Melun

Infos
Melun est une commune française, située dans le département de Seine-et-Marne et la région Île-de-France. Elle est le siège de la préfecture. Ses habitants sont appelés les Melunais (plus rarement Melunois ou Melodunois).
Melun

Melun est une commune française, située dans le département de Seine-et-Marne et la région Île-de-France. Elle est le siège de la préfecture. Ses habitants sont appelés les Melunais (plus rarement Melunois ou Melodunois).

Géographie

Melun est situé à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Paris, dans un méandre de la Seine, entre Brie et Gâtinais. La ville est constituée de trois parties :
- l'île Saint-Étienne, sur la Seine ;
- la rive sud, convexe, constituée de la plaine de la Varenne, qui monte doucement vers la forêt de Fontainebleau ;
- la rive nord, concave, qui voit confluer avec la Seine un petit affluent, l'Almont, et qui, de chaque côté de la vallée de l'Almont, monte à l'assaut du plateau de la Brie : à l'ouest ce sont les quartiers Saint-Aspais et Saint-Barthélemy, à l'est c'est le quartier Saint-Liesne. Localités limitrophes : Le Mée-sur-Seine, Dammarie-les-Lys, La Rochette, Vaux-le-Pénil, Maincy, Rubelles, Voisenon, Vert-Saint-Denis

Histoire

C'est une ville dont les traces remontent à 52 avant J.-C. (Melodunum). Son nom moderne date du (latin Metlosedum). Savinien et saint Aspais prêchent l'évangile à Melun dès le . Clovis élève Melun au rang de duché. Il fait fortifier la ville qui connaît un renouveau. Sa richesse engendre quelques malheurs tel les raids vikings qui touchent également cruellement la ville. Citons ici les raids de 852 et de 886 pour l'exemple. En 991, avec la complicité du vicomte de Melun, Eudes Ier de Blois s'empare de la ville qui appartenait à Bouchard le Vénérable, comte de Vendôme et de Melun depuis son mariage avec Elisabeth de Melun. Étant un fidèle d'Hugues Capet, une alliance fut montée avec Foulque Nerra, gendre de Bouchard et Richard Ier de Normandie qui permit la reprise de la ville. Les premiers Capétiens résident souvent à Melun tandis que Montereau se dote d'un château fort en 1026. Quand Abélard est chassé de Paris en 1138, c'est à Melun qu'il vient poursuivre son enseignement. Constance d'Arles, veuve du roi Robert II, y meurt en 1032. En 1420, Melun soutient un siège mémorable devant les Anglais et les Bourguignons. La famine cause la chute de la ville. La devise de la ville est :(Fides muris usque ad mures ) « Fidèles aux murs jusqu'à manger des rats ». Cette devise vient du fait que les habitants de Melun résistèrent lors du siège anglais en mangeant les rats. Le département de Seine-et-Marne est formé le 4 mars 1790 par assemblage de parties de l'Île-de-France, de la Brie, de la Champagne et du Gâtinais. Melun devient préfecture. Voir aussi : Liste des comtes de Melun

Blasonnement

100px
-D'azur semé de fleurs de lis d'or, au château donjonné de trois tours d'argent maçonné de sable, brochant sur le tout.

Devise

-Fida muris usque ad mures : Fidèles aux murs jusqu'aux rats (c’est-à-dire jusqu'à manger des rats).

Administration

Voir:Liste des maires de Melun.

Économie

La ville produit le brie de Melun, un fromage proche du brie de Meaux mais plus petit et plus corsé. L'École des officiers de la gendarmerie nationale est implantée à Melun depuis 1945. L'Université Paris II - Panthéon-Assas y dispose d'une antenne préparant aux premiers cycles de droit, de sciences économiques et d'AES (île Saint-Étienne). Ce centre universitaire s'est notamment distingué par une première mondiale : la création de 3 diplômes pour les détectives et enquêteurs privés Les principales activités économiques de la ville sont l'industrie pharmaceutique, l'aviation (usine Snecma de Villaroche). Melun abrite une prison pour longues peines (la « centrale » sur l'île Saint-Étienne).

Monuments et lieux touristiques

Île Saint-Étienne

Vestiges du prieuré Saint Sauveur, à Melun
-Collégiale Notre-Dame de Melun : rue de la Courtille. Fondée au XIe siècle.
-Prieuré Saint-Sauveur : rue Saint-Étienne. Fondé au XIe siècle.
-Four gallo-romain : square Notre-Dame. En terre réfractaire. Date : Ier ou IIeme siècle. Une fouille opérée après la destruction du manège de cavalerie en 1974 a mis au jour des traces d’habitat d’époque gallo-romaine ainsi que ce four, installé ensuite près de la collégiale Notre-Dame.
-Jardin botanique : situé sur la pointe Ouest de l’île Saint-Étienne. Don du pharmacien et docteur Alexandre-Victor Roussel, né en 1795, le jardin a subi les bombardements de 1944 et la tempête de 1999.
-Ancienne poste : place Praslin. En brique (façace classée Construit en 1929, le bâtiment devient une annexe de l'Université Panthéon Assas Paris 2, inauguré le 29 septembre 2007(Site Emmanuel Fréteau de Saint-Just).
-Le musée Municipal.
-Poterne saint Sauveur : rue saint-Sauveur. Jusqu’au milieu du XIX eme siècle, il était possible de voyager par le fleuve. Les voyageurs débarquaient à cette poterne puis se rendaient à la chapelle des coches, dans le prieuré Saint-Sauveur, pour remercier Dieu d’avoir fait bon voyage.

Quartier Saint-Aspais

-Eglise Saint-Aspais : en pierre. Construite au XVIe siècle dans le style gothique flamboyant.Facade sud de l'église Saint Aspais, à Melun.
-Porche : rue du Presbytère. En pierre. Cette rue comporte d’anciennes maisons.
-Maison datant du Moyen Âge : rue du Presbytère et au Lin. En pierre. Située dans ce qui fut le quartier le plus pauvre de la commune.
-Porte de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques : rue Carnot et rue Saint-Jacques. En pierre. L’un des rares vestiges d’un hospice dont l’existence est attestée en 999. Au XIVeme sècle, il n’accueille que quatre malades. De faux malades tentent de s’y faire admettre, créant un certain désordre. Les femmes présentes dans le bâtiment sont, à partir de 1508, admises à l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas. Au cours de la Révolution les malades sont transférés au couvent des Recollets transformé en hôpital communal, ainsi que les femmes malades de Saint-Nicolas.
-Coin Musard : rue Saint-Aspais et rue Paul Doumer. En béton.
-Vestiges de la porte Saint-Jean : place Saint-Jean. En pierre. Il s’agit de deux pilastres en grès datant de la fin du XVIe siècle, encastrés dans un mur plus récent. Statue de Jacques Amyot, à Melun
-Fontaine Saint-Jean : place Saint-Jean. En fonte. Datée de 1864, cette œuvre est due au sculpteur J.-B. Klagmann. Elle comporte deux vasques superposées, séparées par trois statues symbolisant la Seine, la Marne et l’Yonne.
-Hôtel de ville : rue Paul Doumer. En pierre et brique. Le site était occupé par l’hôtel des Cens, habité par les bénédictines de Trainel de 1629 à 1652. Construction de l’hôtel de ville de 1847 à 1848.
-Statue de Jacques Amyot : dans la cour de l’hôtel de ville. Inaugurée le 20 mai 1860.
-Monument à Gabriel Leroy : jardins de l’hôtel de ville. Sculpture en pierre d’Emile Gaulard en hommage à un historien. Le buste en bronze qui l’ornait depuis sa construction en 1909 fut fondue par les allemands en 1943.
-Caisse d’épargne : rue du Miroir. En pierre. Construit en 1889 par les architectes Haran et Prony, à l’emplacement de l’ancien hôtel du chapeau rouge. Ancienne sous-préfecture, à Melun
-Ancienne sous-préfecture : place de la porte de Paris. En brique. Construit vers 1890, cet immeuble est d’abord la propriété du brasseur Barthel, fondateur en 1850 de ce qui sera la brasserie Grüber. La Société d’Assurances Mutuelles de Seine-et-Marne le rachète en 1903, puis y installe ses bureaux. Il servira ensuite de sous-préfecture et de direction départementale de l’agriculture.
-Imprimerie Legrand & fils : rue Bancel. Cette imprimerie est vendue les années 1890 par E. Drosne à Emile Legrand, imprimeur et éditeur. Ses deux fils, puis sa petite fille, reprennent l’affaire. Aujourd'hui démolie.
-Maison d’enfance de Jacques Amyot : rue Saint Aspais. La plaque commémorative en bronze est incrustée dans le mur le 22 novembre 1913.
-Monument aux morts : quai Foch. En pierre de Meuse. Erigé en 1923 par le sculpteur Jean-René Carrière, le monument est inauguré le 7 juin 1925, en présence du maréchal Foch.

Quartier Saint-Liesne

Ancien couvent des Recollets, à Melun.
-Ancien couvent des Recollets : les récollets obtiennent le droit de s’établir sur des terres données par le marquis de Rostaing. La construction commence en 1616. Ces moines mendiants importunent les gens, ce qui entraîne l’archevêque de Sens à limiter leur nombre à 8 en 1660. La foudre provoque un incendie qui détruit le couvent en 1760. L’église est bénie en 1763. Les bâtiments accueillent les malades des hôtels-Dieu Saint-Jacques et Saint-Nicolas. Le couvent est transformé en hospice, puis en hôpital mixte jusqu’en 1940, date à partir de laquelle seule sa fonction d’hospice perdure. En 1980, il est fermé pour raison de sécurité.
-Pont Saint-Liesne : sur l’Almont. En pierre. Ce pont est reconstruit en 1841 en présence du duc d’Aumale dont il prend le nom. Rebaptisé pont Saint-Liesne en 1848.
-Lavoir de la fontaine Saint-Liesne : rue de la fontaine Saint-Liesne. En pierre et en ciment. La fontaine Saint-Liesne déversait une eau réputée miraculeuse, ce qui lui valut d’être un lieu de pèlerinage jusqu’au XVIIIeme siècle. Charles de Rostaing en accorde la possession au monastère des Recollets.

Quartier Saint-Barthelemy

Le clocher St Barthélemy
- Clocher Saint Barthélemy : place Saint-Père. En pierre. Haut de 35 mètres. L’église Saint Barthélemy est fondée durant le règne de Robert II le Pieux. Elle est détruite par les anglais et les bourguignons au cours de la guerre de Cent Ans. Elle est incendiée en 1590 par les Ligueurs assiégés par Henri IV, afin de retarder la progression des troupes du roi. L’église est rebâtie en 1598, le clocher l’est en 1737. En 1755, Cassini s’en sert comme point de référence pour établir une carte de France. L’église est démolie en 1809. Le clocher en est le dernier vestige.
-Croix des Vaux-Rondins : avenue du 31 régiment d’infanterie et avenue du Général Patton. En pierre et en fer. Les reliques de Saint Liesne furent cachées par les moines de l’abbaye de Saint-Père durant les invasions normandes, au IXeme siècle. En 1322, des lépreux auraient remarqué une forte lumière qui brillait depuis plusieurs nuits. En creusant le sol, les bénédictins auraient découvert plusieurs châsses, dont certaines contenaient les restes de Saint Aspais et de Saint Liesne. Ce récit est purement légendaire. La croix aurait été installée sur le lieu de la découverte. Abattue en 1793, elle est rétablie par les fidèles sous la Restauration.

Quartier Saint-Ambroise

La cité administrative
- Cité administrative : boulevard Chamblain. En béton. Construite de 1961 à 1965. Cette cité abrite les services du département, trop à l’étroit dans l’ancienne préfecture. La barre est construite en première. La tour fut ensuite bâtie.
- Pont de chemin de fer : construit en 1849, dans le cadre de la construction d’une ligne ferroviaire reliant Melun à Montereau. La ligne Montereau-Corbeil ouverte en 1897 passe par Melun.
- Gare : place Galliéni. En pierre et en béton. Ce bâtiment date du milieu du XIXeme siècle. Elle fut agrandie et modernisée depuis.
- Monument aux morts de 1870 : boulevard Chamblain et avenue Thiers. En pierre et en bronze. Inauguration le 2 juin 1901.
- Statue de Jeanne d’Arc : place Chapu. En marbre. Copie de l’œuvre d’Henri Chapu intitulée Jeanne d’Arc écoutant ses voix, parue au Salon des artistes français en 1870. Cette copie est inaugurée le 11 mai 1930.

Dans les autres quartiers

-Collège Jacques Amyot : rue du général de Gaulle. En pierre et en brique. Le site était auparavant occupé par le couvent des Capucins, fondé en 1606 avec l’autorisation d’Henri IV. Vendu à un particulier en 1791. Le bâtiment actuel est construit en 1885, et accueille un collège.
-Tribunal administratif : rue du Général de Gaulle. En pierre et en brique. À l’origine, il s’agit d’un couvent fondé en 1406, puis, brûlé en 1420, il est reconstruit sous François Ier. Le couvent est à nouveau incendié par les Ligueurs durant le siège de la ville par leur ennemi, Henri IV. Le couvent est reconstruit au cours du règne de Louis XIII. Une nouvelle chapelle est bâtie en 1735. Le couvent devient bien national sous la Révolution, puis le palais de justice s’y installe en 1816. Le couvent est transformé en 1876, l’église est transformée en théâtre municipal. Il abrite le tribunal administratif depuis 1999.
-Pont des Trois-Moulins : ce pont, situé sur l’Almont, fut peint par Paul Cézanne sous le titre Pont de Maincy.
-Ferme de Montaigu : en pierre. Le domaine actuellement exploité date du XVIIeme siècle. Le mur d’enceinte est de cette époque.
-Grand ensemble des quartiers nord de Melun, réalisés par Louis Arretche, de 1955 à 1965, comprenant les quartiers Schuman, les Mézereaux et Montaigu.
- ZUP du quartier de l'Almont : construite de 1962 à 1976, par l'architecte-urbaniste Léon Bazin, comprenant des barres et tours, de type grand ensemble, ainsi que des équipements publics (écoles, collège, centre commercial, etc.), avec un total de 3129 logements.
- La petite Chapelle St Frapin fut restaurée gracieusement par Edouard Bornier de 1972 à 1978 à la suite d'un effondrement de la voute St Erwan.

Personnes célèbres

- Jacques Amyot y est né. Un lycée et un collège portent son nom.
- Abdallah d'Asbonne, mamelouk, y vécut et y mourut.
- Louis-Antoine Beaunier y est né. Il fut un ingénieur français, créateur de la première ligne de chemin de fer française.
- Laure Manaudou Championne Olympique 2004, s'est entraînée pendant plusieurs années à la piscine municipale. L'un des bassins porte son nom.
- Chimène Badi, chanteuse française, est née à Melun en 1982.
- Anna Gavalda, romancière et nouvelliste française, y a élu résidence depuis plusieurs années.
- Willy Denzey, chanteur de Rnb Français, est né à Melun en 1982
- Philippe Lucas, ancien nageur et entraineur de Laure Manaudou jusqu'au mois d'août 2007.
- Claude Makélélé, il joua dans l'équipe du FC Melun.
- Lilian Thuram, il joua dans l'équipe du FC Melun.

Enseignement

La commune compte 16 maternelles, 15 écoles élémentaires, 6 collèges dont deux privés, 4 lycées dont 1 privé, un institut de droit et d’économie, et enfin quatre antennes universitaires.

Sports

120px La ville possède d’importantes infrastructures sportives. Le complexe sportif, situé dans le quartier Saint Ambroise, comprend une piscine, le stade municipal, et les locaux du cercle nautique. Il y a également deux autres stades, P. Fisher et R. Schuman. Sept gymnases sont répartis à travers la ville. De nombreux sports sont pratiqués : football, rugby, tennis, volley-ball, basket-ball, natation, voile, et même joutes nautiques. Deux grands joueur sont sortie de l'équipe de football de Melun (Lilian Thuram et Claude Makelele). L’Union Sportive de Melun gère les activités sportives de la commune. Cette association est créée le 5 juillet 1921. Certaines activités étaient pratiquées depuis longtemps : la Melunaise de Gymnastique date de 1885, le Rugby Sporting Université Club Melunais est fondé en 1890. En 2004 l’USM comptait 4489 adhérents. Le Cercle des Nageurs de Melun Val-de-Seine a un temps servi de vitrine sportive à la commune. L’entraîneur Philippe Lucas y a obtenu d’excellents résultats, avec notamment les nageurs et nageuses Julia Reggiany (sélectionnée aux Jeux Olympiques de 1992), Nadège Cliton (sélectionnée aux Jeux Olympiques de 1996), David Abrard (sélectionné aux Jeux Olympiques de 1996), Laure Manaudou, suite à ses résultats aux Jeux Olympiques de 2004, Esther Baron, championne d'Europe du 200 mètres dos 2006 et Sarah Bey (sélectionnée aux championnats d'Europe 2006). Suite à un différend entre Lucas et la communauté d’agglomération au sujet de la gestion laxiste des finances du club, l’entraîneur part pour le club du Canet avec ses nageuses. Autre club important, celui de Melun Val de Seine La Rochette volley-ball, qui évolue en Pro F, la division la plus élevée du volley-ball féminin français. Le club, exclusivement féminin, est originaire de la commune limitrophe de La Rochette, mais bénéficie du soutien de Melun et de sa communauté d’agglomération. Il a obtenu deux titres de champion de France de Nationale 1B(2 division) en 1996 et 1998. Il évolue actuellement en Pro F(1 division). Lors de la saison 2005-2006 il termine deuxième de la saison régulière, mais échoue en demi-finale de la phase finale. Une autre équipe évolue en Nationale 3 féminines. 120pxLe Cercle d'escrime Melun Val de Seine, créé par Ernest Revenu dans le cadre de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale, dispose d’un beau palmares : 15 médailles olympiques dont 3 en or, 30 médailles aux championnats du monde, dont 10 en or, 5 victoires en coupe d'Europe des clubs champions et 4 finales perdues dans cette épreuve continentale, 16 titres de champion de France par équipe et 12 titres de champions de France individuels. Il compte 113 licenciés. Le Tennis Club de Melun compte 465 membres. rightLe Cercle Nautique de Melun(aviron) fondé en 1912, compte 341 licenciés, et a obtenu, la 3 place du championnat de France de la finale A de Quatre de pointe sans barreur senior homme, la 5 place du championnat de France de Quatre de pointe sans barreur senior homme. Au classement général français 2006, il est 38 sur 248 clubs. En 2007 Jean David Bernard devient vice champion du monde en 4 de couple homme a Munich avec pour objectif une qualification pour les JO de Pekin et une Médaille. Le Rugby Melun Combs Savigny 77, club de rugby à XV de la ville, évolue en Fédérale 3. Comptant 408 membres, il gère des écoles de rugby à Melun et dans des villes proches : Combs-la-Ville et Savigny-le-Temple.

Lieux de cultes

La ville dispose de quatre églises ou se pratique le culte catholique : Immaculée Conception, Saint Aspais, Saint François et la collégiale Notre Dame. Les protestants ont deux lieux de culte à leur disposition : le centre évangélique Le Rocher, et l’église évangélique de Pentecôte Assemblée de Dieu. Il y a également une synagogue, ainsi que la mosquée El Nourdine.

Jumelages

- ;
- ;
-.

Galerie de photos

Image:Melun20.jpg|Jardin botanique Image:Melun14.jpg|Ancienne poste de Melun (devenue Université) Image:Melun10.jpg|Facade de la maison natale de Jacques Amyot Image:Melun9.jpg|Monument aux morts Image:Melun12.jpg|Lavoir de la fontaine Saint-Liesne Image:Melun15.jpg|Croix des Vaux-Rondins

Pour approfondir

Bibliographie

Pour une histoire de Melun et de son patrimoine, une référence incontournable : FORSTEL (Judith), Melun, une île, une ville. Patrimoine urbain de l'antiquité à nos jours, Association pour le patrimoine d'Île-de-France, coll. "Cahiers du patrimoine", 2006, 272 p. Mais encore :
-Collectif, Art et architecture à Melun au Moyen-Âge, Actes du colloque d’histoire de l’art et d’archéologie tenu à Melun les 28 et 29 novembre 1998, Picard, 2000.
-Yves Gallet, "La postérité du chœur de Notre-Dame de Melun", in Monuments et sites de Seine-et-Marne, 1997, n°28, p. 4-20.
-Elizabeth et Yannick Mollier, "La brasserie Grüber", in Les Samedis de l’Histoire, les oubliés, notre patrimoine redécouvert, Dammarie-les-Lys, Comité des Archives et du Patrimoine de Seine-et-Marne, 1998, p. 38-42.
-Jacqueline et Henri Clayette, Melun pas à pas, 1890-1913, éditions Amatteis, rééd. 1980.
-André Barrault, L’Église Saint Aspais de melun, Mraux, édition Moussay, Gruot et Bonne, 1964.
-Fernand Bridoux, Melun, ville royale, Melun, Syndicat d’initiative de Melun, 1971.
-Noël Chapuis, Petit guide pour visiter Saint Aspais, 1990.
-Jacqueline et Henri Clayette, La collégiale Notre Dame, Melun, Legrand et fils, 1986.
-Jacqueline Cottard, Le prieuré Saint Sauveur de Melun, GRAM, 1983.
-Yves Gallet, Notre Dame de Melun, Melun, Gaspard et fils, 1987.
-Gabriel Leroy, Histoire de Melun, Melun, Gaspard et fils, 1887.
-Gabriel Leroy, Le vieux Melun, Melun, Albert Huguenin, 1904.
-Collectif, Melun au temps de Rome, catalogue de l’exposition de Melun, Melun, Ville de Melun, 1991.
-Collectif, Melun de A à Z, Melun, Ville de Melun, 1981.
-Daniel Mordant, Saint Père de Melun, Melun, Conseil général de Seine-et-Marne, 2000.
-René Charles Plancke, Melun à la Belle époque, Melun Amatteis, 1992.
-Théron, Les Récollets, le couvent et l’hospice, 1995.
-Collectif, Le patrimoine des communes de Seine-et-Marne, Paris, Flohic, 2000, p. 858-894.
- J.-A. DULAURE - A. JOANNE - A. MARTIN, MELUN et son histoire, Les Editions du Bastion, 1838 ===
Sujets connexes
Abdallah d'Asbonne   Almont   Angleterre   Anna Gavalda   Arrondissement de Melun   Bouchard Ier de Vendôme   Bourguignons   Brie (région)   Brie de Meaux   Brie de Melun   Canet 66 natation   Canton de Melun-Nord   Canton de Melun-Sud   Capétiens   Cassini   Cercle d'escrime Melun Val de Seine   Chef-lieu   Chimène Badi   Château fort   Claude Makelele   Clovis Ier   Collégiale Notre-Dame de Melun   Combs-la-Ville   Communauté d'agglomération Melun Val de Seine   Commune française   Corbeil   Duché   Département français   Ernest Revenu   Esther Baron   Eudes Ier de Blois   Fortification   Foulque III d'Anjou   France   Français   François Ier de France   Gare de Melun   Gentilé   Grand ensemble   Guerre de Cent Ans   Gâtinais   Gérard Millet   Henri IV de France   Histoire des chemins de fer français   Hugues Capet   Ingénieur   Jacques Amyot   Jacques Amyot (évêque)   Jeux Olympiques d'été de 1992   Jeux Olympiques d'été de 1996   La Rochette   La Rochette (Seine-et-Marne)   Laure Manaudou   Le Mée-sur-Seine   Lilian Thuram   Liste des maires de Melun   Louis-Antoine Beaunier   Louis Arretche   Léon Bazin   Maincy   Melun Val de Seine La Rochette volley-ball   Montereau   Paris   Paul Cézanne   Philippe Lucas   Prieuré Saint-Sauveur   Préfecture   Rassemblement pour la République   Richard Ier de Normandie   Robert II   Robert II de France   Rubelles   Rugby Melun Combs Savigny 77   Savigny-le-Temple   Seine   Seine-et-Marne   Snecma   Union des démocrates pour la République   Union pour un mouvement populaire   Vaux-le-Pénil   Vert-Saint-Denis   Viking   Voisenon (Seine-et-Marne)   Willy Denzey   Zone à urbaniser en priorité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^