Cisjordanie

Infos
Cisjordanie La Cisjordanie est une région du Proche-Orient, entre Israël et la Jordanie, dont le statut est sujet à discussions entre Israël et l'Autorité palestinienne. Elle est considérée comme n'étant sous aucune souveraineté de jure. Le territoire cisjordanien s'étend sur 5 879 km. Ses limites sont très découpées et constituent un enjeu très sensible dans les négociations entre Israël et Palestiniens .
Cisjordanie

Cisjordanie La Cisjordanie est une région du Proche-Orient, entre Israël et la Jordanie, dont le statut est sujet à discussions entre Israël et l'Autorité palestinienne. Elle est considérée comme n'étant sous aucune souveraineté de jure. Le territoire cisjordanien s'étend sur 5 879 km. Ses limites sont très découpées et constituent un enjeu très sensible dans les négociations entre Israël et Palestiniens .

Dénominations

Étymologiquement, "Cisjordanie" désigne « la région en deçà (cis-), de fait à l'ouest, du Jourdain ». Les anglophones utilisent généralement « West Bank », la « rive ouest » (du Jourdain). En Israël, le gouvernement et certains Israéliens adoptent la dénomination de "Yehuda véShomron" "יהודה ושומרון" (littéralement "Judée et Samarie"), en référence aux territoires bibliques des deux royaumes issus du schisme entre la Judée (capitale: Jérusalem) et Israël (capitale: Samarie). D'autres utilisent en hébreu l'expression "haGada haMa'aravit" "הגדה המערבית". Enfin, du côté de l'arabe qui est la seconde langue officielle en Israël, on retrouve parfois pour la désignation de cette région le terme فلسطين (Palestine) ou « Al dhifa al gharbia » qui signifie « rive ouest » . Un certain nombre de personnes de sensibilité pro-israélienne préfèrent utiliser, en français ou en anglais, les termes de Judée-Samarie ou de Judea and Samaria, adaptés de l'expression gouvernementale israélienne pour rappeler le lien historique entre l'identité juive et ce territoire. L'ONU elle-même a également utilisé les termes de Judea et Samaria dans le texte de la résolution 181 de novembre 1947. Le terme de Cisjordanie est apparu entre 1948 et 1967 en rapport à ce que l'on appelait encore à l'époque la Transjordanie, royaume créé artificiellement dans les années 1920 et transformé par la Société des Nations en mandat britannique, comme la Palestine. Des personnalités publiques comme Hugh Fitzgerald , vice-président du Jihad Watch Board remettent en question l'utilisation du terme "West Bank" en expliquant que l'expression est imprécise et que potentiellement la totalité de l'État d'Israël (à l'exception peut-être du Néguev) est à l'ouest du Jourdain. Selon eux, il faut préférer utiliser une expression comme "Judée-Samarie" qui est plusieurs fois millénaire, plutôt que "Cisjordanie" qui ne date que de l'occupation jordanienne. Pour d'autres comme le professeur de linguistique Lewis Glinert , « la bataille des mots est perdue pour les Israéliens » sur l'utilisation de ce terme car « Jordaniens, Britanniques et potentiellement le monde entier » utilisent déjà ce terme.

Histoire

La Cisjordanie couvre les provinces historiques de Samarie et de Judée. La population arabe s'est convertie à l'islam dès le VIIe siècle. La Cisjordanie devient province de l'Empire ottoman au XVIe siècle, avant de subir, au XIXe siècle, l'influence croissante de la Grande-BretagneEncyclopédie Encarta Article:Cisjordanie. La Transjordanie a annexé la Cisjordanie après la guerre israélo-arabe de 1948 et s'étendait sur les deux rives du Jourdain. Abd Allah ibn Hussein en devint le premier roi. La guerre des Six Jours entre Israël et ses pays voisins a fait perdre au royaume de Transjordanie, renommé depuis Jordanie, les territoires qu'il contrôlait à l'ouest du Jourdain : la Cisjordanie et Jérusalem-Est. C'est en juillet 1988 que le royaume de Jordanie a officiellement renoncé aux territoires de Cisjordanie, mettant fin à la représentation électorale des populations au sein du parlement jordanien, et faisant redessiner les cartes du royaume pour le limiter à la rive Est du Jourdain, dans les frontières qu'on lui connaît aujourd'hui. En 1967, Israël occupe la région suite à la guerre des Six-Jours. Elle y établit des colonies de peuplement et soumet le territoire à son administration militaire. De même, le royaume hachémite continue de contrôler la fonction publique (hôpitaux, écoles, municipalités) et de gérer les lieux saints islamiques. Le 9 décembre 1987 éclate la première Intifada.

Israël et la Cisjordanie

Les frontières entre l'État d'Israël et la Cisjordanie ne sont pas encore clairement tracées et résultent des accords d'armistice israélo-arabes de 1949 suite à la guerre israélo-arabe de 1948. La Cisjordanie a été annexée et occupée par la Jordanie de 1949 à 1967, puis Israël en a récupéré le contrôle durant la guerre des Six Jours. Les Palestiniens considèrent qu'Israël occupe les territoires de Cisjordanie, alors que du côté israélien, on préfère parler de « contrôle » et de territoires «disputés» plutôt que d'occupation. Au niveau international, cependant, il est généralement admis que la Cisjordanie est un territoire occupé, et qu'à ce titre les implantations de populations israéliennes y ont un caractère illégal en raison de la Convention de Genève. Israël a toujours vigoureusement contesté cette vision des choses, argumentant que ce territoire était sous occupation jordanienne avant 1967. En juin 2005, dans le processus lié à la décision israélienne de se «désengager» d'une partie de la Cisjordanie et de Gaza, la Cour Suprême de l'État d'Israël a déclaré que ces territoires étaient occupés par fait de guerre et ne faisaient pas partie du territoire national.

La Seconde Intifada en Cisjordanie

Depuis le début de la seconde Intifada, de nombreuses incursions israéliennes ont eu lieu en Cisjordanie en représailles aux attentats-suicides palestiniens. La plus importante de ces incursions (nommée « Opération Rempart ») a été déclenchée suite à un attentat palestinien particulièrement meurtrier dans la ville de Netanya (« le massacre de Pâques ») le 27 mars 2002 - revendiqué par le mouvement islamiste Hamas. L'attentat a fait au final 30 morts. « Rempart » a consisté en une réoccupation de la plupart des villes palestiniennes de Cisjordanie, principalement Ramallah (où le complexe présidentiel de Yasser Arafat a été largement détruit, ainsi que le centre de la sécurité préventive palestinienne situé à Beitounya), Naplouse (où des combats particulièrement violents dans la casbah ont occasionné la mort de 78 Palestiniens), et Jénine. (Voir l'article concernant la polémique autour des événements qui se sont déroulés à Jénine).

Population

Les habitants de Cisjordanie sont majoritairement des Arabes palestiniens . La population de la Cisjordanie est évaluée aujourd'hui entre environ 2 et 3 millions d'habitants. Ce chiffre inclue également les Israéliens installés en Cisjordanie. En 2006, on dénombrait 220 000 Israéliens à Jérusalem-Est et 250 000 autres dans le reste de la Cisjordanie. Ils représentent 25% de la population et occupent 40% du territoire. Leur implantation a été encouragée depuis son occupation par Israel en 1967, avec une accélération du mouvement depuis 1977, sous le gouvernement de Menahem Begin . La population palestinienne connaît un très fort taux d'accroissement naturel, estimé à 4, 2 % par an sur la période 1990-1995, en dépit d'une très importante mortalité infantile 44% liée à l'insuffisance des infrastructures sanitaires. En 2006, les estimations de la population palestinienne - y compris Jérusalem-Est - varient de 1, 7 million d'après une étude israélo-américaine à 2, 4 millions, le chiffre officiel.

Les conditions de vie

Les conditions de vie des populations palestiniennes en Cisjordanie suscitent de plus en plus d'inquiétude. Plusieurs missions mandatées par l'ONU, ainsi que d'innombrables témoignages, indiquent une régression spectaculaire du niveau de vie, du niveau d'éducation, et du suivi sanitaire des populations. Le principal facteur cité est la très sévère restriction de circulation des biens et personnes mise en place par l'armée israélienne. Certaines villes (Jéricho ou Jénine par exemple) sont entourées d'un fossé interdisant toute entrée ou sortie de la ville, à l'exception de points de passage ou « Checkpoints » contrôlés par l'armée. Il y a aussi plus d'une centaine de ces checkpoints disséminés sur les routes de Cisjordanie, et d'innombrables contrôles mobiles. Israël de son côté assure que ces checkpoints sont indispensables à la protection de ses citoyens, en Israël comme en Cisjordanie. De plus, la présence et l'agrandissement continu des colonies israéliennes ajoutent des sources de conflits et d'incidents graves. Aujourd'hui, plus des deux tiers des Palestiniens disposent de moins de 2 $ par jour pour vivre (consulté le 4 décembre 2006)

Économie

L'économie de la Cisjordanie était essentiellement agricole sous l'occupation jordanienne. Après son occupation par Israel en 1967, cette dernière a favorisé le développement d'une main-d'œuvre industrielle en faisant appel à des dizaines de milliers de travailleurs palestiniens employés dans l'industrie israélienne, et notamment dans le secteur du bâtiment . Cependant, cette main d'œuvre est la première touchée par les mesures de bouclage périodiques des territoires occupés. L'activité industrielle n'a pas compensé les pertes en emplois agricoles, également dues à la colonisation des meilleures terres. Aujourd'hui, l'agriculture réalise moins de 20% du PNB, contre 40% pour l'industrie et les services. L'activité industrielle se limite à l'industrie légère parfois très proche de l'activité artisanale.

La barrière de séparation

Voir l'article détaillé Barrière de séparation israélienne En 2002, le gouvernement israélien (à l'époque un gouvernement de coalition contenant aussi bien le Likoud que les travaillistes) a décidé la construction d'une barrière de séparation dont le but annoncé est de protéger les citoyens israéliens des attentats-suicides. Une controverse a immédiatement explosé, alimentée par le tracé du passage de la clôture. Celui-ci, empiétant parfois largement hors des frontières de 1967, est considéré par les Palestiniens comme une tentative d'appropriation de terres par le biais d'un fait accompli sur le terrain. Cette controverse a culminé lors de l'intervention de la Cour Internationale de Justice sur le sujet, qui a déclaré le mur illégal. Il est à noter qu'Israël n'a pas ratifié le traité créant cette Cour, et ne reconnaît pas son autorité. Cette barrière aggrave significativement les problèmes économiques des populations palestiniennes et, dans un certain nombre de cas, crée des obstacles à l'accès aux soins et à l'éducation. Elle a cependant apparemment eu un impact significatif sur le nombre d'attentats-suicides perpétrés sur le territoire israélien. Fin novembre 2004, la Cour Suprême de l'état d'Israël a ordonné des changements notables du tracé de la clôture, la rapprochant des frontières de 1967. Cependant, des « blocs » de colonies israéliennes situées dans les territoires palestiniens sont encore englobés dans le tracé modifié.

Notes

Voir aussi

Palestine (région, terminologie, histoire générale)
- Palestine, Palestine (homonymie), Palestine mandataire
- Pays de Canaan, Judée, Samarie, Bande de Gaza, Cisjordanie, Transjordanie
- Histoire de la Palestine, Israël (Bible), Philistins, Royaume d'Israël, Royaume de Juda, Royaume de Jérusalem, Empire ottoman
- Accord Sykes-Picot, Déclaration Balfour, Plan de partage de la Palestine Palestine (arabe)
- Palestine (État revendiqué), Territoires palestiniens, Jérusalem-Est
- Peuple palestinien, Culture palestinienne, Politique palestinienne, Diaspora palestinienne, Septembre noir
- OLP, Autorité palestinienne, Fatah, Hamas, Jihad islamique, FPLP
- Yasser Arafat, Mahmoud Abbas Israël
- Israël, Jérusalem, Tsahal, Histoire d'Israël, Sionisme, Histoire du sionisme, Histoire chronologique du sionisme,
- Likoud, Parti travailliste, Kadima, Shass, Shinouï, Yachad, La Paix Maintenant, Agoudat Israel, Moledet.
- Ariel Sharon, Shimon Peres, Yitzhak Rabin, Menahem Begin, Golda Meir, David Ben Gourion
- Diaspora juive, Birobidjan, portail Judaïsme Conflit israélo-arabe et « israélo-palestinien »
- Conflit israélo-arabe, Conflit israélo-palestinien, Réfugiés palestiniens, Réfugiés juifs des pays arabes, Ligue arabe
- Guerre israélo-arabe de 1948, Crise du canal de Suez de 1956, Guerre des Six Jours de 1967, Résolution 242 (1967), Guerre de Kippour de 1973, Guerre du Liban de 1982, les 2 Intifada, Prisonniers palestiniens en Israël
- Accords de Camp David, Accords d'Oslo, Sommet de Camp David II, Sommet de Taba, Feuille de route pour la paix, Plan de désengagement de la Bande de Gaza - 2005
- Colonie israélienne, Barrière de séparation israélienne, Plan de paix Elon ==
Sujets connexes
Accord Sykes-Picot   Accords d'Oslo   Accords d'armistice israélo-arabes de 1949   Accords de Camp David   Agoudat Israel   Ariel Sharon   Attentat   Autorité palestinienne   Bande de Gaza   Barrière de séparation israélienne   Cisjordanie   Colonie israélienne   Conflit israélo-arabe   Conflit israélo-palestinien   Crise du canal de Suez   Culture palestinienne   David Ben Gourion   Diaspora juive   Diaspora palestinienne   Déclaration Balfour de 1917   Empire ottoman   Fatah   Feuille de route pour la paix   Gaza   Golda Meir   Guerre des Six Jours   Guerre du Liban   Guerre israélo-arabe de 1948   Hamas   Histoire d'Israël   Histoire de la Palestine   Histoire du sionisme   Industrie   Intifada   Israël   Israël (Bible)   Jihad islamique palestinien   Jordanie   Jourdain   Judée   Jénine   Jéricho   Jérusalem   Jérusalem-Est   Kadima   Ligue arabe   Likoud   Mahmoud Abbas   Menahem Begin   Moledet   Naplouse   Netanya   Novembre 2004   Néguev   Opération Rempart   Organisation des Nations unies   Palestine   Palestine (homonymie)   Palestine (État revendiqué)   Palestine mandataire   Palestiniens   Parti travailliste (Israël)   Pays de Canaan   Philistins   Plan de désengagement des territoires occupés   Plan de paix Elon   Plan de partage de la Palestine   Politique palestinienne   Prisonniers palestiniens en Israël   Proche-Orient   Produit national brut   Ramallah   Royaume d'Israël   Royaume de Juda   Royaume de Jérusalem   Réfugiés juifs des pays arabes   Réfugiés palestiniens   Samarie   Seconde Intifada   Septembre noir   Shass   Shimon Peres   Shinouï   Sionisme   Société des Nations   Sommet de Camp David II   Sommet de Taba   Tsahal   Yasser Arafat   Yitzhak Rabin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^