Francs

Infos
Les Francs sont un peuple germanique apparaissant sous la forme d'une confédération de tribus au moment des Grandes invasions. Une partie d'entre eux joue un rôle central dans l'Histoire de France, des Pays-Bas, de Belgique et d'Allemagne à compter de leur sédentarisation en Gaule romaine.
Francs

Les Francs sont un peuple germanique apparaissant sous la forme d'une confédération de tribus au moment des Grandes invasions. Une partie d'entre eux joue un rôle central dans l'Histoire de France, des Pays-Bas, de Belgique et d'Allemagne à compter de leur sédentarisation en Gaule romaine.

Histoire

Les francs apparaissent au début du premier millénaire dans les sources latines. Le terme désigne probablement une ligue – ou confédération – de peuples germaniques installés sur la rive droite du Rhin inférieur, au-delà des frontières de l'Empire romain, et qui n'étaient pas assujettis à l'Empire ou à un autre peuple plus important. Le latin francus, franci tend à prouver qu'ils se nommaient ainsi, puisque frank signifie libre en langue germanique (on peut aussi retrouver l'origine du mot Franc dans le mot Frekkr (signifiant hardi, vaillant) issu de la langue germanique). Au , les Francs saliens, battus par l'empereur Julien, deviennent les Lètes de Rome, qui les laisse s'installer en Gaule belgique. C'est ainsi le premier peuple germanique à s'établir de manière permanente en territoire romain, et donc le premier aussi à se latiniser. Ces peuples avaient pour point commun de rivaliser avec les Alamans (germ. Alle Männer, tous les hommes), autre regroupement d'ethnies établies plus au sud sur la rive droite du Rhin. La langue – ou les dialectes – originellement parlés par les Francs ainsi que leur faciès culturel sont rattachés au groupe ethno-linguistique indo-européen germain occidental, comme les Angles, les Frisons et les Saxons par opposition au groupe germain oriental auquel appartiennent notamment les Goths.

Les ethnies de la ligue des Francs

Les peuples qui constituaient la ligue des Francs comprenaient vraisemblablement :
- les Chamaves
- les Chattes
- les Ansivariens ou Ampsivariens ou Angrivariens
- les Bructères
- les Chérusques
- les Angrivariens
- les Hattuaires
- les Tubantes
- les Tenctères
- les Usipètes Les Sugambres ou Sicambres n'étaient pas considérés comme des Francs, les Chauques, établis au nord-est des Frisons, plus souvent rattachés aux Saxons qu'aux Francs. Plus tard on parlera des Francs saliens, établis près de la rivière Sale et des bouches de l'Yssel et des francs ripuaires installés sur la rive droite du Rhin.

Les Grandes Invasions

Au , les Francs participent aux grandes invasions dites "barbares" (257), aux côtés d'autres peuples qui pénètrent dans l'Empire romain. Le rôle des Francs reste cependant controversé. Il s'ensuit un rétablissement pour Rome, car les ligues germaniques de l'époque ne pouvaient tenir tête à l'armée impériale. Vers la fin de l'Empire Romain, aux , on retrouve des Francs comme Lètes dans la défense du limes, alors grandement romanisés, et en lutte contre d'autres barbares plus menaçants. Pour plus de détails sur ces Francs soumis à l'empire, voir les : Fédérés francs. Le terme de barbare disparaît avec la fin de la civilisation romaine et de l'espace culturel gallo-romain. Dans le milieu du Ve siècle, sous l'influence du roi Clodion, les Francs Saliens vont s'étendrent jusqu'aux Nord de la France actuelle mais seront battus par les armées d'Aetius aux Vicus Helenna en 446. Ils obtiendront tout de même un foedus de ce dernier. Le siège royal le plus important du territoire Franc Salien deviendra alors Tournai.

Les Mérovingiens

Parmi les Francs qui sont entrés au service de l'Empire depuis la fin du , se trouvent les Francs saliens. Leur ancêtre légendaire, sans doute quasi-divin selon les rites germaniques, est pour eux la principale source de légitimité du pouvoir royal. Il se nomme Mérovée. Toutefois, au leur roi est aussi devenu proconsul des Gaules, c'est-à-dire un fonctionnaire romain d'origine germanique mais très bien assimilé (en savoir plus sur cette dynamique d'intégration). Les Francs sont alors solidement établis dans les territoires qui allaient devenir la Neustrie et leurs fonctions militaires leur confèrent un pouvoir important en ces temps troublés : le jeune Clovis (germ. Hlodowecus, qui donne par la suite les prénoms Ludovic ou Ludwig en Allemagne et Louis en France) devient leur roi à Tournai, probablement en 481. Mais il lui faut plus que le pouvoir d'essence divine que lui confère la mythologie tribale germanique, pour s'imposer face aux évêques, aux patrices ou à la population gallo-romaine en partie christianisée. "domaines francs" de 511 à 561 issus de Clovis, duc des Francs saliens. Installé à Soissons, où il a renversé un général romain nommé Syagrius, Clovis est sans doute d'abord sensible aux conseils de sa femme burgonde, Clothilde, convertie au christianisme, et à ceux de l'évêque de Reims, Rémi. Peut-être au cours d'une bataille importante contre les Alamans, la bataille de Tolbiac, il promet de se convertir à la religion chrétienne s'il est victorieux. Il tient parole et reçoit le baptême en 496 à Reims, avec guerriers. Par la suite, il tente d'inculquer les principes chrétiens à son peuple qui demeure largement païen. Après une suite de victoires sur ses rivaux barbares, notamment sur les Burgondes lors de la bataille d'Autun, Clovis apparaît donc comme l'un des premiers rois germains d'Occident à avoir adopté la religion chrétienne dominante, celle de Rome, contrairement aux Wisigoths ou aux Lombards ariens et aux Alamans païens. Il parvient ainsi à gagner le soutien des élites gallo-romaines et à fonder une dynastie durable (laquelle prend le nom de son ascendant germanique) : les Mérovingiens. Les Mérovingiens règnent alors sur toute l'ancienne Gaule jusqu'au milieu du . Leurs souverains les plus connus sont : Dagobert I et la reine Brunehilde. Il faut noter qu'à cette époque, comme sous la dynastie suivante, il n'est pas question de France, mais bien d'un royaume des Francs : les rois germains, en effet, ne règnent pas sur un territoire, mais sur des sujets.

Les Carolingiens

Dès la fin du , alors que la politique est marquée par des querelles sanglantes entre les Francs neustriens (à l'ouest) et austrasiens (à l'est), les derniers Mérovingiens sont cantonnés à un rôle de souverain d'apparat. Ils ont un royaume exsangue : le pouvoir émietté est aux mains des aristocrates terriens. La culture latine a progressivement régressé au cours des deux siècles précédents. Une crise économique sans précédent a mis à mal l'ensemble des repères de l'Occident antique : elle est notamment due à la fermeture des routes commerciales avec le monde méditerranéen à cause des conquêtes arabes. C'est dans ce contexte que commence l'ascension d'une nouvelle famille. Parmi les réels détenteurs du pouvoir, les maires du palais austrasiens prennent de facto le contrôle de l'ensemble du royaume des Francs, avant de détrôner publiquement le dernier Mérovingien et de former leur propre dynastie : il s'agit des Pippinides, ultérieurement connus sous le nom de Carolingiens. Soucieux de légitimer leur coup d'État, les Pippinides rattachent quant à eux leur origine à Francus, un Troyen légendaire, et se rattachent par là une nouvelle fois à Rome. Le pouvoir des Carolingiens marque l'entrée réelle dans le Moyen Âge: le centre du pouvoir se déplace vers l'est, des cités épiscopales antiques vers les domaines ruraux des comtes carolingiens. Il est remarquable que dans le même temps, les hommes de lettres, conscients de la disparition de la culture antique, tentent de la faire renaître : c'est la Renaissance carolingienne. Charlemagne, le deuxième et plus prestigieux souverain carolingien est lui-même couronné Empereur des Francs et des Romains en l'an 800 à Rome. Mais ces tentatives de restaurer l'Empire d'Occident échouent.

Naissance de la France

En 842, les serments de Strasbourg, faits entre les fils et petits-fils de Charlemagne, héritiers de l'Empire qui se déchirent, témoignent de l'usage de langues qui sont totalement différentes à l'Ouest et à l'Est. Ils sont suivis du traité de Verdun en 843, qui consacre de fait la division de l'Empire carolingien en troisFrancie occidentale, Francie orientale, Lotharingie.puis bientôt deux royaumes. Ce dernier est ainsi l'acte de naissance de la France et préfigure aussi la future Allemagne. Au , l'arrivée au pouvoir d'une dynastie saxonne, les Ottoniens, en Germanie, et celle des Capétiens en Francie occidentale marquent la fin de la dynastie des Carolingiens. Le terme Francs reste toutefois en usage pour distinguer les habitants de la France durant le Moyen Âge et c'est par le nom de franj que les chroniqueurs arabes décrivent au les croisés. Les souverains carolingiens les plus connus sont : Pépin le Bref et Charlemagne.

Organisation militaire

Les Francs eux-mêmes utilisaient des framées (lance de courte taille), des scramasaxes (épée de taille moyenne), des angons (lances à crochet permettant d'immobiliser l'adversaire en se fichant dans son bouclier) et des francisques (haches de jet d'un seul côté tranchant). Ces armes qui étaient technologiquement développées pour l'époque, alliées à un savoir-faire au combat développé par les Francs, sans cesse menacés à l'époque par leurs voisins germains, celtes et romains, ont permis à ce peuple de s'imposer assez rapidement mais au prix de durs combats... Les victoires de Clovis sont en partie dues au fait qu'il alignait sur le champ de bataille non seulement ses Saliens, mais aussi des cohortes de Gallo-romains, et qu'il s'attachait à garder vivantes la rigueur et la stratégie de l'armée romaine, dans laquelle nombre de Saliens avaient servis en tant que Lètes.

Mots français d'origine francique

Le francique moderne a un autre nom: le Néerlandais (et sa variante: le Flamand). NL = mot moderne en Néerlandais. (liste non exhaustive)
- abandonner (de bannjan = bannir) NL = bannen, verbannen
- astiquer (de steken = pousser, utiliser un bâton pointu, relaté à stakka) NL = poetsen (faire briller) mais aussi steken
- bâtir, bastille (de bast = écorse, écorse de bouleau en lamelle, ficelle, matériel de construction) NL = bast (écorse) bouwen (bâtir)
- bière (de bera) NL = bier
- blanc (de blinken = briller) NL = blink (cirage) blinken
- bleu (de blao) NL = blauw
- bordure (de boord = bord) NL = boord
- brun (de bruin) NL = bruin
- chic (de schikken = bien ranger, donc être valable) NL = schikken
- choc, choquer (de scoc, schok = secousse) NL = schok
- cresson (de kresso = plante signifiant nourriture) NL = waterkers
- dard (de darod = lance à jeter) NL = (mot disparu)
- détacher, attacher, tailler, étal (de stakka = pieu, bâton pointu) NL = stok
- écran (de scherm = protection) NL = scherm
- épieu, pieu (de speut = pointu) NL = spie
- épier (de spieden) NL = spieden
- escarmouche, escrime (de skirmjan = défence limitée) NL = schermen
- étale, étalage, étable (de stal = construction où l'on 'case' un animal) NL = stal
- fief (de fehu, vee = troupeau de bovins) NL = vee
- fouquet (de fulko = écureuil) NL = eekhoorn (de eik = chêne, donc qui mange des glands de chêne /en anglais: acorn)
- frais (de frisk, fris) Nl = fris
- framboise (de braam bes = mûre + baie) NL = framboos (mot réintroduit)
- fauteuil (de faldistôl = chaise stôl pliable faldi) NL = vouwstoel
- galop(er) (de walalaupan, wel lopen = bien courir) NL = gallopperen (mot réintroduit)
- gant (de want) NL = want
- garant (de warand, ware hand = vrai (et en) main) NL = garant (mot réintroduit)
- garçon (de wrakjo = diminutif de wraker = tueur, donc: petit guerrier ) NL = jongen
- garde, gardien (de warding, dérivé de wachten = attendre, observer, surveiller, se tenir prêt) NL = wachter
- gaspiller, gaspillage (de wostjan, woest = rendre sauvage , sauvage) NL = woest (sauvage) verspillen (gaspiller)
- grappe (de greip, greep, grip = prise par une main, poignée) NL = greep (d'une main), tros (de raisins)
- gris (de grîs, grau = brillant mais foncé) NL = grauw, grijs
- guerre (de werra, war = confusion) NL = oorlog (le mot war n'est qu'utilisé dans l'expression in de war = être confus)
- haïr (de hatjan) NL = haten
- hardi (de hard = dur, solide) NL = hard - le surnom de Charles, duc de Bourgogne, n'était pas "le téméraire" mais "le hardi"
- honnir (de haunjan) NL = honen
- jardin (de gaarden, dérivé de wachten (surveiller) = (plur.) les parcelles gardées, entourées d'une protection) NL = gaard, tuin
- landes (de land= terre sableuse) NL = land (pays)
- loge(r) (de laubja) NL = loge (mot disparu, mais réintroduit)
- marche(r) (de marka = frontière, marque, marquer d'un pas) NL = merk, marcheren (mot réintroduit)
- marque (de marka = signe, signe d'une délimitation, frontière) NL = merk
- marquis (de marka = région frontalière) NL = markgraaf (graaf = comte)
- maréchal (de marhskalk= gardien skalk des juments maren royales) NL = maarschalk (rang militaire), merrie (jument)
- randonnée (de rant, rand = coté) NL = rand, trek (le voyage)
- rang (de hring = chaînon, anneau) NL = rang (mot réintroduit) ring (anneau, route périférique)
- saisir (de sakjan = revendiquer) NL = zaken (affaires) verzaken (renoncer)
- standard (de stand-hard = tenir debout fermement) NL = standard (mot réintroduit), stand, hard (dur)
- trot(ter) (de trotton = mouvement de haut en bas) NL = trotten Les mots réintroduits diffèrent des originaux parce que leur signification est plus spécifique et limitée. L'origine purement francique de certains mots est parfois discutée. Elle pourrait être germanique, bien que la différence n'est pas grande. Néanmoins, le néerlandais moderne compte pas mal de mots originels qu'on ne retrouve pas en allemand. Pour le détail: on a compté plus de 750.000 mots dans la langue néerlandaise. Les nouveaux mots depuis 1920 ne sont pas inclus dans ce chiffre. Le néerlandais compterait plus de mots que l'anglais. Pourtant, le nombre mots d'origine étrangère est nettement plus limité qu'en anglais. Il est probable que les Francs avaient déjà une grande richesse de mots.

Doutes et questions quant à l'origine

- Il est clair que la langue francique est consistante et se distingue bien des autre langues (dialectes) germaniques. Ceci est assez étrange. Si l'on croit que les Francs étaient un peuple mixte (les tribus mentionnées en haut), on peut supposer que leur langue était une langue mixte. Or, ce n'est pas le cas. Il se pourrait que les Francs aient vécu parmi les tribus mentionnées.
- Le territoire de Francs était long et étiré. Quelque 300 km de longueur sur environ 10 km de largeur sur la rive droite de Rhin. Ce territoire n'est pas négligeable. Il est curieux que Tacite n'ait pas mentionné les Francs. Ce peuple devait compter au moins quelque 100.000 personnes. En lisant 'Germania", livre de Tacite, on a pourtant l'impression qu'il essaie d'être complet et exhaustif quant au tribus germaniques. Certains historiens tentent d'expliquer ce fait en situant la terre d'origine des Francs aux alentours de la Pologne moderne. Mais cela aurait pour conséquence que le dialecte allemand de cette région ressemblerait à celui de Francs. Or, ce n'est pas le cas: il n'y a aucun lien. On ne trouve aucun dialecte en Allemagne ressemblant au Francique.
- Les Francs se sont d'abord établis dans le nord de la Belgique, en Flandre moderne. Cette région était déjà germanophone à l'époque romaine (voir Nerviens). Les Francs n'ont donc nullement importé leur langue dans cette région. Comme le bas-francique est l'ancêtre du néerlandais moderne, tout porte à croire que les Francs ont adopté la langue nervienne.
- Une question importante est : pourquoi les Francs se sont établi dans cette région ? Vu la puissance militaire des Francs dès le début, dès leur première mention par les Romains, on peut se demander pourquoi les Francs n'ont pas conquis une région gauloise nettement plus au sud. Les terres en Gaule sont nettement plus fertiles que celles de Flandres. D'ailleurs, la plupart des autres tribus germaniques ont poussé vers le sud ensoleillé.
- Il y même des doutes quant au nom 'Franc'. Soi-disant d'origine germanique, ce nom pourrait être dérivé du verbe latin 'frangere' = 'tuer, détruire, briser, vaincre'. 'Francus' pourrait signifier 'tueur, soldat, guerrier'. Si cette origine est correcte, cela pourrait expliquer le fait que Tacite ne les pas mentionnés: ils seraient issus de l'empire romain lui-même. C'étaient peut-être des militaires pensionnés, des Germano-Romains expatriés. Reste à savoir de quelle région. Comme la langue francique est l'ancêtre du Flamand moderne, la région nervienne (le Brabant) peut être privilégié.

Bibliographie

- Grégoire de Tours, Histoire des Francs ===
Sujets connexes
Aisne (département)   Alamans   Allemagne   Ampsivariens   Angles (peuple)   Angon   Antiquité tardive   Arianisme   Armement médiéval   Austrasie   Autun   Bataille de Tolbiac   Brabant   Bructères   Brunehilde (reine)   Burgondes   Capétiens   Carolingiens   Chamaves   Charlemagne   Chattes   Chauques   Chérusques   Clotilde (465-545)   Clovis Ier   Coup d'État   Courbillac   Croisade   Culture latine   Dagobert Ier   Empire romain   Framée   France   Francie occidentale   Francie orientale   Francisque   Francs ripuaires   Francs saliens   Frisons   Fédérés francs   Gaule   Gaule romaine   Goths   Grandes invasions   Grégoire de Tours   Hattuaires   Histoire de Belgique   Histoire de France   Histoire des Pays-Bas   Julien (empereur romain)   Langues indo-européennes   Limes   Listes des saints issus des familles princières   Lombards   Lotharingie   Lètes   Maire du palais   Marle   Moyen Âge   Mérovingiens   Mérovée   Nerviens   Neustrie   Noblesse franque   Ottoniens   Paganisme   Patrice   Proconsul (Rome)   Pépin le Bref   Reims   Renaissance carolingienne   Rhin   Rome   Royaume de Jérusalem   Royaumes francs   Rémi   Saxons   Serments de Strasbourg   Sicambres   Soissons   Syagrius   Tacite   Tenctères   Tournai   Traité de Verdun   Tubantes   Usipètes   Wisigoths  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^