau de communication, de grandes entreprises sont venues s'implanter à Beauvais. On compte actuellement plus de 3000 entreprises sur le territoire de la Communauté d'agglomération; Beauvais y concentre 90% des entreprises.

Démographie

Beauvaisiens célèbres

Félix Faure fut le 7 Président de la République
- Vincent de Beauvais, (v.1190-v.1267), moine dominicain français, auteur du Speculum naturale, encyclopédie constituant un panorama des connaissances du Moyen Âge ;
- Martin Chambiges, XVI siècle, architecte parisien, auteur du transept et de ses façades; cathédrale Saint-Pierre ;
- Pierre Cauchon, (1371-1442), évêque de Beauvais, accusateur de Jeanne d'Arc ;
- Jeanne Lainé, dite Jeanne Hachette, (1454-?), Héroïne de Beauvais ;
- Nicolas Choart de Buzenval, humaniste ;
- Antoine Loysel, (1536-1617), jurisconsulte français, auteur des Institutes coutumières ;
- Catherine Bellier, baronne de Beauvais, premier amour de Louis XIV (Cateau la borgnesse) ;
- Jean Racine, (1639-1699), étudiant à Beauvais, dramaturge ;
- Pierre Restaut, (1696-1764), grammairien français ;
- Félix Faure, (1841-1899), président de la République, qui a étudié dans le lycée qui porte aujourd'hui son nom (lycée Félix Faure) ;
- Jean-Claude Decaux, l'inventeur des abribus et des vespasiennes à pièces ;
- Hubert de Givenchy, (1927-), couturier ;
- Guy Grosso, (1933-2001), acteur ;
- François Watrin (1772-1802, général d'Empire ;

Monuments

Beauvais est classée Ville d'Art et d'Histoire.

Cathédrale Saint-Pierre

La cathédrale Saint-Pierre est un chef-d'œuvre de l'architecture gothique. Elle présente la particularité de ne pas avoir de nef complète, et possède le chœur gothique le plus élevé du monde.

Église Saint-Étienne

L'Église Saint-Étienne supporte, sur l'un des deux portails de son transept, une sculpture nommée « Roue de la Fortune » réprésentant la vie de l'homme de sa naissance jusqu'à sa mort. À l'intérieur on peut aussi contempler plusieurs curiosités. La première est l'ensemble de très beaux vitraux, dont l'arbre de Jessé, représentant l'arbre généalogique du Christ. Ce vitrail peint par Engrand Leprince est à dominance d'un bleu dont on a aujourd'hui oublié la formule. Il y a aussi une très curieuse statue de sainte Wilgeforte, vierge crucifiée par son père en raison de sa foi. Cet édifice a la particularité d'être moitié-gothique moitié-roman.

Galerie nationale de la tapisserie de Beauvais

Edifiée sur les plans de l’architecte André Hermant en 1964 à proximité de la cathédrale, la Galerie est assise sur les contreforts des remparts gallo-romains. Elle a été inaugurée en 1976 pour rendre à la ville de Beauvais sa tradition historique de haut lieu de la tapisserie après la destruction des bâtiments de la manufacture en juin 1940. Dans cette galerie sont présentées des expositions temporaires qui reflètent la richesse des collections de tapis, tapisseries et de meubles du Mobilier national.
-Adresse et horaires : 22 rue Saint-Pierre, 60000 Beauvais. Visites tous les jours sauf le lundi. Horaires : du 1 avril au 31 octobre 9h30-12h et 14h-17h30 et du 1 novembre au 31 mars 10h-12h et 14h-17h.

Autres intérêts

On trouve, aux alentours de la place de l'hôtel de ville et de la cathédrale, de nombreuses maisons datant du . À côté de l'hôtel de ville, construit en 1752, se tient la statue de Jeanne Hachette. Le palais épiscopal, qui sert maintenant de musée départemental, a été construit au en partie au-dessus des anciennes fortifications gallo-romaines. La Maladrerie Saint Lazare est un ensemble hospitalier médiéval le mieux conservé du Nord avec ses bâtiments des .

Jumelages

Les jumelages de la ville sont organisés par le Comité de Jumelage, une association loi de 1901.
- . C'est le chef-lieu du Kent, les échanges sont artistiques, sportifs (Tennis de Table : AS Beauvais Marissel TT et Beauvais Oise TT) et associatifs.
- , bien que des échanges aient déjà eu lieu dès 1961. Les échanges ont démarré entre anciens marins, le club sportif de la ville (BOUC) et les philatélistes. Se pratiquent également les échanges scolaires, culturels et sportifs.
- , réunissant des échanges sportifs et culturels. Au niveau scolaire, des établissements pratiquent de nombreux échanges via internet. Il existe aussi des partenariats avec :
-
-

Vie culturelle

Beauvais accueille chaque année, au mois de mai, les Rencontres internationales d'Ensembles de violoncelles, qui ont vu la création, par des violoncellistes de premier plan (Gary Hoffman, Yo-Yo Ma, János Starker, Ernst Reijseger), d'œuvres importantes commandées à des compositeurs contemporains d'envergure internationale (dont Kaija Saariaho). Le Festival a donné lieu à la fondation de , dirigé par le violoncelliste Jacques Bernaert. Autres festivals :
- Pianoscope (octobre)
- Blues autour du Zinc (mars)
- Scènes d'été (juin à septembre)
- Festival de Cinéma (en novembre)

Anecdotes

- En 2006, Beauvais a été désigné la ville la plus sportive de France.
- Durant la Seconde Guerre Mondiale, Beauvais a été, avec Le Havre, la ville française la plus endommagée par les bombardements allemands. Fait surprenant, à la fin de la guerre il ne restait au milieu des ruines que la cathédrale intacte.

Notes et références de l'article

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abribus   Acteur   Agroalimentaire   Allonne (Oise)   Antoine Loysel   Arbre   Architecture carolingienne   Architecture gothique   Armistice de 1918   Arrondissement de Beauvais   Aux-Marais   Avelon   Aéroport de Paris Beauvais Tillé   Beauvaisis   Bière   Canton de Beauvais-Nord-Est   Canton de Beauvais-Nord-Ouest   Canton de Beauvais-Sud-Ouest   Cantons de l'Oise   Caroline Cayeux   Catherine Bellier   Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais   Chambre de commerce et d'industrie de l'Oise   Chef-d'œuvre   Chef-lieu   Chemin de fer   Chimie   Christianisme   Chœur (architecture)   Cidre   Communauté d'agglomération   Communauté d'agglomération du Beauvaisis   Commune française   Communes de l'Oise   Confluent   Constantin Ier (empereur romain)   Couturier   Creil   Cyprien Desgroux   Céramique   Engrand Leprince   Entre-deux-guerres   Ferdinand Foch   Fortification   Fouquenies   France   François Watrin   Funiculaire de Beauvais   Félix Faure   Gare de Beauvais   Gaule romaine   Goincourt   Guerre de Cent Ans   Gueules   Guy Grosso   Herchies (Oise)   Horloge astronomique   Hubert de Givenchy   Hôtel de ville   Internet   Jean-Baptiste Camille Corot   Jean-Baptiste Oudry   Jean-Claude Decaux   Jean Racine   Jeanne Hachette   Jeanne d'Arc   Jules César   János Starker   Jésus de Nazareth   Kaija Saariaho   Le Havre   Ligne Épinay - Le Tréport   Lille   Liste des évêques de Beauvais   Louis de Villiers de L'Isle-Adam   Luftwaffe   Manufacture de Beauvais   Marin (profession)   Massey Ferguson   Moyen Âge   Mécanique   Nef   Nestlé   Nicolas Choart de Buzenval   Oise (département)   Oise (rivière)   Paris   Pharmacie   Picardie   Pierre Cauchon   Pierre Restaut   Pierrefitte-en-Beauvaisis   Première Guerre mondiale   Préfecture   Président de la République   Rouen   Route nationale 1 (France)   Route nationale 31   Révolution industrielle   Saint-Martin-le-Nœud   Saint-Quentin   Savignies   Sculpture   Second Empire   Seconde Guerre mondiale   Sportif   Statue   TER Picardie   Textile   Thérain   Université de Picardie   Vespasienne   Villes et Pays d'Art et d'Histoire   Vincent de Beauvais   Violoncelle   Vitrail   Walter Amsallem   Yo-Yo Ma  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^