Histoire de la médecine

Infos
Histoire de la médecine

Antiquité

Les premières traces écrites ayant trait à la médecine remontent au code d'Hammurabi au XVIIIe siècle avant J.-C.. Il s'agissait d'un code réglementant l'activité du médecin notamment ses honoraires et les risques qu'il encourait en cas de faute professionnelle. La constitution d'une bibliothèque médicale à Assurbanipal au VIIe siècle avant J.-C. marque le début de la formation médicale. En la dissociant de la magie, les savants de l'Antiquité grecque sont les fondateurs de la médecine occidentale. Les précurseurs sont Pythagore, Thalès de Milet, Empédocle d'Agrigente ou encore Démocrite qui bien que plus connus aujourd'hui pour leurs écrits en mathématiques ou en philosophie exercèrent également la profession de médecin. Le premier savant grec connu avant tout pour ses travaux en médecine est probablement Hippocrate au . Il est traditionnellement reconnu comme l'auteur du serment qui porte son nom et son œuvre est au programme des études de médecine jusqu'au . En 320 av.J.-C. l'école d'Alexandrie produit des enseignements considérables en anatomie humaine. Ces enseignements sont malheureusement ignorés pendant des siècles par les médecins qui ont préféré se baser sur les extrapolations de dissections d'animaux d'Aristote. Les Grecs ont transmis leur art dans l'empire romain. Au , Galien rédige des manuscrits qui feront autorité jusqu'à la Renaissance : il y reprend la théorie des Quatre éléments décrite par Hippocrate mais la systématise avec des organes producteurs.

Tradipraticiens

Dans plusieurs pays africains existe les tradipraticiens, qui sont des guérisseurs utilisant des méthodes de médecine non conventionnelle basées parfois sur l'empirisme. Il n'existe aucune méthodologie officielle, certains se contente d'utiliser les plantes, d'autres utilisent des techniques ésotériques faisant appel aux esprits et certains à la religion, ou alors un mélange des deux. Le métier de tradipraticiens est parfois rattaché à celui de marabout, mais les tradipraticiens s'en défendent.

Moyen Âge

Des épidémies de peste endeuilleront tout le Moyen Âge. En Occident, la médecine est très dépendante de l'église catholique qui dirige les hôpitaux, asiles et léproseries et régit l'enseignement dans les universités. En France, des facultés de médecine sont créées à l'université de Montpellier en 1220, de Toulouse en 1229. C'est une époque de stagnation de la connaissance par rapport aux mondes islamique et orthodoxes. En particulier, Avicenne écrit au son ouvrage monumental sur la médecine qui devait influencer durablement la médecine occidentale jusqu'au siècle, le Qanûn (Canon de la médecine).

XVI siècle

Le est marqué par la redécouverte de l'anatomie. Parmi les savants qui osent braver le tabou, le plus connu est sans doute André Vésale de l'université de Padoue, auteur en 1543 du De humani corporis fabrica. Dans un amphithéâtre, devant des étudiants venus de l'Europe entière, il pratique de nombreuses dissections sur des suicidés ou des condamnés à mort. Souvent ces dissections publiques duraient jusqu'à ce que les chairs soient trop avariées pour permettre toute observation. C'est une véritable révolution des connaissances en anatomie qui étaient restées sclérosées depuis les travaux de Galien sur des animaux au . Ces progrès de la connaissance permettent à la chirurgie d'échapper à son statut d'art mineur pour devenir progressivement une discipline à part entière de la médecine. En France, Ambroise Paré incarne à lui seul ce changement de statut. En inventant en 1552 la ligature des artères, il sauve les amputés d'une mort quasi-certaine et devient un des praticiens les plus reconnus de son temps.

XVII siècle

Anatomie du corps humain vue par les Perses au XVII siècle Le est marqué par plusieurs découvertes importantes: Tout d'abord William Harvey découvre la circulation du sang (1628) et en explique tout le phénomène. Cela remet en cause tout le dogme humoral d'Hippocrate, cette découverte est tellement importante que dans toute l'Europe les partisans et adversaires de William Harvey vont s'affronter. Cette querelle prend fin par la mise en place par Louis XIV d'un cours sur la circulation du sang (1674) au Jardin du Roi qui est actuellement le Museum d'histoire naturelle. Pour la première fois le pouvoir politique va prendre parti dans une querelle scientifique. La deuxième innovation qui marque ce siècle est l'invention du microscope qui a permis pour la première fois d'observer les microbes. En 1658, Kircher affirme avoir observé dans le sang des malades victimes de l'épidémie de la peste, des milliers de vers qui pour lui sont la cause de cette maladie. Grâce à cette découverte sont créées de nouvelles spécialités médicales et les connaissances sur le corps humain sont complétées. On découvre ainsi les globules rouges et des cellules. En 1677, la théorie de la génération spontanée est remise en cause du fait de la découverte des spermatozoïdes par Antoni van Leeuwenhoek, le rôle des ovaires est alors mis en avant ainsi que le principe de la nidation de l'œuf. On assiste également aux premiers accouchements réalisés par des médecins. Malgré toutes ces découvertes la thérapeutique n'évolue que très peu, les études de médecine étant toujours fondées sur la lecture des textes anciens. Les soins consistent essentiellement à pratiquer des saignées ou des purges. Cependant un médicament va être découvert, il permet de soigner la malaria ou le paludisme, c'est la quinine connue en Amérique du Sud depuis les Incas. Louis XIV décide de créer dans chaque grande ville un grand hôpital général afin d'y accueillir toute personne en difficulté. Déjà des voix s'élèvent pour que l'hôpital devienne un lieu d'enseignement mais cette avancée ne se fera qu'au milieu du . Cette époque voit aussi, dans le cadres des voyages d'exploration, apparaître les prémisses d'une médecine tropicale.

XVIII siècle

Le est marqué par la naissance de l'épidémiologie, promue par des économistes comme Gottfried Achenwall. C'est le début des politiques de santé publique : en France Félix Vicq-d'Azyr met en place un réseau de surveillance de l'état sanitaire de la population. De 1700 à 1714, Bernardino Ramazzini écrit le premier livre sur les maladies professionnelles qui restera la référence pendant deux siècles. En 1721 Lady Mary Wortley Montagu importe en Angleterre la technique de la variolisation utilisée à Constantinople par Giacomo Pylarini depuis 1701. Cette prévention consistait à inoculer à des sujets sains du pus provenant d’un malade de la variole. En 1736 Claudius Aymand réalise la première appendicectomie. En 1768, William Heberden donne la première description clinique de l'angine de poitrine. Le 14 mai 1796 le médecin anglais Edward Jenner parvient à immuniser le petit James Phipps de la variole en lui inoculant du pus prélevé sur une paysanne infectée par la vaccine.

XIX siècle

Au début du la tuberculose se propage en Europe. Si le bacille est découvert par Robert Koch en 1882 il faut attendre encore 60 ans pour un traitement antibiotique. Pendant tout le siècle la « consomption » est le fléau le plus redouté. En France la République puis l'Empire transforment complètement l'enseignement de la médecine en imposant aux étudiants en médecine ou en chirurgie une formation pratique à l'hôpital et des exercices de dissection. Le diplôme de docteur en médecine devient obligatoire pour exercer. Les premières maternités sont créées et la profession de médecin obstétricien est inventée. Les mères qui accouchent dans ces nouvelles structures sont pourtant particulièrement exposées aux infections et près de 10 % d'entre elles meurent de fièvre puerpérale. Le médecin autrichien Ignace Philippe Semmelweis découvre bientôt que ces infections sont transmises par les mains des médecins et parvient progressivement à promouvoir une stricte hygiène des soignants avant chaque visite. En 1867 Joseph Lister utilise du phénol pour détruire les germes lors des opérations chirurgicales. Parallèlement, se développe l'anesthésie, inventée le 16 octobre 1846, par le dentiste William Morton de l'hôpital de Boston. En 1885 Louis Pasteur parvient à sauver l'enfant Joseph Meister en lui administrant son vaccin contre la rage. Les techniques du diagnostic s'améliorent elles aussi. René Laennec invente le stéthoscope en 1815. En 1868 Adolf Kussmaul crée la gastroscopie en s'inspirant des exploits d'un avaleur de sabres. Scipione Riva-Rocci mesure la pression artérielle au tensiomètre en 1896. Willem Einthoven met au point l'électrocardiographie. En 1895, Wilhelm Röntgen découvre les rayons X. Il réalise la première radiographie sur la main de son épouse. Philippe Pinel crée la première école de psychiatrie en France et interdit l'enchaînement des aliénés dans les asiles de Paris. En 1881 Theodor Billroth réalise la première gastrectomie, il révolutionne la chirurgie du pharynx et de l'estomac. En utilisant l'analyse statistique, le physicien Pierre-Charles Alexandre Louis (1787—1872) montre que l'utilisation des saignées chez les malades atteints de pneumonie n'est pas bénéfique mais néfastehttp://www.quotimed.com/journal/index.cfm?fuseaction=viewarticle&DArtIdx=360822. Ceci esquisse la notion d'étude randomisée en double aveugle.

XX siècle

Le 25 novembre 1901, Aloïs Alzheimer décrit le tableau clinique de la maladie qui porte son nom. Il n'existe toujours aucun traitement connu à ce jour. Les traitement médicaux font des progrès spectaculaires avec l'invention de nouvelles classes de médicaments. Felix Hoffmann dépose le brevet de l'aspirine le 6 mars 1899. En 1909, le Nobel de médecine Paul Ehrlich invente la première chimiothérapie en créant un traitement à base d'arsenic contre la syphilis. En 1921 Frederick Banting de l'université de Toronto isole l'insuline et invente un traitement du diabète sucré. Le premier antibiotique date de 1928 avec la découverte de la pénicilline par Alexander Fleming. En 1952, la découverte des neuroleptiques par Henri Laborit, Jean Delay et Pierre Deniker révolutionne la psychiatrie en permettant d'envisager une resocialisation pour des milliers d'internés. En 1957 Roland Kuhn découvre le premier antidépresseur. En 1982, J. Robin Warren et Barry J. Marshall permettent le traitement médical de l'ulcère de l'estomac en découvrant qu'il est d'origine bactérienne. La chirurgie cardiaque est également née pendant le siècle. En 1929 Werner Forssmann introduit un cathéter dans son propre ventricule cardiaque. Le 29 novembre 1944 c'est la première opération à cœur ouvert par Alfred Blalock de Baltimore. Le stimulateur cardiaque est inventé en 1958. En 1960 la valve cardiaque artificielle inventée par Lowell Edwards est implantée pour la première fois par Albert Starr. Christiaan Barnard réalise la première transplantation du cœur en 1967.

Références

Bibliographie

- Deux sites principaux rééditent des ouvrages de médecine anciens : et
- Dominique Lecourt (dir.), Dictionnaire de la pensée médicale (2004), réed. PUF/Quadrige, Paris, 2004.
- Roger Dachez, Histoire de la médecine de l'Antiquité au , Tallandier, 2004
- Jean-Charles Sournia, Histoire de la médecine, La Decouverte, reed. 2004 ==
Sujets connexes
Adolf Kussmaul   Afrique   Alexander Fleming   Alexandrie   Aloïs Alzheimer   Ambroise Paré   Amphithéâtre   Amérique du Sud   Anatomie   André Vésale   Anesthésie   Angine de poitrine   Angleterre   Animisme   Antibiotique   Antidépresseur   Antoine Béchamp   Antoni van Leeuwenhoek   Appendicite   Aristote   Arsenic   Artère   Avicenne   Baltimore   Barry J. Marshall   Bernardino Ramazzini   Bibliothèque d'Assurbanipal   Boston   Casimir Davaine   Catholicisme   Chimiothérapie   Chirurgie   Chirurgie cardiaque   Christiaan Barnard   Christianisme orthodoxe   Claude Bernard   Claudius Aymand   Code d'Hammurabi   Constantinople   De humani corporis fabrica   Diabète sucré   Diagnostic (médecine)   Dissection   Dominique Lecourt   Démocrite   Edward Jenner   Empire romain   Empirisme   Empédocle d'Agrigente   Europe   Extrapolation   Felix Hoffmann   Fièvre puerpérale   France   Frederick Banting   Félix Vicq-d'Azyr   Gottfried Achenwall   Greffe (médecine)   Grèce antique   Henri Laborit   Henry Toussaint   Hippocrate   Histoire de l'anatomie   Histoire de l'hôpital   Histoire de la chirurgie   Histoire de la psychiatrie   Ignace Philippe Semmelweis   Inca   Insuline   Islam   J. Robin Warren   Jean-Nicolas Corvisart   Jean Delay (médecin)   Joseph Lister   Ligature (médecine)   Louis Pasteur   Lèpre   Magie (surnaturel)   Maladie d'Alzheimer   Marabout (Afrique)   Marie François Xavier Bichat   Mary Wortley Montagu   Mathématiques   Microscope   Moyen Âge   Médecin   Médecine   Médecine non conventionnelle   Médecine tropicale   Neuroleptique   Obstétrique   Ovaire (anatomie)   Padoue   Paludisme   Paul Ehrlich   Peste   Philippe Pinel   Philosophie   Pierre-Charles Alexandre Louis   Pierre Deniker   Pierre Jean Georges Cabanis   Pierre Rayer   Pierre Victor Galtier   Pneumonie   Pression artérielle   Prix Nobel de physiologie ou médecine   Psychiatrie   Pythagore   Pénicilline   Qanûn (Avicenne)   Quatre éléments   Quinine   Radiographie   Rage   Religion   Renaissance (période historique)   Robert Koch   Roland Kuhn   Saignée (médecine)   Serment d'Hippocrate   Spermatozoïde   Statistiques   Stéthoscope   Syphilis   Theodor Billroth   Toronto   Tuberculose   Ulcère   Université   Université Montpellier 1   Variole   Wilhelm Röntgen   Willem Einthoven   William Harvey   William Heberden  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^