Saint-Amand-les-Eaux

Infos
Saint-Amand-les-Eaux est une commune française, située dans le département du Nord et la région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Amandinois.
Saint-Amand-les-Eaux

Saint-Amand-les-Eaux est une commune française, située dans le département du Nord et la région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Amandinois.

Dénominations

Selon le site Web de la ville, Saint-Amand, outre le nom d'Elnon Du nom de la petite rivière Elnon qui conflue avec la Scarpe, datant de l’époque mérovingienne, a également porté le nom de Saint-Amand en Pévèle (du latin in pabula, signifiant « dans un pays de pâturages »), sans précision quant à l’époque de cette dénomination ni à sa durée exacte. Malte-Brun, dans la France illustrée (1882) lui donne le nom de Saint-Amand, tout en mentionnant déjà l’existence d’une dénomination alternative Saint-Amand-les-Eaux. La commune a officiellement pris le nom de Saint-Amand-les-Eaux le 16 mai 1962, à la suite d’un décret du 10 mai précédent paru au Journal officiel le 15 mai.

Géographie

Le site de Saint-Amand-les-Eaux correspond à de petites collines sableuses à proximité de la confluence de la Scarpe et de l'Elnon. Principale ville de la Plaine de la Scarpe, elle est située à environ 10 km au nord-ouest de Valenciennes (chef-lieu d’arrondissement), à environ 35 km au sud-est de Lille (chef-lieu de département et de région) et à environ 20 km au sud de Tournai (province de Hainaut, Belgique). Saint-Amand-les-Eaux se trouve quasiment au cœur du Parc naturel régional Scarpe-Escaut, qui regroupe 48 communes (43 000 hectares et 162 000 habitants) et s’est associé avec le Parc naturel des Plaines de l'Escaut (province de Hainaut, Belgique), en un Parc naturel transfontalier du Hainaut. La Maison du Parc naturel régional Scarpe-Escaut, siège social, est située à Saint-Amand-les-Eaux.

Histoire

Section tirée de la France illustrée, tome III, de Victor Adolphe Malte-Brun (1882) Au de notre ère, ce n’était qu’un village connu sous le nom d’Elnon. Dagobert, ce roi mérovingien grand ami du clergé, en fit don à saint Amand. Celui-ci, pour conquérir à la foi chrétienne les peuplades à demi sauvages encore éparses dans les vastes forêts de la Flandre, y fonda un monastère ; il en fut le premier abbé et lui donna son nom. Ainsi fut formée, du village et du monastère, la petite ville de Saint-Amand. L’abbaye ne tarda pas à devenir importante, et, sous la race carlovingienne, son école monastique jouissait d’une grande réputation et était fréquentée par un grand nombre de jeunes gens qui venaient de bien loin y apprendre la lecture, la grammaire et l’écriture ; sa célébrité lui avait valu de grandes richesses ; mais, en 880, les Normands envahisseurs, sous la conduite de leur roi Bigier et d’un autre chef fameux nommé Hasting, se répandirent le long des rives de la Scarpe et de l’Escaut. À leur approche, on transporta dans l’église de Sainte-Marie de Douai, pour le soustraire à la profanation, le corps de saint Amand. Ce corps de l’un des premiers et des plus célèbres apôtres de la Belgique était l’objet d’une profonde vénération ; les peuples attachaient un grand prix à le conserver, surtout depuis que l’abbé Lanthaire en avait fait la levée en l’année 840, c’est-à-dire cent cinquante ans après l’inhumation du saint, et qu’on l’avait trouvé entièrement conservé, ce que la piété des fidèles attribuait à un miracle. Les Normands pillèrent et incendièrent l’abbaye ; le roi Louis III accourut, mais trop tard, à la défense du pays, poursuivit les pillards, les atteignit près de Saucourt-en-Vimeu et les battit. Le monastère de Saint-Amand sortit bientôt de ses ruines ; la munificence des rois et des barons, le défrichement qu’opérèrent les religieux et les serfs lui rendirent bientôt les richesses qu’il avait perdues, et sa prospérité était devenue si grande, que les abbés reconnaissants furent des premiers à accorder aux habitants du bourg de Saint-Amand des lois et des franchises communales. En 1340, au commencement de la guerre de Cent ans, le comte Jean de Hainaut , allié des Anglais, mit le feu à l’abbaye et à la ville, après en avoir massacré tous les habitants alliés du roi de France, pour se venger des bourgeois et de la garnison qui avaient dévasté sa bonne ville d’Hasnon. En 1477, la ville s’étant déclarée prématurément, à la mort de Charles le Téméraire, pour Louis XI, la duchesse Marie de Bourgogne la fit investir et saccager. Devenue française, le prince de Ligne s’en empara, en 1521, au nom de l’heureux rival de François I, l’empereur Charles-Quint ; les Français s’en rendirent maîtres de nouveau sous Louis XIII ; enfin, en 1667, elle fut définitivement cédée à la France par le traité d’Utrecht Malte-Brun fait une grossière confusion : le retour de la ville à la couronne française a été fait par le traité d'Aix-la-Chapelle (en 1668).. En 1793, Dumouriez, après avoir évacué le territoire belge, établit son quartier général à Saint-Amand ; il y fit arrêter les commissaires que la Convention lui avait envoyés. C’est de là aussi qu’il partit pour passer à l’ennemi et ternir par cette inconcevable trahison les glorieux lauriers de Valmy. Son abbaye, reconstruite au milieu du , subsista jusqu’à la Révolution ; l’église avait été en partie rebâtie en 1634 ; le voyageur en admire encore aujourd’hui la tour élancée, qui sert d’horloge publique et de beffroi. Elle est construite en grès et en pierre blanche, sculptée de la base au faîte ; sa hauteur est d’environ 100 mètres, et l’on arrive au sommet par un étroit escalier de 450 marches. Armoiries de Saint-Amand-les-Eaux

Héraldique

Blasonnement des armes traditionnelles de la ville de Saint-Amand-les-Eaux :« De sinople, à une épée en pal d’argent, la garde et la poignée d’or, accostée en fasce de deux fleurs de lys, aussi d’or. »

Administration

Démographie

Lieux et monuments

- Église paroissiale Saint-Martin, reconstruite en 1785
- Façade et tour de l’ancienne église abbatiale (classé aux Monuments historiques depuis 1846)
- Hôtel de ville
- Brasserie Bouchart (milieu du - début )
- Théatre municipal

Thermalisme

Établissement thermal et minéral, qui a valu à la ville son complément de nom. On y compte quatre sources : la Fontaine-Bouillon, le Pavillon-Ruiné, la Petite-Fontaine et la Fontaine de l’Évêque-d’Arras. Outre les eaux de source, la station est également renommée pour ses bains de boue à odeur sulfureuse. Les vertus des sources étaient déjà connues des Romains, qui avaient bâti des thermes sur le site. Négligées puis abandonnées durant le Moyen Âge, les sources furent « redécouvertes » par le maréchal de Boufflers, qui fit exécuter d’importants travaux de réfection et de captage des eaux.

Économie

Économie en 1882

Malte-Brun relevait, en 1882, dans l’article de la France illustrée consacré à Saint-Amand, une aciérie, des sucreries, une fabrique de clous, une fabrique de bonneterie de laine et de coton, une fabrique de chaînes-cables, une manufacture de porcelaine, des tanneries, des distilleries, des moulins, des savonneries et des fabriques d’huile. Il relevait également un commerce de chanvre, de bois de construction et de charbon. Pour terminer, il citait, sur le territoire de la commune, une forêt domaniale de « 3 400 hectares » , soit plus que la superficie actuelle de la commune. Peut-être cette superficie incluait-elle des sections forestières implantées sur les territoires d'une ou plusieurs autres communes ?

Économie en 1964

Un célèbre dictionnaire encyclopédique citait, en 1964 :
- industrie métallurgiques (laminage, tréfilage, chaudronnerie, chaînes d’ancre, galvanisation, moteurs) ;
- industrie textile (bonneterie) ;
- fabrique de céramiques et faïencerie ;
- tannerie. La faïencerie de Saint-Amand avait été fondée aux alentours de 1740 par Pierre Joseph Fauquez, qui venait de Tournai. La marque de fabrique des faïences de Saint-Amand est symbolisée par un entrelacement complexe des initiales du nom du fondateur et de celui de la ville (P. F. et S. A.).

Économie en 2006

- Industrie agroalimentaire (eau minérale Saint-Amand, brasserie de Saint-Amand)
- Industrie pharmaceutique (GlaxoSmithKline)
- Casino (groupe Partouche)

Personnalités liées à la commune

- Louise de Bettignies : résistante
- Amand de Maastricht
- Casimir Davaine : médecin
- Cécile Nowak : judoka

Archives

-Registres paroissiaux et d’état civil depuis :
-Dépouillements généalogiques :
-Délibérations municipales depuis :

Villes jumelées

- (de) depuis 1959
- (it) depuis 2001

Voir aussi

- Bassin versant de l'Escaut
- Armorial des communes du Nord
- Communes du Nord
- Gare de Saint-Amand-les-Eaux
- Géants du Nord
- Saint-Amand PH (basket-ball féminin - LFB) ==
Sujets connexes
Abbaye   Abbé   Aciérie   Alain Bocquet   Amand de Maastricht   Angleterre   Armorial des communes du Nord   Arrondissement de Valenciennes   Avocat (métier)   Baron (noblesse)   Basket-ball   Bassin versant de l'Escaut   Bataille de Saucourt-en-Vimeu   Beffroi   Belgique   Blasonnement   Bourgeois   Brasserie   Brasserie de Saint-Amand   Canton de Saint-Amand-les-Eaux-Rive droite   Canton de Saint-Amand-les-Eaux-Rive gauche   Casimir Davaine   Chanvre   Charles Quint   Charles le Téméraire   Chef-lieu   Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut   Communes du Nord   Convention nationale   Coton   Cécile Nowak   Dagobert Ier   Douai   Escaut   Faïencerie   Flandre   Fleur de lys   Fontaine (bassin)   France   François Ier de France   Gare de Saint-Amand-les-Eaux   Gentilé   GlaxoSmithKline   Groupe Partouche   Guerre de Cent Ans   Géants du Nord   Hasnon   Horloge   Houille   Héraldique   Hôtel de ville   Laine   Lille   Liste des comtes de Hainaut   Liste des députés du Nord   Louis François de Boufflers   Louis III de France   Louis XIII de France   Louis XI de France   Louise de Bettignies   Miracle   Monastère   Monument historique (France)   Moulin   Moyen Âge   Médecin   Mérovingiens   Métallurgie   Nord-Pas-de-Calais   Nord (département)   Normands   Parc naturel des Plaines de l'Escaut   Parc naturel régional Scarpe-Escaut   Parti communiste français   Plaine de la Scarpe   Porcelaine   Province de Hainaut   Pévèle   Rivière   Rome antique   Révolution française   Savon   Scarpe   Source (eau)   Tannerie   Textile   Thermalisme   Thermes romains   Tournai   Traité d'Aix-la-Chapelle (1668)   Union pour la démocratie française   Valenciennes   Valmy   Victor Adolphe Malte-Brun  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^