Le Perreux-sur-Marne

Infos
Le Perreux-sur-Marne est une commune française, située dans le département du Val-de-Marne et la région Île-de-France. Le Perreux s'étend le long des bords de la Marne, dans l'est parisien. Ses habitants sont les Perreuxiens.
Le Perreux-sur-Marne

Le Perreux-sur-Marne est une commune française, située dans le département du Val-de-Marne et la région Île-de-France. Le Perreux s'étend le long des bords de la Marne, dans l'est parisien. Ses habitants sont les Perreuxiens.

Géographie

Localisation de Le Perreux-sur-Marne dans le Val-de-Marne
- Espace urbain : Grand bassin parisien
- Aire urbaine : Paris Le Perreux se situe à 12 kilomètres de Notre-Dame de Paris, et s’étend le long des bords de la Marne, dans l’Est parisien.

Accès

- Par les transports en commun, RER E Gare de Nogent - Le Perreux ou RER A Nogent-sur-Marne et Neuilly-Plaisance puis les autobus : 113, 114, 116, 120 et 210.
- Par la route, autoroutes A4 ou A86 ou RN 34

Histoire

Origine de la Ville

- Origine du nom: du latin Petrosa, nom donné au site par les moines de l'abbaye de Saint-Maur au XIIIe siècle, pour rappeler la nature pierreuse du sol.
- Intimement lié à l'histoire de Nogent, le Perreux est un fief dépendant de l'abbaye de Saint-Maur dont un cartulaire mentionne pour la première fois l'existence en 1284. En 1492, les moines de ladite abbaye essaieront d'en récupérer les droits de haute, moyenne et basse justice. Jeanne Baston, femme de Jean l'Epervier saisit la justice. Les moines seront déboutés par le parlement de Paris en 1500. Depuis le , un manoir est présent. Il est occupé par de nombreux seigneurs, bourgeois de Paris, marchands au XIV-XVe puis par des parlementaires et notaire et secrétaire du roi (famille L'Espervier) et enfin par une noblesse seconde (Anthonis, Deschiens de Ressons). Le manoir est remplacé par un château entre la fin d'un XVIIe et le début du XVIIIe siècle. Un second château est construit par Boullée, architecte du roi, pour Robert Millin. En 1760, Robert Millin, écuyer, secrétaire du roi, maison et couronne de France, et receveur général des domaines du duc d'Orléans achète le domaine. Son fils, Jérôme-Robert sera en 1794 l'une des innombrables victimes de l'accusateur Fouquier-Tinville. Il tombera sous la guillotine en place publique, alors que son propre fils, Alexandre Millin, lieutenant général, se bat pour les armées de la république. Ce dernier et son frère se font restituer le domaine en triste état sous le directoire, mais ne tardent pas à le revendre. Il faut dire à leur décharge que leur père avait déjà subi avant la révolution de sérieux revers de fortune. Le domaine est alors morcelé. Nicolas Louis François de Neufchâteau achète le château et le parc. Le reste des terres, possession des familles Pantigny et de Beaufranchet est converti en lotissements vers 1860 afin de tirer partie de l'expansion que connait Nogent grâce à la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Mulhouse. Commencés dès 1854, les travaux nécessitent la construction d'un viaduc. La frontière est née, Le Perreux va prendre son essor. Vers 1886, le nombre d'habitants du quartier du Perreux est aussi important que celui du vieux bourg de Nogent. La guerre entre les deux quartiers est menée par un adjoint au maire de Nogent: Henri Lhopital-Navarre. Le 28 février 1887, la rupture est consommée, Navarre devient le premier maire du Perreux.

La crue de 1910

Inondation dans le quartier la Maltournée en 1910 (1) Les inondations de janvier 1910, de la Seine et de ses affluents comme la Marne, encore appelées "la Grande Crue", sont restées, à juste titre, tristement célèbres. La passerelle de Bry-sur-Marne (2) La passerelle de Bry, à la hauteur de l'église, allait connaître sa première épreuve. Mais cette frêle "libellule" conçue par la Cie Eiffel, bien posée sur ses deux élégantes piles de meulière, n'en fut pas pour autant impressionnée. Une échelle hydrométrique est gravée sur la culée de rive droite, jusqu'à la cote de 38m30 !, soit 37m30 aujourd'hui; c'est à dire 37m30 au-dessus du zéro officiel établit à la fin du XIXè siècle, pour les cartes terrestres françaises. Le zéro étant le niveau moyen des marées au marégraphe de la Corniche de Marseille. Finalement, le niveau de l'eau se stabilisa le 27 janvier, et le "nilomètre" indiquait 39m07 (au pont de Bry, 39m26 à la passerelle), soit plus de 5m au-dessus du lit habituel de la Marne. Le record de 1784 (39m83) ne fut pas battu ; mais cette fois, la durée et l'étendue de la crue en zone habitée allaient marquer les esprits : le quart de la commune se trouvait sous les eaux. Image:3 niveau au 27 janvier à la Passerelle.JPG| Niveau de la Marne le 27 janvier 1910 à la passerelle (3) Image:4 la Marne au Pont de Bry.JPG| La marne au pont de bry en janvier 1910 (4) Image:Crue de janvier 1910 , Le Perreux, zones inondées.JPG| Crue de Janvier 1910, Le Perreux, zones inondées (Les numéros des photos sont légendés en fonction de leur lieu) Bords de Marne au Perreux près du Viaduc création du Centenaire, Christine Degrange (6) En effet, durant plusieurs semaines, des quartiers anciens et nouvellement urbanisés, restèrent les pieds dans l'eau. Avec le développement de la ligne de chemin de fer Paris-Bastille, et l'ouverture de la gare de Nogent sur Marne, la commune du Perreux détachée de Nogent depuis 1887, connut un engouement certain de la part des Parisiens relativement aisés qui souhaitaient s'installer à la campagne, au moment des beaux jours. Ainsi, ils firent construire pavillons et villas, sur des terrains encore libres, mais inondables, notamment dans la partie sud, où les espaces étaient disponibles et proches de la gare. Zouaves donnant la chasse aux pillards (7) Ces résidences secondaires, au confort élémentaire, restaient souvent inoccupées durant la mauvaise saison. Elles devenaient alors des proies faciles pour les pillards de tout poil ; d'où l'habitude de les équiper sommairement, et parfois de les vider de leur mobilier à la fin de l'été. Cette crue exceptionnelle de plusieurs semaines, en isolant encore un peu plus ces habitations, ne découragea pas les pillards, bien au contraire. La municipalité dut faire appel à des détachements de zouaves stationnés au fort de Nogent, pour maintenir un semblant de sécurité, alors que la neige tombait dans la région. Zouave en faction, Avenue des Fleurs (8) Crue 1910 en amont de la passerelle (9) La présence dissuasive de ces militaires, équipés de leur chassepot, n'empêcha pas le vol de métaux à la portée de la main, à défaut de cambrioler l'intérieur des maisons. Il faudra pratiquement attendre la fin du mois de février, pour que la Marne retrouve son lit, et l'on mesura alors l'ampleur des dégâts. D'autres communes, et en particulier Paris, subiront le même sort, victimes elles aussi d'un concours de circonstances météorologiques exceptionnelles. Trois années pluvieuses, avec de tristes étés, où l'ensoleillement fut faible, avaient conduit à saturation l'immense bassin de la Seine ; A cela vint s'ajouter la fonte prématurée des neiges du massif du Morvan. Des rivières modestes, comme le Grand et Petit Morin pour la Marne, l'Yonne et son affluent l'Armançon pour la Seine, allaient contribuer par leurs propres crues, à faire monter le niveau général en aval, avec Paris comme bouchon. Aujourd'hui, de grands aménagements, tel le barrage-réservoir "Seine" près de Troyes, ou encore celui de "Marne" près de Saint-Dizier, doivent minimiser l'effet de ses crues centennales, tant redoutées. ---- Notes : l'Avenue des Fleurs est l'une des plus belles rue du Perreux, avec sa voisine l'allée Quo Vadis . Elle a gardé - à quelques détails près - tout son cachet d'antan ...d'où l'intérêt de lui porter une attention toute particulière avant qu'il ne soit trop tard ! ---- Références : Michel GIRAUD, Le Perreux sur Marne, Cent ans d'Histoire, 1987 (édition spéciale du Centenaire) Michel RIOUSSET, De Lagny à Charenton, les Bords de Marne, du Second Empire à nos jours, 1985, éditions Amatteis

Économie

Cozannet C'est dans cette ville que Pierre Boursault a inventé le fromage Délice de Saint-Cyr, aussi appelé Boursault.

Démographie

Monuments et lieux touristiques

- Château (Vestiges), XVIe - XVIIIe siècles
- Plusieurs Maison Art Nouveau, Architecte: Nachbaur, XXe siècle
- Maison, Art Moderne, Architecte: Tissoire, 1926-1939
- Immeuble avec Bow-Windows, Architecte: Léon Houdin, 1913
- Immeuble avec Bow-Windows, Architecte: Georges Malo, 1903

Sport

- Le Perreux possède un club de football jouant en District : AS Le Perreux - Francilienne 94.
- Le Perreux possède un club de tennis créé en 1876 : ALP.

Culture

Médiathèque

La Médiathèque a été créee en 1887, l'établissement rassemble 100 000 documents.

CDBM

Le Centre des bords de Marne, équipement à vocation artistique et culturelle a été construit en 1980. Depuis 1991, le projet artistique développé par l'équipe du CdbM (25 permanents) est conçu autour du spectacle vivant, du cinéma et de la photographie, avec une attention particulière pour la création contemporaine.

Divers

-Pour les échéances électorales de 2007 Le Perreux-sur-Marne fait partie des 82 communes sur le site de ZDNet.fr de plus de 3500 habitants ayant utilisé les machines à voter. Néanmoins, devant les longs temps d'attente engendrés par ce système, le maire Gilles Carrez a décidé de revenir au vote traditionnel dès le second tour.
-Selon un classement effectué par le magazine l'Express et regroupant les villes les plus riches de France, le Perreux se range à la 241 place sur près de 8500 villes françaises de plus de 1000 habitants. En 2006, toujours dans le même classement, mais sur la base du critère de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), le Perreux apparaît en 28 position sur 401 communes métroploitaines de plus de 20.000 habitants. Ce dernier classement a été opéré à partir du nombre de redevables de l'ISF, en 2006, pour 1.000 habitants.

Jumelages

-
-
- , voir Forchheim

Références

Bibliographie

- CHAMPION Pierre, SALABERT Alexandre, Le Perreux-sur-Marne, notice historique, Le Perreux-sur-Marne, 1937.
- HOLVAS Jean-François, Seigneurie, seigneurs et château du Perreux, Le Perreux-sur-Marne, 1998.
- HOLVAS Jean-François, Patrimoine du Perreux, Le Mée-sur-Seine, 1999.
- HOLVAS Jean-François, VILLETTE Vincent, Nogent-Le Perreux l’unité retrouvée, Le Perreux-sur-Marne, 2002.
- HOLVAS Jean-François, Bateaux, trains et tramways : transports au Perreux XIIIe-XXIe siècles, Le Perreux-sur-Marne, 2002.
- HOLVAS Jean-François, « Du manoir au château : l’exemple du Perreux » in Nobles et bourgeois aux champs, Elites dans le Val-de-Marne aux XVIIe-XVIIIe siècles, 1 colloque historique des bords de Marne, p. 76-86, Le Perreux-sur-Marne, 2003.

Voir aussi

- communes du Val-de-Marne ==
Sujets connexes
AS Le Perreux - Francilienne 94   Aire urbaine   Arrondissement de Nogent-sur-Marne   Autoroute française A4   Autoroute française A86   Boursault   Bry-sur-Marne   Canton du Perreux-sur-Marne   Chef-lieu   Communauté d'agglomération de la Vallée de la Marne   Communes du Val-de-Marne   Délice de Saint-Cyr   Espace urbain   Fouquier-Tinville   France   Gare de Neuilly-Plaisance   Gare de Nogent-sur-Marne   Gare de Nogent - Le Perreux   Gentilé   Gilles Carrez   Impôt de solidarité sur la fortune   L'Express   Ligne A du RER d'Île-de-France   Ligne E du RER d'Île-de-France   Route nationale 34   Union pour un mouvement populaire   Val-de-Marne   Vote électronique  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^