Dolmen

Infos
Dolmen de la Draille, Viols-le-Fort (Hérault) Un dolmen est une sépulture mégalithique préhistorique (entre la fin du et la fin du en Europe, au en Extrême-Orient) constituée d'une ou plusieurs grosses dalles (tables) posées sur des pierres verticales qui lui servent de pieds (les orthostates). Le tout étant originellement recouvert, maintenu et protégé par un tumulus. Éléments structuraux d'un dolmen
Dolmen

Dolmen de la Draille, Viols-le-Fort (Hérault) Un dolmen est une sépulture mégalithique préhistorique (entre la fin du et la fin du en Europe, au en Extrême-Orient) constituée d'une ou plusieurs grosses dalles (tables) posées sur des pierres verticales qui lui servent de pieds (les orthostates). Le tout étant originellement recouvert, maintenu et protégé par un tumulus. Éléments structuraux d'un dolmen

Description

Dans leur état actuel de dégradation, les dolmens se présentent souvent sous l'apparence de simples tables, qui a pu longtemps faire penser à des autels païens, mais il s'agit bien de chambres sépulcrales et de galeries de tumulus (buttes artificielles), dont la partie meuble (remblais) a été érodée au cours des siècles. Leur architecture comporte parfois un couloir d'accès qui peut être construit en dalles et/ou en pierre sèche. La chambre sépulcrale, aux formes variables (rectangulaire, polygonale, ovale, circulaire…) peut aussi être précédée par une « antichambre ». Dans certains dolmens l'entrée présente une porte taillée dans une ou plusieurs dalles verticales. La morphologie des dolmens peut varier en fonction des régions; ainsi observe-t-on par exemple en Loire-Atlantique (France) des dolmens dont le couloir central dessert plusieurs chambres de part et d'autre, formant ainsi un ou deux transepts et compliquant notablement le plan de la sépulture. Ailleurs en Bretagne, ou dans d'autres régions, en région parisienne par exemple, et dans bien d'autres pays, certains dolmens démesurément longs, dont la chambre et le couloir de même largeur se confondent et qui sont recouverts de plusieurs tables sont appelés « allées couvertes ». La complexité et l'importance des monuments peuvent être telles que certains tumuli recouvrent plusieurs dolmens, comme le grand tumulus de Barnenez (Finistère, France) qui couvre onze sépultures à couloir, les unes mégalithiques et d'autres avec voutes de pierre sèche en encorbellement… À l'opposé, la région des Cévennes est riche en tombes du genre coffre, souvent en dalles de schiste et pierre sèche, sans couloir et sous un cairn assez bas, parfois réunis en nombre dans une nécropole de crête.

Étymologie

Il semble que ce soit Théophile Malo Corret de la Tour d'Auvergne qui soit l'"inventeur" du terme « dolmen », dans son ouvrage Origines gauloise. Celles des plus anciens peuples de l'Europe puisées dans leur vraie source ou recherche sur la langue, l'origine et les antiquités des Celto-Bretons de l'Aarmorique, pour servir à l'histoire ancienne et moderne de ce peuple et à celle des Français, publié entre 1792 et 1796. Son appellation « dolmen », sera vite relayée par Pierre Jean-Baptiste Legrand d'Aussy (1737-1800) qui proposera une interprétation différente de la fonction du dolmen en y voyant, non plus une table de sacrifice ou un autel comme le pensait Malo Corret, mais bien une sépulture. Le 7 ventôse de l'an VII (25 février 1799), Legrand d'Aussy fait, à l'Institut, une lecture de son ouvrage, Des sépultures nationales, publié par la suite en 1824 et dont voici un extrait (dont l'orthographe est restituée telle quelle) : M. Coret, parlant d'une de ces tables que je ferai connaître bientôt, et qu'on voit à Locmariaker, dit qu'en bas-breton on l'appelle dolmin. Je saisis de nouveau cette expression, qui, comme les deux précédentes, m'est nécessaire. Dans un sujet totalement neuf, et dont par conséquent le vocabulaire n'existe pas, je suis forcé de m'en faire un; et quoique, par mon droit, je fusse autorisé à créer des mots, je préfère néanmoins d'adopter ceux que je trouve existants, surtout quand ils me donnent, comme le bas-breton, l'espoir de représenter les anciennes dénominations gauloises. J'adopte donc le mot dolmine, et je vais l'employer pour désigner les tables dont je parle. Le terme semblerait forgé à partir des mots bretons
-t(d)aol (apparenté au latin tabula?), table
- et men, pierre. A noter que ce mot n'est pas un mot breton et que s'il avait été attesté dans cette langue, il aurait été écrit « taol-men », « un daol-'ven » (un dolmen), « ma zaol-men » (mon dolmen). Le mot breton authentique pour désigner un dolmen est en fait « Liah vaen », variante « Liaven » ou « lieven » et « leven » dans les composés… Très différemment, certains dictionnaires étymologiques avancent que ce terme aurait été forgé outre-manche, à partir du cornique « tolmen », qui aurait désigné à l'origine un cercle de pierres ou une pierre trouée…

Fonction

Eléments structuraux du dolmen du Lamalou, Hérault, France Les dolmens étaient des sépultures collectives à caractère réutilisables. Cela explique que dans certains dolmens, on ait pu découvrir les restes humains de plusieurs centaines d'individus et du mobilier de périodes différentes (Néolithique, Âge du Cuivre, du Bronze, du Fer, ou même périodes plus tardives). Un peu à l'image de nos caveaux familiaux, les dolmens pouvaient servir bien plus longtemps qu'aujourd'hui et il est sûr que certaines tombes ont dû servir des siècles. Le terme de « sépulture collective » n'implique pas forcément qu'il s'agisse d'un tombeau pour tous : au vu de la quantité d'ossements parfois assez faible découverte dans des sépultures de grande taille — monuments prestigieux —, on se demande si certaines n'étaient pas réservées à un groupe de privilégiés de la communauté. Quant-au tumulus, il n'avait pas qu'une utilité protectrice de la chambre funéraire mais sans doute aussi une fonction de signalisation, voire d'ostentation : un grand tumulus, parementé, imposait sa masse au visiteur, devait inspirer le respect du lieu et conférer un prestige certain à la communauté qui l'avait érigé. Par ailleurs, plusieurs trouvailles archéologiques (offrandes, autel, allées, etc.) font penser que ces monuments funéraires ont pu avoir une fonction religieuse. Même bien après la grande période d'érection des mégalithes en Europe, les peuples celtes les ont sembe-t-il parfois utilisés à des fins religieuses mais n'en sont pas pour autant leurs constructeurs comme l'affirmèrent les premiers checheurs celtomanes des et s qui rattachaient systématiquement les mégalithes aux Gaulois et aux Bretons. On prétend notamment qu'ils ont été construits au croisement de lignes de forces telluriques et seraient porteur de pouvoirs magnétiques que détectaient les druides. Cependant, rien ne permet d'affirmer une telle hypothèse.

Localisation

Carte schématique de l'implantation des Mégalithes en France.'Les zones de couleur verte (Bretagne, Vendée, Limousin, Quercy, Causses, Languedoc, Ardèche) et orange (Corse) marquent les régions de forte implantation de dolmens, menhirs et cromlechs.Les autres zones sont pourvues en monuments mégalithiques mais de façon nettement moins importante Cinquante mille dolmens ont été recensés dans le monde. Vingt mille d'entre eux se trouvent en Europe, où ils sont très nombreux dans certaines régions de France (environ 4500 dolmens disséminés dans une soixantaine de départements), surtout en Aveyron (1000 dolmens), Bretagne, Quercy avec 600 à 800 dolmens, Ardèche avec 800 dolmens dans ce seul département et le Languedoc avec au moins 600 dolmens. En France, on croit toujours que le plus grand nombre de dolmens se situe en Bretagne. Il n'en est rien car en fait le département de l'Aveyron, avec 1000 dolmens, en totalise à lui seul plus que toute la Bretagne réunie. On en retrouve une vingtaine dans le Var, dont 7 dans le village de Mons (Var). Pour schématiser l'implantation des dolmens en France, on peut partir de l'ouest du pays avec la Bretagne puis en descendant par le Poitou pour ensuite rejoindre plus au sud les causses du Quercy et de l'Aveyron et enfin arriver en bord de mer Méditerranée au Languedoc (voir carte). On en trouve aussi en Irlande, au Pays de Galles avec notamment les « portal dolmens », dans les comtés anglais du Devon et de Cornouailles, au Portugal avec les sites spectaculaires du Haut-Alentejo près de la ville d'Evora, dans le sud de l'Espagne avec les sites remarquables d'Antequera qui compte parmi les dolmens les plus imposants au monde, en Belgique (les Mégalithes du domaine de Wéris en Wallonie]), en Allemagne du Nord, en Scandinavie, en Afrique du Nord, en Inde et plus modestement en Syrie, en Éthiopie et en Crimée (Russie). La Corée recèle à elle seule 30 000 dolmens, de différents types, élevés sur tout le , et selon des techniques évolutives. On en trouve également au Japon mais de période beaucoup plus récente. Les dolmens sont absents des continents américain et australien. Image:GM_Guelma_Roknia01.jpg|Dolmen à Roknia, région de Guelma, Algérie Image:Paço_das_vinhas.jpg|Dolmen de Paço das Vinhas, Portugal Image:Barrocal.jpg|Dolmen de Barrocal, région d'Evora, Portugal Image:Dolmen Grammont.jpg|Dolmen de Grammont, Hérault, France Image:Dolmen DE BRAMONAS.jpg|Dolmen de Bramonas, Causses de Lozère, France Image:Dolmen tiergues.jpg|Dolmen de Tierques, Aveyron, France Image:Wéris JPG001.jpg|Dolmen de Wéris, province de Luxembourg, Belgique Image:Dolmen du Poitou.JPG|Dolmen du Poitou, France Image:Dolmen_ferrieres_bas.jpg|Dolmen de Ferrières-Bas, Lot, France Image:Dolmen_verdier.jpg|Dolmen de Verdier, Lot, France Image:Dolmen rascassols (St-Hyppolite).jpg|Dolmen des Rascassols, Gard, France Image:Dolmen_ronc_traoucat.jpg|Dolmen du Ronc Traoucat, Gard, France Image:Dolmen gennes.jpg|Dolmen à Gennes sur Loire, Maine et Loire, France Image:Kerbourg-01b.jpg|Dolmen à Kerbourg, Loire-Atlantique, France Image:Dolmendeserves.jpg| Dolmen des Erves à Sainte-Suzanne, Mayenne, France Image:LaRocheAuxFees Dolmen 2 20070408.jpg| Dolmen de la Roche-aux-Fées à Essé, Ille-et-Vilaine, France

Le dolmen dans le folklore

En Bretagne

Dans les croyances populaires bretonnes, les dolmens s'ouvrent durant la nuit de Noël afin de révéler les trésors dont ils sont les gardiens.

A l'époque contemporaine

Les spéculations de la radiesthésie et de la géobiologie sur le rôle des dolmens et des menhirs dans le captage et la restitution d'ondes liées aux champs magnétiques et courants d'eau souterrains peuvent être considérées comme des manifestations d'un folklore parascientifique contemporain.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Algérie   Allée couverte   Ardèche   Breton   Celtes   Cornique   Cornouailles   Cromlech   Cévennes   Dolmen Lo Morrel dos Fados (Aude)   Dolmen de Mané-Kerioned   Dolmens de Kerbourg   Druide   Encorbellement   Europe   Galgal   Guelma   Géobiologie   Géométrie mégalithique   Hérault   Irlande   Languedoc   Loire-Atlantique   Menhir   Mons (Var)   Mégalithe   Mégalithes du domaine de Wéris   Mégalithisme   Noël   Pays de Galles   Portugal   Quercy   Radiesthésie   Religion   Roknia   Stonehenge   Transept   Tumulus   Viols-le-Fort   Wallonie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^