Guerre de Dévolution

Infos
La guerre de Dévolution (1667-1668), déclenchée à la suite de la mort du roi d'Espagne le 17 septembre 1665, est la première guerre de Louis XIV.
Guerre de Dévolution

La guerre de Dévolution (1667-1668), déclenchée à la suite de la mort du roi d'Espagne le 17 septembre 1665, est la première guerre de Louis XIV.

La cause

À la mort de Philippe IV, roi d'Espagne, Louis XIV, roi de France, réclame des villes du Nord-Est : Mons, le Luxembourg, Anvers, Cambrai, le Brabant, Malines, Namur, la Franche-Comté, la Haute-Gueldre et le Limbourg, sur les possessions d'Espagne. Ces revendications ont pour origine le mariage entre le Roi de France et Marie-Thérèse, infante d'Espagne, fille aînée de Philippe IV. La dot de 500 000 écus n'ayant pas été payée, en vertu du droit de dévolution, coutume ancestrale originaire du Brabant, le roi de France prend la tête de l'armée, secondé par Turenne.

Le déroulement

La campagne peut se diviser en deux parties: de mai 1667 à août 1667, qui se déroule dans les Pays-Bas espagnols et de décembre 1667 à mai 1668. Dès mars-avril 1667 Louis XIV débute ses préparatifs militaires en ne les cachant que pour la forme. Le marquis de Castel-Rodriguo, alerte en vain Madrid sur les intentions du jeune roi quant à la province qu'il gouverne. En mai 1667 Louis XIV fait parvenir au souverain d'Espagne le Traité des droits de la Reine Très-Chrétienne, sa femme Marie-Thérèse d'Autriche dans lequel il réclame pratiquement tous les Pays-Bas espagnols, un tiers de la Franche-Comté et la moitié du Luxembourg. Peu après Turenne se voit confier le commandement de l'armée d'invasion, sous la direction du roi qui quitte Saint-Germain-en-Laye. L'objectif est de marcher sur Bruxelles. En juin 1667 après l'abandon de Charleroi par le gouverneur Castel-Rodriguo, celle-ci est prise par les Français. Le roi veut alors s'emparer de Bruxelles alors que Turenne préfère que ses troupes s'aguerrissent en assiégeant les principales villes flamandes. Le maréchal d'Aumont rejoint Louis XIV durant le siège de Tournai qui tombe le 25 juin. Douai assiégée en juillet tombe le même mois, et un mois après le début de la campagne du roi la régente d'Espagne déclare la guerre à la France. Lille capitule le 17 août après le début de son siège, quinze jours auparavant ; Alost donne sa reddition à la fin du mois. La campagne en Flandre se termine, la cour revient à Paris. Le 8 décembre 1667, le Grand Condé obtient du roi le commandement des troupes stationnées à la frontière de la Bourgogne après être resté sans affectation durant la campagne en Flandre. Le 13 janvier 1668, l'empereur Leopold signe un traité avec Louis XIV dans lequel les deux souverains se partagent les possessions de Charles II alors que celui-ci est toujours vivant. Le 23 du même mois l'Angleterre et les Provinces-Unies s'engagent à déclarer la guerre à la France si celle-ci ne s'accommode pas des places fortes des Pays-Bas espagnols et ne renonce pas à la Franche-Comté. La Suède rejoint les deux pays plus tard. Louis XIV ne se laisse pas impressionner et rejoint ses troupes en février alors que Condé et le duc de Luxembourg ont pris en un jour respectivement Besançon et Salins. La ville de Dole tient le plus longtemps avec un siège de quatre jours. Pratiquement toute la Franche-Comté est ainsi conquise.

La paix d'Aix-la-Chapelle

Cependant Pierre II, roi du Portugal, décide de mettre fin à la guerre avec l'Espagne, libérant ainsi des troupes susceptibles d'être employées contre la France. Le Duc de Lorraine promet huit mille hommes aux adversaires de la France et Louis XIV décide pour conserver ses conquêtes de proposer en premier de traiter avec l'Espagne. La France gagne ainsi douze places fortes pour garder une frontière Nord-Est alors morcelée et difficile à défendre. Lille, Bergues, Furnes, Armentières, Courtrai, Douai, Menin, Audenarde, Charleroi et Binche la complètent désormais. Vauban est envoyé dès la fin du mois de mai 1668 à la frontière nord afin de fortifier les places gagnées. Louis XIV restitue cependant la Franche-Comté à l'Espagne mais ses places fortes sont démantelées.

Les conséquences

La France sort victorieuse de cette guerre et confirme son hégémonie européenne, de par sa puissance démographique et militaire. Mais cette guerre va inquiéter les puissances européennes, car elle n'est pas totalement justifiée sur le plan du Droit, et elle ne fut pas officiellement déclarée d'autant plus la paix semble provisoire, à Louis XIV le premier.

Sources

- Négociations relatives à la succession d'Espagne sous Louis XIV - de Mignet (François-Auguste-Marie-Alexis), François Auguste Marie Mignet - France - 1835 ==
Sujets connexes
Alost   Angleterre   Anvers   Armentières   Audenarde   Aumont   Bergues   Binche   Bourgogne   Bruxelles   Cambrai   Charleroi   Charles II d'Espagne   Charles IV de Lorraine   Condé   Courtrai   Dole   Douai   Droit de dévolution   Duché de Brabant   Duché de Limbourg   Espagne   Flandre   France   Franche-Comté   Furnes   Guerres de Louis XIV   Lille   Louis II de Bourbon-Condé   Louis XIV de France   Luxembourg (pays)   Léopold Ier du Saint-Empire   Madrid   Malines   Marie-Thérèse d'Autriche (1638-1683)   Menin   Mons   Namur   Pays-Bas espagnols   Philippe IV d'Espagne   Pierre II de Portugal   Place forte   Portugal   Provinces-Unies   Suède   Tournai   Traité d'Aix-la-Chapelle (1668)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^