François de Malherbe

Infos
François de Malherbe François de Malherbe, né à Caen en 1555 et mort à Paris en 1628, est un poète français.
François de Malherbe

François de Malherbe François de Malherbe, né à Caen en 1555 et mort à Paris en 1628, est un poète français.

Biographie

François de Malherbe est né à Caen en 1555, issu d’une famille noble, il s’attacha, à l’âge de 19 ans à Henri d’Angoulême, fils naturel d’Henri II, et grand prieur de France. Il combattit dans les rangs de la Ligue, avant de se marier et de se fixer à Aix-en-Provence. Appelé à Paris pour ses affaires en 1585, il reçut des pensions de Henri IV et de Marie de Médicis. Le seul fils qui lui restait, Marc-Antoine Malherbe, fut tué en 1627 à Cadenet par Covet de Marignane, dans un duel. Malherbe mourut l'année suivante à Paris.

Œuvre

Apport poétique et linguistique

Épurer et discipliner la langue française a été l’œuvre de sa vie. Il manifeste pour cela une grande sévérité à l’égard du maniérisme et du baroque des poètes du siècle précédent et notamment de Philippe Desportes. On peut le considérer comme le premier théoricien de l’art classique fait de mesure et bienséance et l’un des réformateurs de la langue française. Il fut pour cela l’un des auteurs les plus constamment réédités pendant l’Ancien Régime. L’hommage que lui adressa Boileau (« Enfin Malherbe vint…, » ) exprime cette dette des écrivains classiques. Aujourd’hui cet hémistiche est passé dans la langue pour saluer l’avènement d’un progrès, d’une réforme. Ayant, même avec le Roi, son franc-parler, il répondit un jour à ce dernier : Malherbe, ce pessimiste, ne se faisait guère d’illusion sur son état et disait que Tallemant des Réaux, qui l’a décrit comme « rustre et incivil », a bien dépeint le caractère « maniaque » de son obsession pour la pureté de la langue. Il disait de ses ennemis « que, s’il s’y mettait, il ferait de leurs fautes des livres plus gros que leurs livres mêmes ». Certains refusèrent toujours, pour cette raison, de soumettre leurs écrits à son approbation parce que « ce n’était qu’un tyran, et qu’il abattait l’esprit aux gens ». Parmi ceux qui s’y risquèrent néanmoins, « Il dit à un homme qui lui montra un méchant poème où il y avait pour titre : POUR LE ROI, qu’il n’y avait qu’à ajouter : POUR SE TORCHER LE CUL. Même, « une heure avant que de mourir, il se réveilla comme en sursaut d’un grand assoupissement, pour reprendre son hôtesse, qui lui servait de garde, d’un mot qui n’était pas bien français, à son gré ; et comme son confesseur lui en voulut faire réprimande, il lui dit qu’il n’avait pu s’en empêcher, et qu’il avait voulu jusqu’à la mort maintenir la pureté de la langue française. »

Citation

::Et, rose, elle a vécu ce que vivent les roses ::L'espace d'un matin. (Consolation à M. du Périer). Ces deux vers célèbres ont une histoire : initialement, Malherbe avait écrit Rosette a vécu…, utilisant le prénom de la fille de M. du Périer. La correction - très heureuse - du vers au profit de cette apposition (rose, elle a vécu…) témoigne du souci incessant de perfection manifesté par Malherbe. Pour la petite histoire, lorsque Malherbe publia cette Consolation, du Périer avait eu le temps de se remarier et d'avoir deux autres enfants. Composés vers 1600, ces vers qui comptent parmi les plus mélodieux de la poésie française ne sont pas sans rappeler les roses de Pierre de Ronsard.

Bibliographie

- Gustave Allais, Malherbe et la poésie française à la fin du XVI siècle (1585-1600), Genève, Slatkine Reprints, 1969
- Louis Baudoin, De la Normandie à la Provence sur les pas de Malherbe, La Seyne, Impr. centrale, 1969
- Raymond Baustert, L’univers moral de Malherbe : étude de la pensée dans l’œuvre poétique, Berne ; New York, P. Lang, 1997
- Emil August Beckmann, Étude sur la langue et la versification de Malherbe, Elberfeld, R.L. Friderichs & comp. 1872
- V. Bourrienne, Malherbe ; points obscurs et nouveaux de sa vie normande, Paris, A. Picard et fils, 1895
- Gro Bjørnerud Mo, La poésie est une danse : lire François de Malherbe, Oslo, University of Oslo, 1999
- Albert de Broglie, Malherbe, Paris, Hachette et cie, 1897
- Ferdinand Brunot, La Doctrine de Malherbe, Paris, A. Colin, 1969
- Jean de Celles, Malherbe ; sa vie, son caractère, sa doctrine, Paris, Librairie académique Perrin, 1937
- Urbain Chevreau, Remarques sur les poésies de Malherbe, Niort, G. Clouzot, 1909
- Albert Counson, Malherbe et ses sources, Liège, Imprimerie H. Vaillant-Carmanne, 1904
- Célestin Hippeau, Les écrivains normands au XVII siècle, Caen, Impr. de Buhour, 1858
- Gilles Henry, François de Malherbe : gentilhomme et poète, 1555-1628, Mondeville, Diffusion normande du livre, 1984
- René Fromilhague, La vie de Malherbe, apprentissages et luttes, 1555-1610, Paris, A. Colin 1954
- Gilles Henry, François de Malherbe : gentilhomme et poète (1555-1628). – Le Coudray-Macouard : Cheminements, 2005. – 135 p., 30 cm. – ISBN 2-84478-092-X. – En appendice, choix de textes de François de Malherbe.
- Marie-Théodore de Jésus, Malherbe : caractère de sa réforme linguistique, Montréal, Université de Montréal, 1950
- Raymond Lebègue, La poésie française de 1560 à 1630, Paris, Société d'édition d'enseignement supérieur, 1951
- Otto Neuendorff, De l'influence opérée par Malherbe sur la poésie et sur la langue française, Marburg, Druck von J.A. Koch, 1871
- Racan, Vie de Monsieur de Malherbe, Paris, Le Promeneur, 1991
- Adolphe Régnier, Lexique de la langue de Malherbe, Hildesheim, G. Olms, 1970
- Maurice Anatole Souriau, La versification de Malherbe, Poitiers, Millet et Pain, 1892
- Francis Ponge, Pour un Malherbe, 1965.

Œuvres en ligne

- Œuvres de Malherbe. Éd. revue sur les autographes, les copies les plus authentiques et les plus anciennes impressions et augm. de notices, de variantes, de notes, d’un lexique des mots et locutions remarquables, d’un portrait, d’un fac-similé, recueillies et annotées par Ludovic Lalanne, , , , , , Paris, Hachette, 1862
-

Voir aussi

===
Sujets connexes
Aix-en-Provence   Ancien Régime   Baroque   Cadenet   Caen   Duel (combat)   France   Francis Ponge   Gédéon Tallemant des Réaux   Henri II de France   Henri IV de France   Hémistiche   Langue   Le Coudray-Macouard   Ligue catholique (France)   Maniérisme   Marc-Antoine Malherbe   Marie de Médicis   Marignane   Nicolas Boileau   Paris   Philippe Desportes   Pierre de Ronsard   Poète   Poésie   Prieur  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^