Charles Nodier

Infos
Charles Nodier (né Jean-Charles-Emmanuel Nodier à Besançon) (29 avril 1780-27 janvier 1844 à Paris) est un académicien et écrivain romancier français à qui l’on attribue une grande importance dans la naissance du mouvement romantique. Charles Nodier Musée des Beaux-Arts de Besançon. Sa fille Marie Nodier - Peinture de Jean Gigoux - Musée des Beaux-Arts de Besançon.
Charles Nodier

Charles Nodier (né Jean-Charles-Emmanuel Nodier à Besançon) (29 avril 1780-27 janvier 1844 à Paris) est un académicien et écrivain romancier français à qui l’on attribue une grande importance dans la naissance du mouvement romantique. Charles Nodier Musée des Beaux-Arts de Besançon. Sa fille Marie Nodier - Peinture de Jean Gigoux - Musée des Beaux-Arts de Besançon.

Biographie

Il étudie sous la direction d’Euloge Schneider le gouverneur jacobin d’Alsace et s’intéresse à l’histoire naturelle. En 1791, à la suite de la nomination de son père au poste de président de Tribunal Criminel départemental (Tribunal révolutionnaire), il prononce à 11 ans un discours patriotique à la Société des amis de la Constitution (Club des Jacobins) de sa ville natale. Ce premier exploit au service de la Révolution française ne l’empêchera pas d’avoir tout au long de sa vie des sentiments royalistes ouvertement professés qui lui créeront des ennuis sous le Premier Empire. Ce royalisme ne l'empêche pas de fréquenter les cercles politiques libéraux et même républicains. Nodier est surtout fondamentalement opposé au pouvoir despotique. De son enfance, sa fille raconte qu'il fut mis à l'étude très tôt par son père. S'il montre du goût pour la littérature et les lettres anciennes, jamais il ne parviendra à s'intéresser au domaine des mathématiques et des sciences pures, quoiqu'il fût fort féru d'entomologie – il est membre, grâce à l'influence de son ami Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, de la société entomologique de France très peu de temps après sa fondation - de géologie et de botanique – il rédige en 1821 avec le même Bory de Saint-Vincent un ouvrage intégrant des remarques sur la faune, la flore et la géologie des côtes françaises et anglaises (ses 'Promenades' citées ci-dessous.) « Rien ne le disposait à l’incrédulité comme les faits réputés sans réplique », dit-elle. Entre autres anecdotes sur son père, elle raconte que le jeune Charles, âgé de dix ans, tomba éperdument amoureux d'une délicieuse comtesse à laquelle il avoua ses sentiments dans un billet, lui demandant un rendez-vous qu'elle lui accorda. La voyant arriver, il se jeta à ses genoux. La dame le releva, et lui donna une formidable fessée. Nodier garda de l'aventure, dit sa fille, une timidité extrême envers les femmes. À partir de 1796, il est étudiant à l’école centrale de Besançon où il participe à la création d’une société secrète appelée les Philadelphes. Il est nommé bibliothécaire adjoint de l’École centrale du Doubs en 1798. Un article critique à l'égard des Jacobins lui fait perdre ce poste en 1800. Il publie en 1802 un roman, « Stella ou les proscrits ». Il vient alors fréquemment à Paris. Il est emprisonné en 1803 pour avoir écrit deux ans plus tôt « La Napoléone », un pamphlet en vers critiquant le premier Consul Napoléon Bonaparte. Après sa libération l’année suivante, il est de retour à Besançon. En 1808 il ouvre un cours de littérature à Dole et, la même année, il épouse Désirée Charve. Sa carrière littéraire se poursuit en 1808 avec la publication d’un « Dictionnaire des onomatopées françaises ». En 1809, il est assistant littéraire des écrivains anglais sir Herbert Croft et Lady Mary Hamilton qui vivent à Amiens. Dés 1809, il est à Laybach (Ljubljana) en Illyrie, capitale des provinces Dalmates de l’Empire français en tant que bibliothécaire municipal, secrétaire du politicien Fouché, ainsi que rédacteur du Télégraphe officiel, journal officiel des provinces illyriennes. De nos jours, l’Institut français de Ljubljana porte son nom. C'est là où il esquisse son roman "Jean Sbogar" (publié en 1818). Il est de retour à Paris en 1814 avec sa femme et sa fille Marie où il est anobli par Louis XVIII qui lui conférera aussi en 1822 la Légion d'honneur. Il devient rédacteur du Journal des Débats. 1818 voit la publication de « Jean Sbogar ». 1819 le voit rejoindre le camp légitimiste et participer au journal Le Drapeau blanc. En 1821, il publie Smarra ou les Démons de la nuit. Puis durant l’été, il effectue un voyage en Écosse. Le récit en est publié dans Promenade de Dieppe aux montagnes d’Écosse. Il participe au journal La Quotidienne, dans lequel il présente aux lecteurs les œuvres de Walter Scott, Rabelais, Marot, et aussi Lamartine, Byron et Victor Hugo. Il publie en 1822 Trilby ou le lutin d’Argail, un conte fantastique situé en Écosse et qui inspirera Adolphe Nourrit pour le livret du ballet La Sylphide. Il est nommé en 1824 bibliothécaire de la bibliothèque de l'Arsenal à Paris, la bibliothèque du comte d’Artois, futur Charles X, au sacre duquel il assiste la même année en compagnie de Victor Hugo. Ce poste est l’occasion qui lui permet de tenir un salon littéraire, le « Cénacle », et de promouvoir le romantisme. Alexandre Dumas décrit ce salon dans ses mémoires et tous les futurs grands noms de la littérature romantique française en font partie. Après nous avoir parlé du charme avec lequel Nodier savait conter quelque récit, l'auteur des Trois Mousquetaires poursuit ainsi : « On n'applaudissait pas, non, on n'applaudit pas le murmure d'une rivière, le chant d'un oiseau, le parfum d'une fleur. Mais le murmure éteint, le chant évanoui, le parfum évaporé, on écoutait, on attendait, on désirait encore. Mais Nodier se laissait glisser doucement du chambranle de la cheminée dans son grand fauteuil ; il souriait, il se tournait vers Lamartine ou vers Hugo : « Assez de prose comme cela, disait-il ; des vers, des vers, allons ? » Et sans se faire prier, l'un ou l'autre poète, de sa place, les mains appuyées au dossier d'un fauteuil ou les épaules assurées contre le lambris, laissait tomber de sa bouche le flot harmonieux et pressé de la poésie… » C'est au cours d'une de ces réunions que fut récité pour la première fois le fameux Sonnet d'Arvers. Poursuivant ses activités de critique littéraire, il commence à écrire dans la Revue de Paris en 1829. En 1830, il publie une curieuse fantaisie inspirée par Laurence Sterne, L'Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, puis De quelques phénomènes du sommeil. 1832 voit la publication de La Fée aux miettes, de Jean-François les Bas-bleus et le début de l'édition de ses Œuvres complètes qui comprendra 14 volumes. Il est élu à l’Académie française en 1833 au siège 25 en remplacement de Jean-Louis Laya. L’année suivante il fonde le Bulletin du bibliophile. Il mène alors enfin une existence loin des tumultes, reconnu par ses pairs et apprécié du gouvernement. Son poste de bibliothécaire de l’Arsenal lui donne accès à de nombreux livres rares et le temps de se consacrer à l’étude des multiples sujets qui l’intéressent. Il meurt à Paris le 27 janvier 1844 à 63 ans. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise dans une tombe toute proche de celle que viendra occuper quelque temps plus tard Honoré de Balzac. Victor Hugo, Alfred de Musset et Sainte-Beuve reconnaîtront son influence. Il a grandement participé à l'entreprise de redécouverte de la poésie française du XVIème siècle, remettant au goût du jour Ronsard et Duvergnac. Son poème Le Vieux Marinier, publié en 1832 dans la revue Le Talisman, est « une anticipation troublante du Bateau ivre qui dans une hallucination mystérieuse dérivant au gré du flux de ses vers magnifiques Pierre Dauzier et Paul Lombard, Anthologie des poètes délaissés, Paris, 1994, p. 273, qui reproduisent le poème de Nodier p. 274-278. Ce poème a été exhumé par J.-R. Dahan et J.-L. Steinmetz dans leur édition de La Fièvre et autres contes, 1986.».

Œuvres

Charles Nodier fut l’un des auteurs les plus prolifiques de la langue française. La liste ci-dessous ne reprend qu’une petite partie de ses publications.
-1798 : Dissertation sur l'usage des antennes dans les insectes
-1800 : Pensées de Shakespeare extraites de ses ouvrages
-1801 : Bibliographie entomologique
-1802 : La Napoléone, pamphlet
-1802 : Stella ou les proscrits, roman
-1803 : Le peintre de Salzbourg, journal des émotions d’un cœur souffrant, roman
-1804 : Prophétie contre Albion
-1804 : Essais d’un jeune barde, recueil de poésie
-1806 : Les Tristes, ou mélanges tirés des tablettes d'un suicidé
-1808 : Dictionnaire des onomatopées françaises
-1808 : Apothéoses et imprécations de Pythagore
-1810 : Archéologie ou système universel des langues
-1812 : Questions de littérature légale
-1815 : Histoire des sociétés secrètes de l'armée
-1815 : Napoléon et ses constitutions
-1816 : Le vingt et un janvier
-1818 : Jean Sbogar, histoire d’un bandit illyrien mystérieux
-1819 : Thérèse Aubert, roman d’amour pendant les guerres vendéennes
-1820 : Le Vampire, mélodrame
-1820 : Mélanges de littérature et de critique, 2 volumes
-1820 : Adèle, roman
-1820 : Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, avec le baron Taylor,
-1820 : Romans, nouvelles et mélanges, 4 volumes
-1821 : Smarra, ou les démons de la nuit, conte fantastique
-1821 : Promenade de Dieppe aux montagnes d’Écosse
-1821 : Le Délateur, drame
-1821 : Bertram, ou le château de Saint-Aldobrand, tragédie
-1822 : Trilby ou le Lutin d'Argail, conte fantastique
-1823 : Essai sur le gaz hydrogène et les divers modes d'éclairage artificiel
-1823 : Dictionnaire universel de la Langue française
-1826 : Bibliothèque sacrée grecque-latine de Moïse à saint Thomas d'Aquin
-1827 et 1829 : Poésies diverses
-1828 : Faust, drame
-1829 : Mélanges tirés d’une petite bibliothèque
-1830 : Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux
-1830 : De quelques phénomènes du sommeil
-1831 : Souvenirs, épisodes et portraits pour servir à l'histoire de la Révolution et de l'Empire, 2 volumes
-1832 : La Fée aux miettes, conte fantastique
-1832 : Mademoiselle de Marsan, conte fantastique
-1832 : Jean-François les Bas-bleus
-1832 : Rêveries littéraires, morales et fantastiques
-1832 : Souvenirs de la jeunesse
-1833 : Le dernier banquet des Girondins
-1833 : Trésors des fèves et fleurs des pois
-1834 : Notions élémentaires de linguistique
-1834 : Du langage factice appelé macaronique
-1834 : M. Cazotte
-1835 : La Péninsule, tableau pittoresque, contes en prose et en vers
-1835-1836 : La Saône et ses bords
-1836-1837 : La Seine et ses bords
-1837-1840 : Paris historique, 3 volumes
-1837 : Inès de Las Sierras
-1838 : Les quatre talismans et la légende de sœur Béatrix
-1839 : La neuvaine de la chandeleur et de Lydie
-1840 : Souvenirs et portraits de la Révolution
-1842 : Description raisonnée d'une jolie collection de livres
-1844 : Journal de l'expédition des Portes de Fer
-1844 : Franciscus Columna ==
Sujets connexes
Académie française   Adolphe Nourrit   Alexandre Dumas   Alfred de Musset   Alphonse de Lamartine   Alsace   Amiens   Besançon   Bibliothèque de l'Arsenal   Botanique   Charles Augustin Sainte-Beuve   Charles X de France   Cimetière du Père-Lachaise   Club des Jacobins   Clément Marot   Despotisme   Dole (Jura)   Doubs (département)   Entomologie   Euloge Schneider   Faune (biologie)   Flore   Félix Arvers   Géologie   Honoré de Balzac   Illyrie   Jacques Duvergnac   Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent   Jean-Louis Laya   Jean Gigoux   Joseph Fouché   La Sylphide   Laurence Sterne   Les Trois Mousquetaires   Liste des comtes d'Artois   Littérature   Ljubljana   Lord Byron   Légion d'honneur   Macaronique   Mathématiques   Musée des Beaux-Arts et d'archéologie de Besançon   Paris   Premier Empire   Prosper Mérimée   Provinces illyriennes   Revue de Paris   Romantisme   République   Révolution française   Société entomologique de France   Société secrète   Tribunal révolutionnaire   Victor Hugo   Walter Scott  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^