Usine de retraitement de la Hague

Infos
Usine de retraitement de la Hague L'usine de retraitement de la Hague est un centre de retraitement nucléaire dans lequel on traite une partie du combustible utilisé dans certains des réacteurs nucléaires appartenant à la France, le Japon, l'Allemagne, la Belgique, la Suisse et les Pays-Bas, pour en séparer les différents éléments radioactifs. Entrée en service en 1966, l'usine est située près du cap de la Hague (voir à ce mot pour les choix qui ont conduit à cette
Usine de retraitement de la Hague

Usine de retraitement de la Hague L'usine de retraitement de la Hague est un centre de retraitement nucléaire dans lequel on traite une partie du combustible utilisé dans certains des réacteurs nucléaires appartenant à la France, le Japon, l'Allemagne, la Belgique, la Suisse et les Pays-Bas, pour en séparer les différents éléments radioactifs. Entrée en service en 1966, l'usine est située près du cap de la Hague (voir à ce mot pour les choix qui ont conduit à cette implantation), sur les communes de Jobourg, Omonville-la-Petite, Digulleville et Beaumont-Hague, au nord-ouest de la pointe de la péninsule du Cotentin (Manche). Elle est gérée par la société Areva NC. Ce n'est pas une centrale nucléaire.

Activité

D'une capacité industrielle de traitement de 1700 tonnes de combustibles usés par an, l'usine a retraité en 2005 1100 tonnes. À la sortie du réacteur, un combustible nucléaire usé contient environ 97 % de matière énergétique dites recyclables (96 % d'uranium appauvri et 1 % de plutonium) polluées par 3 % d'actinides et produits hautement dangereux et non réutilisables (déchet ultime). Ces derniers sont traités et conditionnés, aujourd'hui par vitrification, en vue de leur entreposage en surface et éventuellement de leur stockage en couche géologique profonde. Les déchets provenant de l'étranger sont — après un certain temps — réexpédiés aux clients étrangers qui ont obligation de les reprendre (obligation confirmée par la loi Bataille en 1991). Un des objectifs de ce recyclage est de réduire la quantité de déchets radioactifs à stocker en milieu confiné. Le plutonium récupéré est transporté à Marcoule où il est utilisé pour fabriquer du combustible MOX.

Historique

Avec la volonté gaullienne de doter la France de la bombe atomique, il a fallu développer la production de plutonium. Pour cela, le Commissariat à l'énergie atomique a ouvert une usine à Marcoule en 1958, et pour pallier une éventuelle défaillance de celle-ci, a mis en projet une seconde usine d'extraction de plutonium. Le 10 août 1961 paraît le décret déclarant d'utilité publique et urgent les travaux de construction d'un centre de traitement de combustibles irradiés. Les travaux commencent en 1962 sur le plateau du Haut-Marais. Le premier château d'uranium naturel graphite gaz arrive en 1966 en provenance du réacteur de Chinon. En 1969, des rumeurs courent sur la fermeture de l'usine, devenu inutile pour l'armée du fait de stock de plutonium militaire désormais suffisant, tandis que Georges Pompidou redéfinit la politique nucléaire française. Les effectifs sont réduits d'un tiers avec le départ de 350 salariés, marquant la fin de l'emprise militaire. Il semble qu'aucun gramme de plutonium provenant de la Hague n'a eu un usage d'armement. À partir de cette date, l'usine s'oriente vers le retraitement civil, soutenu par le choix de Valéry Giscard d'Estaing du « tout nucléaire » suite au premier choc pétrolier. Les ingénieurs anticipent la génération des REP d'EDF par la mise en place de l'atelier HAO (Haute activité oxyde) ou UP2-400. En 1976, le CEA cède l'usine à la nouvelle entreprise publique, la Cogéma, qui gère désormais une usine de retraitement des déchets nucléaires visant à recycler le combustible français d'EDF et étranger. À l'époque, ce passage à une entreprise publique mais de droit privé est vu par le personnel et les élus locaux comme un désengagement de l'état vis à vis du nucléaire et leur fait craindre une gestion des risques moins draconienne. Les agents inquiets commencent à parler. La CFDT réalise cette année-là un documentaire « Condamné à réussir », électrochoc pour la population. Sur fond d'opposition à la privatisation, il illustre les difficiles conditions de travail, traite des dangers d'irradiations, fait par de l'inquiétude des agents. Ce document est ensuite utilisé par les anti-nucléaires. Les cadres de la Cogéma acceptent mal cette critique interne. Les premiers manifestants anti-nucléaires se mobilisent dans la région en 1978, contre la future centrale nucléaire de Flamanville. C'est l'arrivée dans le port de Cherbourg des premiers combustibles étrangers (en provenance du Japon) qui rappellera l'existence de « usine atomique », en janvier 1979. Les grues du port sont alors occupées, de grandes manifestations réunissent 8 à 10 000 personnes dans les rues cherbourgeoises. Puis en 1981, l'incendie d'un silo de stockage alimente les inquiétudes, et est l'occasion d'un guerre de communication entre services de la Cogéma et militants écologistes. Aujourd'hui, la contestation est plus concentrée sur les actions médiatisés de Greenpeace lors du transport des déchets avant ou après recyclage, ou autour de prélèvements indépendants films du tuyau de rejet, études sur le risque sanitaire (leucémies..). Un décret d'utilité publique de 1980 confirmé par la gauche arrivé au pouvoir, permet des travaux d'extension de l'usine, dont la nouvelle unité (UP3) qui entrera en service dix ans plus tard. C'est le lancement du Grand chantier, qui transforme en une décennie le cap de la Hague. L'été 1997, la COGEMA plutôt que de remplacer la conduite de rejet en mer, procède au nettoyage et à la récupération du tartre accumulé à l'intérieur de la canalisation. Cette couche de tartre avait fixé des quantités importantes de radionucléides provenant des effluents. Son décapage va polluer l'environnement marin. C'est une analyse indépendante de la CRIIRAD qui révèle des contaminations de crustacés (crabes et homards). L'OPRI soutient alors que cette contamination est conforme aux normes européennes, sans préciser que les limites qu'il invoque sont réservées aux accidents nucléaires. Une partie des pro-nucléaires ont quant à eux mis en avant une radioactivité naturelle pour expliquer ces taux anormalement élevés de radioactivité. En 2000, les contrats décennaux d'UP3 prennent fin, laissant la place à des contrats au forfait, se traduisant par une réduction d'effectif.

Effluents

Le site rejette en mer des effluents radioactifs issus des procédés de traitement des combustibles usés. Ces rejets sont encadrés par des autorisations spécifiques (tritium par exemple). La gestion de ces déchets est dite par dilution (par opposition à une gestion par confinement). Selon les opposants au nucléaire, . Pour prévenir les risques liés à la santé publique, Areva NC s'engage à ce que l'impact de l'activité des usines de La Hague ne dépasse jamais une valeur considérée par les experts comme synonyme de « zéro impact ». .

Risque de prolifération

Le procédé de séparation PUREX conduit à isoler le plutonium des autres actinides. Il est considéré comme proliférant par les Etats-Unis.

Transport des combustibles

Les transports de combustible nucléaire usé, des matières recyclées et des déchets, en provenance et à destination des clients d'Areva NC, qui traversent une partie de la France et d'autres pays, subissent l'opposition des mouvements anti-nucléaires, qui essaient parfois d'arrêter ces transports en bloquant les voies empruntées. Pour des raisons de sécurité, les transports sont généralement gardés secrets.

Mesures de sécurité

Depuis 40 ans, le combustible nucléaire de nombreux pays du monde (France, Allemagne, Pays-Bas, Japon, Belgique, ...) est ou a été acheminé à l'usine de la Hague pour y effectuer un retraitement nucléaire. Avec une capacité annuelle de 1700 tonnes de combustible usé, des milliers de tonnes de combustible usé sont stockées en attente de retraitement, dont environ 50 tonnes de plutonium. Pour prévenir le risque d'attentat, l'usine est surveillée en permanence par des radars et parfois, par des lance-missiles Crotale.

Impact sur l'économie locale

L'usine est le premier acteur économique de la Communauté de communes de la Hague sur le territoire de laquelle elle se situe. Au titre des impots locaux elle paie entre 21 et 25 millions € (source: Chambre régionale des comptes de Basse-Normandie). L'établissement compte plusieurs élus locaux parmi ses agents.

Voir aussi

- énergie nucléaire
- radioactivité
- plutonium
- Tritium

Sources

-
-
-
-
-
-
- Documentaire : Réalisé par Laurent Tabet sur la Hague au cœur de l'industrie nucléaire française (50mn en Realvideo 33Kb).
- http://www.leventquipasse.fr l'usine, livre de Dominique Gros sur l'histoire de la construction de l'usine de la Hague La Hague La Hague La Hague La Hague La Hague Catégorie:Retraitement nucléaire Catégorie:Économie de la Normandie de:Wiederaufarbeitungsanlage La Hague en:COGEMA La Hague site es:Centro COGEMA de La Hague
Sujets connexes
Allemagne   Areva NC   Beaumont-Hague   Belgique   Bombe A   Cap de la Hague   Centrale nucléaire   Centrale nucléaire de Chinon   Centrale nucléaire de Flamanville   Chambre régionale des comptes   Charles de Gaulle   Choc pétrolier   Combustible MOX   Combustible nucléaire   Commissariat à l'énergie atomique   Communauté de communes de la Hague   Crabe   Crotale (missile)   Digulleville   Déchet radioactif   France   Georges Pompidou   Greenpeace   Homard   Japon   Jobourg   Krypton   Leucémie   Loi Bataille   Manche (département)   Omonville-la-Petite   Pays-Bas   Plutonium   Radioactivité   Retraitement nucléaire   Réacteur à eau pressurisée   Santé publique   Site nucléaire de Marcoule   Stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde   Suisse   Tartre   Terrorisme nucléaire   Tritium   Uranium appauvri   Uranium naturel graphite gaz   Valéry Giscard d'Estaing   Vitrification (recyclage)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^