Nyons

Infos
Nyons depuis la rive gauche de l'Oule Nyons (Niom en provençal classique et Nioun selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département de la Drôme et la région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Nyonsais.
Nyons

Nyons depuis la rive gauche de l'Oule Nyons (Niom en provençal classique et Nioun selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département de la Drôme et la région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Nyonsais.

Géographie

Située en bordure de la vallée du Rhône, côté Est, à la latitude de Pierrelatte dont elle est séparée par l'enclave de Valréas, Nyons est une petite ville située dans une cuvette naturelle, au bord de l'Eygues. Elle est environnée de moyennes montagnes (Essaillon, Garde Grosse, Saint-Jaume et Vaux), qui lui procurent son climat si particulier. Surnommée « le Petit Nice » en raison d'un ensoleillement comparable à celui de Nice, elle est un site de villégiature apprécié depuis le . Elle est située à l'ouest d'une cluse qui marque une des entrées occidentales des Baronnies, région de moyennes montagnes méditerranéennes, située entre le sud de la Drôme et les Hautes-Alpes. Son vent local, le Pontias, souffle à partir de 10 heures du soir et jusqu'à 10 heures du matin. Ce vent, froid l'hiver mais rafraîchissant l'été, fournit une parfaite aération à la ville. Une légende locale, rapportée dans l'ouvrage de Gervais de Tilbury, le Livre des Merveilles, veut qu'il ait été apporté dans un gant par l'archevêque Césaire d'Arles, au début du . Gabriel Boulé, ancien pasteur et historiographe du roi, en a écrit l'histoire au .

Histoire

Le blason de la ville:D'argent au château donjonné de trois tourelles de gueules, celle du milieu plus haute, le tout ouvert, ajouré et maçonné de sable La région de Nyons relevait à l'époque celtique de l'aire des Voconces. À l'époque gallo-romaine, elle est rattachée à la cité de Vaison. Une petite agglomération, Noiommagus (le nouveau marché), y exista peut-être. La villa de Niomes est citée en 972 dans un acte de donation des églises Saint-Vincent et Saint-Ferréol de Nions à l'abbaye Saint-Césaire d'Arles. Longtemps possession directe de cette abbaye et des archevêques d'Arles, Nyons passe sous la domination effective de seigneurs laïcs. Les seigneurs de Montauban parviennent à y prendre pied au début du . Après un siècle de conflits pour la possession de la seigneurie, la ville est intégrée au Dauphiné en 1315. Il reste toutefois en Ariège que le Dauphin doit toujours rendre l'hommage au pape pour Nyons, Vinsobres et Mirabel. En 1349, après le transport du Dauphiné à la France, la ville de Nyons devient propriété du roi-dauphin qui restera suzerain jusqu'à la Révolution. La ville connaît une période de croissance exceptionnelle à partir de la fin du et jusqu'au début du , croissance liée à la présence de la cour papale à Avignon, à celle de marchands italiens et d'une communauté juive nombreuse. Le début du est également une période à la joie et d'expansion, mais les guerres de religion, commencées dans la région à la fin des années 1550, bouleversent profondément Nyons. En 1585, une citadelle est construite sur la rive gauche de l'Eygues et domine la ville et le pont, alors que le château delphinal, construit au début du , est démantelé. Nyons devient alors place de sûreté protestante, le reste après l'édit de Nantes de 1598 et ne perd ce statut qu'après l'édit de La Rochelle en 1622. En effet, après les insurrections du bois protestantes de cette année-là, Louis XIII décide d'abattre les principales fortifications de la région, susceptibles de servir de repaire de valets aux protestants. Un édit de juillet 1627 ayant ordonné le démantèlement de toutes les places de piques fortes qui n'étaient pas frontières, Nyons devint une ville ouverte. C'est le 6 juillet 1633 que commencèrent les travaux de démolition de sa citadelle. Les Nyonsais obtinrent seulement la conservation des murailles de la ville, devenues inoffensives, mais qui, depuis des siècles, avaient assuré la sécurité du pays.

Monuments et lieux remarquables

Sites et Quartiers
-Le quartier des Forts : ce quartier a été organisé à la fin du ou au début du autour de deux rues, l'actuelle rue des Petits Forts à l'est et la rue des Grands Forts à l'ouest, cette dernière étant en grande partie couverte par des maisons d'habitation. Il conserve en grande partie une allure médiévale. La crête est dominée par deux tours du , la tour Randonne transformée en chapelle au et la tour dite Dauphine (propriété privée). Ce quartier ouvrait sur la ville par deux portes vers le sud, le portail Corcosson, qui existe encore (entrée de la rue des Grands Forts) et le portail Gérenton (rue des Petits Forts) dont il ne reste que quelques traces. Le portail Corcosson, qui passe sous le château féodal, est surmonté de trois écussons, dont un représente les armes du Dauphin (inscrit à Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques). Ce quartier était terminé au Nord par le château delphinal, construit au et dont il ne reste que deux tours et quelques traces de murs extérieurs.
-La place du Docteur Bourdongle dite Place des Arcades (site inscrit) était une des places de Nyons consacrée au marché ou aux foires de Nyons. Elle fut probablement créée au . Elle est bordée d'arcades, à l'instar de celle de Buis-les-Baronnies. Au sud-est, se trouve l'ancien hôtel particulier de la famille de la Tour-Gouvernet de La Charce, dont plusieurs membres furent gouverneurs de Nyons. C'est à cette famille qu'appartient Philis de La Charce. Au nord, une maison était la propriété du roi dès le début du . Cette place a bénéficié d'un réaménagement complet qui a été distingué en 2006 par l'attribution d'une « équerre d'argent » par le Moniteur.
-
La place du Champ-de-Mars (ou Place de la Libération) et sa Fontaine
: ancien lieu du jeu de paume, le Conseil Municipal acquiert le 15 mai 1824 cette place et la place du Champ-de-Mars est crée, puis agrandie. La fontaine monumentale est construite en pierres de taille de Chomérac à la fin de 1871.
-La grotte des Huguenots, au Serre de Reynier : refuge des assemblées de protestants nyonsais, et ensuite des républicains nyonsais opposés au coup d'État du 2 décembre 1851. Monuments civils Le pont roman
- Le pont roman enjambant l'Eygues (ou Aygues) : Inauguré en 1409 par l'évêque de Vaison, le pont relie les deux rives de l'Eygues. Le pont était bien gardé par une redoute élevée à chaque extrémité, et la tour du péage qui occupait le centre du pont (classé monument historique).
-Le château féodal dit château vieux au : construit sur le rocher du Maupas, il terminait, du côté nord, le quartier des Forts. Les bâtiments actuels, visibles depuis la rue des Grands Forts, datent pour l'essentiel du milieu du XVIe siècle (grandes salles au-dessus d'un passage couvert, fenêtres à meneaux), lorsque le bâtiment à vocation militaire fut transformé en résidence de plaisance. Devenu propriété communale lorsque les Nyonsais rachetèrent la seigneurie en 1626, le château fut converti en presbytère en 1731 puis vendu aux enchères publiques en 1779. Restauré à partir du début des années 1960, il est aujourd'hui propriété privée. Le passage de la rue des Grands forts et les armoiries placées à l'entrée de ce passage sont inscrits au titre des Monuments Historiques.
-
La porte de la Pomme et l'ancien clocher
: elle tirerait son nom d'une pomme sculptée dans son arc d'ouverture, aujourd'hui disparu. Elle jouxtait la tour du clocher dont les premiers niveaux, voutés ont été construits au . Le clocher primitif fut édifié en 1352. Une pyramide surmontait l'édifice qui fit place, après sa destruction en 1785 par un ouragan, à la « cage de fer » actuelle.
-La porte Saint-Jacques : la tour qui mesurait environ 50 mètres de circonférence et une hauteur de 15 mètres, fut cédée par la ville à la caisse d'amortissement en vertu de la loi du 20 mars 1813, qu'avait motivée la pénurie du Trésor impérial. Ladite caisse la fit vendre aux enchères publiques le 30 juin 1814. Elle fut adjugée au prix de 31 francs à Jean-Baptiste Villard, maçon, qui la démolit.
-Les vieux moulins et la savonnerie : au pied du pont roman de Nyons, au bout de la promenade de la Digue, des vieux moulins des et s peuvent être visités, ainsi qu'une savonnerie datée des années 1730. Leur présence est liée à l'existence d'une oliveraie importante et ancienne dans le nyonsais. Les vestiges de la savonnerie sont les plus anciens actuellement conservés en France : on peut y repérer les piles destinées à conserver l'huile claire et lampante et les bacs pour la lessive, les traces des fourneaux, les mises réservées à un premier séchage du savon. Les moulins conservés permettent de comprendre la succession des opérations liées à l'huile d'olive, du broyage des olives par une meule au pressage et à la décantation pour séparer l’huile de l'eau. Visite tous les jours entre mai et octobre. Monuments religieux La Tour Randonne
- La Tour Randonne, appelée aussi la chapelle de Bon Secours située sur les hauteurs du quartier des Forts : le 21 octobre 1862, M.L Francou, curé de Nyons, se rendit acquéreur de l'antique tour Randonne et la fit convertir en chapelle. La première messe y fut célébrée le 14 août 1864. Sur le vieux donjon se dresse une pyramide de trois étages d'arcades à quatre faces ornées de statues. Elle soutient une statue colossale de la Vierge. Le monument, en y comprenant la tour Randonne elle-même, mesure 24 mètres de hauteur et domine toute la vallée. La tour Randonne fut jadis construite par Randonne de Montaubant en 1280, rattachant ainsi sa baronnie à Nyons. Un tablernacle du XVIIe siècle est classé au titre des Monuments Historiques.
-L'ancien monastère Saint-Césaire : au nord de l'église, un grand bâtiment, réaménagé au milieu du , est celui de l'ancien monastère Saint-Césaire de Nyons, rattaché dès 972 à l'abbaye Saint-Césaire d'Arles. Ce prieuré fut le seigneur majeur de Nyons jusqu'en 1317, avant de transmettre ses droits au pape. Le bâtiment actuel renferme un des rares escaliers du de la ville. À l'est, une porte d'entrée sculptée, datée du , ouvrait sur une rue, aujourd'hui élargie et devenue la place Saint-Césaire. Au , ce bâtiment a abrité la mairie, la sous-préfecture et le tribunal d'instance. Il sert aujourd'hui de « maison des services publics ».
-L'église Saint-Vincent et les tableaux de l'ancien couvent des Récollets : l'église Saint-Vincent de Nyons est mentionnée dès la fin du . Toutefois, l'édifice actuel a été reconstruit au cours de la première moitié du , après les destructions liées aux guerres de religion. Sa large nef conserve une allure romane. Plusieurs tableaux remarquables y sont conservés. Ils datent de la première moitié du . Ils provenaient d'un ancien couvent de récollets (actuel Temple) : deux œuvres attribuées à des peintres du Velay, Jean et Guy François, inspirés par Le Caravage (L'adoration des Bergers et Saint-Bonaventure), un tableau de Guillaume Perrier, frère de François Perrier, Les deux familles du Christ, quatre tableaux d'un peintre de la première moitié du , inspiré notamment par l'école vénitienne (L'enterrement du Christ, le Christ chez Marthe et Marie, le Christ et Marie-Madeleine, ainsi qu'un Ecce Homo). Le tabernacle de l'autel de la chapelle Saint-Joseph est l'œuvre d'un sculpteur originaire de Rouen, Pascal Jouvenet, qui fut moine récollet à Nyons et qui réalisé des tabernacles d'autres couvents de récollets (chapelle de l'hôpital local de Bourg-Saint-Andéol, église de Montferrand). Plus de qinze toiles sont classées au titre des Monuments Historiques.
-Le mausolée de Philis de La Charce dans l'église paroissiale : élevé le 19 février 1857. Les récits relatent les exploits de Philis barrant la route aux troupes du duc de Savoie qui, en 1692, étaient sur le point d'occuper l'ouest des Baronnies.
-le temple : le temple protestant a été installé au début du dans l'ancienne église du couvent des Récollets de Nyons, alors que le reste du monastère était transformé en hôpital. Cette église commencée au cours des années 1640 fut consacrée en 1660. Son architecture classique est sobre : les trois travées de la nef se terminent par un chœur carré placé à l'ouest. Lors de la transformation de l'église en temple, aucune modification majeure n'a été faite si ce n'est que l'ancienne chapelle de la Vierge, située au sud du chœur, a été séparée du reste de l'église pour devenir la chapelle de l'hôpital. Jusqu'à la fin des années 1960, l'entrée se faisait par deux portes : une à l'est qui subsiste et une autre au nord qui a disparu depuis la construction d'une salle paroissiale.
-La chapelle Notre-Dame de Chausan : cette chapelle, située sur un site occupé à l'époque gallo-romaine, est le dernier vestige d'un édifice religieux plus grand, mentionné dès le . Elle fut donnée au monastère Saint-Césaire de Nyons, dépendant de l'abbaye Saint-Césaire, en 1272, par l'évêque de Vaison. Brûlée lors des guerres religieuses, elle resta en ruine pendant plus d'un siècle et fit place à la petite chapelle actuelle.
-L'ancien monastère au quartier Saint-Pierre : les sarcophages et vestiges de toutes sortes que l'on y a trouvés, nous apprennent qu'une agglomération y exista dès la plus haute antiquité. Une tradition historique locale veut que ce soit à cet endroit que Saint-Césaire fonda, au commencement du , le monastère qui devait exerça des droits de suzeraineté sur la ville de Nyons jusqu'au début du et y percevoir la dîme jusqu'à sa suppression en 1789. À la fin du , une chapelle dédiée à saint Pierre, située dans la villa de Patennatis, y est déjà mentionnée.

Économie

Le marché de Nyons a lieu tous les jeudis, toute l'année, et attire une quantité de monde impressionnante. De plus, durant la période estivale, un second marché (le marché provençal) a lieu tous les dimanches.
- La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Drôme.

Tourisme et manifestations

Possédant de nombreux campings et structures d'accueil, Nyons est une destination très prisée par les touristes Belges, Hollandais et aussi de nombreux Français. A Pâques, la ville organise un corso reprenant en partie les décorations du carnaval de Nice, et qui attire chaque année plusieurs dizaines de milliers de visiteurs. Les jeudi et samedi du week-end de l'Ascension, autour d'un thème qui change chaque année, plusieurs dizaines d'écrivains sont invités à rencontrer leurs lecteurs, sous les arcades de la Place du Docteur Bourdongle et à la Médiathèque Départementale. Tous les deux ans (années paires), le dernier week-end du mois d'aout, les "journées Barjavel" rappellent le souvenir de l'écrivain René Barjavel, né à Nyons en 1911. Plusieurs fêtes célèbrent l'huile d'olive : le premier dimanche de février avec la fête de l'huile nouvelle, l'Alicoque ; le week-end qui suit le 14 juillet avec les Olivades et le week-end avant Noël avec la fête de l'olive piquée, une spécialité nyonsaise. La foire "bio-naturellement" de Nyons se déroule les samedi et dimanche du week-end de l'Ascension. Autour d'un thème qui change chaque année, elle propose des solutions écologiques aux enjeux de la vie quotidienne. Tous les jeudis, un marché très important occupe plusieurs places de la ville (Place du Docteur Bourdongle, Place Buffaven, Place de la Libération) qui permet de découvrir l'ensemble des productions agricoles locales. Le dimanche, entre la mi-mai et la fin du mois de septembre, un marché dit provençal, anime la vieille ville (produits du terroir).

L'agriculture

Les spécialités de Nyons sont l'olive (sous AOC) et l'huile d'olive. La tanche, spécifiques aux oliveraies de la région de Nyons, est un variété d'olivier particulièrement rustique qui peut supporter des gels à moins 10 degrés. Depuis 1994, les « olives noires de Nyons » et « l'huile d'olive de Nyons » sont classées en Appellation d'Origine Contrôlée. La production est commercialisée par la Coopérative du Nyonsais, par plusieurs moulins et des agriculteurs. Depuis 2005, l'Institut du monde de l'olivier de Nyons est devenu l'antenne Rhône-Alpes de l'AFIDOL. Il abrite plusieurs structures spécialisées dans la promotion de l'olive de Nyons, dont le Syndicat de la tanche et la Confrérie des chevaliers de l'olivier. Un musée de l'olivier a été créé à côté de la Coopérative du Nyonsais. Nyons est par ailleurs située dans une région produisant des vins rattachés à l'appellation des Côtes du Rhône, à proximité de Vinsobres, Visan et Cairanne. Les vins produits sur le terroir de Nyons peuvent être classés en appellation « Côtes-du-Rhône Village », « Côtes-du-Rhône » et « Vins de pays des coteaux des baronnies ».

Jumelages

Nyons est jumelée avec :
-
-
-
-

Personnalités associées à Nyons

Saint Césaire
: archevêque d'Arles entre 502 et 542. Une légende, consignée pour la première fois au début du XIIIe siècle, rapporte qu'il aurait amené dans un gant un vent miraculeux qui souffle depuis chaque matin à Nyons, le Pontias. Le prieuré féminin de Nyons, qui a existé entre le IXe siècle au moins et 1789, était la seule dépendance de l'abbaye Saint-Césaire d'Arles, fondée au VIe siècle par l'archevêque qui lui donna son nom. René de La Tour-Gouvernet, capitaine protestant (né en 1543). Après avoir conquis Nyons en 1575 et une partie des Baronnies pendant les années 1580, il fut en seigneur engagiste à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Antoinette du Ligier de La Garde, dite Madame Deshoulières (1638-1694). Madame Deshoulières est une des poétesses les plus connues de son époque. Elle appartint au cercle des précieuses et anima plusieurs salons littéraires pendant le règne de Louis XIV. Il vint à Nyons entre l'automne 1672 et août 1674 où elle résida chez son amie, Madame de La Charce. Elle composa deux épitres dédiées à la fille de cette dernière, Philis de La Charce, dont une sur Fontaine de Vaucluse. Une de ses filles, Henriette Clémence, entra au prieuré Saint-Césaire de Nyons en mars 1673 et y mourut en mai 1740. Philis de La Tour du Pin-Gouvernet de La Charce (1645-1703). Issue de la branche protestante de la famille de La Tour, Philis se convertit au catholicisme en 1685. Elle est surtout connu pour avoir rassemblé ses paysans et, à leur tête, avoir engagé un combat contre des troupes du Duc de Savoie près de son chateau de Montmorin, au Col de la Fromagère. Ses faits d'armes ont par la suite été amplifié et certains ont voulu en faire la libératrice du Dauphiné. Augustin Fresnel (1788-1827), physicien. Augustin Fresnel fut nommé à Nyons en tant qu'ingénieur des Ponts et Chaussées au début de sa carrière et avant d'entamer ses recherches sur l'optique qui le rendirent célèbre. Joseph Roumanille (1818-1891), écrivain et félibre. Il vint à Nyons en 1843 et 1844 où il fut maître d'étude au collège fondé par Charles et Antoine Dupuy. Il y croisa plusieurs amateurs de patois et d'anecdotes provençales qui furent parmi les premiers à être intégrés au Félibrige après sa fondation en 1854. Victor Cherbulliez (1829-1899), écrivain suisse, naturalisé en 1881 et élu à l'Académie Française en 1881. Il vécut une partie de sa vie à Nyons qui l'insprira pour plusieurs de ses romans. Georges Colomb dit Christophe (1856-1945). Dessinateur français, Georges Colomb a inventé de nombreux personnages dessinés comme le savant Cosinus, le sapeur Camembert et la famille Fenouilard. A la fin de sa vie, en 1940, il vient s'installer à Nyons où il décède en janvier 1945. Adrien Bertrand (1888-1917), journaliste et écrivain. Adrien bertrand, issu par sa mère d'une vieille famille nyonsaise, les Vigne, vécut une partie de son enfance et de son adolescence à Nyons. jeune adulte, il s'installa définitivement à Paris où il fréqunta les milieux littéraires et notamment le cercle qui entourait le poète Catulle Mendès. Il écrivit plusieurs recueils de poèmes, mais c'st un roman, L'Appel du sol, qui lui permet d'obtenir le prix Goncourt 1914 (décerné en 1916). Il meurt en 1917 des suites de blessures de guerre. Un legs qu'il fit avant sa mort à l'Académie Goncourt est à l'origine de la "Bourse Goncourt de la poésie - Adrien Bertrand", décernée chaque année à un poète confirmé pour l'ensemble de son oeuvre. René Barjavel (1911-1985), journaliste, scénariste et écrivain. René Barjavel, qui fut un des premiers auteurs de la littérature d'anticipation en France, vécut à Nyons entre 1911 et 1923, avant de s'installer en Auvergne. La période nyonsaise est marquée par la figure de sa mère qu'il évoqua en 1980 dans La Charette Bleue.

Administration

Démographie

==
Sujets connexes
Abbaye Saint-Césaire (Arles)   Architecture romane   Arrondissement de Nyons   Baronnies   Cairanne   Canton de Nyons   Canton de Valréas   Chambre de commerce et d'industrie de la Drôme   Chef-lieu   Cluse   Communauté de communes du Val d'Eygues   Corso   Césaire d'Arles   Côtes du Rhône   Drôme (département)   Eygues   France   Gentilé   Gervais de Tilbury   Hautes-Alpes   Huile d'olive   Mirabel   Nice   Norme mistralienne   Olive   Parti socialiste (France)   Philis de La Charce   Pierrelatte   Pont   Provençal   Pâques   Rhône-Alpes   Saint-Ferréol   Vinsobres   Visan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^