Statue équestre

Infos
La statue équestre tient un rôle à part dans le domaine de la sculpture. C'est la statue d'un personnage monté sur un cheval. chevalier règne sur les champs de bataille, où la charge de ces combattants cuirassés provoque la crainte de la piétaille. La technologie de l'armement médiéval lui est très largement consacré. Symbolique de la féodalité et de l'aristocratie guerrière, la noblesse européenne s'instaure à partir de la classe sociale héritée des cavaliers
Statue équestre

La statue équestre tient un rôle à part dans le domaine de la sculpture. C'est la statue d'un personnage monté sur un cheval. chevalier règne sur les champs de bataille, où la charge de ces combattants cuirassés provoque la crainte de la piétaille. La technologie de l'armement médiéval lui est très largement consacré. Symbolique de la féodalité et de l'aristocratie guerrière, la noblesse européenne s'instaure à partir de la classe sociale héritée des cavaliers vainqueurs de hautes luttes, associant sacralité du pouvoir et servant leur suzerain par un ensemble de rites propres, tels l'hommage lige. Disposition en posture de « statue équestre » d'un chevalier, sa monture cabrée.

Particularité

Elle est réservée aux monarques, aux héros ou aux guerriers conquérants et présente toujours un exercice de virtuosité de l'artiste. De par sa nature, elle ne peut être que très difficilement réalisée en pierre, le bronze est donc nécessaire, mais même dans ce métal, sa réalisation tient de la prouesse. De manière anecdotique, il existerait une règle tacite tendant sans doute plus de la légende urbaine et, dans les faits, peu suivie, qui permettrait de déterminer les conditions de la mort du cavalier : lorsque le cheval a les deux jambes avant levées, son cavalier est mort au combat, tandis que lorsque seule une jambe avant est levée, le cavalier est mort à la suite de ses blessures au combat. Si les quatre jambes touchent terre, le héros est mort naturellement.

Quelques statues équestres remarquables

Statue équestre de Marc-Aurèle, place du Capitole à Rome

La statue équestre de Marc-Aurèle est sans doute la statue équestre la plus célèbre, et aussi la plus ancienne, la seule de la Rome antique qui soit parvenue jusqu'à nous. Reposant sur trois pieds, le cheval et son cavalier de bronze, démontrent la maîtrise des fondeurs antiques. La statue était à l'origine entièrement dorée. Celle que l'on admire de nos jours est en fait une parfaite réplique, l'original étant conservé à l'abri de la corrosion dans les salles du Musée du Capitole. Une représentation de la statue a été choisie par le gouvernement italien pour figurer sur la pièce de 50 centimes d’euro. Pour la petite histoire cette statue a survécu à la fonte car les Chrétiens, qui démantelèrent tous les bronzes de Rome, croyaient qu'il s'agissait de la statue de Constantin Ier, premier Empereur Chrétien.

Gattamelata de Donatello à Padoue

Gattamelata Donatello (1386-1466) réalise cette statue très inspirée de celle de Marc-Aurèle. C'est la première statue équestre depuis l'antiquité. Le condottière Gattamelata est vêtu à l'antique et monte un lourd cheval, cependant les parfaites proportions de l'ensemble constitueront pour longtemps un modèle pour les statues équestres à venir. La statue est sur la Piazza del Santo à Padoue.

Bartolomeo Colleoni à Venise

Œuvre du sculpteur florentin Andrea Del Verrocchio (1435-1488), la statue est une commande de la République de Venise. Le Condottiere (chef des compagnies de mercenaires), laissa à sa mort, toute sa fortune à Venise, à condition qu'une statue à sa gloire soit érigée sur la place Saint Marc. Finalement la statue fut déposée devant la scuola Saint-Marc. Elle a été réalisée entre 1479 et 1488, c'est la dernière œuvre de Verrocchio. L'expression volontaire et farouche du Condottiere et le mouvement fougueux du cheval rendent l'ensemble majestueux. Cette statue est considérée comme l'un des plus grands chefs d'œuvre de la statuaire mondiale.

Cosme Ier de Médicis, à Florence

150px Statue en bronze de Jean Bologne, place de la Signoria.

Philippe III à Madrid

La statue équestre de Philippe III est une œuvre de jeunesse créée par Pietro Tacca (1577-1640) en collaboration avec son maître Jean de Bologne (1529-1608). Le roi reste assez hiératique dans une composition qui rappelle encore la Renaissance et est très inspiré de la statue de Marc-Aurèle, même attitude du cavalier et du cheval. Elle se trouve sur la Plaza Mayor de Madrid.

Philippe IV à Madrid

Œuvre maîtresse du même Pietro Tacca, cette statue gigantesque, quatre fois plus que nature, est un chef-d'œuvre de virtuosité. C'est une des première statue équestre présentant un cheval cabré, la fluidité de la statue est surprenante : elle semble s'exonérer des lois de la gravité. Pietro Tacca a recours à une astuce pour garantir l'équilibre de son œuvre en faisant reposer la masse de bronze sur trois appuis : les pattes arrière du cheval, mais aussi la queue de l'animal, qui touche le socle. La statue est érigée sur la Plaza de Oriente près du Palais royal à Madrid.

Louis XIV à Versailles

Louis XIV La photo ci-contre représente la statue en bronze du Roi-Soleil de la cour d'honneur, qui a été érigée en 1837 dans le cadre des travaux de réfection prescrits par Louis-Philippe I. Sur place, on peut d'ailleurs constater que les statues du cheval et du roi ont des proportions légèrement différentes. La statue a récemment quitté la cour du château de Versailles pour les ateliers de restauration. À son retour, Louis XIV et son cheval devront trouver un nouvel emplacement pour se poser, car l'ancien sera occupé par la grille royale en cours de restitution. La question du furtur emplacement de la statue a fait couler beucoup d'encre et n'a pas encore fini ! Il existe par ailleurs à Versailles une autre statue équestre, commandée par Louis XIV en 1671 au célèbre sculpteur et architecte Gianlorenzo Bernini dit le Bernin (1598 -1680). Celui-ci la réalise en marbre et la livre en 1677 pour occuper le centre de la cour d'honneur de Versailles, mais elle déplaît au roi qui préfère le style classique et la trouve trop baroque. Elle sera par la suite transformée en Marcus Curtius et placée près de la pièce d'eau des Suisses dans les jardins de Versailles. En 1988, une réplique en plomb sera exécutée par les fonderies Coubertin et est placée dans la cour Napoléon du Louvre. En 2005, cette statue équestre remarquable a été transférée par la société Bovis vers son nouveau lieu d'exposition, à l'orangerie du château.

Louis XIV, place des Victoires à Paris

Une première statue en pieds de Louis XIV, due à Martin Desjardins et érigée à cet emplacement sera enlevée et fondue pour produire des canons en 1792. Pour réparer cette perte, Louis XVIII commande une nouvelle statue au sculpteur François Joseph Bosio (1768 -1845). La statue est inaugurée le 25 août 1828. Bosio, qui s'est inspiré de la statue de Philippe III, représente le Roi Soleil en empereur romain sur un cheval cabré dans un pur style baroque. Sur le socle de la statue, des bas-reliefs en bronze illustrent le passage du Rhin par les troupes françaises et l'institution de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis par Louis XIV en 1693. La statue est visible de nos jours au centre de la place.

Louis XIV, place Bellecour à Lyon

Statue équestre de Louis XIV sur la place Bellecour (Lyon)La statue qui trône au centre de la célèbre place est une œuvre du sculpteur lyonnais François-Frédéric Lemot qui la réalisa en 1825 pour remplacer celle détruite pendant la révolution. Cette statue fut coulée à Paris et transportée à Lyon, en douze jours, sur un attelage trainé par vingt-quatre chevaux. Elle fut payée 373 750 francs. L'entrée de la statue dans la ville fut une occasion de fêtes qui attirèrent un grand concours de spectateurs. On discuta, on écrivit beaucoup au sujet des inscriptions à placer sur le piédestal. L'Académie de Lyon s'en mêla. L'inauguration eut lieu le 3 novembre 1826, veille de la fête de Charles X. Une tribune en forme de cirque, très élégamment décorée, avait été construite pour recevoir les autorités et les principaux habitants de Lyon. Des médailles commémoratives de la cérémonie furent distribuées en grand nombre. Une particularité de cette statue est le chevauchement à la romaine (sans étriers) du cavalier. En 1848, elle faillit connaître le même sort que la statue précédente mais les nouveaux révolutionnaires se contenteront finalement d'effacer la dédicace en latin. Une nouvelle fois, en 1871 il fut question de l'enlever de la place. Elle y resta, anonyme, les Lyonnais la nomment « le cheval de bronze ».

Henri IV sur le Pont Neuf à Paris

Henri IV C'est avec le bronze récupéré de la statue du général Desaix déboulonnée de la place des Victoires qu'est réalisée une copie de la statue de Henri IV détruite à la Révolution. Louis XVIII commande la statue à Frédéric-François Lemot qui la recrée d'après des gravures, elle est inaugurée en 1818. Le fondeur était, dit-on, bonapartiste, et aurait caché dans la statue une statuette de Napoléon. Effectivement, la restauration réalisée récemment permit de découvrir 4 boîtes en plomb qui contenaient les documents officiels et des médailles de l'inauguration et 3 petites boîtes inattendues contenant des documents dont la teneur n'a pas été révélée. ----- De Bure, dans son édition de 1836 nous apprend que: La Henriade qui fut publiée en 1785 en 2 vol. in-8° par l'imprimerie de la Société littéraire typographique sous le titre de 'la Henriade, poème, suivie de notes et de variantes', trente exemplaires de cette édition ont étés tirés sur vélin et que l'un d'eux a été placé, en 1818, dans le ventre du cheval de la statue équestre d'Henri IV, rétablie cette même année (le 25 Août 1818) sur le terre-plein du Pont-Neuf à Paris.----

Louis XIII, place des Vosges à Paris

Cette statue en marbre blanc, œuvre de Jean-Pierre Cortot et Louis Dupaty, a été installée en 1825 en remplacement de celle détruite à la Révolution. Pierre Ier le Grand

Statue équestre de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg

Due au sculpteur français Falconet, cette statue, connue sous le nom de « Le Cavalier de bronze », fut érigée sur un socle monolithique de 1250 tonnes (voir article mégalithe). Elle fut inaugurée par Catherine II en 1782.

Joukov à Moscou

Représente le Maréchal Joukov sur un cheval à l'amble.

Les statues équestres disparues

La Révolution française a ordonné la destruction de la quasi-totalité des grandes statues de bronze royales à travers la France pour récupérer le bronze précieux afin de fondre des canons et aussi pour abattre les symboles de la monarchie.

La première statue d'Henri IV sur le pont Neuf

Cette statue, commandée par Marie de Médicis vers 1605, devait être exécutée à Florence par Jean de Boulogne, mais celui-ci décède et c'est son élève, François Franqueville qui la termine enfin en 1613. Elle est envoyée en France par mer, mais le bateau fait naufrage au large de la Sardaigne. Il fallut attendre encore un an pour repêcher la statue qui est enfin érigée le 23 août 1614. La statue est détruite et refondue à la Révolution. C'était la première statue équestre en bronze d'un monarque français.

Louis XIV par François Girardon (1628-1715)

Cette statue, sera érigée en 1699 sur la place Louis Le Grand, aujourd'hui place Vendôme. C'était une statue monumentale de 6, 5 mètres de hauteur, le chef-d'œuvre du sculpteur. Elle a été détruite durant la Révolution française. Une fonte en miniature est visible au musée du Louvre.

La première statue de Louis XIV, place Bellecour

La place Bellecour subit à la fin du règne de Louis XIV un renouveau urbanistique et est baptisée place Louis le Grand. Une statue équestre, œuvre de Martin Desjardins, y est installée en 1713. Sur son socle des bas-reliefs représentent le Rhône et la Saône, ils ont été sauvés de la destruction et conservés à l'hôtel de ville pendant de longues années avant d'être réinstallés de part et d'autre du piédestal de la nouvelle statue de 1952. Mais de la statue il ne reste rien et la place entière sera détruite pour punir Lyon de sa résistance anti-révolutionnaire.

La première statue de Louis XIII, place des Vosges

C'est Richelieu qui commanda en 1639 cette statue de bronze pour occuper le centre de la place Royale (rebaptisée en 1800 place des Vosges) afin d'y empêcher les duels fréquents qui s'y déroulaient. Lors de la révolution, elle sera détruite pour récupérer le bronze afin de fondre des canons.

La première statue de Louis XIV à Montpellier

Cette statue avait été dessinée par Jules Hardouin-Mansart et était une magnifique œuvre en bronze de 450 quintaux. Elle fut érigée au Peyrou le 27 février 1718 et placée sur un piédestal en marbre de Carrare de 6 mètres de haut sur lequel a été gravée une inscription en latin : «Les États du Languedoc ont voté ce monument à Louis Le Grand de son vivant et l'ont érigé après sa mort en 1718». La statue fut abattue le 2 octobre 1792 et les débris envoyés à Lyon pour être échangés contre huit canons destinés à armer la milice provinciale.

Projets remarquables de statues équestres

François Sforza de Léonard de Vinci à Milan

En 1482, Ludovic Sforza duc de Milan, proposa à Léonard de Vinci de construire la plus grande statue équestre du monde : un monument à la gloire de son père François Ier Sforza. Après presque 16 années d'études, Léonard termina la construction du modèle, mais n'eut jamais l'occasion de la réaliser en bronze. En 1999, en s'inspirant de ce projet, deux reproductions du cheval uniquement furent créés. Un exemplaire du Cheval de Léonard se trouve à Milan et l'autre à Grand Rapids au Michigan.

Autres statues équestres

Charlemagne, parvis de ND de Paris
-Louis XII, dans la Porterie du château de Blois.
-Duc Antoine de Lorraine, dans la Porterie du Palais Ducal de Nancy.
-Clélie : Héroïne romaine du début de la République eut droit, selon Tite-Live, à une statue équestre sur la Voie sacrée.
-Statue équestre de Vercingétorix à Clermont-Ferrand est l'œuvre de Frédéric-Auguste Bartholdi, inaugurée en 1903, place de Jaude.
-Charlemagne et ses Leudes, Parvis de Notre-Dame à Paris. Œuvre des frères Charles et Louis Rochet, installée en 1882.
-Étienne Marcel, bronze 1882, par Jean-Antoine-Marie Idrac, près de l'Hôtel de ville de Paris.
-Connétable Anne de Montmorency au Château de Chantilly, statue de Paul Dubois (1886).
-Louis XIV, promenade du Peyrou à Montpellier seconde statue (1838)
-Louis XIV, à Saint-Jean-de-Luz (1932)
-Napoléon Ier, place de l'hôtel de ville à Rouen, statue de Gabriel-Vital Dubray, érigée en 1853.
- Napoléon Ier, statue à Cherbourg par Le Véel érigée en 1857.
-Napoléon Ier, à La Roche-sur-Yon par Nieuwerkerke, érigée en 1854.
-Napoléon Ier, à Montereau-Fault-Yonne, commémorant la bataille de Montereau (1814). La statue est l'œuvre du fils du général Pajol qui participa à la bataille, elle a été élevée en 1867.
-Jeanne d'Arc, statue dorée, Paris, place des Pyramides, Emmanuel Frémiet érigée en 1874. Jeanne d'Arc de Frémiet
-Jeanne d'Arc, place Saint-Augustin à Paris
-Jeanne d'Arc, Place jeanne d'Arc à Toulouse
-La Pucelle d'Orléans, statue de Jeanne d'Arc à Orléans, place du Martroi, statue monumentale (4, 4 m de hauteur), due au sculpteur Denis Foyatier et inaugurée en 1844.
-Jeanne d'Arc à Vaucouleurs, place de l'Hôtel-de-Ville (transportée depuis Alger en 1964).
-Jeanne d'Arc à Caen, statue dorée, place de la Résistance. Elle a été fondue à Oran (Algérie) en 1931 et rapatriée après l'indépendance.
-Bertrand du Guesclin, statue érigée en 1902 à Dinan et due au sculpteur Emmanuel Frémiet
- Connétable Arthur de Richemont, statue en bronze devant la mairie, à Vannes
-Godefroy de Bouillon, statue de la place Royale à Bruxelles
-Bismarck, statue à côté de la cathédrale de Brême.
-Henri Guisan, statue au bord du lac Léman à Ouchy (Lausanne) en Suisse et due à Dänninger.
-Ferdinand Foch, statue à Tarbes.
-Ferdinand Foch, statue à Cassel, lieu de son quartier général d'octobre 1914 à avril 1915.

Notes et références

Catégorie:Sculpture Catégorie:Portrait category:cheval de:Reiterstandbild en:Equestrian sculpture es:Escultura ecuestre nl:Ruiterstandbeeld pt:Estátua equestre
Sujets connexes
Alger   Algérie   Amble   Anne de Montmorency (1492-1567)   Antoine de Lorraine   Armement médiéval   Bartolomeo Colleoni   Bas-relief   Bertrand du Guesclin   Bronze   Bruxelles   Caen   Capitole   Carrare (Italie)   Charlemagne   Charles X de France   Cheval   Cheval de Léonard   Chevalerie   Château de Blois   Château de Chantilly   Clermont-Ferrand   Condottière   Constantin Ier (empereur romain)   Denis Foyatier   Dinan   Donatello   Emmanuel Frémiet   Euro   Ferdinand Foch   Florence   François-Frédéric Lemot   François Girardon   François Joseph Bosio   François Sforza   Féodalité   Gabriel-Vital Dubray   Gattamelata   Giambologna   Godefroy de Bouillon   Grand Rapids (Michigan)   Henri Guisan   Henri IV de France   Hommage lige   Hôtel de ville   Jean-Antoine-Marie Idrac   Jean-Pierre Cortot   Jeanne d'Arc   Jules Hardouin-Mansart   La Roche-sur-Yon   Latin   Lausanne   Le Cavalier de bronze   Louis Dupaty   Louis XIV de France   Louis XVIII de France   Ludovic Sforza   Lyon   Légende urbaine   Léonard de Vinci   Madrid   Marie de Médicis   Martin Desjardins   Michigan   Milan   Montereau-Fault-Yonne   Montpellier   Musée du Louvre   Mégalithe   Nancy   Napoléon Ier   Noblesse   Oran   Ordre royal et militaire de Saint-Louis   Orléans   Otto von Bismarck   Ouchy   Padoue   Palais des Ducs de Lorraine   Paris   Philippe III d'Espagne   Philippe IV d'Espagne   Pietro Tacca   Piédestal   Place Bellecour   Place Vendôme   Place de Jaude   Place des Pyramides   Place des Victoires   Place des Vosges   Plaza Mayor de Madrid   Plomb   Pont Neuf   Porsenna   Rhin   Rome   Rouen   République de Venise   République romaine   Révolution française   Saint-Jean-de-Luz   Saint-Pétersbourg   Sardaigne   Saône (rivière)   Sculpture   Statue équestre   Statue équestre de Marc-Aurèle   Statue équestre de Vercingétorix   Tite-Live   Toulouse   Vaucouleurs (Meuse)   Venise   Versailles   Voie Sacrée (Rome)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^