Sixième croisade

Infos
La sixième croisade, de 1228 à 1229, fut lancée par l'empereur romain germanique Frédéric II pour conquérir le royaume de Jérusalem. Elle fut victorieuse sans l'aval du pape et sans soutien militaire, créant un précédent qui influencera les croisades à venir.
Sixième croisade

La sixième croisade, de 1228 à 1229, fut lancée par l'empereur romain germanique Frédéric II pour conquérir le royaume de Jérusalem. Elle fut victorieuse sans l'aval du pape et sans soutien militaire, créant un précédent qui influencera les croisades à venir.

Vues germaniques sur le royaume de Jérusalem

Frédéric II du Saint-Empire avait tenté de se joindre à la cinquième croisade, mais le pape Innocent III l'en avait empêché, de crainte qu'il ne porte atteinte à l'autorité pontificale. Néanmoins, Frédéric promit une nouvelle fois de partir en croisade après qu'il fut couronné empereur en 1220 par le pape Honorius III, et il envoya une petite armée aider la cinquième croisade. En 1225 Frédéric épousa Yolande de Jérusalem (également connue sous le nom d'Isabella) fille de Jean de Brienne, le roi en titre de Jérusalem. Frédéric avait dès lors des prétentions sur le royaume perdu et une raison pour tenter de le récupérer. En 1227, quand Grégoire IX accéda à la charge pontificale, Frédéric et son armée embarquèrent de Brindisi en direction de la Syrie, mais une épidémie les obligèrent à retourner en Italie. Grégoire en profita pour l'excommunier, sous le prétexte d'avoir rompu son engagement à partir en croisade, mais il s'agissait en fait d'un règlement de comptes, car Frédéric avait passé plusieurs années à asseoir le pouvoir impérial en Italie au détriment de la papauté. Après avoir tenté de négocier avec le pape, Frédéric choisit finalement de l'ignorer et repartir en Syrie en 1228, bien qu'il soit excommunié, et arriva à Acre en septembre.

Dissensions entre papauté et empire

Acre, la capitale en titre du Royaume de Jérusalem, était divisée sur son soutien à Frederic. Son armée et de nombreux nobles étaient de son côté, mais le patriarche Gerald de Lausanne, l'Ordre de Malte et l'Ordre du Temple désapprouvaient son entreprise. Ils lui reprochaient de vouloir imposer son autorité impériale, et furent entraînés dans le combat entre les supporters de la papauté (les Guelfes) et les Gibelins, partisans du Saint Empire.

Accord entre Frédéric II et al-Kamil

Bien que Frédéric ne fût pas capable d'unifier les deux parties d'Acre, il n'eut pas le temps d'engager la guerre avant de devoir s'intéresser aux affaires politiques de la dynastie Ayyoubide. Al-Kamel, le sultan égyptien qui avait vaincu la cinquième croisade, avait rapidement partagé son territoire avec un de ses frères en Syrie, alors que son neveu al-Nasir revendiquait la Palestine. Le 18 février 1229, Frederic signa un traité d'alliance avec al-Kamel, valable dix ans, afin de s'allier avec lui contre al-Nasir, en échange de la promesse de recouvrer la souveraineté sur Jérusalem, Nazareth et Bethléem. Frederic n'obtint pas l'autorisation de rebâtir les murs de Jérusalem, détruits par Saladin en 1187, mais il entra en roi dans la ville. Comme Grégoire IX et Gerald de Lausanne condamnaient ce traité, il se couronna lui-même roi le 18 mars. Légalement, il était cependant régent pour son fils Conrad IV, le petit-fils de Jean de Brienne qui était né en 1228, peu avant que son père ne parte.

Victoire germanique au détriment de l'influence pontificale

Comme Frédéric avait à s'occuper d'autres affaires dans son pays, il quitta Jérusalem en mai. Il ne parvint pas à faire lever son excommunication en 1229, mais il avait démontré qu'une croisade pouvait être victorieuse sans l'aval du pape ni son soutien militaire. En 1230, commence la la seconde avec à sa tête les comtes Thibaud IV de Champagne Philippe I de Montfort, et Richard de Cornouailles. Une lutte opposa peu après les barons du royaume et les partisans de l'empereur Frédéric II et Philippe prit avec son cousin Balian d'Ibelin la tête du parti des barons. Philippe I de Montfort prit la ville de Tyr, tenue par les impériaux, en 1243 et devint connétable du royaume de 1244 à 1251. Le traité expira en 1239 et Jérusalem fut reprise par les Mamelouks en 1244. Cependant, Frederic ayant montré l'exemple, d'autres souverains entreprirent de nouvelles croisades sans l'implication du pape, notamment :
- En France, Saint Louis pour les septième et huitième croisades.
- Édouard Ier d'Angleterre pour la neuvième croisade. ===
Sujets connexes
Acre (Israël)   Al-Kamel   Ayyoubides   Balian d'Ibelin (mort en 1247)   Bethléem   Brindisi   Croisade   Empereur romain germanique   Frédéric II   Frédéric II du Saint-Empire   Grégoire IX   Huitième croisade   Innocent III   Italie   Jean de Brienne   Liste des officiers du royaume de Jérusalem   Louis IX de France   Nazareth   Neuvième croisade   Palestine   Pape   Philippe Ier de Montfort-Castres   Richard de Cornouailles   Royaume de Jérusalem   Saladin   Septième croisade   Syrie   Thibaut Ier de Navarre   Tyr  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^