Bataille de Denain

Infos
La bataille de Denain, qui eut lieu le 24 juillet 1712, est un épisode décisif de la guerre de Succession d'Espagne. Elle se solde par une victoire des armées françaises commandées par le maréchal de Villars sur les Austro-Hollandais du Prince Eugène. Elle permet après plusieurs défaites françaises de négocier une paix favorable.
Bataille de Denain

La bataille de Denain, qui eut lieu le 24 juillet 1712, est un épisode décisif de la guerre de Succession d'Espagne. Elle se solde par une victoire des armées françaises commandées par le maréchal de Villars sur les Austro-Hollandais du Prince Eugène. Elle permet après plusieurs défaites françaises de négocier une paix favorable.

Prélude

La guerre de Succession d'Espagne fait rage depuis 1701, la France est dans une période noire tant bien au plan national qu'au plan militaire. Les victoires du maréchal de Villars à la bataille de Friedlingen (1702) et à la bataille d'Höchstadt, en début de guerre, ont été suivies de défaites sans précédent : les alliés ont à leur tête le prince Eugène et le duc de Marlborough. De plus Villars, qui doit se rendre dans les Cévennes pour mater la révolte des Camisards, est remplacé par Tallard. En 1708, après la déroute d'Audenarde, la presque totalité des places fortes du Nord de la France sont sous le contrôle des Austro-Anglais coalisés. À cela s'ajoute une crise économique, l'hiver 1709 est l'un des plus rigoureux de ce début de siècle, entraînant famine et surmortalité. Les caisses de l’État sont pratiquement vides et la population est soumise au lourd fardeau de l'occupation ennemie. La commandement de l'armée du Nord est rendu au maréchal de Villars. Celui-ci ne perd pas de temps et œuvre à sa réorganisation. Les coalisés, pressés d'en découdre, reprennent l'offensive le 11 septembre 1709, c'est la bataille de Malplaquet. Villars est blessé, mais la bataille se termine sur un statu quo, aucun de deux camps ne prenant réellement l'avantage. En 1710 la situation se stabilise, la politique britannique semble s'infléchir : sous la pression des pacifistes, Marlborough est destitué. En mai 1712, dans ce contexte calme mais fragile Villars décide de reprendre l'offensive. Les alliés, hollando-anglo-saxons sont installés le long de la Scarpe entre Douai et Marchiennes, où est situé le dépôt de ravitaillement. Ils occupent Denain et Landrecies. Les Français rassemblent une armée de 200 000 hommes sur la frontière du Nord, s’étirant d'Arras à Cambrai. Villars veut ainsi contrôler toute offensive ennemie sur les places de Condé-sur-l'Escaut, Valenciennes et Le Quesnoy. Au mois de juin, Eugène de Savoie prend l'initiative et s'empare du Quesnoy. Le clocher d'Avesnes-le-Sec est incendié le 17 juillet 1712. Pendant ce temps Eugène de Savoie renforce le camp de Denain par une ceinture de fortifications. Devant l'impatience de Versailles, Villars doit tenter quelque chose pour reprendre l'initiative.

Le moulin d'Avesnes-le-Sec, le 23 juillet 1712

Les troupes françaises sont au sud du Cateau à Mazinghien. Après un examen minutieux du dispositif ennemi, Villars décide dans le plus grand secret de porter son attaque à Denain. Des cavaliers sont envoyés tout le long de la Selle, pour prendre possession des ponts. Ainsi un détachement arrive à Haspres et prend position dans la soirée du cours du moulin, bloquant ainsi le franchissement de la rivière. Dans la nuit les troupes se mettent en marche, elles prennent la direction de Landrecies ou se trouve le prince Eugène. Cette manœuvre de diversion à pour but d'obliger les alliés à se renforcer sur ce point et ainsi alléger leur aile droite à Denain. L'ennemi mord à l'appât. À l'aube, Villars fait pivoter le long de la Selle son armée et la dirige en 3 colonnes vers Denain. À cinq heures du matin (sept heures actuellement, avec l’horaire d’été), Villars et ses principaux lieutenants établissent leur plan d'attaque à Avesnes-le-Sec ; ils choisissent le moulin Saluons au passage ce moulin aujourd'hui en ruine mais témoin d'un riche passé : celui-ci possède scellée dans sa voute une pierre datée de 1690. comme point d'observation de la plaine environnante. À 7h00 les fantassins français sont à Neuville-sur-Escaut. Aussitôt l'ordre de franchir les ponts enjambants l'Escaut est donné. À 8h00 les alliés sont étonnés de la présence française dans le secteur. Albermarle fait prévenir Eugène. Celui-ci ne s'inquiète pas de la situation. À 13h00 l'assaut de la palissade de Denain est donné. Les sapeurs, la hâche à la main, entrainent l'infanterie qui se rue sur l'ennemie baïonnette au canon. Les alliés pris de panique s'enfuient et encombrent le pont du moulin, qui s'écroule sous leur poids, entraînant ainsi à la noyade des milliers de fantassins. Eugène, parti trop tard, tente de franchir l'Escaut à Prouvy. Sous l'action du prince de Tingry le pont est détruit. C'est la victoire.

Conclusion

Cette victoire est une étape décisive dans le règlement de la guerre de Succession d'Espagne où le petit-fils de Louis XIV, Philippe V d'Espagne et l'empereur Charles VI du Saint-Empire se disputent le trône d'Espagne.

Notes

Sources

Denain Catégorie:Bataille sur le sol français Denain Denain Catégorie:1712 ar:معركة دينان bg:Битка при Денен en:Battle of Denain es:Batalla de Denain pl:Bitwa pod Denain sv:Slaget vid Denain
Sujets connexes
Arras   Autriche   Avesnes-le-Sec   Bataille d'Audenarde   Bataille de Friedlingen   Bataille de Malplaquet   Baïonnette (arme)   Cambrai   Camisard   Charles VI du Saint-Empire   Claude Louis Hector de Villars   Condé-sur-l'Escaut   Cévennes   Denain   Douai   Escaut   Eugène de Savoie-Carignan   France   Guerre de Succession d'Espagne   John Churchill (Marlborough)   Landrecies   Le Quesnoy   Louis XIV de France   Marchiennes   Mazinghien   Neuville-sur-Escaut   Pays-Bas   Philippe V d'Espagne   Place forte   Prouvy   Scarpe   Selle (rivière)   Valenciennes   Versailles  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^