Révolution orange

Infos
Symbole de la Révolution orange La Révolution orange est une série de protestations populaires pacifiques ayant eu lieu en Ukraine suite à la proclamation le 21 novembre 2004 du résultat du deuxième tour de l'élection présidentielle. Organisée par l'initial candidat perdant à la présidence Viktor Iouchtchenko et son alliée Ioulia Tymochenko et bénéficiant du soutien indirect des États-Unis et de l'Union européenne, elle a mobilisé plus d'un demi-million de manif
Révolution orange

Symbole de la Révolution orange La Révolution orange est une série de protestations populaires pacifiques ayant eu lieu en Ukraine suite à la proclamation le 21 novembre 2004 du résultat du deuxième tour de l'élection présidentielle. Organisée par l'initial candidat perdant à la présidence Viktor Iouchtchenko et son alliée Ioulia Tymochenko et bénéficiant du soutien indirect des États-Unis et de l'Union européenne, elle a mobilisé plus d'un demi-million de manifestants à Kiev et à travers le pays pendant une quinzaine de joursAlain Guillemoles et Cyril Horiszny, Même la neige était orange. La révolution ukrainienne, Les Petits Matins, 2005..

Contexte

À travers la révolution orange, et après la révolution des roses en Géorgie (novembre 2003), ce serait la lutte d'influence que se livreraient en sourdine Moscou et Washington dans la zone qui transparaîtraitLe Monde, « La Russie cherche à contenir les avancées américaines dans l'ex-URSS », 28 août 2005.. Le caractère spontané du mouvement est remis en question par la Russie et les partis pro-Russes : la Révolution aurait bénéficié d'aides extérieures et notamment de soutiens financiers de milieux proches des intérêts de gouvernement américain ou opposant au régime de Vladimir Poutine. Pour les opposants à la révolution orange, celle ci aurait eu pour objectif d'isoler la Russie des pays d'Europe de l'Est.

Historique

Place de l'Indépendance à Kiev Viktor Iouchtchenko Viktor Ianoukovitch

Le résultat du second tour l'élection présidentielle et le début de la révolution orange

À la suite du premier tour, où aucun candidat n'a atteint les 50 % de votes nécessaires pour une victoire au premier tour, un deuxième tour est organisé le 21 novembre 2004. Les sondages de sortie des urnes indiquaient une avance de 11 % pour Iouchtchenko. Des observateurs étrangers, comme l'OCDE, ont rapporté des irrégularités et des allégations de fraude électorale furent avancées. Iouchtchenko et ses partisans ont refusé les résultats officiels. Ils ont alors organisé des rassemblements de protestation à travers le pays et ont incité à une grève générale. Plusieurs municipalités, dont celles de Kiev et de Lviv, ont annoncé qu'elles n'acceptaient pas la présidence de Ianoukovitch. Le 23 novembre 2004, une manifestation pacifique rassemblant environ un demi-million de défenseurs de Iouchtchenko a eu lieu sur la place de l'Indépendance à Kiev, devant le siège du parlement ukrainien, la Verkhovna Rada. Malgré le froid et la neige, les manifestants sont restés dans les rues. Ils arboraient des drapeaux de couleur orange, symbole principal du mouvement. De nombreuses banderoles orange portant le slogan Tak! Yushchenko! (tak signifie « oui » en ukrainien) figuraient dans les cortèges. À l'intérieur de la Verkhovna Rada, Iouchtchenko a prêté symboliquement serment comme « président », devant les défenseurs du parlement. Les gouvernements occidentaux, malgré la ferme opposition russe de Vladimir Poutine, ont soutenu qu'il y avait irrégularité des élections, tandis que Poutine et le président biélorusse Loukachenko ont été les seuls à reconnaître l'élection de Ianoukovitch et à le féliciter, avant même qu'elle ne soit proclamée par la commission électorale ukrainienne.

Le troisième tour et la victoire du Viktor Iouchtchenko

Après des négociations difficiles, les deux partis, aidés par l'Union européenne, en particulier par la diplomatie polonaise et le président polonais Aleksander Kwaśniewski, ont convenu de tenir un troisième tour le 26 décembre 2004. La constitution ukrainienne a également été modifiée par la Rada dans un sens plus parlementaire, mais elle n'est entrée en vigueur qu'en 2006. La presse internationale a qualifié ce mouvement de « révolution orange » (qui était la couleur du parti du candidat) et a souligné l'absence presque totale d'incidents violents, ainsi que la prise de conscience politique des Ukrainiens. En 2001, un mouvement de protestation contre le président Koutchma avait dégénéré en affrontements avec la police. Suite à la tenue du « troisième tour », Viktor Iouchtchenko fut crédité de 51, 99 %, contre 44, 19 % pour son rival, Viktor Ianoukovitch. Ce dernier a, peu après, annoncé qu'il porterait plainte contre les nombreuses fraudes que les partisans de Viktor Iouchtchenko auraient commises. Les quatre plaintes qu'il a déposées ont été invalidées par la Cour suprême ukrainienne. Pendant ce temps, plusieurs citoyens ont porté plainte, individuellement, contre des fraudes dont ils ont été témoins. Les plaintes furent reçues par fax et le contenu de la plupart des plaintes était identique - seuls le nom et la signature différaient. Ces plaintes ont retardé la proclamation officielle de la victoire de Viktor Iouchtchenko. Leonid Koutchma Le 29 décembre, des partisans de Iouchtchenko ont, à sa demande, bloqué l'accès au siège du gouvernement afin d'empêcher la tenue d'un conseil des ministres. Selon Iouchtchenko, le gouvernement n'avait plus le droit de réunion, puisqu'il fut dissout par le parlement suite aux fraudes lors du second tour. Cependant, vis-à-vis de la loi ukrainienne, cette dissolution doit être approuvée par le président ukrainien, Leonid Koutchma, ce qui n'a pas été le cas. Suite au dépouillement des bulletins de vote du « troisième tour », Leonid Koutchma a déclaré que le perdant devait annoncer sa défaite. Le 31 décembre, Viktor Ianoukovitch a finalement démissionné de son poste de Premier ministre sans toutefois reconnaître sa défaite. Il annonça qu'il utilisera tous les moyens légaux pour faire invalider ce « troisième tour ». Le 20 janvier 2005, la Cour suprême ukrainienne a rejeté la plainte de Viktor Ianoukovitch et annnoncé que cette décision était sans appel, de ce fait, Viktor Iouchtchenko fut déclaré vainqueur de l'élection présidentielle. Le 23 janvier, Viktor Iouchtchenko a prêté serment et a été investi comme président de l'Ukraine, ce qui était un des objectifs de la Révolution orange.

Les suites de la Révolution orange

Controverses

Le financement de la Révolution orange

La logistique de cette manifestation semble avoir été largement prévue par les organisations Pora et Znayu, qui ont des liens avérés avec le mouvement Otpor qui avait réussi à faire chuter l'ex-président serbe Slobodan Milošević en juillet 2000 et s'était déjà impliqué dans la Révolution des roses georgienne de décembre 2002, ainsi que dans les tentatives de renversement du régime dictatorial biélorusse de 2001 et 2004. Ces organisations seraient elles-mêmes alimentées par des organisations américaines, telles le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, Open Society Institute de George Soros, le National Democratic Institute, proche du parti démocrate américain et la Freedom House, proche du gouvernement américainJean-Christophe Victor (dir.), Les Dessous des cartes - Atlas géopolitique, éd. Tallandier, 2005 (p.44). L'origine de ces fonds a été pointé du doigt par l'ex-pouvoir ukrainien, le gouvernement russe ainsi que des groupes occidentaux d'extrême gauche, qui ont accusé le gouvernement américain d'avoir organisé une manipulation de la population ukrainienne pour étendre leur zone d'influence. Le milliardaire israélo-russe Boris Abramovitch Berezovsky a affirmé qu'il n'envoyait pas d'argent aux partis (ce que la loi ukrainienne interdit) mais « à des mouvements pro-démocratie ». Il affirme avoir transmis l'argent sur les comptes de proches du président Victor Iouchtchenko qui ont, eux, nié ce financement, Le Monde, 3 septembre 2007..

Marque déposée

Le slogan Tak! Iouchtchenko (« Oui ! Iouchtchenko ») est une marque déposée, qui est actuellement au bénéfice exclusif du fils du président Iouchtchenko, Andriy Iouchtchenko. Le logo aurait été déposé pour éviter qu'il ne soit détourné, mais depuis la fin de la révolution orange, ses droits ont été reversés au fils du président, ce qui a causé une controverse sur le train de vie luxueux de ce dernier, dépêche de l'AFP, 3 août 2005..

Voir aussi

Bibliographie

- Gilles Lepesant, Juliane Besters-Dilger, Natalya Boyko, James Sheer, L'Ukraine dans la nouvelle Europe, CNRS, 6 janvier 2005, 199 pages, .
- Alain Guillemoles, Cyril Horisny (photographies), Même la neige était orange : la révolution ukrainienne, Les Petits Matins, 10 mai 2005, 173 pages, .
- Étienne Thévenin, L'Enjeu ukrainien : ce que révèle la Révolution orange, CLD, 13 mai 2005, 214 pages, .
- Bruno Cadène, L'Ukraine en révolutions, Jacob-Duvernet, 216 pages, 23 mai 2005, . ===
Sujets connexes
Agence France-Presse   Aleksander Kwaśniewski   Andriy Iouchtchenko   Atlantisme   Biélorussie   Boris Berezovsky (homme d'affaire)   Bénéfice   Cour suprême   Fraude électorale   George Soros   Géorgie (pays)   Géostratégie de la Russie   Ioulia Tymochenko   Jean-Christophe Victor   Kiev   Le Monde   Leonid Koutchma   Lviv   Organisation de coopération et de développement économiques   Otpor   Parlement   Parti démocrate (États-Unis)   Premier ministre   Russie   Serbie   Slobodan Milošević   Slogan   Ukraine   Ukrainien   Union européenne   Viktor Iouchtchenko   Vladimir Poutine  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^