Logique

Infos
Gregor Reisch, "La logique présente ses thèmes centraux", Margarita Philosophica, 1503/08 (?). Les deux chiens veritas et falsitas courent derrière le lièvre problema, la logique se presse armée de son épée syllogismus. En bas à gauche se trouve Parménide dans une grotte, grâce auquel la logique aurait été introduite dans la philosophie.La logique (du grec λόγος (logos), ce qui veut dire, entre autres, raison ou discours) est d
Logique

Gregor Reisch, "La logique présente ses thèmes centraux", Margarita Philosophica, 1503/08 (?). Les deux chiens veritas et falsitas courent derrière le lièvre problema, la logique se presse armée de son épée syllogismus. En bas à gauche se trouve Parménide dans une grotte, grâce auquel la logique aurait été introduite dans la philosophie.La logique (du grec λόγος (logos), ce qui veut dire, entre autres, raison ou discours) est dans une première approche l'étude des règles formelles que doit respecter toute déduction correcte. Elle est depuis l'antiquité l'une des grandes disciplines de la philosophie, avec l'éthique et la métaphysique. En outre, on a assisté durant le au développement fulgurant d'une approche mathématique et informatique de la logique. Elle trouve de nos jours de nombreuses applications en ingénierie, en linguistique, en psychologie cognitive, en philosophie analytique ou en communication.

Les différentes approches de la logique

De manière très générale il existe quatre approches de la logique :
- L’approche historique qui s’intéresse à l’évolution et au développement de la logique et tout particulièrement à la syllogistique aristotélicienne et aux tentatives depuis Leibniz de faire de la logique un véritable calcul algorithmique. Cette approche historique est tout particulièrement intéressante pour la philosophie car aussi bien Aristote que les Stoïciens ou que Leibniz ont travaillé comme philosophes et comme logiciens. Voir aussi l’article histoire de la logique.
- L’approche mathématique : la logique mathématique contemporaine est liée aux mathématiques, à l’informatique et à l'ingénierie.
- L’approche philosophique : la philosophie et surtout la philosophie analytique reposent sur un outillage d’analyse et argumentatif provenant d'une part des développements logiques réalisés au cours de l'histoire de la philosophie et d'autre part des développements récents de la logique mathématique. Par ailleurs, la philosophie et surtout la philosophie de la logique se donnent pour tâche d’éclairer les concepts fondamentaux et les méthodes de la logique.
- Enfin, la quatrième approche est celle informatique qui s'attaque à l'automatisation des calculs et des démonstrations, aux fondements théoriques de la conception des systèmes, de la programmation et de l'intelligence artificiellevoir Logical Foundations of Artificial Intelligence. L'approche informatique est cruciale parce que c'est en essayant de mécaniser les raisonnements, voire de les automatiser, que la logique et les mathématiques vivent une véritable révolution au début du 21ème siècle. Les conséquences épistémologiques de ces développements sont encore largement insoupçonnées.

Histoire de la logique

La logique est à l'origine la recherche de règles générales et formelles permettant de distinguer un raisonnement concluant de celui qui ne l'est pas. Elle trouve ses premiers tâtonnements dans les mathématiques et surtout dans la géométrie mais c'est principalement sous l'impulsion des Mégariques et ensuite d'Aristote qu'elle prit son envol. La logique a très tôt été utilisée contre elle-même, c'est-à-dire contre les conditions mêmes du discours : le sophiste Gorgias l'utilise dans son Traité du non-être afin de prouver qu'il n'y a pas d'ontologie possible : « ce n'est pas l'être qui est l'objet de nos pensées ». La vérité matérielle de la logique est ainsi ruinée. Le langage acquiert ainsi sa propre loi, qui est celle de la logique, indépendante de la réalité. Mais les sophistes ont été écartés de l'histoire de la philosophie (sophiste a pris un sens péjoratif), si bien que la logique, dans la compréhension qu'on en a eu par exemple au Moyen Âge, est restée soumise à la pensée de l'être. Au Leibniz fit des recherches fondamentales en logique qui révolutionnèrent profondément la logique aristotélicienne même si Leibniz se réclama constamment de la tradition des syllogismes d'Aristote. Il fut le premier à imaginer et à développer une logique entièrement formelle. Emmanuel Kant, quant à lui, définit la logique comme «une science qui expose dans le détail et prouve de manière stricte, uniquement les règles formelles de toute pensée». L'œuvre d'Aristote appelée l'Organon, où figure notamment l'étude du syllogisme, fut longtemps considérée comme le manuel de référence sur ce sujet. Mais la naissance d'une logique formelle dépassant la structure binaire entre sujet et attribut à partir du , a profondément changé cet état de fait. Ainsi Gottlob Frege et Russell remplacent-t-il l'analyse prédicative par une distinction entre fonction et argument. Il a fallu attendre le début du pour que le principe de bivalence soit clairement remis en question de plusieurs façons différentes,
- La première façon considère des logiques trivalentes qui ajoutent une valeur indéterminée, elles sont dues à Stephen Cole Kleene, Jan Lukasiewicz et Bochvar et se généralisent en logiques polyvalentes.
-La deuxième façon insiste sur le démontrable. Il y a donc ce qui est démontrable et le reste. Dans ce « reste », il peut y avoir des propositions réfutables, c'est-à-dire dont la négation est démontrable et des propositions au statut incertain, ni démontrable, ni réfutable. Cette approche est celle de la logique intuitionniste. Elle se fonde sur des modèles de Kripke dans lesquels le concept de base est celui de monde possible. La logique linéaire va encore plus loin dans l'analyse des démonstrations.
- La troisième façon est due à Lotfi Zadeh qui élabore une logique floue (fuzzy logic), dans laquelle une proposition est vraie selon un certain degré de probabilité (degré auquel on assigne lui-même un degré de probabilité). Voir aussi l'article sur la théorie de la complexité algorithmique.
- La quatrième façon, qui est peut-être le retour aux sources, est celle de la logique modale qui atténue (possible) ou renforce (nécessaire) des propositions.

Mathématiques

Dans ce dernier cas, sa position est un peu particulière d'un point de vue épistémologique, puisqu'elle est à la fois un outil de définition des mathématiques, et une branche de ces mêmes mathématiques, donc un objet.

Notions élémentaires de logique formelle

Un langage logique est défini par une syntaxe, c'est-à-dire un système de symboles et de règles pour les combiner sous formes de formules. De plus, une sémantique est associée au langage. Elle permet de l'interpréter, c'est-à-dire d'attacher à ces formules ainsi qu'aux symboles une signification. Un système de déduction permet de raisonner en construisant des démonstrations. La logique comprend classiquement :
- la logique des propositions (aussi appelée calcul des propositions),
- la logique des prédicats. Considérons un langage logique. Ce dernier est soit :
- un langage propositionnel, on parle alors de logique des propositions
- un langage contenant des notations pour des intentités avec des quantifications sur ces entités, on parle alors de logique des prédicats.

Syntaxes

La syntaxe de la logique des propositions est fondée sur des variables de propositions appelées également atomes que nous notons avec des lettres minuscules (p, q, r, s, etc.). Ces symboles représentent des propositions sur lesquelles on ne porte pas de jugement vis-à-vis de leur vérité: elles peuvent être soit vraies, soit fausses, mais on peut aussi ne rien vouloir dire sur leurs statut. . Ces variables sont combinées au moyen de connecteurs logiques qui sont, par exemple, :
- le connecteur binaire disjonctif (ou),
- le connecteur binaire conjonctif (et),
- le connecteur binaire de l'implication (=>),
- le connecteur monadique de la négation (non). Ces variables forment alors des formules complexes. La syntaxe de la logique du deuxième ordre, contrairement à celle du premier ordre, considère d'une part les termes qui représentent les objets étudiés, et d'autre part les formules qui sont des propriétés sur ces objets. Dans la suite nous noterons V l'ensemble des variables (x, y, z…), F l'ensemble des symboles de fonctions (f, g…) et P l'ensemble des symboles de prédicats (P, Q…). On dispose également d'une application dite d'arité m. Qu'en est-il de la signification d'une formule? C'est l'objet de la sémantique. Là encore, elle diffère selon le langage envisagé. En logique traditionnelle (appelée aussi classique), une formule est soit vraie soit fausse. Plus formellement, l'ensemble des valeurs de vérité est un ensemble B de deux booléens : le vrai et le faux. La signification des connecteurs est définie à l'aide de fonctions de booléens vers des booléens. Ces fonctions peuvent être représentées sous la forme de table de vérité. La signification d'une formule dépend donc de la valeur de vérité de ses variables. On parle d'interprétation ou d'affectation. Toutefois, il est difficile, au sens de la complexité algorithmique, d'utiliser la sémantique pour décider si une formule est satisfaisante (ou non) voire valide (ou non). Il faudrait pour cela énumérer toutes les interprétations. Leur nombre est exponentiel. Une alternative à la sémantique consiste à examiner les preuves bien formées et à considérer leurs conclusions. Cela se fait dans un système de déduction. Un système de déduction est un couple (A, R), où A est un ensemble de formules appelées axiomes et R un ensemble de règles d'inférence, c'est-à-dire de relations entre des ensembles de formules (les prémisses) et des formules (la conclusion). On appelle dérivation à partir d'un ensemble d'hypothèses une suite non vide de formules qui sont : soit des axiomes, soit des formules déduites des formules précédentes de la suite. Une démonstration d'une formule \phi à partir d'un ensemble de formules \Gamma est une dérivation à partir de \Gamma dont la dernière formule est \phi.

Quantification

On introduit essentiellement deux quantificateurs dans la logique moderne :
-\exists (il existe au moins un), appelé quantificateur existentiel.
-\forall (pour tout), appelé quantificateur universel. Un troisième quantificateur, qui peut être défini à partir des quantificateurs précédents, est souvent introduit :
-\exists! (il existe un et un seul). Grâce à la négation, les quantificateurs existentiels et universels jouent des rôles duals et donc, en logique classique, on peut fonder le calcul des prédicats sur un seul quantificateur.

Notes

Voir aussi

Sur la philosophie :
- Philosophie
- Éthique | Métaphysique | Épistémologie
- Tractatus logico-philosophicus Sur la logique mathématique :
- Logique (mathématiques élémentaires)
- Logique mathématique
- Fonction logique

Bibliographie

- Xavier Verley, Logique symbolique, Ellipses, 1999
- Jean-Pierre Belna, Histoire de la logique, 2005
- Robert Blanché & Jacques Dubucs, La logique et son histoire: d'Aristote à Russell, Paris, Armand Colin, 1996
- Pascal Engel, La Norme du vrai, philosophie de la logique, Paris, Gallimard, 1989
- Paul Gochet & Pascal Gribomont, Logique. Vol. 1: méthodes pour l'informatique fondamentale, Paris, Hermès, 1990
- Paul Gochet & Pascal Gribomont, Logique. Vol. 2: méthode formelle pour l'étude des programmes, Paris, Hermès, 1994
- Paul Gochet, Pascal Gribomont & André Thayse, Logique. Vol. 3: méthodes pour l'intelligence artificielle, Paris, Hermès, 2000
- William Kneale & Martha Kneale, The development of logic, Oxford, Clarendon Press, 1962
- François Lepage, Eléments de logique contemporaine, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 1991
- Dirk Pereboom, Logique et logistique, Genève, INU PRESS, .ISBN 2-88155-002-9.
- Bruno Couillaud, "Raisonner en vérité - Analytique, dialectique, rhétorique, sophistique", 2e édition, Éd. F.-X. de Guibert, Paris 2007.
- Catégorie:Algorithmique Catégorie:Sciences cognitives
- Catégorie:Rhétorique af:Logika an:Lochica ar:منطق az:Məntiq be-x-old:Логіка bg:Логика bn:যুক্তি ca:Lògica co:Logica cs:Logika cv:Логика da:Logik de:Logik en:Logic eo:Logiko es:Lógica et:Loogika eu:Logika fa:منطق fi:Logiikka fiu-vro:Loogiga gl:Lóxica he:לוגיקה hi:तर्क hr:Logika hu:Logika ia:Logica id:Logika io:Logiko it:Logica ja:論理学 ka:ლოგიკა ko:논리학 la:Logica lb:Logik lt:Logika lv:Loģika mk:Логика ms:Logik nl:Logica no:Logikk nov:Logike oc:Logica pl:Logika pt:Lógica ro:Logică ru:Логика scn:Lòggica simple:Logic sk:Logika sl:Logika sr:Логика su:Logika sv:Logik tg:Мантиқ th:ตรรกศาสตร์ tk:Logika tl:Lohika tpi:Lajik tr:Mantık uk:Логіка uz:Mantiq vi:Logic wa:Lodjike yi:לאגיק zh:逻辑 zh-classical:理則
Sujets connexes
Algorithmique   Algèbre de Boole (logique)   Aristote   Assistant de preuve   Axiome   Bertrand Russell   Calcul des propositions   Calcul des prédicats   Communication   Discipline (spécialité)   Dérivation   Emmanuel Kant   Fonction logique   Formule   Gorgias   Grec ancien   Histoire de la logique   Hypothèse   Informatique   Informatique théorique   Inférence   Ingénierie   Intelligence artificielle   Langage   Linguistique   Logiciel de calcul formel   Logique   Logique (mathématiques élémentaires)   Logique classique   Logique floue   Logique intuitionniste   Logique linéaire   Logique mathématique   Logique modale   Logique polyvalente   Logos   Lotfi Zadeh   Mathématiques   Montréal   Moyen Âge   Métaphysique   Ontologie (philosophie)   Oxford   Paris   Parménide   Pascal Engel   Philosophie   Philosophie analytique   Philosophie de la logique   Proposition (mathématiques)   Prédicat   Psychologie   Robert Blanché   Russell   Sophisme   Stephen Cole Kleene   Syllogisme   Symbole   Syntaxe   Sémantique   Théorie de la complexité algorithmique   Théorie de la démonstration   Tractatus logico-philosophicus   Vérité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^