André Chénier

Infos
André Chénier André Marie de Chénier (30 octobre 1762 - 25 juillet 1794), dit André Chénier, est un poète français.
André Chénier

André Chénier André Marie de Chénier (30 octobre 1762 - 25 juillet 1794), dit André Chénier, est un poète français.

Biographie

Né à Constantinople d'une mère grecque (Elisabeth Lomaca) et d'un père français, il traduit dès l’adolescence des poètes grecs et s'enthousiasme pour la poésie classique. Revenu en France, il fréquente les milieux littéraires et les salons aristocratiques. Son œuvre, brève, ne fut publiée qu'en 1819 : elle marque un retour à l'hellénisme. Après avoir voyagé en Suisse et en Italie, travaillé comme secrétaire à l’ambassade de France à Londres pendant trois années, (1787-1790), à son retour, il participa au mouvement révolutionnaire, mais resta un fervent défenseur de la royauté, participant notamment à la défense de Louis XVI. Il collabora au Journal de Paris, organe des modérés, y condamnant les excès de la Révolution dans de violents articles contre Jacques Pierre Brissot, Jean-Paul Marat et autres. Arrêté le 7 mars 1794 et emprisonné à Saint-Lazare, il fut condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire et guillotiné le 25 juillet (7 Thermidor), deux jours avant l'arrestation de Robespierre, ce qui lui aurait peut-être sauvé la vie. Durant la nuit avant sa mort il aurait écrit l'ode La Jeune captive, poème qui parle de Aimée de Coigny. " L'épi naissant mûrit de la faux respecté ; Sans crainte du pressoir, le pampre tout l'été Boit les doux présents de l'aurore ; Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui, Quoi que l'heure présente ait de trouble et d'ennui, Je ne veux point mourir encore. Qu'un stoïque aux yeux secs vole embrasser la mort, Moi je pleure et j'espère ; au noir souffle du Nord Je plie et relève ma tête. S'il est des jours amers, il en est de si doux ! Hélas ! quel miel jamais n'a laissé de dégoûts ? Quelle mer n'a point de tempête ? L'illusion féconde habite dans mon sein. D'une prison sur moi les murs pèsent en vain. J'ai les ailes de l'espérance : Échappée aux réseaux de l'oiseleur cruel, Plus vive, plus heureuse, aux campagnes du ciel Philomène chante et s'élance. Est-ce à moi de mourir ? Tranquille je m'endors, Et tranquille je veille ; et ma veille aux remords Ni mon sommeil ne sont en proie. Ma bienvenue au jour me rit dans tous les yeux ; Sur des fronts abattus, mon aspect dans ces lieux Ranime presque de la joie. Mon beau voyage encore est si loin de sa fin ! Je pars, et des ormeaux qui bordent le chemin J'ai passé les premiers à peine, Au banquet de la vie à peine commencé, Un instant seulement mes lèvres ont pressé La coupe en mes mains encor pleine. Je ne suis qu'au printemps, je veux voir la moisson ; Et comme le soleil, de saison en saison, Je veux achever mon année. Brillante sur ma tige et l'honneur du jardin, Je n'ai vu luire encor que les feux du matin ; Je veux achever ma journée. Ô mort ! tu peux attendre ; éloigne, éloigne-toi ; Va consoler les coeurs que la honte, l'effroi, Le pâle désespoir dévore. Pour moi Palès encore a des asiles verts, Les Amours des baisers, les Muses des concerts. Je ne veux point mourir encore. " Ainsi, triste et captif, ma lyre toutefois S'éveillait, écoutant ces plaintes, cette voix, Ces voeux d'une jeune captive ; Et secouant le faix de mes jours languissants, Aux douces lois des vers je pliais les accents De sa bouche aimable et naïve. Ces chants, de ma prison témoins harmonieux, Feront à quelque amant des loisirs studieux Chercher quelle fut cette belle : La grâce décorait son front et ses discours, Et, comme elle, craindront de voir finir leurs jours Ceux qui les passeront près d'elle. Ses dernières paroles, prononcées au moment de monter sur l'échafaud, auraient été (se désignant la tête) : "Pourtant, j'avais quelque chose là!". Il fut vraisemblablement enterré avec les autres victimes de la Terreur dans le cimetière de Picpus à Paris. Il est, avec Chatterton et Gilbert, l'un des trois auteurs "maudits" présentés par le Docteur Noir dans le Stello d' Alfred de Vigny. Considéré par les Romantiques comme leur précurseur, sa destinée a inspiré l’opéra vériste d' Umberto Giordano, André Chénier, dont la première eut lieu à La Scala de Milan, le 28 mars 1896. Son vers : "Elle a vécu Myrto, la jeune Tarentine" demeure indissolublement lié à son nom. Voir à Charlotte Corday, le poème qu’il écrivit en son honneur. Son frère cadet, Marie-Joseph Chénier, était écrivain, dramaturge, et menait de pair une carrière politique.

Citation

Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphi / Animent la fin d'un beau jour, / Au pied de l'échafaud, j'essaye encor ma lyre./ Peut-être est-ce bientôt mon tour....

Œuvres


- Les Bucoliques, posthume (1819)
-A Abel (Elégies)
-A Charlotte Corday (Hymnes et Odes)
-A compter nos brebis je remplace ma mère (Poésies Antiques)
-A de Pange aîné (Epîtres)
-A de Pange (Elégies)
-A Fanny (I) (Elégies)
-A Fanny (II) (Elégies)
-A Fanny (III) (Elégies)
-A Fanny malade (Elégies)
-A l'hirondelle (Poésies Antiques)
-A la France (Hymnes et Odes)
-Ah ! je les reconnais, et mon cœur se réveille (Elégies)
-Ah ! portons dans les bois ma triste inquiétude (Elégies)
-Ah ! prends un cœur humain, laboureur trop avide (Poésies Antiques)
-Amymone (Poésies Antiques)
-Art d'aimer, fragment III (Poèmes)
-Art d'aimer, fragment II (Poèmes)
-Art d'aimer, fragment VIII (Poèmes)
-Art d'aimer, fragment VI (Poèmes)
-Au chevalier de Pange (Elégies)
-Aux frères de Pange (Elégies)
-Bacchus (Poésies Antiques)
-Bel astre de Vénus... (Poésies Antiques)
-Chrysé (Poésies Antiques)
-Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre (Dernières poésies)
-Épilogue (Poésies Antiques)
-Euphrosyne (Poésies Antiques)
-Fille du vieux pasteur, qui d'une main agile (Poésies Antiques)
-Hercule (Poésies Antiques)
-Hylas (Poésies Antiques)
-Il n'est donc plus d'espoir, et ma plainte perdue (Elégies)
-Il n'est que d'être roi pour être heureux au monde (Elégies)
-J'étais un faible enfant qu'elle était grande et belle (Poésies
-Antiques)
-Je sais, quand le midi leur fait désirer l'ombre (Poésies Antiques)
-Jeune fille, ton cœur avec nous veut se taire (Elégies)
-L'Amérique (Poèmes)
-L'amour endormi (Poésies Antiques)
-L'amour et le berger (Poésies Antiques)
-L'amour laboureur (Poésies Antiques)
-L'art, des transports de l'âme est un faible interprète (Elégies)
-La jeune captive (Dernières poésies)
-La jeune L

Œuvres d'art inspirées de ses poèmes

-
La jeune Tarentine par Alexandre Schoenewerk, sculpture en marbre, 1871, 171 cm x 74 cm x 68 cm. Coll. Musée d'Orsay, Paris (France).
-
Torse de La Jeune Captive par René Iché, sculpture en marbre, 1932, H. 64 cm. Coll. Fonds municipal d'art Contemporain de la Ville de Paris, Paris (France).
-
La Jeune Tarentine'' par René Iché, sculpture en marbre, 1932-34, L. 85 cm. Coll. privée, New-York (USA). Catégorie:Écrivain français du XVIIIe siècle Catégorie:Poète français Catégorie:Personnalité de la Révolution française Catégorie:Personnage guillotiné de la Révolution française Catégorie:Lauréat du Concours général Catégorie:Naissance en 1762 Catégorie:Décès en 1794 bs:André Chénier ca:André Chénier de:André Chénier el:Αντρέ Σενιέ en:André Chénier es:André Chénier fi:André Chénier he:אנדרה שנייה hr:André Chénier it:André Chénier ja:アンドレ・シェニエ mk:Андре Шение pl:André de Chénier ru:Шенье, Андре sv:André-Marie de Chénier tr:André Chénier
Sujets connexes
Aimée de Coigny   Alexandre Schoenewerk   Alfred de Vigny   Charlotte Corday   Chatterton   Cimetière de Picpus   Constantinople   Dramaturge   France   Italie   Jacques Pierre Brissot   Jean-Paul Marat   Londres   Louis XVI de France   Marie-Joseph Chénier   Maximilien de Robespierre   Milan   Nicolas Gilbert   Paris   Poète   Prison Saint-Lazare   René Iché   Révolution française   Suisse   Terreur (Révolution française)   Umberto Giordano   Vérisme  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^