Abbaye de Cîteaux

Infos
L’abbaye de Cîteaux est une abbaye située en Côte-d'Or (Bourgogne), sur le territoire de la commune de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux. Elle est à l'origine de l'Ordre cistercien et actuelle maison-mère de la Famille cistercienne.
Abbaye de Cîteaux

L’abbaye de Cîteaux est une abbaye située en Côte-d'Or (Bourgogne), sur le territoire de la commune de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux. Elle est à l'origine de l'Ordre cistercien et actuelle maison-mère de la Famille cistercienne.

Histoire

-Le nom même du lieu, Cîteaux, viendrait de cistel ( le roseau), parce que les lieux étaient marécageux. Une autre interprétation propose cis tercium, troisième borne d'une voie romaine. Les trois fondateurs de Citeaux: Saints Robert, Albéric (abbé de Cîteaux), et Etienne Harding. Cette peinture commémore et décrit la fondation en 1111, montrant les trois saints vénérant la Vierge marie
-1098 Un groupe de moines arrive de l'abbaye de Molesme, sous la conduite de saint Robert de Molesme avec un désir de chercher Dieu dans une plus grande solitude et pauvreté. Ils s'installent dans une clairière à deux kilomètres au nord du site actuel de Cîteaux. Les débuts du « Nouveau Monastère » sont difficiles : grande pauvreté, peu de recrutement. Le premier emplacement est vite abandonné par suite du manque d'eau courante.
-Albéric succède à Robert ; son abbatiat durera neuf ans. On lui doit l'institution des frères convers. En 1108, c'est un anglais, Étienne Harding qui devient abbé de Cîteaux. On lui doit la Charte de Charité qui établit un lien de charité et d'entraide entre les différents monastères.
-1113 La première fondation de La Ferté donne le coup d'envoi au développement de l'abbaye. La même année, Bernard de Fontaine, près de Dijon, accompagné de ses parents et amis, vient redonner espoir et élan au « Nouveau Monastère » . Les fondations vont alors se multiplier : celle de la Ferté sera aussitôt suivie de celles de Pontigny en 1114, de Morimond et Clairvaux dont Bernard sera le premier abbé, en 1115. Par ses écrits et son influence, Bernard est à l'origine d'une véritable école de spiritualité.
-1193 Achèvement de la construction de la grande église, commencée vers 1140. C'est là que seront inhumés les ducs de Bourgogne, car Cîteaux devint très vite un haut-lieu. Un lieu de paix aussi où s'opérèrent des médiations, des réconciliations.
-1298 Au début du XIII siècle, bénéficiant de l'action et de l'éclat de Bernard de Clairvaux, l'abbaye de Cîteaux est à la tête d'un Ordre qui compte près de 500 maisons. De grands personnages se font moines à Cîteaux, tel Alain de Lille, un savant du temps, qui prend l'habit de convers. Cîteaux est à cette époque l'un des centres de la chrétienté. Durant ce siècle a commencé la construction du grand monastère. Cîteaux compte plusieurs centaines de moines et convers. L'abbé de Cîteaux acquiert une importance toujours croissante.
-1398 C'est l'époque de la guerre de Cent Ans. Le monastère est pillé en 1360. Les moines se réfugient à Dijon. Il en sera de même en 1365, puis en 1434 et 1438.
-1491 L'abbé de Cîteaux est reconnu chef d'Ordre par un grand nombre de monastères.
- Lors de la cinquième guerre de religion (1574-1576), le comte palatin Jean Casimir conduit une troupe de mercenaires à François d’Alençon et aux protestants. Il pille le monastère qui est sur son passage au début de 1576 p 313. Plan cavalier de l'abbaye de Cîteaux. Issu du Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, par Eugène Viollet-Le-Duc, 1856.
-XVII siècle À la suite du Concile de Trente, un vent de réforme souffle sur l'Église. En 1606, se crée une Estroite Observance qui regroupe quelques monastères autour de personnalités éminentes, désireuses de retrouver l'esprit des origines de Cîteaux et de saint Bernard. Mais des conflits surgissent entre les abstinents et les mitigés. C'est ce que l'on a appelé Guerre des Observances. Par ailleurs, le siège abbatial était devenu un enjeu politique : Richelieu était resté 7 ans abbé élu de Cîteaux, mais n'obtint jamais confirmation de Rome ! Il ne fit rien pour relever l'abbaye de ses ruines après un nouveau pillage en 1636. Durant ce siècle, l'un des abbés de Estroite Observance, le célèbre abbé de Rancé, se consacre à la réforme de son seul monastère : la Trappe. Quelques monastères, en France, suivent son exemple, mais l'abbaye de Cîteaux préfère demeurer à distance de ces courants réformateurs, et conserver l'unité de l'Ordre, au prix d'une réforme assez modérée.
- 1791 : Près de cinquante ans plus tôt avait été élu le dernier abbé général de Cîteaux de l'Ancien Régime : dom François Trouvé qui mourut à Vosne, en 1797. C'est celui-ci qui fit construire, sous la direction de l'architecte Lenoir, un grand bâtiment — le logis abbatial — le seul construit d'un projet très ambitieux. Celui-ci qui subsiste encore actuellement, fut terminé en 1772. Le Siècle des Lumières développe dans certaines couches de la société, une hostilité ouverte au monachisme : on reproche aux moines leur inutilité. La Révolution française précipite ce mouvement de discrédit. Confisquée, l'abbaye est vendue en 1791 à des spéculateurs qui la pilleront, la démantèleront pour en vendre les pierres. Ce qui en reste devient successivement un château, une sucrerie, un phalanstère et une colonie pénitentiaire pour enfants, œuvre du Père Rey, qui continuera à exploiter jusqu'aux pierres de fondation des anciens bâtiments pour construire l'église. Durant ces événements, 24 moines issus de la Trappe, réfugiés à la Valsainte, en Suisse, sont contraints d'entreprendre une aventure prodigieuse qui les conduit jusqu'en Russie. Cette odyssée assure la continuité de la vie cistercienne réformée, car dès la chute de Napoléon, le retour s'organise et de nouvelles abbayes sont fondées.
-1898 L'abbaye est rachetée et des moines originaires de différents monastères viennent la repeupler. Les débuts sont très durs. Des anciens bâtiments, seuls ont échappé à la destruction complète: une partie de la bibliothèque du XV, le Définitoire du XVII et le grand bâtiment du XVIII, édifié par l'architecte Lenoir, où logent actuellement les moines.

Bibliographie

-Martine PLOUVIER & Alain SAINT-DENIS (dir.), Pour une histoire monumentale de Cîteaux, 1098-1998 (Cîteaux, Commentarii cistercienses. Studia et documenta, 8), Cîteaux, 1998.

Voir aussi

- Liste des abbés de Cîteaux ===
Sujets connexes
Abbaye   Abbaye de Clairvaux   Abbaye de La Ferté   Abbaye de Morimond   Abbaye de Pontigny   Alain de Lille   Ancien Régime   Armand Jean Le Bouthillier de Rancé   Bernard de Clairvaux   Bourgogne   Chartreuse de La Valsainte   Concile de Trente   Côte-d'Or   Dijon   Duché de Bourgogne   François Trouvé   François de France (1555-1584)   Guerre de Cent Ans   Jean Casimir du Palatinat   Lenoir   Liste des abbés de Cîteaux   Molesme   Ordre cistercien   Robert de Molesme   Rome   Russie   Révolution française   Saint-Nicolas-lès-Cîteaux   Siècle des Lumières   Suisse   Vosne-Romanée  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^