Extrême droite

Infos
L'extrême droite désigne un ensemble de mouvements et de partis politiques qui défendent des valeurs et des idées classées à droite, dans les domaines économique et religieux, pouvant s'appuyer sur un nationalisme affirmé, un traditionalisme poussé ou des idéologies fascistes et en leur donnant une formulation radicale, notamment dans l'hostilité aux tendances politiques socialistes ou libérales de la société. Parmi ces mouvements, un grand nombre cultive diverses
Extrême droite

L'extrême droite désigne un ensemble de mouvements et de partis politiques qui défendent des valeurs et des idées classées à droite, dans les domaines économique et religieux, pouvant s'appuyer sur un nationalisme affirmé, un traditionalisme poussé ou des idéologies fascistes et en leur donnant une formulation radicale, notamment dans l'hostilité aux tendances politiques socialistes ou libérales de la société. Parmi ces mouvements, un grand nombre cultive diverses formes de xénophobie ou, dans d'autres cas, des formes de bellicisme et de racisme, les aspects idéologiques amenant parfois à la réfutation de tout ou partie des valeurs démocratiques (le parlementarisme par exemple), considérées comme corrompues et inadaptées. Ces mouvements, au nom du bien commun, s'opposent à toute société secrète qui, au nom d'intérêts particuliers, viendrait déroger à ce principe. En particulier, ils s'opposent à la franc-maçonnerie et à un prétendu « lobby juif », qui servent de bouc-émissaire et sont régulièrement dénoncés par l’extrême droite pour des visées conspirationnistes. La définition même de l'extrême droite fait l'objet de débats dans la mesure où de nombreux mouvements et partis usuellement classés dans celle-ci se réfèrent à une définition qui inclut nécessairement la notion de rejet de la démocratie, refusant alors cette qualification à leur égard, jugée péjorative. L'adjectif « extrême » ferait en effet penser à « extrémiste », et de fait certains partis rejettent cette appellation« L'extrême droite, le mot est équivoque dans la mesure où il comporte le mot extrême. Nos adversaires confondent volontairement, et dans l'intention de tromper, une position géographique sur l'échiquier politique avec une position d'extrémisme politique. Or notre philosophie, notre principe d'action et notre programme ne sont pas extrémistes et par conséquent nous occupons la place qui est libre. Je crois qu'il n'y a pas de droite, le centre actuel n'est pas la droite, bien qu'une grande partie du peuple de droite vote pour les candidats du centre et même de la gauche. » (Jean-Marie Le Pen, in Jean-Pierre Apparu, La Droite aujourd'hui, Paris, Albin Michel, 1978, p. 176), 15 janvier 1982.. Ces mouvements affirment également que le terme « extrême droite » est très ambigu, étant utilisé par des médias et des partis politiques majoritaires pour classifier un grand nombre de mouvements, de courants et de partis qui ont, selon eux, peu de choses en commun aussi bien en ce qui concerne les idées que les moyens de les appliquer. Il n'existe pas de définition qui fasse l'unanimité, de sorte qu'on retrouve sous cette appellation des partis qui sont partisans de régimes totalitaires ou au contraire parlementaires, ainsi que des mouvements révolutionnaires ou contre-révolutionnaires. Face à cette situation, bon nombre de partis refusent cette étiquette « extrême droite ». Ils considèrent qu'elle est attribuée de façon arbitraire par des adversaires politiques qui profitent de moyens puissants de communication pour les dénigrer. Ils les accusent de vouloir les faire passer pour des partis fascistes ou nazis sans tenir compte de leur réelle doctrine politique. Cependant, certains de ces mouvements d'extrême droite relèvent clairement du néonazisme et des militants de l'extrême droite se réfèrent au Troisième Reich. Cela apparaît, par exemple, lors d'arrestations de responsables de profanations de cimetières juifs, où l'on retrouve mêlés, de la propagande de partis d'extrême droite et des symboles du nazisme.

Les caractéristiques générales

À partir du cas de la France, Michel Winock (2004) donne les neuf caractéristiques suivantes aux mouvements d’extrême droite qui découlent du discours de la décadence, « vieille chanson que les Français entendent depuis la Révolution » :
- « la haine du présent », considéré comme une période de décadence ;
- « la nostalgie d’un âge d’or » ;
- « l'éloge de l’immobilité », conséquence du refus du changement ;
- « l'anti-individualisme », conséquence des libertés individuelles et du suffrage universel ;
- « l'apologie des sociétés élitaires », l'absence d’élites étant considérée comme une décadence ;
- « la nostalgie du sacré », qu'il soit religieux ou moral ;
- « la peur du métissage génétique et l’effondrement démographique » ;
- « la censure des mœurs », notamment la liberté sexuelle et l'homosexualité ;
- « l'anti-intellectualisme », les intellectuels n’ayant « aucun contact avec le monde réel » (Pierre Poujade). Les interprétations qu’il en donne sont de quatre ordres :
- Dans le cadre de la lutte des classes, il s’agit de la revanche des perdants contre les gagnants de la modernité. Ainsi s’expliquent l’élitisme aristocratique de l’extrême-droite du XIXe siècle, les aristocrates étant les grands perdants de la Révolution française, puis de la Révolution industrielle, le poujadisme des petits commerçants contre la montée des grandes surfaces et les laissés pour compte de la crise actuelle, proie facile pour le FN.
- L’« interprétation conjoncturaliste » insiste sur le rôle important des situations de crise dans la montée de ces idéologies. Une crise économique et sociale se meut alors en une crise politique, réelle ou supposée.
- Il indique également le passage de la « société tribale, rurale, patriarcale » à la « société urbaine, industrielle et libérale », se traduisant par une série de peurs et notamment « la peur de la liberté » (Karl Popper).
- L’interprétation anthropologique assimile le discours sur la décadence du pays avec la nostalgie de l’homme vieillissant devant l’enfance, ce « monde protégé ».

Les mouvements dits d'extrême droite

Le terme « extrême droite » est, de fait, utilisé pour quatre types de visions ou de mouvances :
- l'ensemble des mouvements et des partis siégeant, lorsqu'ils ont des élus, à l'extrême droite de l'hémicycle (à droite et en haut des gradins), il convient alors de parler de « l'extrême droite de l'échiquier politique ou extrême droite parlementaire » ;
- un ensemble de groupuscules révolutionnaires se distançant nettement du parlementarisme par leur idéologie ;
- un ensemble de groupuscules insurrectionnels, réellement extrémistes et pouvant être violents.

Usage contemporain du terme

L'extrême droite est composée de courants très divers, parmi lesquels on cite usuellement :
- les partis néo-fascistes :
- Le parti Mouvement social - Flamme tricolore d'Italie.
- les nationaux-socialistes ou nazis : groupes néo-nazis se réclamant du parti national-socialiste des travailleurs allemands d'Adolf Hitler et prônant la suprématie de la « race aryenne ».
- les racistes : le Ku Klux Klan prône lui aussi la suprématie de la « race blanche ». D'autres partis prônent la suprématie de la « race noire » aux États-Unis (Nation of islam, Black Panther Party, etc.), en France (Tribu Ka, notamment) ou au Zimbabwe (Zimbabwe African National Union).
- certains partis religieux traditionalistes, tenant d'une politique pouvant être qualifiée de cléricale comme les extrémistes chrétiens, certains partis religieux en Israël le Shaas, Kipot srugot, A'Hihud Ha'Leumi, ainsi que dans les parties du monde comptant une forte communauté juive. On peut compter également de très nombreux partis islamistes. À noter que le courant national-catholique est représenté au sein de nombreux partis nationalistes, par exemple en France le Front national dont beaucoup de lefebvristes sont sympathisants, notamment Bernard Antony. En outre, la religion est un thème de clivage au sein de l'extrême droite. Il convient notamment de distinguer les courants chrétiens, des athées et des néo-païens, par exemple, en France, les nationalistes druidistes.
- les partis populistes, nationalistes et souverainistes : le Dansk Folkeparti (Parti populaire danois en français) au Danemark, le Freiheitliche Partei Österreichs (Parti autrichien de la liberté en français) en Autriche, le Front national pour l'unité française et Mouvement national républicain en France, le Démocrates Suisses et le Partei National Orientierter Schweizer (Parti nationaliste suisse en français) en Suisse, Die Republikaner (les Républicains en français) en Allemagne, le Vlaams Belang (« Intérêt flamand » en français) en Flandre, le Front national en Belgique francophone, le Parti de la coalition orthodoxe populaire en Grèce, etc. D'autres formations sont selon certains observateurs considérées comme d'extrême droite, mais cette classification peut être davantage controversée par ceux qui estiment que les mêmes positions politiques n'auraient pas nécessairement de connotation extrémiste, en d'autres temps ou d'autres lieux. Parmi ces dernières formations, on peut citer :
- les monarchistes, partisans du pouvoir royal réel, ou du moins, dans les républiques, d'un rétablissement de la royauté.
- les nationalistes révolutionnaires et les nationaux-bolchévistes ou « eurasistes » inspirés par les théories de Jean Thiriart et d'Alexandre Douguine. Le terme « national-bolchévisme » a été employé abusivement pour désigner d'anciens membres de la nomenkatura communiste s'étant reconvertis dans le nationalisme, tel le parti de Slobodan Milošević en Serbie.

Partis et mouvements

Afrique du Sud

En Afrique du Sud, le nationalisme afrikaner a été représenté pendant près de 80 ans par le Parti national qui, en 1948, instaura le système d'apartheid. L'extrême droite s'est parfois exprimée au sein du Parti National mais le plus souvent par le biais de dissidences fondamentalistes (« Nouvel Ordre » avec Oswald Pirow, la « Sentinelle des chars à bœuf » (Ossewa Brandwag) dans les années 1940, le HNP à partir de 1969) ou conservatrices (Parti conservateur d'Afrique du Sud). À partir des années 1970, des groupes paramilitaires d'inspirations néo-nazis se formèrent. Le plus symbolique et représentatif d'entre eux fut le Mouvement de résistance afrikaner (AWB) d'Eugène Terreblanche. En 1994, le Front de la liberté est un nouveau parti issu de la droite et de l'extrême droite sud-africaine qui refuse le recours à la violence et participe aux premières élections multiraciales du pays. Avec encore 4 députés en 2005, il a vampirisé son espace politique et est devenu un parti respectable et respecté alors que l'ancien Parti national finit sa carrière en fusionnant avec l'ANC en 2004.

Allemagne

En Allemagne, il existe au moins trois partis d'extrême droite :
- le NPD (« Parti national démocratique allemand », environ membres, 9, 2% des voix lors des élections en Saxe en 2004) ;
- la Deutsche Volksunion (DVU) (« Union du peuple allemand », 6, 1% des voix lors des élections du Brandebourg 2004) ;
- Die Republikaner (« les Républicains »), 1, 9% des voix lors des élections européennes de juin 2004. Actions de l'extrême droite allemande
- Réunions et discours : le 31 juillet 2004, entre 300 et 400 skinheads, à l'initiative de mouvements allemands, avaient loué les salles du club de football d'Hipsheim (en Alsace, Bas-Rhin). Les participants avaient déployé des drapeaux frappés de la croix gammée et de l'aigle impérial, et proféré des chansons et slogans nazis.
- 13 février 2005 : à l'occasion des commémorations du bombardement allié de Dresde en 1945, entre et manifestants d'extrême droite ont manifesté devant le parlement de Saxe. 70 personnes ont été interpelées à la suite d'affrontements.

Angleterre

- British National Party (BNP, Parti national britannique) dont le leader actuel est Nick Griffin.

Belgique

- Vlaams Belang (ancien Vlaams Blok), parti flamand xénophobe et indépendantiste.
- Front national, parti francophone xénophobe et unitariste, dirigé par Daniel Féret.
- Front nouveau de Belgique, dirigé par François-Xavier Robert. Apparu officiellement en 1996, il a été fondé par des dissidents du Front National de Daniel Féret conduits par la députée fédérale frontiste Marguerite Bastien.
- Force Nationale, fondé en 2004 par le sénateur frontiste Francis Detraux suite à des conflits multiples avec le président du Front National.
- Nation, fondé à Bruxelles en 1999 par Hervé Van Laethem, dirigeant des jeunes du Front Nouveau de Belgique jusqu'en 1997, et Michel Demoulin, un ancien attaché parlementaire de Marguerite Bastien, la présidente de l'époque du Front Nouveau de Belgique.
- Mouvement d'action civique (MAC), mouvement des années 1960.
- Front de la Jeunesse, mouvement des années 1970.
- Parti des forces nouvelles (PFN), parti des années 1970.

Canada

- Adrien Arcand (Parti national social chrétien) et Paul Bouchard (fondateur du journal La Nation) représentèrent des groupuscules d'extrême droite fascisants au Québec durant les années 1930. Les Jeune-Canada, mouvement de jeunes de la même décennie, étaient également proche de ces idées. Bouchard fut directeur d'un périodique nationaliste tenté par l'indépendance du Québec et inspiré par les idées de Salazar et Mussolini. Arcand fonda quant à lui différents journaux antisémites où il défendait des idées corporatistes tout en se revendiquant de Hitler et de certains mouvements anglais à prétention fasciste comme celui d'Oswald Mosley. Les activités de nombreux militants furent interrompues brusquement au début de la Seconde Guerre mondiale, alors qu'on fit emprisonner beaucoup de sympathisants fascistes en vertu de la loi des mesures de guerre. Adrien Arcand a des admirateurs toujours actifs qui rééditent régulièrement ses brochures.
- Plusieurs représentants du clergé canadien menèrent une lutte soutenue contre le communisme et fondèrent différents périodiques anticommunistes durant la Guerre froide. Adrien Arcand se recycla à cette tâche durant les années 1950.
- Le Parti de l'Héritage chrétien du Canada (en anglais le Christian Heritage Party of Canada) demeure marginal. Aucunement lié avec le Parti conservateur du Canada, il revendique de manière plus catégorique des valeurs conservatrices partagées par plusieurs mouvances politiques nord-américaines, entre autres en militant contre les droits accordés ou reconnus à quelques minorités sexuelles et religieuses.
- Le Heritage Front, mouvement nationaliste d'extrême droite actif en Ontario et dans l'Ouest canadien. Ses activités sont concentrées dans la région de Toronto.
- La politique canadienne se situant souvent au centre gauche, le Parti conservateur du Canada tout comme plusieurs politiciens indépendants sont parfois décrits à tort comme étant d'extrême droite, bien qu'ils ne supportent aucunement les idéologies de l'extrême droite, ni dans leurs programmes, ni dans leurs rangs pas plus que dans leurs valeurs. En effet, au Canada, il n'existe aucun parti d'extrême droite organisé comparable au Front national français, par exemple.
- Le Ku Klux Klan (qui comprend plusieurs divisons dans l'ouest canadien en particulier) et Aryan Nations sont implantés surtout au Canada anglais, mais leur influence est très restreinte.
- Le négationniste Ernst Zündel qui a longtemps vécu au Canada a encore plusieurs disciples dans la région de Toronto qui perpétuent son activité éditoriale et révisionniste.

Danemark

- Entre 2001 et 2004, le pays était gouverné par Anders Fogh Rasmussen du Parti libéral (Venstre), qui bénéficiait de l'appui du parti populiste d'extrême droite Parti populaire danois ( Dansk Folkeparti en danois). Il a été réélu en 2005. Lors de ces élections, les mouvements qualifiés d'extrême droite ont progressé en obtenant 24 sièges au Folketing et en totalisant 13, 2% des voix.

États-Unis

Quelques petits partis classés à l'extrême droite existent aux États-Unis mais n'ont qu'une influence très limitée. Le plus important, le Constitution Party (Parti constitutionnaliste), nationaliste et populiste, s'oppose fondamentalement à la politique étrangère menée par la Maison-Blanche ces dernières années et accorde une très grande importance à la défense de l'identité nationale et à la lutte contre l'immigration. D'autres formations de moindre envergure viennent concurrencer le Constitution Party : le chrétien et ultra-conservateur American Heritage Party (Parti de l'Héritage américain) ainsi que le très nationaliste American Patriot Party. De nombreux groupes racistes et néofascistes existent également, la Constitution leur garantissant une liberté d'expression très large. C'est bien évidemment le cas du célèbre Ku Klux Klan, du Parti nazi américain, du National Socialist Movement (Mouvement national-socialiste) ainsi que de l'Alliance nationale mais aussi de toute une série de groupuscules dont l'influence n'est souvent que locale. Lors de l'élection présidentielle de 2008, le National Socialist Movement présentera un candidat, John Taylor Bowles, lequel se réclame du White Power.

France

Hongrie

Le Parti de la justice et de la vie hongroise (MIEP) a été créé en 1993 par des dissidents du principal parti de droite, le Forum démocratique hongrois (MDF). Un de ses dirigeants a déjà été condamné en 2002 pour propos antisémites. Il fait alliance avec la droite hongroise de Viktor Orban, le Jobbik, sur les « problèmes » des minorités juives et tziganes et demande que la nationalité hongroise soit accordée immédiatement à toutes les ethnies hongroises de l'étranger, en premier lieu aux Magyars de Slovaquie, Roumanie, Serbie et Ukraine. L'initiative a été rejetée par référendum en 2004. Le Jobbik est un parti d'extrême droite qui dispose d'un mouvement milicien et paramilitaire, la Garde hongroise, qui se veut l'héritière du Parti des Croix fléchées.

Japon

La mouvance d'extrême droite nippone est essentiellement liée au militarisme et aux nostalgiques de l'expansionnisme shôwa. Ces nostalgiques, représentés notamment par les Uyoku Dantai, contestent la validité des tribunaux de guerre internationaux comme le Tribunal de Tokyo et constituent la partie visible des nombreux groupes orientant l'idéologie du Parti libéral démocrate, notamment quant au révisionnisme des manuels scolaires. Désireux de ne pas s'aliéner une bonne part de leur base, les politiciens de ce parti émettent fréquemment des déclarations à teneur négationniste sur les crimes de guerre japonais; les dernières déclarations du premier ministre Shinzo Abe réfutant l'implication de l'armée impériale japonaise et de la marine impériale japonaise dans le dossier des femmes de réconfort en constituant l'exemple le plus probant. Le sanctuaire de Yasukuni où sont honorés des criminels de guerre du régime shôwa constitue l'un des principaux points de ralliement des extrémistes. Le premier ministre Koizumi a soulevé l'ire de ses voisins asiatiques par ses nombreux pèlerinages à cet endroit. Plusieurs politiciens nippons impliqués au sein de la dictature shôwa, suspectés de crimes de guerre et emprisonnés par les forces d'occupation ont par la suite occupé des fonctions politiques importantes, le plus célèbre étant Nobusuke Kishi, premier ministre en 1957. Pour l'historien John Dower, « Même les pacifistes japonais qui ont endossé les idéaux de Nuremberg et de Tokyo, et qui ont travaillé à documenter et à publiciser les atrocités du régime shôwa, ne peuvent justifier la décision américaine d'exonérer l'empereur (Hirohito) de sa responsabilité pour la guerre et ensuite, au sommet de la guerre froide, de libérer et peu après de se lier à des criminels de guerre d'extrême droite accusés comme le futur premier ministre Nobusuke KishiJohn Dower, Embracing Defeat, 1999, p. 562.. »

Pologne

- Młodzież Wszechpolska (Les Jeunesses polonaises) est un groupe d'extrême droite qui existe depuis 1922, dissout en 1945, et recréé en 1989. Lors de la Parade d'égalité du mouvement de libération gay du 11 juin 2005, ses membres ont jeté des pierres, des bouteilles, des pavés et des œufs contre les participants de la parade , pl.indymedia.org..
- Le 5 mai 2006, en désaccord avec le centre-doit, le PiS crée une coalition avec le très conservateur Roman Giertych, dirigeant de la Ligue des familles polonaises (LPR), nommé au ministère de l'éducation. Ce dernier a l'intention d'insister dans les programmes scolaires sur « les valeurs chrétiennes de la Pologne éternelleVéronique Soule, Maja Zoltowska, , Libération web, 13 mai 2006. ». Ce cabinet de coalition, négocié par Jaroslaw Kaczynski, soulève l'inquiétude d'une partie des Polonais.

Suisse

En Suisse, l'extrême droite est actuellement composée principalement de deux formationsL'Union démocratique du centre (en allemand Schweizerische Volkspartei, SVP ; en italien Unione Democratica di Centro, UDC ; en romanche Partida Populara Svizra, PPS), ne constitue pas un parti d'extrême droite à proprement parler, dans la mesure où elle se réclame des valeurs traditionnelles de la Suisse démocratique, participe aux coalitions gouvernementales et compte parmi ses rangs des personnalités modérées, comme le Bernois Adolf Ogi, ancien Président de la Confédération suisse en 1993 et 2000. Ses adhérents se partagent entre deux courants : un courant national-populiste, particulièrement développé dans la section zurichoise et dont l'homme fort est Christoph Blocher, et un courant plus modéré, plus proche du consensus gouvernemental et dont les bastions sont situés en Suisse romande. :
- Les Démocrates Suisses (DS), extrémistes au niveau des idées, mais malgré tout démocratiques et politiques.
- Le Parti nationaliste suisse (Partei National-Orientierter Schweiz, PNOS, en allemand). Les Démocrates suisses sont les descendants de l'Action nationale, fondée en 1961 par James Schwarzenbach. L'un de ses premiers combats fut le lancement de l'initiative « contre la surpopulation étrangère » qui vit Schwarzenbach, seul contre tous au Parlement, échouer devant le peuple (54 % de non). Actuellement, ce parti revendique, en plus des thèses habituelles de l'extrême droite (souveraineté, espace vital, etc.), une composante écologique, considérant que la Suisse serait surpeuplée et que cela nuirait à l'environnement. Depuis les élections de novembre 2007, ils ne sont plus représentés au parlement, mais sont par contre représentés dans quelques cantons, tous alémaniques. La présence des DS en Suisse romande est pratiquement nulle. Le PNOS, dont l'emblème est un drapeau suisse portant en surcharge un Morgenstern, est un parti nettement plus extrémiste et proche des milieux néonazis, plus dirigé vers les manifestations que vers la politique traditionnelle. Des membres du PNOS se sont présentés à des élections locales et cantonales (BE, AG). Des personnages importants du PNOS ont déjà été condamnés à des amendes et/ou des peines de prison pour incitation au racisme ou agressions.

Turquie

Le parti de l'action nationaliste (MHP) et sa milice privée, les « Loups gris » sont les principales organisations extrémistes turques depuis 1969. Une idéologie national-islamiste est à la base de leurs actions violentes (les « Loups gris » sont considérés comme responsables de l'assassinat de quelque 700 personnes, durant les « Années de plomb » 1974-1980). Ils s'opposent à toute concession sur les droits des Kurdes ainsi qu'à l'entrée de la Turquie en Europe. Ils entretiennent aussi des liens étroits avec des cercles politiques et militaires turques (un des chefs « clandestins » de la milice a été tué dans un accident de voiture en compagnie d'un ministre de l'État).

Ukraine

Le parti social-national et le parti républicain conservateur peuvent être assimilés à des partis extrémistes, mais l'organisation principale est l'Autodéfense nationale ukrainienne (UNA-UNSO), parti qui soutient ouvertement Ioulia Tymochenko et qui s'est fait remarquer par l'expulsion des prêtres russes d'églises orthodoxes, l'intimidation des minorités hongroises, polonaises et roumaines de l'ouest de l'Ukraine aux élections de 2004 et la demande de réhabilitation des combattants anti-communistes qui ont participé à coté des SS à l'invasion de la Russie.

Notes

Bibliographie

Travaux universitaires

- Joseph Algazy, L’Extrême droite en France, L’Harmattan, 1989.
- Alain Bihr, L'Actualité d'un archaïsme : la pensée d'extrême droite et la crise de la modernité, Éd. Page deux, 1999. 1919 pages. .
- Collectif (sous la direction de Hugo De Schampheleire et Yannis Thanassekos), Extreem rechts in West-Europa/L'extrême droite en Europe de l'Ouest, Bruxelles, Presses Universitaires de la Vrije Universiteit Brussel, 1991, 407 pages.
- Vincent Duclert, L'Histoire contre l'extrême droite. Les grands textes d'un combat français. Mille et une nuits, 2002, Les petits libres. 121 pages. .
- Pierre Milza, L'Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd'hui, Flammarion, collection « Champs », 2002.
- Collectif (sous la direction de Madeleine Rebérioux), L’Extrême droite en questions, EDI, 1991.
- Pierre-André Taguieff, L'Illusion populiste. Essai sur les démagogies de l'âge démocratique, Flammarion, collection « Champs », 2007, 459 p.
- Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Seuil, 2004. 432 pages.

Travaux non universitaires

- Christophe Bourseiller, La Nouvelle Extrême droite. Monaco, Paris, Éditions du Rocher, 2002, collection Documents. 235 pages. ISBN : 226804419X.
- Jean-Christophe Cambadélis et Éric Osmond, La France blafarde, 2001.
- Patrice Chairoff, Dossier néo-nazisme, éditions Ramsay, 1977.
- Olivier Guland, Le Pen, Mégret et les Juifs. L'obsession du « complot mondialiste », La Découverte, 2000.

Travaux d'auteurs proches de l'extrême droite ou favorables au négationnisme

- François Duprat, Les Mouvements d'extrême droite en France de 1940 à 1944. Paris, Éditions de l'Homme Libre, 1999. 324 pages.
- Id., Les Mouvements d'extrême droite en France de 1944 à 1971. Paris, Éditions de l'Homme Libre, 1998. 196 pages.
- Id., La Droite nationale en France de 1971 à 1975. Paris, Éditions de l'Homme Libre, 2002. 168 pages.
- Emmanuel Ratier, Les Guerriers d'Israël, Éditions FACTA, 1993 (sur l'extrême droite juive) ==
Sujets connexes
Adolf Hitler   Adolf Ogi   Adrien Arcand   Afrikaner (peuple)   Alain Bihr   Alexandre Douguine   Allemagne   Allemand   Alliance nationale (États-Unis)   Alsace   Anders Fogh Rasmussen   Années 1930   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Antisémitisme   Apartheid   Armée impériale japonaise   Aryan Nations   Assemblée nationale ukrainienne - Auto défense ukrainienne   Athéisme   Autriche   Bas-Rhin   Belgique   Bellicisme   Benito Mussolini   Bernard Antony   Bien commun   Black Panther Party   Brandebourg   Bruxelles   Chauvinisme   Christianisme   Christoph Blocher   Christophe Bourseiller   Congrès national africain   Constitution Party (États-Unis)   Corporatisme   Crimes de guerre japonais   Croix gammée   Danemark   Daniel Féret   Danois   Deutsche Volksunion   Die Republikaner   Dresde   Droite (politique)   Démocratie   Emmanuel Ratier   Ernst Zündel   Eugène Terreblanche   Extrémisme   Fascisme   Femmes de réconfort   Flandre (Belgique)   Fléau d'armes   Folketing   Franc-maçonnerie   France   Francis Detraux   Français   François Duprat (homme politique)   Front de la liberté   Front national (Belgique)   Front national (parti français)   Front nouveau de Belgique   Garde hongroise   Grèce   Guerre froide   Hirohito   Idéologie   Ioulia Tymochenko   Islamisme   Israël   Italie   Italien   James Schwarzenbach   Jean-Christophe Cambadélis   Jean-Marie Le Pen   Jean Thiriart   Jobbik   Joseph Algazy   Jun'ichirō Koizumi   Karl Popper   Ku Klux Klan   Libéral   Libéralisme   Libération (journal)   Ligue des familles polonaises   Loups gris   Lutte des classes   Madeleine Rebérioux   Marguerite Bastien   Marine impériale japonaise   Michel Winock   Monaco   Monarchisme   Mouvement Nation   Mouvement de résistance afrikaner   Mouvement national républicain   Mouvement social - Flamme tricolore   Mouvements et partis politiques   National-bolchévisme   National-catholicisme   National-populisme   Nationaldemokratische Partei Deutschlands   Nationalisme   Nationalisme druidique   Nationalisme révolutionnaire   Nazisme   Nick Griffin   Nobusuke Kishi   Négation de la Shoah   Négationnisme   Néonazisme   Olivier Guland   Ontario   Oswald Mosley   Oswald Pirow   Paris   Parlement   Parti autrichien de la liberté   Parti conservateur d'Afrique du Sud   Parti conservateur du Canada   Parti des Croix fléchées   Parti des forces nouvelles   Parti libéral démocrate   Parti national-socialiste des travailleurs allemands   Parti national (Afrique du Sud)   Parti national britannique   Parti nationaliste suisse   Parti nazi américain   Parti politique   Parti populaire danois   Patrice Chairoff   Paul Bouchard   Pierre-André Taguieff   Pierre Milza   Pierre Poujade   Populisme   Poujadisme   Profanation   Président de la Confédération suisse   Québec   Race aryenne   Race blanche   Race noire   Racisme   Religieux   Religion   Roman Giertych   Romanche   Roumanie   Révisionnisme au Japon   Révolution   Révolution française   Révolution industrielle   Salazar   Sanctuaire de Yasukuni   Saxe (Land)   Seconde Guerre mondiale   Serbie   Skinheads   Slobodan Milošević   Slovaquie   Socialisme   Société (sociologie)   Société secrète   Souverainisme   Suisse   Théorie du complot   Théorie du complot juif   Toronto   Totalitarisme   Tribu Ka   Troisième Reich   Ukraine   Union démocratique du centre   Unitarisme (politique)   Uyoku Dantai   Vincent Duclert   Vlaams Belang   XIXe siècle   Xénophobie   Zimbabwe   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^