Euro

Infos
L’euro est la monnaie unique de 13 États membres de l’Union européenne et des institutions de l’Union européenne, ainsi que la monnaie de facto de certains États ou territoires comme le Kosovo. Son émission est gérée par la Banque centrale européenne. Mis en circulation en 2002 sous sa forme fiduciaire, mais en usage dès 1999, il succédait à l’European Currency Unit (ECU), soit « l’unité de compte européenne », mise en service en 1979. L'e
Euro

L’euro est la monnaie unique de 13 États membres de l’Union européenne et des institutions de l’Union européenne, ainsi que la monnaie de facto de certains États ou territoires comme le Kosovo. Son émission est gérée par la Banque centrale européenne. Mis en circulation en 2002 sous sa forme fiduciaire, mais en usage dès 1999, il succédait à l’European Currency Unit (ECU), soit « l’unité de compte européenne », mise en service en 1979. L'euro est la deuxième monnaie au monde pour les transactions , derrière le dollar US, et depuis décembre 2006 la première monnaie au monde pour la quantité de billets en circulation http://www.ft.com/cms/s/18338034-95ec-11db-9976-0000779e2340.html.

Pièces et billets

Toutes les pièces en euro possèdent une face européenne (1, 2 et 5 eurocents : l’Europe dans le monde ; 10, 20 et 50 eurocents : l’Europe comme une alliance d’États ; 1 et 2 euros : l’Europe sans frontières) et une face spécifique au pays d’où la pièce est émise (y compris pour Monaco, Saint-Marin et le Vatican, États en union monétaire avec leurs voisins immédiats qui ont été autorisés à frapper leurs propres pièces). Évidemment, toutes les pièces sont en théorie utilisables dans tous les États membres : par exemple, une pièce avec le portrait de Juan Carlos a valeur légale non seulement en Espagne mais aussi dans tous les autres pays de la zone euro. Des problèmes de compatibilité ont cependant été relevés sur certains automates (distributeurs automatiques, péages…) Une nouvelle série de pièces devrait être également frappée à la fin de la décennie 2000-2010, ne serait-ce que pour tenir compte de l’élargissement à de nouveaux pays (actuellement, cinq États membres non parties à l’euro sont représentés sur les différentes pièces). Les billets, quant à eux, ont une maquette commune à toute la zone euro. Les ponts, portes et fenêtres des billets symbolisent l’ouverture de l’Europe sur le reste du monde et les liens entre les peuples. Une nouvelle série de billets devrait apparaître à partir de la fin de la décennie 2000-2010 afin notamment de tenir compte de l’élargissement de 2004 et de 2007 sur les cartes représentées. Pour la description des pièces de monnaie et des billets en euros, veuillez vous reporter aux articles suivants :
- les billets de banque en euros ;
- les pièces en euros destinées à la circulation ;
- les pièces commémoratives en euros destinées à la circulation : des pièces de 2 euros, à raison d’une émission par an et par pays ;
- les pièces de collection en euros non destinées à la circulation ;

Historique de l’euro

L’UEM de l'Union européenne :

Introduction de l’euro

Cette devise a été introduite le à zéro heure, quand les monnaies nationales des pays participants, alors au nombre de 11, cessèrent d’exister à part entière et devinrent de simples subdivisions de la monnaie européenne. Les billets et les pièces des monnaies nationales ont continué à être utilisés dans leurs pays respectifs, jusqu’à l’introduction des nouveaux billets et pièces le . Certaines des anciennes devises gardèrent encore leur valeur légale jusqu’à la date butoir du . La date de fin de validité des monnaies nationales a varié d’un État à l’autre. La première monnaie à disparaître fut le Deutsche Mark, le à minuit, pour les dernières c'est qu'elles ont cessé d’avoir valeur légale. Les banques centrales des États de la zone euro auront toutefois continué d’accepter les billets et pièces des anciennes monnaies, et ce pour plusieurs années encore (2012 en France pour certains billets et 2005 pour les pièces). Certaines banques centrales, comme celle de l’Allemagne, continueront même à échanger les anciens billets nationaux sans limite de temps. La Grèce est entrée dans la zone euro le . Son entrée avait été avalisée le lors du Conseil européen de Santa Maria da Feira, au Portugal. La Slovénie est entrée à son tour dans la zone euro le .

Nouveaux membres de l’Union européenne

L’adhésion à l’euro est obligatoire pour les nouveaux membres de l’Union européenne (UE), mais chaque pays en fixe la date et doit respecter les conditions économiques nécessaires.
- Le : la Slovénie a adopté l'euro.
- Le : Malte et Chypre adopteront l’euro, le feu vert ayant été obtenu de la Commission et de la BCE le ; l'adhésion effective a été acceptée lors du Conseil européen du ; l'accord a été signé pour leur adhésion lors de l'Eurogroupe du , communiqué de presse de la Commission européenne le . Les dates d'adoption de l'euro par les autres nouveaux membres de l'UE n'ont pas encore été fixées. Toutefois, les estimations suivantes peuvent être faites, dépèche AFP du :
- date estimée en 2009 : la Slovaquie ;
- date estimée en 2010 : la Lituanie ;
- date estimée en 2011 : la Lettonie, la Hongrie ;
- date estimée en 2012 : la République tchèque, la Pologne ;
- date estimée en 2014 : la Roumanie ;
- date indéterminée : la Bulgarie, l'Estonie. Tous ces pays ont d'abord intégré le mécanisme de change européen (MCE ), qui permet de tester la stabilité des devises pendant un minimum de 2 ans. Dès le , l’Estonie, à travers l’Eesti Pank (la banque nationale), a adopté les dessins de la face nationale des pièces en euros. Le , la Lietuvos Bankas a également sélectionné, après sondages et enquêtes, le dessin de la face nationale lituanienne, qui représente le chevalier Vytis sur toutes les pièces. Le , la Banka Slovenije a présenté ses euros, qui offrent des représentations différentes sur chaque pièce. Depuis le , le centre de la zone euro se trouve en France dans le parc naturel régional du Morvan sur la commune de Mhère (point exact : 3°53'27"E 47°11'40"N). Les calculs ont été effectués à l'Institut géographique national (IGN) et depuis 1980 par Jean-Georges Affholder, un géodésien. Cet épicentre est déterminé grâce à une formule mathématique qui s'applique à une surface dont on connaît les contours, tout en tenant compte de la rotondité de la terre. Avant que la Slovénie n'adopte l'euro, le centre se trouvait dans la ville de Montreuillon.

États membres de l’Union européenne non adhérents

Des trois membres de l’UE (à quinze) non participants, seuls le Royaume-Uni et le Danemark ont obtenu une clause dite d’opting-out, leur permettant de rester en dehors de la monnaie unique, même s’ils venaient à remplir les conditions d’adhésion, clause confirmée par le traité de Rome de 2004. Cette clause ne leur interdit toutefois pas d’adhérer ultérieurement. Aussi le Royaume-Uni, contrairement au Danemark, ne fait pas partie du MCE , bien que remplissant les conditions du traité de Maastricht, car il ne souhaite pas lier le taux de change de la livre sterling à l’euro. Depuis que la livre sterling a quitté le défunt SME (basé sur l’ancienne unité de compte européenne ou ECU), son cours a connu des variations plus importantes par rapport à l’euro que les autres monnaies des pays membres non adhérents, notamment durant les deux premières années de l’introduction de l’euro qui s’était temporairement fortement déprécié par rapport au dollar américain, à la livre sterling et au franc suisse. Cette instabilité initiale est semble-t-il résolue et, depuis, la livre sterling suit de façon assez proche les évolutions du cours de l’euro (on peut noter également que le franc suisse s’est aussi stabilisé par rapport à l’euro, et qu’il remplirait maintenant les conditions d’entrée dans le MCE , si la Suisse et le Liechtenstein décidaient de rejoindre l’Union européenne). En revanche, la Suède s’est engagée à rejoindre à terme la monnaie unique, et, ce, dès qu’elle remplira les conditions du traité de Maastricht. En fait, en raison d’une opinion publique qui reste favorable au maintien de la couronne suédoise, comme le prouve le dernier référendum à ce sujet, la Suède ne remplit pas techniquement l’entrée dans le MCE afin de ne pas être contrainte à adopter automatiquement la monnaie unique. Les dix nouveaux États membres de l’Union européenne en 2004 doivent eux, à terme, intégrer d’abord le mécanisme de change européen (MCE ) puis l’euro (six l’ont déjà fait et ont rejoint ainsi le Danemark, seul à faire partie du mécanisme de change européen (MCE ) avant l’élargissement). Concernant les deux derniers membres de l’Union européenne, la Bulgarie a lié sa devise, le lev, avec un taux fixe à l’euro depuis 1999, tandis que la Roumanie a supprimé le quatre zéros au nouveau leu roumain afin d’intégrer l’euro en 2012.

L’euro et les autres devises européennes ou liées

Devises européennes liées à l’euro

Au sein de l’Union européenne et des pays candidats à l’entrée dans l’Union, on trouve en 2007 les monnaies suivantes, qui ont toutes intégré le MCE  :
- la livre chypriote (CYP) (Chypre adoptera l’euro le ) ;
- la lire maltaise (MTL) (Malte adoptera l’euro le ) ;
- la couronne estonienne (EEK) (elle était comme le tolar slovène candidate à l’entrée dans l’UME en 2007, mais les conditions de convergence ne sont pas encore remplies, la dernière évaluation a eu lieu en fin 2006) ;
- le Lats letton (LVL) (il était comme le tolar slovène candidat à l’entrée dans l’UME en 2007, mais les conditions de convergence ne sont pas encore remplies, la dernière évaluation a eu lieu en fin 2006) ;
- le litas lituanien (LTL) ;
- la couronne danoise (DKK), avec droit d’opting-out lui permettant de ne pas adopter automatiquement l’euro, mais qui participe malgré tout au MCE  ;
- le nouveau lev bulgare (BGN), avec un taux fixe unilatéral, dont le pays émetteur n'était pas encore membre de l’Union européenne et qui ne pouvait donc pas être membre du MCE . La Bulgarie a rejoint l’Union européenne le , et peut rentrer en même temps dans le MCE , ce qui lui permettra de rejoindre l’UME au plus tôt en si les autres conditions de stabilité sont remplies à cette date (toutefois, la phase transitoire nécessaire après l’approbation et la fixation du taux irrévocable demandera aussi quelques mois de préparation avant la mise en circulation). Siège de la BCE à Francfort-sur-le-Main. Construction officielle du symbole de l’euro. On peut noter toutefois que les phases préparatoires avant l’introduction de l’euro sont maintenant considérablement raccourcies, tous ces pays négociant déjà l’euro sur les marchés internationaux et disposant même de stocks de pièces et billets pour le marché des changes aux particuliers (notamment dans les zones touristiques). Dans certains de ces pays, de nombreux commerces acceptent les paiements en euros (parfois même aussi en pièces et billets), certains pratiquant même le double affichage sur un taux voisin du cours central défini dans le MCE  (qui autorise une variation de 15 % du cours, mais qui en pratique varie dans des marges très inférieures, le marché des changes étant déjà très stabilisé, ce qui permet même à certains pays de garantir unilatéralement leur taux de change par l’intervention de leur banque centrale), ou autorisant l’ouverture de comptes en euros pour les entreprises et les administrations, afin de limiter les frais relatifs aux opérations de change. On note aussi que dans les derniers jours précédant l’évaluation par la Commission européenne d’une devise MCE  après deux années de stabilité, une plus grande instabilité temporaire du cours de cette devise, liée à une anticipation du marché sur une prochaine convertibilité totale de cette devise, ce qui limite l’intérêt de conserver des fonds de garantie dans cette devise. Mais la BCE et les BCN veillent à limiter cette instabilité et assistent la BCN candidate pour limiter cet impact temporaire, en achetant ou vendant massivement les surplus de change sur les marchés financiers. On constate donc une stabilisation forte en dernière minute autour du taux central défini dans le MCE , sauf si les engagements financiers pris par la BCE sont trop importants et nécessitent un ajustement pour éviter d’imposer à la BCN candidate des dettes dès son entrée dans l’UME, qui ne lui permettraient plus de remplir les objectifs de stabilité de Maastricht. Aussi, le cours central défini dans le MCE  ne préfigure pas forcément le taux de conversion définitif qui sera appliqué (mais qui devrait rester tout de même dans la bande de fluctuation de 15% autour du taux central).

Autres devises liées à l’euro

Un certain nombre de devises, hors Union européenne, sont déjà liées à travers un taux de change, fixe ou variable, à l’euro :
- L’escudo cap-verdien (CVE), précédemment lié, jusqu’en 1999, avec un taux de change fixe à l’escudo portugais.
- Le franc CFP (XPF) était lié au franc français avec un taux de change fixe de 0, 055 FRF pour 1 XPF avant l’adoption de l’euro. Il est maintenant lié à l’euro par le taux fixe de 1000 XPF pour 8, 38 € (autrefois le franc CFP était lié, comme le franc Djibouti DJF, au dollar-or des États-Unis USD, avant de se lier de nouveau au franc français FRF lors de la démétallisation du dollar).
- Les francs CFA BCEAO (XOF) ou BEAC (XAF), précédemment liés, jusqu’en 1999, au franc français, avec un taux de change garanti (mais renégociable avec la Banque de France séparément pour chaque banque d’émission) de 100 XAF ou 100 XOF pour 1 FRF, autrefois 50 XAF ou 50 XOF pour 1 FRF.
- Le franc comorien (KMF), précédemment lié, jusqu’en 1999, au franc français avec un taux de change garanti (mais renégociable avec la Banque de France) de 75 KMF pour un 1 FRF.
- Le mark de Bosnie-Herzégovine (BAM), précédemment lié, jusqu’en 1999, au mark allemand (DEM) avec un taux fixe de 1 BAM = 1 DEM lors de la création de cette devise en 1997/98. La devise était précédemment nommée mark convertible. Consulter le ).
- Le franc suisse (CHF) a d’abord continué à flotter librement par rapport aux autres devises européennes, durant les trois premières années d’introduction de l’euro. Cependant, l’Union européenne constituant plus de 60 % des échanges de la Suisse et du Liechtenstein, la Banque nationale suisse a unilatéralement décidé de maintenir le cours du franc suisse stable par rapport à l’euro, afin de limiter le risque de change, en constituant ou convertissant un fonds de réserve en euros. Durant les premières années, le fonds de réserve des anciennes devises nationales avait été réduit suite à leur conversion (puisque théoriquement il n’était plus nécessaire de maintenir un fonds suffisant pour chaque pays), mais ce fonds a été reconstitué et même augmenté pour stabiliser le cours, sous la pression de fonds d’investissements privés et de grandes banques suisses qui ont créé une valeur euro SWIFT pour faciliter les échanges interbancaires.
- L’euro SWIFT existe encore au plan international, maintenant appelé euro WIR (CHE) ; il est assimilé à une devise (toutefois distincte de l’euro) sur les marchés financiers interbancaires, car sa stabilité relative par rapport à l’euro est encore meilleure que celle du franc suisse lui-même (dont le fonds de réserve contient davantage de livres sterlings et de devises hors MCE). Toutefois, son utilisation reste soumise à la constitution d'un fonds de garantie payé en euros sur un compte bancaire en Suisse, et son usage en tant que monnaie d'échange reste limité aux marchés d'échanges de services de gré à gré, sur le même modèle que le franc WIR (CHW) établi également comme une autre devise privée suisse mais sur la base de fonds garantis en francs suisses. Le franc WIR, comme l'euro WIR, sont soumis au contrôle des autorités monétaires suisses, mais aucun n'est utilisable sous forme fiduciaire. Le fonctionnement de ces deux devises est similaire à un fonds d'investissement coopératif : où une unité de devise WIR représente une part de ce fonds et un droit de vote.

Devises européennes non liées à l’euro

Les monnaies suivantes des pays membres de l’Union européenne ou candidats à l’adhésion ne sont pas liées à l’euro,
- soit parce que leur pays émetteur, membre de l’Union européenne, dispose du droit d’opting-out :
- la livre sterling britannique (GBP), avec un droit d’opting-out, et ne souhaite pas participer non plus au MCE ;
- soit parce qu’elles ne remplissent pas encore les conditions techniques d’adhésion au MCE (selon le traité de Maastricht), alors que leur pays émetteur est déjà membre de l’Union européenne :
- la couronne suédoise (krona) (SEK), dont le pays émetteur bloque techniquement sa participation au MCE pour ne pas être obligé ensuite d’adopter automatiquement l’euro ;
- la couronne tchèque (koruna) (CSK), qui devrait rejoindre automatiquement le MCE (probablement dès 2007) puis l’euro dès que les conditions techniques sont remplies ;
- le forint hongrois (HUF), qui devrait rejoindre automatiquement le MCE (probablement dès 2007) puis l’euro dès que les conditions techniques sont remplies ;
- le nouveau zloty polonais (PLN), qui devrait rejoindre automatiquement le MCE (probablement dès 2007) puis l’euro (pas avant 2010) dès que les conditions techniques sont remplies ;
- soit parce que leur pays émetteur candidat à l’adhésion ne dispose pas d’une caisse d’émission assurant la convertibilité :
- le nouveau lei roumain (RON), dont le pays émetteur est un membre de l’Union européenne qui devrait rejoindre plus tard le MCE ;
- la nouvelle livre turque (TRY), dont le pays émetteur est candidat à l’Union européenne ;
- la kuna croate (HRK), dont le pays émetteur est candidat à l’Union européenne (négociations bloquées courant 2005, reprises depuis) ;
- le dinar serbe (RSD) (succédant au dinar serbo-monténégrin - CSD), dont le pays émetteur est candidat, non officiel, à l’Union européenne.

Valeur de l’euro

Conversion de l’euro dans les anciennes devises des pays membres

La valeur de l’euro, exprimée dans les anciennes monnaies de ces pays, est la suivante : Note : le signe ± à côté du taux indique un taux central de change, subissant des variations à l’achat ou à la vente, mais pas un taux de conversion unique et irrévocable. Ce taux central peut varier légèrement sur le marché des changes, mais le cours est stabilisé autour de cette valeur avec des écarts très faibles ; l’absence de taux de conversion unique signifie que l’opération de change reste soumise à des frais de transaction, qui expliquent les faibles variations, compensées en permanence par l’intervention des banques centrales.

Taux de change des devises liées à l’euro

Les taux de change officiels des monnaies liées à l’euro sont ceux qui suivent : Nota :
-
-
-
Ces monnaies n’utilisent pas leur bande de fluctuation, et restent constamment fixées à la valeur centrale.
- La couronne estonienne et le litas lituanien sont également liés à travers une « caisse d’émission » mais ont une marge de fluctuation de 15 % (en plus et moins) en tant que membres du mécanisme de change européen (MCE ). L’Estonie et la Lituanie ont rejoint le MCE le , leurs monnaies étant déjà liées à l’euro auparavant.
- Le lats letton est depuis le lié, non plus au DTS du FMI, mais bien à l’euro en vue de son entrée prochaine dans le MCE . La Banque de Lettonie a fixé une variabilité de 1 % au lieu des 15 % requis du MCE . La Lettonie, Malte et Chypre ont adhéré au MCE le .
- Le lev bulgare est lié à l’euro grâce à une « caisse d’émission » (currency board) avec une valeur égale à celle de l’ancien deutschemark.
- En Serbie, l’euro est aussi la monnaie officielle du Kosovo, province autonome de la république serbe, administrée par l’ONU depuis 1999. La république du Monténégro l’a également adopté comme monnaie officielle.
- La Suisse ne fait pas partie de l’Union européenne mais a choisi unilatéralement de maintenir son franc suisse stable avec l’euro. Sur les marchés financiers, la Suisse maintient une réserve composée d’euros, de francs suisses et de monnaies MCE , lui permettant d’émettre et négocier des euros SWIFT (d’une valeur unitaire approchant encore plus précisément l’euro sur les marchés de compensation interbancaires internationaux, et fonctionnant un peu comme l’ancienne monnaie-panier ECU ; toutefois l’euro SWIFT n’est pas une devise légalement mais une simple valeur boursière qui participe à la bonne stabilité du franc suisse par rapport à l’euro). De fait, la Suisse utilise de façon informelle l’euro (d’autant plus que le franc suisse lui-même est appuyé par une réserve accrue en euros véritables et réduite en autres devises du MCE ou en livres sterling).
- La lire maltaise est en fait liée à un panier de devises où l’euro a un poids de 70 %.
- Le dirham marocain est lié à l’euro dans une bande de fluctuation non définie officiel

Estimation et évolution de la valeur de l’euro dans les autres devises

Reconstitution du taux de change Euro-Dollar de à à partir des taux de change du Franc Français ou du Deutschemark. Variation du taux de change de l'euro contre le dollar US, le yen et la livre sterling. Le taux est calibré à 1 au 1 janvier 1999. Vert: Jan-1999: €1 = $1.18 ; août 2007: €1 = $1.37 Rouge: Jan-1999: €1 = ¥133 ; août 2007: €1 = ¥162 Bleu: Jan-1999: €1 = £0.71 ; août 2007: €1 = £0.67 Si l’euro a bien succédé à l’ECU, les deux devises sont bien différentes. En particulier, l’ECU, qui était un panier, contenait des monnaies comme la livre sterling, qui n’ont pas été intégrées dans l’euro. Les deux devises européennes n’ont donc coïncidé que brièvement, pendant les heures de fermeture des marchés entre la fin de 1998 et le début de 1999 et, si l’ECU existait encore, il aurait maintenant une valeur tout autre que celle de l’euro. Si l’on veut reconstituer la valeur qu'aurait eue l’euro par rapport au dollar avant sa cristallisation du , il convient d’utiliser les taux de change face au dollar d’une monnaie nationale, et de lui appliquer son taux de conversion en euro. Par exemple, on prendra 6, 55957 et on le divisera par la valeur du dollar en francs français. Le résultat du calcul figure sur le graphique ci-contre pour le franc français (en rouge) et le Deutschemark (en bleu) pour toute la période qui va de l’introduction du régime des changes flottants par Richard Nixon à celle de l’euro. Pendant les dix années précédant son introduction, l’euro aurait ainsi eu une valeur moyenne de l’ordre de 1, 1825 dollar US calculée avec le franc français et 1, 20 dollar calculée avec le deutschemark. Le marché des changes le plus actif de l’euro est bien évidemment celui par rapport au dollar US. La parité euro/dollar est l’instrument financier le plus traité dans le monde. C'est un indicateur phare, suivi journellement par tous les milieux économiques et financiers. Évolution :
- : 1 EUR = 1, 1680 USD
- : 1 EUR = 0, 8252 USD (plus bas cours depuis 1999, au )
- : 1 EUR = 1, 3633 USD (plus haut cours depuis 1999, au )
- : 1 EUR = 1, 3682 USD
- : l'euro passe la barre de 1 EUR = 1, 380 USD
- : l'euro passe la barre de 1 EUR = 1, 4272 USD (plus haut cours depuis son introduction, au 28 septembre 2007
- : 1 EUR = 1, 45 USD
- : 1 EUR = 1, 48 USD

Transition des monnaies nationales à l'euro (zone euro)

La transition des monnaies nationales à l'euro pour les 11 pays membres de la première zone euro s’est échelonnée sur un peu plus de trois ans, de 1999 à début 2002 :
- Passage des marchés financiers à l'euro, ce qui comprenait en outre :
- le marché des changes,
- les marchés boursiers,
- la dette publique,
- les trésoreries des entreprises, en interface avec les banques et les marchés financiers.
- au Passage de la monnaie de transaction des devises nationales à l’euro.
- Cette phase a nécessité l’adaptation à la double-circulation puis à l’euro des applications informatiques de gestion, et la bascule à l’euro des comptabilités des entreprises.
- Très peu d'entreprises ont basculé leur monnaie comptable à l’euro avant le , en raison de la charge de travail occasionnée par le passage informatique à l’an 2000, car cette transition compliquait aussi les plans comptables ; nombre d'entre elles ont donc tenu une comptabilité uniquement dans l’ancienne devise durant la période de transition.
- Les bascules ont été effectuées pour la plupart début 2001, ou à des dates proches en fonction des débuts d’exercices comptables.
- Début 2002 : passage de la monnaie fiduciaire (billets et pièces) à l’euro.La durée de cette période a été variable selon les pays (de quelques semaines à trois mois). Sources :
-
-
- .
- .

Aspects économiques et informatiques

L’euro a pour fonction d’apporter, à travers une monnaie unique, une cohésion des politiques économiques des membres de l’Union européenne et de favoriser les échanges intracommunautaires. De ce fait, l’euro est aussi un outil politique de l’intégration européenne.

Euro et inflation

À partir de l'introduction de l'euro, l'inflation perçue en France a été nettement plus élevée que l'inflation réelle , MINEFI 2003. Pourtant, l'inflation dans la zone euro n'a pas augmenté à partir de 2002, date d'introduction. Entre 2000 et 2006, elle a fluctué entre 1, 9 % et 2, 3 %, fondation Robert Schuman. En 2003, l’augmentation moyenne des prix à la consommation due au basculement à l’euro n’a représenté qu’environ 0, 1 à 0, 3 % du taux normal d’inflation de 2, 3 % pour l’année en question , Commission européenne 2005. Ainsi, l'indice des prix au sein de la zone euro est resté inférieur à celui des pays européens qui n'ont pas introduit la monnaie unique. La Banque de France a montré , Banque de France, que l'introduction de l'euro s'est produite simultanément à une hausse importante des prix de l'immobilier et des produits pétroliers. Par ailleurs, certains secteurs (hôtellerie, tabac par exemple) ont connu de fortes hausses de prix depuis l'introduction de l'euro. Le niveau faible de l'inflation globale s'explique également par les fortes baisses de prix observées depuis le début des années 2000 pour les biens d'équipement (ordinateurs, machines à laver, automobiles, téléphones mobiles, etc.), qui n'ont pas été ressenties pas les consommateurs (phénomène de biais cognitif). Face à la polémique, .. le ministre des finances français, Thierry Breton, a dû proposer ultérieurement un indice spécial lié au coût du panier d’achat au supermarché pour répondre aux critiques des associations de consommateurs. L'INSEE a introduit un indicateur d'inflation personnaliséVoir aussi : Indice des prix à la consommation ; .

Euro et liberté de la politique monétaire

Certains économistes comparent la situation des pays européens restés en dehors de cette monnaie, qui ont conservé une politique monétaire autonome, comme le Royaume-Uni. La monnaie unique ne permet pas en effet à la BCE d'adapter sa politique monétaire et son taux directeur pour chacun des pays de la zone euro. Certains mouvements souverainistes développent le thème d’un retrait de l’euro, auquel ils attribuent une perte d’identité et de possibilité de politique nationale monétaire. Leurs discours est : quand l’euro est trop fort « c’est une monnaie qui n’est pas compétitive » et quand l’euro est trop faible « on vole les citoyens. » Ces deux discours sont en effet irréfutables, c’est aussi le pourquoi de l’euro, car la France a pendant de longue année « dopé » son industrie avec des dévaluations compétitives, délaissant l’aspect financier du sujet, ce qui se traduisit par une perte de souveraineté en rendant les entreprises françaises attractives aux pays tiers (la France est un des pays d’Europe avec une des plus grandes proportions d’entreprises détenues par des sociétés étrangères) et n’aide pas au développement à l’international des entreprises françaises par le surenchérissement du coût d’achat des entreprises étrangères.

L’euro ou le miracle espagnol

L’euro est l’un des facteurs expliquant la forte remontée économique contemporaine de l’Espagne. Après les crises monétaires des pays sud-américains à la fin des années 1990, beaucoup des capitaux espagnols revinrent en Espagne et des capitaux sud-américains trouvèrent refuge en Europe. En effet ils trouvèrent dans l’euro une monnaie plus fiable non sujette à de fortes dévaluations.

Présence dans les documents électroniques et les bases de données

L’euro est aujourd'hui présent dans les documents électroniques et les bases de données de nombreux pays, non seulement de l’Union économique et monétaire, mais aussi de nombreux pays du monde. Il faut signaler que cette devise, comme toutes les autres, ne fait pas encore partie d’une norme internationale de métadonnées (voir Dublin Core), en raison de la variabilité des monnaies et des prix soumis aux lois d’évolution des marchés ; cependant, la norme ISO 4217 est abondamment utilisée dans les bases de données et les échanges informatiques, et attribue le code EUR à l’euro, norme à caractère quasi obligatoire pour les transferts interbancaires de devises et la tenue des comptes à la place des symboles monétaires souvent ambigus (même si l’euro a un symbole bien défini, la présence de devises dérivées non régulées par l’ECB est source de nouvelles ambiguïtés).

Notes et références de l'article

Voir aussi

===
Sujets connexes
Années 1990   Années 2000   Automobile   Banque   Banque centrale européenne   Banque de France   Banque des États de l'Afrique centrale   Banque nationale suisse   Biais cognitif   Bien d'équipement   Bosnie-Herzégovine   Bulgarie   Chypre   Codes des monnaies   Commission européenne   Comptabilité   Conseil européen   Conseil européen de Santa Maria da Feira   Conversion de l’euro dans les anciennes devises des pays membres   Couronne danoise   Couronne estonienne   Couronne slovaque   Couronne suédoise   Couronne tchèque   Danemark   Deutsche Mark   Dinar serbe   Dirham marocain   Dollar américain   Drachme   Droits de tirage spéciaux   Dublin Core   Décembre 1998   EUR   Entreprise   Escudo cap-verdien   Escudo portugais   Espagne   Estonie   Euro/dollar   European Currency Unit   Exercice comptable   Florin néerlandais   Fonds monétaire international   Franc CFA   Franc Djibouti   Franc belge   Franc comorien   Franc français   Franc luxembourgeois   Franc monégasque   Franc pacifique   Franc suisse   France   Francfort-sur-le-Main   Grèce   Hongrie   Hôtel   Immobilier   Indice des prix à la consommation   Informatique   Janvier 1999   Janvier 2002   Janvier 2005   Kosovo   Kuna   Lats letton   Lei   Lettonie   Leu roumain   Lev   Lev bulgare   Liechtenstein   Lire italienne   Lire maltaise   Liste des unités monétaires remplacées par l'euro   Litas   Lituanie   Livre chypriote   Livre irlandaise   Livre sterling   Livre turque   Malte   Marché financier   Mark finlandais   Marka   Marka (monnaie)   Mhère   Monaco   Monnaie fiduciaire   Monténégro   Mécanisme de taux de change européen   Métadonnée   Norme   Novembre 2005   Ordinateur   Organisation des Nations unies   Parc naturel régional du Morvan   Pièce commémorative de 2 euros   Pièce de 10 cents d'euro   Pièce de 1 cent d'euro   Pièce de 1 euro   Pièce de 20 cents d'euro   Pièce de 2 cents d'euro   Pièce de 2 euros   Pièce de 50 cents d'euro   Pièce de 5 cents d'euro   Pièces en euro de l'Estonie   Pièces en euro de la Lituanie   Pièces en euro de la Slovénie   Pièces en euros destinées à la circulation   Politique monétaire   Pologne   Portugal   Richard Nixon   Roumanie   Royaume-Uni   Référendum   République tchèque   Saint-Marin   Schilling autrichien   Serbie   Slovaquie   Slovénie   Suisse   Suède   Système monétaire européen   Tabac   Taux directeur   Thierry Breton   Tolar   Traité de Maastricht   Traité de Rome de 2004   Téléphone mobile   UEM   Union européenne   Vatican   XEU   Zone euro  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^