Radioactivité

Infos
La radioactivité, terme inventé vers 1898 par Marie Curie, est un phénomène physique naturel au cours duquel des noyaux atomiques instables se désintègrent en dégageant de l'énergie sous forme de rayonnements divers, pour se transmuter en des noyaux atomiques plus stables. Les rayonnements ainsi émis sont appelés, selon le cas, des rayons α, des rayons β ou des rayons γ. Les radioéléments les plus fréquents dans les roches terrestres sont
Radioactivité

La radioactivité, terme inventé vers 1898 par Marie Curie, est un phénomène physique naturel au cours duquel des noyaux atomiques instables se désintègrent en dégageant de l'énergie sous forme de rayonnements divers, pour se transmuter en des noyaux atomiques plus stables. Les rayonnements ainsi émis sont appelés, selon le cas, des rayons α, des rayons β ou des rayons γ. Les radioéléments les plus fréquents dans les roches terrestres sont l'isotope 238 de l'uranium (238U), l'isotope 232 du thorium (232Th), et surtout l'isotope 40 du potassium (40K). Avant la découverte de la radioactivité, Lord Kelvin avait estimé l'âge de la Terre à quelque vingt millions d'années, en supposant que la seule source d'énergie capable de s'opposer au refroidissement était la chaleur résiduelle, initialement produite par la formation de la Terre. Un âge de seulement quelques dizaines de millions d'années fut considéré beaucoup trop court par les géologues, et un débat assez virulent s'ensuivit entre la communauté des géologues et celle des physiciens. Celui-ci ne devait prendre fin qu'une vingtaine d'années après la découverte de la radioactivité, trop tard pour Kelvin de faire amende honorable. Plus tard, les physiciens ont pu apporter aux géologues des méthodes de datation absolue des roches qui se basent sur la radioactivité et les abondances actuelles de certains radioéléments et de leurs produits de désintégration (cfr. radiochronologie). Outre ces isotopes radioactifs naturels encore relativement abondants, il existe dans la nature des isotopes radioactifs en abondances beaucoup plus faibles. Il s'agit notamment des éléments instables produits lors de la suite de désintégrations des isotopes mentionnés, par exemple de divers isotopes du radium et du radon. Un des radioéléments naturels les plus utilisés par l'homme est l'isotope 235 de l'uranium (235U) qui se trouve dans la nature en faible concentration (
Sujets connexes
Allemagne   Aluminium   Américium   Antimatière   Antimoine   Archéologie   Atmosphère (Terre)   Baryon   Baryum   Becquerel   Béton   Cancer   Carbone   Carbone 14   Centrale nucléaire   Charge électrique   Chlore   Cobalt   Communauté européenne   Contamination radioactive   Coulomb   Création de paires   Curie (unité)   Curium   Césium   Demi-vie   Décroissance exponentielle   Elaphomyces granulatus   Enrichissement de l'uranium   Environnement   Ernest Rutherford   Espace (cosmologie)   Europe   Excitation (physique)   Fer   Forêt-Noire   France   Granite   Gray (unité)   Géologie   Hambourg   Henri Becquerel   Hermann Joseph Muller   Hesse   Hélium   Hématopoïétique   Iode   Ion   Ionisation   Irradiation   Isotope   Joule   Krypton   Lait   Marie Curie   Masse   Masse atomique   Massif central   Nano   Neutrino   Neutron   Nikola Tesla   Noyau atomique   Nucléon   Ozone   Papier   Parcours   Pechblende   Phosphore   Phosphorescence   Photon   Pierre Curie   Plomb   Plutonium   Polonium   Potassium   Proton   Rad (ancienne unité)   Radiographie   Radioisotope   Radioprotection   Radium   Radon   Raie spectrale   Rayon X   Rayon cosmique   Rayon gamma   Rayonnement   Rayonnement ionisant   Ruthénium   Sarre (Land)   Sievert   Soleil   Soufre   Spallation   Strontium   Supernova   Sélénium   Table des isotopes   Tableau périodique des éléments   Terre   Thorium   Transmutation   Tritium   Tube cathodique   UTF-8   Unicode   Uranium   Wilhelm Röntgen  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^