Franche-Comté

Infos
La Franche-Comté est une région française de . Elle représente 3 % du territoire français et regroupe quatre départements : le Doubs (25), la Haute-Saône (70), le Jura (39) et le Territoire de Belfort (90). Si les trois premiers s'étendent chacun sur environ, le dernier n'occupe que et forme le plus petit département métropolitain en dehors de la couronne parisienne. La Franche-Comté est composée de 1 786 communes dont la surface moyenne est largement inférieure à
Franche-Comté

La Franche-Comté est une région française de . Elle représente 3 % du territoire français et regroupe quatre départements : le Doubs (25), la Haute-Saône (70), le Jura (39) et le Territoire de Belfort (90). Si les trois premiers s'étendent chacun sur environ, le dernier n'occupe que et forme le plus petit département métropolitain en dehors de la couronne parisienne. La Franche-Comté est composée de 1 786 communes dont la surface moyenne est largement inférieure à la moyenne métropolitaine (9 km au lieu de 15). Les petites communes sont les plus nombreuses : les deux tiers d'entre elles n'atteignent pas la moyenne régionale. Ses habitant(e)s sont les Francs-Comtois - Franc-Comtoises. Besançon, la capitale régionale et première ville de la région en terme de population, est à 405 km de Paris, 200 km de Nancy, 226 km de Strasbourg, 155 km de Bâle, 177 km de Genève, 195 km de Lyon et 91 km de Dijon. Ses habitants sont appelés les Bisontins et les Bisontines.

Histoire

Au fil des siècles qui précedèrent la naissance du Christ, la Franche-Comté vit se développer une importante civilisation et des échanges commerciaux, notamment dans le Jura; à cette époque se met en place la Séquanie, grande province gauloise, qui appella César pour mettre fin à l'ocupation du germain Arioviste, ce qui débuta la guerre des Gaules. Le nom de Franche-Comté n'apparut officiellement qu'en 1366 ; auparavant, on parlait du comté de Bourgogne. Une des possessions des Habsbourg correspondait grossièrement à l'actuelle Franche-Comté de nos jours Le comté de Bourgogne faisait partie du Saint Empire romain germanique, mais il jouissait d'une grande autonomie. Avec l'extinction de la branche masculine des comtes de Bourgogne, le comté va passer sous diverses influences (France, duché de Bourgogne, Espagne), mais toujours en conservant ses particularités, ses "libertés". La période espagnole correspond à une sorte d'âge d'or de la Franche-Comté. Mais cette phase de prospérité est interrompue par la guerre dite de Dix Ans (1634 - 1644), épisode comtois de la guerre de Trente Ans. Le comté de Bourgogne reste espagnol, mais, quelques années plus tard, Louis XIV le revendique. Il l'occupe en 1668 mais doit le rendre en application du traité d'Aix-la-Chapelle. La Franche-Comté devient définitivement française en 1678 par le Traité de Nimègue, sauf le comté de Montbéliard qui ne devint — volontairement — français que le 18 octobre 1793. À la Révolution, la province de Franche-Comté est partagée en trois départements : le Jura, le Doubs et la Haute-Saône. Belfort fait alors partie du Haut-Rhin. Lors de la guerre de 1870, la ville défendue par le colonel Denfert-Rochereau résiste au siège allemand. La ville n'ouvre ses portes que le 16 février 1871 sur l'ordre du gouvernement français. Soit quelques semaines après la signature officielle de l'armistice, le 28 janvier 1871. Cette résistance permet à la ville de rester française après l'annexion de l'Alsace Moselle. C'est à partir de cette date que la fortification de la région va prendre son ampleur pour la défense de la Trouée de Belfort, de la ville de Besançon et des passages vers les pays voisins. En 1922, Belfort et ses environs sont érigés en département sous le nom de Territoire de Belfort, devenant ainsi le quatrième département franc-comtois. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Franche-Comté se distingue par la présence de nombreux maquis. En juin 1940, l'armée allemande entre en Franche-Comté. La ligne de démarcation qui est en partie calquée sur la Loue, divise la région en deux. 99 résistants sont fusillés à la citadelle de Besançon. Septembre 1944, la région est libérée excepté le nord du département du Doubs qui le sera 2 mois plus tard.

Administration et Politique

La région de Franche-Comté est divisée en 4 départements : le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. La Région est la plus jeune des collectivités. Née en 1982, elle est composée de deux assemblées : le Conseil régional, élu au suffrage universel, qui prend les décisions et le Conseil économique et social, qui est une assemblée consultative composée de représentants de la vie économique sociale et culturelle, qui donne des avis. Le Conseil régional de Franche-Comté agit essentiellement sur quatre domaines :
- l’éducation, la formation et l'apprentissage
- le développement économique et l’emploi
- les infrastructures et les transports
- l’aménagement du territoire

Cirsconscriptions

La Franche-Comté compte cinq circonscriptions dans le Doubs, trois dans les départements du Jura et de la Haute-Saône, et deux dans le Territoire de Belfort. Elle était représentée jusqu'en 2007 par douze députés UMP et une députée socialiste. Après les législatives de 2007, le PS gagne un siège de plus, ainsi 2 députés franc-comtois aux couleurs socialistes et 11 aux couleurs de l'UMP.

Election présidentielle et législative de 2007

Géographie

Franche-Comté politique La Franche-Comté se divise en 4 départements: le Doubs (25), le Jura (39), la Haute-Saône (70) et le Territoire de Belfort (90). De part sa position stratégique au centre de l'Europe, la Franche-Comté est un passage obligé des mouvements à la fois humains et économiques. En effet, la région est très proche de 3 grands pays européens: la Suisse, l'Allemagne, et de l'Italie. La Franche-Comté est une région relativement montagneuse que l'on peut considérer comme encerclée par des massifs. On y trouve notamment la chaîne de montagnes du Jura, bordant la Suisse, qui culmine à 1720m. Au nord de la région se trouvent les Vosges et enfin plus au sud, les Alpes. Les deux principaux sommets sont le Crêt Pela à 1495m dans le Jura et le Mont d'Or culminant à 1463 m dans le département du Doubs. La région possède 5 350 km de cours d'eau dont 4 549 km où la pêche est possible et 320 km de voies navigables. On y dénombre pas moins de 80 lacs et 1000 étangs. Les principales rivières de la région sont
-la Saône
-l'Ain
-la Cuisance
-le Doubs
-la Loue
-l'Ognon
-la Bienne
-la Valouse
-le Suran
-la Seille
-le Hérisson
-la Savoureuse
-l'Autruche
-l'Allaine ou l'Allan (en France)
-le Lison Il existe aussi de nombreux lacs comme le Lac des Rousses, Lac de Chalain, Lac du Vernois, Lac de Vesoul-Vaivre, Lac de Saint-Point, Lac de Remoray, Lac de Bonlieu, Lac de Narlay et le fameux Lac de Vouglans qui est la deuxième retenue artificielle française avec 605 millions de m³.

Environnement

Le Lac de Vouglans dans le Jura La Franche-Comté est la région la plus boisée de France sur 42% de son territoire régional soit 705 000 ha. On y trouves de grandes forêts d'hêtres, de chênes et de sapins dont certains peuvent se dresser jusqu'à 40 mètres. L'épicéa et le sapin sont les arbres emblématiques du Jura et leurs massifs résineux sur plus de 10 000 hectares en font la plus grande sapinière européenne. Fière de son statut de région la plus verte de France, la Franche-Comté possède aussi la deuxième forêt de feuillus de France sur 22 000 ha: la Forêt de Chaux Deux grands types d'écosystèmes caractérisent cette région ; forestiers et des lacs/étangs/tourbières qui offrent un refuge à une biodiversité élevée, dont de nombreux oiseaux, cerfs, sangliers, écureuils, chat sauvage. Le grand tétras, le lynx et enfin le retour du chamois sont emblématiques de la protection et restauration des habitats naturels dans la région. La région est également connue pour ses pullulations de campagnols des champs, qui sont le réservoir sauvage d'une maladie parasitaire, l'échinococcose alvéolaire, qui peut être transmise à l'homme par les chats, chiens et renards.

Démograhie

Population

La population totale de la région était en 2006 de 1 146 000 habitants. La croissance démographique est d'environ 0.20% par an entre 1990 et 1999Insee; 2003. D'un point de vue démographique, la Franche-Comté est relativement contractée, avec d'un coté ses hauts-plateaux et ses bassins relativement vide avec quelques villages et petites villes clairsemés. De l'autre coté, elle compte deux grands bassins démographiques, les deux situés dans le département du Doubs, l'un à cheval sur le Territoire de Belfort cependant: le pôle urbain de Belfort-Montbéliard-Héricourt-Delle avec 300 000 habitants, suivi de celui de Besançon avec plus de 200 000 habitants. Pour autant, Besançon est la première unité urbaine de la région Franche-Comté avec environ 134 000 habitants, devant celle de Belfort, 82 000 habitants. Le Doubs est le premier département de la région avec 512 900 habitants. Il regroupe à lui seul près de la moitié de la population franc-comtoise. Il est suivi du Jura avec 255 200 habitants, puis la Haute-Saône avec 234 100 habitants et enfin le Territoire de Belfort et ses 139 600 habitants - qui est pourtant jusqu'à presque 10 fois plus petits que ses voisins en terme de superficie.

Immigration

Origine des immigrés de Franche-Comté En 1999 la Franche-Comté comptait 65 541INSEE 1999 immigrés où 1/3 étaient français par acquisition. 5, 9% de la population franc-comtoise est immigrée contre 7, 4% au niveau national. Bien que la part des immigrés soit stable depuis 1975 dans la métropole, elle a diminuée d'1, 4 point dans la région. Bien que le Territoire de Belfort soit le moins peuplé, il reste néanmoins le seul où la moyenne d'immigrée est comparable à celui de la France. Les immigrés sont surtout présents dans les grandes villes telles Besançon, Saint-Claude, Belfort et Montbéliard. Les 5 pays d'origines les plus représentés sont le Maroc (15.7%), l'Algérie (14.1%), le Portugal (13.9%), l'Italie (12%) et la Turquie (10.6%). Ils représentent à eux seuls près des 2/3 des immigrés franc-comtois. On décèle aussi une importante proportion d'immigrés originaires de l'ex-Yougoslavie: 4, 8% alors qu'ils ne sont qu'1, 7% au niveau national. Les premières vagues d'immigration, début du , sont d'origines européennes: les Italiens seraient les premiers à arriver dans la région dès les années 1920 puis arrivent les Polonais. Les portugais sont arrivé plus tardivement, dès la fin des années 50 seulement mais leur nombre augmente nettement jusqu'aux années 70. Les Maghrébins sont arrivés fin de la Seconde Guerre Mondiale, composé quasiment que d'Algériens; Les Marocains n'arrivent qu'en petit nombre, cela jusqu'en 1969 où on enregistre cette année plus d'arrivées marocaines que d'algériennes. L'immigration maghrébine n'a ensuite cessé de diminuer. Les Turcs ont maintenus leurs arrivés soutenus dès les années 70 jusqu'au début des années 80. Entre 1975 et 1999, la population immigrée a diminué de 14% alors que la population franc-comtoise progressait de 5, 7% Ainsi, le nombre d'immigrés est de 5.9% alors qu'il était de 7, 3% avant. Part des immigrés à travers les quatre départements de Franche-Comté

Principales villes

Économie

La Franche-Comté est la première région industrielle de France, 6 emplois sur 10 sont dans le tertiaire et le taux de chômage s'élevait à 8.5 %. Le PIB par habitant en 2002 y était de 21 897 €. Elle est également la plus exportatrice de France (INSEE : Connaître la Franche-Comté édition 2005). En 2003, le PIB Franc-comtois s'élèvait à 25.6 milliards d'€ INSEE, 2006 soit 1, 6% du PIB français. Le PIB de la région croît à un rythme moyen de 2% par an ce qui classe la Franche-Comté parmi les régions les plus dynamiques de France. Ce dynamisme est notamment dut à un domaine industriel conséquent.
- en millions d'€
La Chambre de commerce et d'industrie du Doubs à Besançon Le pôle urbain Montbéliard-Belfort est le centre économique de la région, essentiellement dédié à l'automobile et au TGV. Le site industriel Peugeot - Citroën Sochaux est le premier (toutes industries confondues) de France avec 13 841 salariés en septembre 2006. Il produit actuellement la Peugeot 607 et la Peugeot 307. Il est aussi le premier employeur de la région. L'automobile se voit être le fleuron de l'industrie , Peugeot et ses autres filiales y représentent jusqu'à 10% de la production de France. A Belfort se situe les usines Gec-Alsthom spécialisées dans la production ferroviaire notamment pour les TGV. La ville de Besançon est un véritable centre pour les secteurs de la méchanique. Elle est un pôle d'excellence historique des microtechniques, du temps fréquence et du génie biomédical, ainsi que le premier centre européen du découpage de haute précision. En juin 2005, la ville s'est vu décerner un label de pôle de compétitivité national dans le domaine des microtechniques. La région possède aussi un potentiel dans le secteur de la recherche. On trouve à Besançon l'ENSMM ou l'École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques, l'Ecole Nationale d'ingénieurs à Belfort ou l'institut Polytechnique de Sévenans. Malgré une industrie forte, l'agriculture franc-comtoise n'est pas en reste et l'exploitation forestière, la production de viande, de lait et de fromages sont bien développées. Le tourisme tend à devenir une industrie de plus en plus importante dans la région, de part sa géographie qui permet de nombreuse activité comme le VTT, l'escalade, la pêche, le ski etc...

Éducation

Chiffres-clés Site du Conseil Régional Lycées L'académie de Besançon se caractérise par un équilibre entre le nombre de lycées et de lycées professionnels. Supérieur et professionnel Liste des établissements d'enseignement supérieur

Lieux et sites d'exception

De part son histoire à la fois romaine, gauloise, espagnole et finalement française, la Franche-Comté jouit d'un héritage culturel des plus riches et fabuleux qui racontent le passé de la région.
- La Chapelle de Ronchamp a été construite sur la colline de Bourlémont à Ronchamp en Haute-Saône par l'architecte franco-suisse Le Corbusier. Commencée en 1950 elle fut terminée en 1955. La chapelle est consacrée le 25 juin 1955 par l’Archevêque de Besançon.
- La Citadelle de Besançon est l'une des plus belles citadelles fortifiées de Vauban de France. Elle est en parfait état de conservation, aménagée en lieu multiculturel touristique et donne à la ville de Besançon beaucoup de son caractère. Elle reste aussi un haut lieu de tourisme Franc Comtois avec 300 000 visiteurs par an.
- La Saline royale d'Arc-et-Senans située sur la commune d'Arc-et-Senans (Doubs) est une œuvre de Claude Nicolas Ledoux, célèbre architecte visionnaire. Elle avait pour but la production de sel, et devait remplacer les salines vieillissantes de Salins-les-Bains et de Lons-le-Saunier. Ledoux conçut l'ensemble architectural en forme de demi-cercle (370 m de diamètre), comprenant les installations techniques et les logements des ouvriers.
- Le Lion de Belfort est une sculpture de Frédéric Bartholdi, située à Belfort. Longue de 22 m et haute de 11 m, elle est constituée de blocs de grès rose de Pérouse, sculptés individuellement, puis déplacés sous le château de Belfort pour y être assemblés. L'œuvre symbolise la résistance héroïque de Belfort menée par le colonel Denfert-Rochereau pendant le siège de la ville par l'armée prussienne, qui dura 103 jours (de décembre 1870 à février 1871).
- Le Château de Joux est situé dans le Doubs, il surplombe la Cluse de Pontarlier. Mentionné au XIe siècle (1034), il est reconstruit en pierre au XIIe siècle par la famille des sires de Joux. En 1690, Vauban l'agrandit et en améliore les défenses. Il servit durant l'Ancien Régime et la Révolution de prison d'État. Il est célèbre pour avoir reçu en ses murs Mirabeau, Toussaint Louverture, Heinrich von Kleist...
- Le Lac de Vouglans est situé dans le Jura. Il est la deuxième retenue artificielle française avec 605 millions de m³ après Serre-Ponçon. Un barrage (voûté à double courbure) a été installé par EDF entre 1964 et 1969.
- Le Ballon d'Alsace est un sommet situé dans la partie sud de la chaîne des Vosges, aux confins des régions d'Alsace, de Franche-Comté et de Lorraine. Situé au cœur du Parc naturel régional des Ballons des Vosges, le Ballon d'Alsace est classé grand site national. Extrémité sud du massif, il culmine à 1 247 m d'altitude. Il offre ainsi un panorama grandiose, depuis la Forêt Noire vers l'est, la chaîne des Alpes Bernoises au sud jusqu'en direction du mont Blanc que l'on peut apercevoir en hiver quand la brume se dissipe.
- Le Hérisson est une petite rivière du massif du Jura qui rejoint ensuite la vallée inférieure en sautant près de 300 mètres de dénivelé en 3 km en constituant les Cascades du Hérisson qui sont parmi les plus remarquables du Jura', particulièrement impressionnantes au moment de la fonte des neiges ou lorsqu'elles sont gelées lors des grands froids que peut connaître la région.
- On compte aussi, dans une mesure plus moindre, d'autres sites tel le Château de Montbéliard, le très pittoresque village de Lods dans le Doubs, le plus grand gouffre aménagé de France: celui de Poudrey ou encore le reculée de Baume-les-Messieurs. Malgré ça, La région n'accueille qu'environs 1, 7% des séjours passés en France, loin derrière la Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Île-de-France, fortes respectivement d'un climat méditerranéen avec la proximité de la mer et un très grand nombre de monuments, notamment de la capitale.

Transports

Axes de communication en Franche-Comté Canal du Rhône au Rhin Le réseau routier de la région est similaire, dans sa densité, par rapport aux autres régions voisines, cependant les réseaux ferrés et fluviales sont beaucoup moins présents. Le principal axe Saône-Doubs est l'épine dorsale du territoire et traverse la région d'est en ouest est le plus performant de la région, il est notamment représenté par une infrastructure autoroutière de qualité, une ligne ferroviaire et le canal Rhin-Rhône. Le second axe, qui lui est orienté Nord-Sud, est en revanche moins facilement identifiable; La ligne Besançon-Lyon contribue cependant à cet axe. Néanmoins les relation Nord-Sud de la région restent moins performantes.
- Infrastructures franc-comtoises: Quelques points clés.
- Franche-Comté: Première région exportatrice de France ! Son taux de couverture, de 192 % en 2004 (échanges en valeur), est le plus élevé de France. De pars sa localisation excentré, la distance moyenne des flux de transport de marchandises entre la Franche-Comté et les autres régions est très supérieure à la moyenne nationale (124 km contre 98 km). Sur un total de 54, 1 millions de tonnes échangées en 2002 (sauf échanges ferroviaires (2 millions) qu'il est impossible d'affecter entre les départements), le Doubs totalise 47 % des trafics, lui prodiguant un rôle de tête dans l'économique de Franche-Comté.
- Dont industrie automobile 43%

- Dont industrie automobile 8%

Culture

Langues

- Le Franc-comtois Le franc-comtois est une langue romane appartenant à la famille des langue d'oïl qui se parle notamment en Franche-Comté. On la désigne par « franc-comtois », « langue comtoise », « parler comtois d'oïl » et souvent par le terme de patois. On peut la désigner également par le terme jurassien ou franc-comtois-jurassien car elle est également parlée dans le canton du Jura en Suisse. Le franc-comtois-jurassien fait partie d'un groupe linguistique qui comprend le picard, le wallon ainsi que le lorrain. Ces langues ont en effet un certain nombre de caractéristiques en commun, notamment une influence germanique. La langue se retrouve sur les départements de la Haute-Saône, du Territoire de Belfort, du Doubs, dans la partie nord du Jura, ainsi que dans le canton du Jura (Suisse) ainsi qu'une petite partie du département du Haut-Rhin alsacien. Son domaine est limité au sud par les zones des parlers francoprovençaux, à l'ouest par les parlers bourguignons et champenois et au nord par le lorrain. En franc-comtois, Franche-Comté se dit Fraintche-Comtè.
-Le Francoprovençal La partie sud de la Franche-Comté (sud du département du Jura et du Doubs) fait partie de l'ensemble linguistique « francoprovençal » (aussi appelé arpitan). Le francoprovençal constitue l'une des trois grandes langues romanes avec l'occitan (langue d'oc) et le groupe des langues d'oil. Cette langue possède de nombreuses variations locales et se décline en de nombreux dialectes. À mi-chemin entre le groupe des langues d'oïl et la langue d'oc, il constitue un groupe linguistique roman distinct. Il existe une variante dialectale parlée dans le sud de la Franche-Comté : le jurassien. En francoprovençal, Franche-Comté se dit Franche-Comtât.

Exemples

| border="1" cellspacing="0" padding="5" !Mot || Traduction Française |-- | arquer || avancer, marcher |-- | cheni || poussière |-- | chouiner || pleurer |-- | cornet || sac en plastique |-- | cru || froid et humide |-- | daubot || idiot et simplet |-- | fier || acide, amer |-- | gaugé || trempé |-- | gauper || habiller |-- | grailler || manger |-- | murie || sale bête, sale femme |-- | peut, peute || laid, laide |-- | pelle à cheni || ramasse-poussière |-- | yoyotter || dire des sornettes |-- | beuillot || trou, cabosse |-- | ceuillot || cuillère |--

Architecture

- Le symbole le plus marquant de la Franche-Comté (parce que visible) est sans aucun doute le Clocher Comtois dit Clocher à dôme à impériale. Il existe 665 clochers de ce type "dôme à l'impérial" (forme généralisée du à mi-), tous différents les uns des autres par leur taille et surtout leur couverture. Couverture faite soit de tavaillons ou de plaques de métal dans les régions froides et enneigées et de tuiles plates vernissées dans les plaines. Les différentes couleurs vives de ces tuiles permettent d'obtenir des motifs géométriques du plus bel effet et de différencier les villages les uns des autres. Un bel exemple de couverture en tuiles vernissées est représenté par l'hôtel de ville de Gray en Haute-Saône ou les Hospices de Beaune en Côte-d'Or.
- Les Fermes à tuyé sont des habitations typiques à la région. Relativement étendue, elle devait pouvoir protéger l'élevage des longs hivers. On appelait tuyé l'immense cheminée en bois pyramidale sur le toît mais aussi la pièce qui servait jadis de fumoir.
- Forts et fortifications sont légions en Franche-Comté. De part son histoire mouvementée, la Franche-Comté possède de nombreux châteaux qui en témoigne. L'oeuvre, celle de Vauban, la plus époustouflante reste la Citadelle de Besançon mais ce n'est pas sans mentionner le Fort Griffon ou les fortifications de Belfort.

Gastronomie

Comté La cuisine franc-comtoise est traditionnelle, au fort goût du terroir.
- Le Comté est un fromage à pâte pressée au goût très fruité, dont la capitale se trouve à Poligny dans le Jura. Il est raffiné entre 4 et 12 mois et on lui octroit des soins quasi quotidiens.
- La Fondue dont l'ingrédient principal est le comté.
- La Cancoillotte ou "fromage qui colle" est quasi-liquide. Elle est obtenue à partir du "metton", lait cru, caillé, écrémé et chauffé. Usuellement mélangé à de l'ail ou du vin blanc, elle se déguste normalement avec des pommes de terres chaudes.
- Le Mont d'Or
- Le Morbier
- L’Absinthe, ou fée verte est une boisson alcoolisée.
- l'Anis de Pontarlier, dérivé de la fameuse absinthe, doit son goût à l'anis vert d'Espagne distillé.
- La Saucisse de Morteau et la Saucisse de Montbéliard. Elles sont lentement fumées à la sciure de résineux, qui accompagnent les potées comtoises.
- La célèbre Mortuacienne, authentique limonade du Haut-Doubs

Art

- . Ce festival a lieu chaque été au mois d'août (2 et 3 semaine). De nombreux concerts d'orgues sont proposés sur les instruments classés MH. du Jura tout en laissant la part belle aux concerts avec chanteurs, instruments, etc. Répertoire : baroque, romantique, contemporain...
- La Crèche Comtoise est un théâtre populaire qui met en scène la culture franc-comtoise de la fin du .
- L'Herbe en Zik à Besançon
- de Belfort
- Le Festival international de musique universitaire
- Le Festival international des cinémas d'Asie
- les journée artisanale et artistique de fondremand depuis 33 ans autour du 14 juillet avec ces exposant et sont feu d'artifice qui est le plus gros de la région
- Jazz en Franche-Comté est un festival de jazz et de musique improvisée créé en 1981 qui se déroule durant la deuxième quinzaine du mois de juin.

Folklore

- La légende de la Vouivre: La Vouivre est une créature mi-femme mi-homme. Rarement pourvue de pattes, elle possède toujours deux grandes ailes de chauve-souris qui lui permettent de voler. Mais surtout elle porte au front une énorme pierre précieuse d’une valeur inestimable, l'ont dit souvent que c'est un rubis appelé “escarboucle”, parfois un diamant, et d’un éclat tel que lorsque la Vouivre vole, la nuit, elle laisse derrière elle comme une traînée de feu. Elle dépose la pierre sur la rive, qu’elle cache avant de boire ou de se baigner ; c’est à ce moment-là seulement qu’on a des chances de s’en emparer : alors la fortune de l’audacieux est faite. Mais si la Vouivre surprend le voleur, sa vengeance est terrible. La Créature passe la plus grande partie de son temps sous terre. Son repaire peut être un trou, une caverne ou le souterrain d’un château en ruines. Mais elle fréquente aussi les milieux aquatiques : rivières tranquilles, étangs paisibles, sources ou parfois même fontaines en plein cœur d’un village. C’est là qu’elle va boire ou se baigner. Elle n’est pas un animal vagabond. Ses déplacements se limitent souvent à retourner à son repaire ou aux lieus aquatiques qu'elle a choisi. Ses sorties sont régulières. Ainsi, à Avoudrey, c’est chaque année, à Noël seulement, qu’on peut espérer l’apercevoir ; à Mouthier-Haute-Pierre, c’est plus précisément encore, ce soir-là, au onzième coup de minuit. Tant qu’on ne la provoque pas, la Vouivre n'est pas offensive. Elle reste indifférente aux Hommes mais si l’on tente de s’emparer de son escarboucle, la bête devient furieuse, fond sur l’imprudent pour le mettre en pièce.
- La République libre du Saugeais: Le Saugeais ou Sauget est une entité géographique composée de onze communes du Haut-Doubs en France réunies en une république folklorique baptisée « République libre du Saugeais ». Montbenoît en est la capitale politique, et Gilley la capitale économique. La république du Saugeais fait au total 125km².

Divers

- La Montbéliarde
- Le Maîchard

Tourisme

Métabief, station de montagne dans le département du Doubs La Franche-Comté accueille environ 1, 7% des séjours français INSEE, mai 2006, aussi bien pour les séjours courts que les longs. Durant la saison hivernale, les séjours sont particulièrement concentrés dans les massifs montagneux. Cependant, la Franche-Comté figure ainsi parmi les nombreuses régions françaises peu touristiques: 7 régions sur 22 concentrent les 2/3 des nuitées françaises. En tête: le littoral méditerranéen ou atlantique ainsi que les Alpes sont les plus plébiscités par les Français. La Franche-Comté n'enregistre pas non plus par un accueil important de touristes étrangers : malgré la position frontalière de la région, entre 1 et 2% des touristes séjournant en France viennent en Franche-Comté. Durant l'hiver, la région, de pars ses atouts montagneux, accueille ainsi de nombreux amateurs de sport d’hiver. Cependant, la place du ski alpin est très faible, seul 0, 5% du chiffre d’affaires des remontées mécaniques en France provient du massif du Jura. En revanche, ce dernier est fort prisé pour le ski de fond. L’été, la Franche-Comté offre aux amateurs de randonnées et de VTT de nombreuses activités. On pratique également la pêche au bord des rivières de la région. L’hôtellerie de plein air concentre près de 40% de ses nuitées dans le pays des Lacs avec la présence de campings de taille relativement importante importante. Tous hébergements confondus, près des 2/3 de la consommation touristique est faite d'avril à septembre.

Personnalités connues

Symboles

Il existe un certain nombre de symboles franc-comtois dont beaucoup sont tirés des diverses racines historico-culturelles de la région (Bourgogne, Empire Germanique...)
- La Croix de saint André (aussi dite de Bourgogne) qui fait partie de l'héritage bourguignon légué à la Franche-Comté après la chute des ducs-comtes de Bourgogne. Cet emblème anti-français est fréquemment arboré par les patriotes comtois.
- Les Armoiries de Franche-Comté: D'azur semé de billettes d'or au lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout au même titre que son drapeau.
- Le Drapeau de Franche-Comté, fût choisi par Othon IV en 1279 pour se rapprocher de la France, il perdra ce sens avec le temps pour devenir et rester l'emblème comtois par excellence. On le retrouve sur le sceau du Parlement de Dole ainsi que sur les armoiries d'un grand nombre de villes de Franche-Comté telles Dole, Vesoul, Luxeuil, Ornans... La couleur azur exprime la fidélité, l'or l'intelligence et le prestige, et le rouge (gueules en langage héraldique) le désir de servir sa patrie. Les billettes d'or sont là pour rappeler l'omniprésence des forêts en pays comtois. Pour être authentique, le lion doit avoir un sexe, les griffes et la langue rouges et une couronne, soulignant la souveraineté de la Comté.
- L'Aigle Germanique de gueules, à l'aigle éployée d'argent à été repris par les premiers comtes de Bourgogne qui étaient vassaux de l'Empire Germanique sur leur écu. Il fût plus tard remplacé par le Lion d'Othon présent sur la drapeau franc-comtois. On retrouve aussi l'aigle sur les armoiries actuelles de Besançon. Dépendant directement du Saint Empire pendant des siècles bien que le reste de la Comté demeurait autonome, la ville conserva l'aigle noir sur ses armes.
- Les Ramures de Cerf des Wurtemberg sont l'héritage d'une histoire marquée par la Maison de Wurtemberg, les Trois demi ramures de cerf de sable apparaissent sur les blasons de plusieurs villes du Pays de Montbéliard, rappelant le passé original de cette terre protestante.
- La Devise de la Franche-Comté : Comtois, rends-toi ! – Nenni, ma foi. Elle symbolise l'opiniâtreté et la détermination du Comtois. Image:Franche-Comté.svg| Le Drapeau Franc-Comtois D'azur semé de billettes d'or, au lion couronné du même, armé et lampassé de gueules. Image:Armoiries Comté de Bourgogne ancien.png|L'Aigle Germanique de gueules, à l'aigle éployée d'argent." Image:Flag - Low Countries - XVth Century.svg|La Croix de Saint-André D'argent au sautoir écoté de gueules. Image:Wappen Wuerttemberg.png|Les Ramures de Cerf des Wurtemberg Trois demi ramures de cerf de sable

Notes et références

==
Sujets connexes
Adolphe Kégresse   Agriculture   Aigle (héraldique)   Ain (rivière)   Alain Joyandet   Albert Edelfelt   Algérie   Alimentation   Allaine   Allemagne   Alpes   Alsace   Alstom   Ange   Angkor   Anis   Arbois   Arc-et-Senans   Archevêque   Arioviste   Arlette Laguiller   Armoiries de la Franche-Comté   Audincourt   Autruche (rivière)   Avoudrey   Baccalauréat (France)   Ballon d'Alsace   Baume-les-Messieurs   Beaune   Belfort   Belgique   Bernard Clavel   Besançon   Bienne (rivière)   Biodiversité   Bois   Bon Adrien Jeannot de Moncey   Bourgogne   Bâle   Bélinographe   Bûcher   Calixte II   Canal du Rhône au Rhin   Cancoillotte   Canton du Jura   Cardinal (religion)   Cerf élaphe   Chambre de commerce et d'industrie   Chamois   Charles Fourier   Charles Nodier   Chasse, pêche, nature et traditions   Chat   Chat sauvage   Chien   Chimie   Château de Montbéliard   Chêne   Citadelle de Besançon   Claude-Max Lochu   Claude Goudimel   Claude Jeannerot   Claude Joseph Rouget de Lisle   Claude Nicolas Ledoux   Clocher à dôme à impériale   Clément V   Commune de Paris (1871)   Commune française   Comtois (race équine)   Comté (fromage)   Comté de Bourgogne   Conseil régional de Franche-Comté   Construction   Croix de saint André   Crêt Pela   Cuisance   Côte-d'Or   Damien Meslot   Delle   Devise de la Franche-Comté   Dijon   Dole (Jura)   Dominique Voynet   Doubs (département)   Doubs (rivière)   Déchet   Démonologie   Edgar Faure   Edwige Feuillère   Engrais   Espagne   Europe   Fabrice Guy   Famille Peugeot   Festival international de musique universitaire   Festival international des cinémas d'Asie   Fondremand   Fondue   Fort de Joux   Fortifications de l'Est   Forêt-Noire   Forêt de Chaux   Franc-comtois   France   Francoprovençal   François-Paul de Lisola   François Bayrou   Françoise Branget   Front national (parti français)   Frédéric Japy   Frédéric Nihous   Gentilé   Genève   Georges Cogniot   Georges Cuvier   Gilley (Doubs)   Gouffre de Poudrey   Grand tétras   Gray (Haute-Saône)   Grèce   Guerre de Trente Ans   Guerre des Gaules   Guillaume Aldebert   Gustave Courbet   Gérard Bailly   Gérard Schivardi   Habsbourg   Haut-Doubs   Haut-Rhin   Haute-Saône   Heinrich von Kleist   Henri Mouhot   Henry Boguet   Herbe en Zik   Hilaire de Chardonnet   Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau   Houille   Hubert-Félix Thiéfaine   Héricourt (Haute-Saône)   Hérisson (rivière)   Institut d'administration des entreprises   Institut universitaire de formation des maîtres   Institut universitaire de technologie   Irlande   Italie   Jacques Grosperrin   Jacques Pélissard   Jacques de Molay   James Cook   Jazz en Franche-Comté   Jean-Charles Pichegru   Jean-François Tapray   Jean-Marie Binetruy   Jean-Marie Le Pen   Jean-Marie Sermier   Jean-Michel Villaumé   Jean-Pierre Chevènement   Jean Garneret   Jean Messagier   Jean de Gribaldy   José Bové   Jules Bonnot   Jules César   Jules Grévy   Jura (département)   La Guerre des boutons (roman)   La Marseillaise   Lac de Bonlieu   Lac de Chalain   Lac de Narlay   Lac de Remoray   Lac de Saint-Point   Lac de Vouglans   Lac des Rousses   Lac du Vernois   Lacuzon   Laurence Semonin   Le Corbusier   Les Verts (France)   Ligue communiste révolutionnaire   Lion de Belfort   Lison (rivière)   Liste du patrimoine mondial   Lods   Longchaumois   Lons-le-Saunier   Lorrain   Lorraine   Loue   Louis Pasteur   Louis Pergaud   Louis Vuitton   Lutte ouvrière   Luxembourg (pays)   Lynx (mammifère)   Lyon   Maison de Wurtemberg   Manufacture   Marcel Aymé   Marcel Bonnot   Marie-Christine Dalloz   Marie-George Buffet   Maroc   Massif des Vosges   Massif du Jura   Maurice Deloraine   Michel Blavet   Michel Raison   Michel Zumkeller   Molay (Haute-Saône)   Moncey   Mont Blanc   Mont d'Or (Doubs)   Mont d'Or (fromage)   Montbenoît   Montbéliard   Montbéliarde   Montigny-lès-Cherlieu   Morbier (fromage)   Morez   Moselle (département)   Mouthier-Haute-Pierre   Mouvement pour la France   Musée de l'Aventure Peugeot   Métabief   Métallurgie   Nancy   Nicolas Sarkozy   Nomeny   Nord-Pas-de-Calais   Occitan   Ognon (Franche-Comté)   Olivier Besancenot   Onde de choc   Ordre du Temple   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Orgelet (Jura)   Ornans   Otton IV du Saint-Empire   Parc naturel régional des Ballons des Vosges   Paris   Parti communiste français   Parti socialiste (France)   Paul-Émile Victor   Pays-Bas   Pays de la Loire   Peugeot   Peugeot - Citroën Sochaux   Peugeot 307   Peugeot 607   Philippe Grenier   Philippe IV de France   Philippe de Villiers   Picard   Pierre-Henri Hugoniot   Pierre Joseph Proudhon   Pierre Marti   Pierre Moscovici   Pierre Philippe Denfert-Rochereau   Poligny (Jura)   Politique de la Franche-Comté   Pont-de-Roide   Pontarlier   Portugal   Prix Renaudot   Provence-Alpes-Côte d'Azur   Pétrole   Quingey   Rallye automobile   Raymond Forni   Reculée   Reims   Renard   René Thom   Romantisme   Ronchamp   Royaume-Uni   Région française   Révolution française   Saint-Claude (Jura)   Saline royale d'Arc-et-Senans   Salins-les-Bains   Sanglier   Sapin   Saucisse de Montbéliard   Saucisse de Morteau   Saugeais   Savoureuse   Saône (rivière)   Seconde Guerre mondiale   Seille (Saône)   Septembre   Sidney   Spiritueux aux plantes d'absinthe   Sport   Strasbourg   Stéphane Peterhansel   Suisse   Suran (rivière)   Surréalisme   Sylvain Guillaume   Ségolène Royal   TGV   Territoire de Belfort   Thomas Gousset   Toussaint Louverture   Traité d'Aix-la-Chapelle (1668)   Traité de Nimègue   Tristan Bernard   Trouée de Belfort   Turquie   Tuyé   Union pour la démocratie française   Union pour un mouvement populaire   Unité de formation et de recherche   Unité urbaine   Université de Franche-Comté   Université de technologie de Belfort-Montbéliard   Vaccination   Valentigney   Valouse (affluent de l'Ain)   Versailles   Vesoul   Victor Bérard   Victor Hugo   Villes et Pays d'Art et d'Histoire   Vincent Defrasne   Vouivre   Vélo tout terrain   Wallon   Xavier Marmier   Yougoslavie   Yves Ackermann   Yves Krattinger  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^