Odilon Redon

Infos
Sita, 1893, pastel 53, 6cm x 37, 7 cm, The Art Institute Of Chicago. Odilon Redon, né le 22 avril 1840 à Bordeaux et mort le 6 juillet 1916 à Paris, fut un très grand peintre symboliste de la fin du et un coloriste hors pair. Son art explore les méandres de la pensée, l'aspect sombre et ésotérique de l'âme humaine, empreint des mécanismes du rêve. Son père épousa sa mère aux Amériques, une créole d’origine française, de la Nouvelle-Orléans. Ils reviennent en
Odilon Redon

Sita, 1893, pastel 53, 6cm x 37, 7 cm, The Art Institute Of Chicago. Odilon Redon, né le 22 avril 1840 à Bordeaux et mort le 6 juillet 1916 à Paris, fut un très grand peintre symboliste de la fin du et un coloriste hors pair. Son art explore les méandres de la pensée, l'aspect sombre et ésotérique de l'âme humaine, empreint des mécanismes du rêve. Son père épousa sa mère aux Amériques, une créole d’origine française, de la Nouvelle-Orléans. Ils reviennent en France cinq ou six ans plus tard, ce voyage va avoir une influence sur le peintre, ce goût de rêve fécond, ce besoin d’imagination et d'évasion, notamment le motif récurrent de la barque dans son œuvre s’inscrit dans cette genèse d’un artiste spirituellement apatride. D'une nature fragile, il est confié à une nourrice puis à son oncle à la campagne et passe son enfance entre Bordeaux et le domaine de Peyrelade, près de Listrac dans le Médoc ; c’est là vers six ans en plein isolement de la campagne que les fusains verront le jour, dans cette nature pleine de clairs obscurs et de nuances propres à éveiller chez le jeune garçon ce monde étrange et fantasmagorique, ce sentiment subjectif qui sera l'essence même de son œuvre qui est encore aujourd'hui une énigme et résiste à bien des interprétations. Il s’en va à travers champs, vignes et bois, observe, considère les ombres, apprécie le contraste de la terre avec l'azur du ciel et de la lumière. À sept ans, une vieille bonne le mène à Paris pour quelques mois, le destin lui fera découvrir les musées. Il reste devant les toiles, silencieux et subjugué. Les tableaux figurant des drames frappent l’esprit de l'enfant. De retour à Bordeaux, scolarisé, il obtiendra un prix de dessin avant que de savoir lire, il est morose et inattentif et gardera le souvenir « le plus triste et le plus lamentable » de cette période. Il décide d'être artiste et sa famille y consent, continue ses études et prend des leçons de dessin et d’aquarelle avec son premier maître Stanislas Gorin, élève d’Eugène Isabey, il découvre Millet, Corot, Gustave Moreau. Sous l'influence de son père, il change pour l'architecture, mais échouera à l'examen. Il se lie d’amitié avec le botaniste Armand Clavaud qui l'initie aux sciences et la littérature, se passionne pour Darwin et Lamarck et aux recherches de Pasteur, lit les Fleurs du Mal de Baudelaire, se forme à la technique de l'eau-forte et à la sculpture. A Paris il entre dans l’atelier de Jean-Léon Gérôme mais les relations entre le maître et l'élève sont douloureuses et négatives. l’Araignée qui pleure, fusain, 1881 À Bordeaux, il est très lié avec Rodolphe Bresdin qui lui apprend la gravure et commence une série de onze eaux-fortes sous la direction de cet artiste dont l’art onirique est libre de tout formalisme: Le Gué tirées en 1866 dans une inspiration orientaliste et romantique influencée par Delacroix qu’il connaît de vue. Il participe comme simple soldat aux combats sur la Loire pendant la guerre de 1870. Après la guerre il s’installe à Montparnasse jusqu'en 1877, mais l'été retourne à Peyrelade et passe l’automne en Bretagne. Il fréquente le salon littéraire et musical de Madame Rayssac, rencontre Fantin-Latour, Paul Chevanard, le musicien Ernest Chausson. Il séjourne à Barbizon pour y étudier les arbres et les sous-bois. En 1878, il voyage pour la première fois en Belgique et en Hollande et commence l'année suivante à être reconnu avec son premier album de lithographie nommé « Dans le Rêve » il fait de la "lithographie de jet" se montre précurseur de la psychanalyse et cherche à travers les rêves, la descente dans l'inconscient qui lui permet de révéler les sources de son inspiration et de décrire son monde personnel voué à l'exploration de l’imaginaire et de l'inconscient. En 1884 Joris-Karl Huysmans publie À rebours avec un passage consacré à Odilon Redon. Les années 1890 et le début du siècle sont une période de transformation, il commence à utiliser le pastel et les huiles, l'abandon de ses noirs, une mutation de la couleur qui dominera les œuvres du reste de sa vie. Eve est son premier nu féminin réalisé d’après modèle. En 1899, il est présenté aux Nabis par Maurice Denis, groupe d'artistes inspirés qui compte parmi ses membres Gauguin.En 1900, Maurice Denis peint l’Hommage à Cézanne, où Redon y est représenté debout devant une toile de Cézanne, entouré de Bonnard, Edouard Vuillard, Roussel, Paul Sérusier, Mellerio et Ambroise Vollard.Il travaille avec Mallarmé, exposition Odilon Redon à la galerie Durand-Ruel en 1900. Voyage en Italie avec Robert de Domecy.Il exécute des peintures décoratives pour son ami Ernest Chausson ainsi que pour le château en Bourgogne de son ami et mécène Robert de Domecy.En 1901 il participe au Salon de la Libre Esthétique à Bruxelles et au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts à Paris. Son ami d’enfance le peintre Charles Lacoste l’introduit en 1903 auprès de Gabriel Frizeau mécène bordelais passionné d'Art et de belles lettres, la légion d'honneur lui est attribuée. En 1904 une salle lui est entièrement consacrée au Salon d'Automne comportant soixante-deux œuvres. En 1908, Odilon voyage à Venise et en Italie avec sa femme et son fils et Arthur Fontaine, il réalise ses premiers cartons de tapisserie pour la manufacture des Gobelins à la demande de Gustave Geffroy. Portrait de Violette Heymann Il passe l'été à Bièvres à la villa Juliette qu'il loue après le décès deJuliette Dodu, la demi-sœur de sa femme, n'ayant pu racheter la villa de sa belle-sœur. Mellerio en 1913 publie un catalogue de ses eaux-fortes et lithographies. La même année, l'Armory Show présente quarante de ses œuvres au continent américain à New York (international exhibition of Modern Art), Chicago et Boston et où le "Nu descendant l'escalier" de Marcel Duchamp fera un scandale. Il a publié de son vivant une intéressante autobiographie où sont évoqués ses rapports avec le milieu artistique et les ambitions artistiques et spirituelles de son époque. Il meurt le 6 Juillet à Paris. Son fils Ari n’a pu arriver à temps du front, une huile sur toile La Vierge est laissée inachevée sur le chevalet de l’artiste. Il est inhumé dans le petit cimetière de Bièvres, l’« âme du roi des mondes imaginaires » repose là sous une pierre tombale régulièrement fleurie.

Citation

« L'artiste vient à la vie pour un accomplissement qui est mystérieux. Il est un accident. Rien ne l’attend dans le monde social. » Odilon Redon.

Quelques-unes de ses oeuvres...

- Rose dans un vase, Alger, Musée des Beaux-Arts.
- Rose dans un vase, huile sur toile, 33 x 28 cm, Collection Rau.
- Le char d'Apollon, huile sur toile, 60 x73 cm, Collection Rau.
- Céleri-rave, Paris, Musée d'Orsay ==
Sujets connexes
Ambroise Vollard   Années 1890   Barbizon   Belgique   Bonnard   Bordeaux   Boston   Charles Darwin   Charles Lacoste   Chicago   Delacroix   Ernest Chausson   Eugène Isabey   Guerre franco-allemande de 1870   Gustave Geffroy   Gustave Moreau   Jean-Baptiste Camille Corot   Jean-Baptiste de Lamarck   Jean-François Millet   Jean-Léon Gérôme   Joris-Karl Huysmans   Juliette Dodu   Louis Pasteur   Légion d'honneur   Mallarmé   Manufacture des Gobelins   Marcel Duchamp   Maurice Denis   Mellerio   Médoc   Nabis   New York   Paris   Pastel   Paul Durand-Ruel   Paul Sérusier   Pays-Bas   Roussel   Sita   Tapisserie   Venise  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^