Rudolf Virchow

Infos
Rudolf Ludwig Karl Virchow, né le 13 octobre 1821 à Schivelbein (aujourd'hui Swidwin), en Poméranie, décédé le 5 septembre 1902 à Berlin) est un médecin pathologiste et homme politique allemand, considéré comme l'un des fondateurs de l'anatomie pathologique moderne. Il effectua l'essentiel de sa carrière à l'hôpital de la Charité de Berlin, se faisant le promoteur d'une médecine strictement orientée vers les sciences naturelles. En tant qu'homme politique, il f
Rudolf Virchow

Rudolf Ludwig Karl Virchow, né le 13 octobre 1821 à Schivelbein (aujourd'hui Swidwin), en Poméranie, décédé le 5 septembre 1902 à Berlin) est un médecin pathologiste et homme politique allemand, considéré comme l'un des fondateurs de l'anatomie pathologique moderne. Il effectua l'essentiel de sa carrière à l'hôpital de la Charité de Berlin, se faisant le promoteur d'une médecine strictement orientée vers les sciences naturelles. En tant qu'homme politique, il fut l'un des représentants du parti progressiste allemand.

Biographie

Il fit ses études à Berlin où il fut l'élève de Schönlein. Après avoir terminé ses études de médecine, il passa un doctorat de pathologie en 1843, avec une thèse intitulée De rheumate praesertim corneae soutenue à l'hôpital de la Charité de Berlin. Il était boursier de l'académie de médecine militaire de Berlin « La Pépinière ». Ensuite, il travailla au service de dissection de l'hôpital de la Charité. En 1848 il participa activement à la révolution de mars ce qui rendit intenable sa situation à Berlin et le força à accepter un appel à l'Université de Wurtzbourg. D'ailleurs d'autres Universités, dont l'ETH (Eidgenössische Technische Hochschule) de Zurich, lui avaient proposé une chaire. Virchow enseigna à partir de 1849 à l'Université de Wurtzbourg. En 1856 il revint à Berlin et prenait en charge la chaire de professeur ordinaire de pathologie nouvellement créée en même temps qu'il retrouvait son ancienne position au service de dissection de la Charité où il devait rester 46 ans jusqu'à sa mort. Il développa la collection pathologique anatomique existante, et dès 1899, celle-ci pouvait être visitée par le public au musée pathologique nouvellement construit. C'est aujourd'hui le musée historique de médecine de Berlin à l'hôpital de la Charité. En 1858, il publia sa théorie de la pathologie cellulaire d'après laquelle les maladies ont leurs origines dans des altérations des cellules du corps. Cette découverte lui apportait une renommée mondiale. En outre, il travaillait comme historien de la médecine et publiait beaucoup et dans diverses revues. Jusqu'à sa mort il visita régulièrement le Solbad de Bad Durkheim, promis au plus bel avenir, pour y suivre une cure de raisin (cure uvale) et se lia d'amitié avec le médecin de l'arrondissement, le docteur Philipp Veit Kaufmann (1758-1838). Son monument funéraire se trouve dans le vieux cimetière St Matthieu à Berlin-Schöneberg.

Médecine et question sociale

Rudolf Virchow voulait aussi qu'on s'occupât à fond de l'état médical de la population. « La Médecine est une science sociale, et la politique n'est rien de plus que la médecine pratiquée en grand. » C'est à Virchow que l'on doit la création des premiers hôpitaux communaux à Berlin, comme à Friedrichshain (1874), à Moabit (1875, fermé depuis), sans oublier la clinique Am Urban (1890). Des parcs et de terrains de jeux devaient également améliorer la situation du prolétariat urbain.

Hygiène et prévention des maladies

Virchow travaillait aussi de façon pratique comme hygiéniste ; en cette qualité il conseillait les gouvernements allemands et étrangers dans des questions d'épidémies. Il s'occupait de rendre la recherche de la trichine obligatoire en Prusse. L'assemblée des naturalistes et des médecins allemands se consacra à la question des eaux usées lors de la conférence de Dresde en 1868. Virchow était partisan du drainage par des égouts, contrairement à Georg Varrentrap, médecin à Francfort qui se prononçait pour un enlèvement et pour une utilisation comme engrais. L'association entre James Hobrecht et Virchow, dès 1869, fut décisive pour que Berlin reçut dans les années 1870 un tout-à-l'égout et un approvisionnement central en eau potable. Le drainage de la ville se fit par plus de douze systèmes radiaux indépendants qui menaient vers des champs d'épandage en dehors de la ville, c'était la solution la plus convenable à l'époque pour l'élimination des eaux usées.

L'homme politique

Virchow participa à la révolution de mars 1848. En 1861, il fut membre fondateur et président du Parti progressiste allemand. Son but était « la liberté, avec ses filles : l'éducation et le bien-être ». Il plaidait pour une société libérale et une médecine sociale qui devaient être les conséquences des progrès dans les sciences de la nature. De 1861 jusqu'à 1902 il fut membre du conseil municipal de Berlin, où il travailla pour la construction d'hôpitaux, de marchés couverts et d'un abattoir conforme aux règles de l'hygiène (en 1881 fut construit le parc à bestiaux central). Son projet le plus important fut la planification d'un tout-à-l'égout moderne pour la ville. De 1862 à 1902 il appartint à chambre des députés de Prusse. En 1869 il demanda qu'on restreignît les dépenses militaires de la Confédération d'Allemagne du Nord, qu'on travaillât au désarmement général avec règlement des conflits par des arbitrages internationaux et qu'on créât les États-Unis de l'Europe. En même temps, de 1880 jusqu'à 1893, Virchow était membre du Reichstag où il oeuvra surtout que l'État prît soin officiellement de la santé. En politique il était l'adversaire résolu de Bismarck, qui le provoqua même en duel (mais le duel n'eut jamais lieu). Il lutta pour l'autonomie administrative des communes et pour les droits de minorités, parmi lesquelles les Polonais, très nombreux en Prusse ; et il combattit de façon résolue les tendances antisémites. Il n'était guère partisan de la politique coloniale.

L'archéologue

Ses intérêts étant très larges il s'occupait encore de questions d'anthropologie, d'ethnologie et d'archéologie. Il était l'ami et le protecteur d'Heinrich Schliemann (1822-1890). Avec Adolf Bastian (1826-1905) et R. Hartmann, il fonda en novembre 1869 la Société d'anthropologie de Berlin, plus tard rebaptisée Société d'anthropologie, d'ethnologie et de préhistoire de Berlin ; la fondation de la Société allemande pour l'anthropologie, l'ethnologie et la préhistoire suivit en 1870. Il fut le premier à distinguer entre la céramique slave (de type rempart de château-fort) et celle de l'âge de bronze (de type lusacien) et il encouragea ainsi la recherche sur les remparts des châteaux-forts. Il fut associé à la fondation de plusieurs musées de Berlin, entre autres le musée d'ethnologie (Landstrasse 8, Berlin-Dahlem), le musée provincial de la Marche du Brandebourg à Berlin et le musée d'ethnologie. C'est grâce à lui qu'Heinrich Schliemann a laissé à la ville de Berlin sa collection découverte à Troie.

Ses erreurs scientifiques

Du fait qu'elle semblait contredire sa pathologie cellulaire, il était très sceptique face à la microbiologie qui prétendait expliquer les causes des maladies. Il regardait la théorie de l'évolution de Darwin comme une intéressante construction de l'esprit, mais elle ne le passionnait pas. En 1874 il écrivait que la préhistoire n'avait jamais été une spécialité et ne le deviendrait sans doute jamais. Virchow combattit l'ancienneté de l'homme de Néandertal : il n'y voyait qu'un cas pathologique récent et jusqu'à sa mort refusa d'admettre qu'il pût s'agir d'un homme préhistorique : s'il ne se trompait pas quant à la nature des pathologies détectées sur le spécimen étudié, il n'avait pas classifié l'homme de Néandertal comme appartenant à une espèce différente d'Homo sapiens. Ainsi que beaucoup d'autres représentants de establishment médical, enfin, Virchow ne croyait nullement à la relation établie par Semmelweis entre les dissections pratiquées par les accoucheurs et la fièvre puerpérale. Virchow pensait également que la formation des follicules de De Graaf était contrôlée par le système nerveuxCité par Jost Benedum (1999). The early history of endocrine cell transplantation, Journal of Molecular Medicine, 77 : 30-35. .

Philatélie

- Il est commémoré par une émission philatélique en Allemagne orientale en zone d'occupation soviétique de 1948 sur un timbre de 25 p.

Lien externe

- dans le projet VLP de l’Institut Max Planck d'histoire des sciences

Source

Note

Catégorie:Médecin Catégorie:Médecin allemand Catégorie:Médecin du XIXe siècle Catégorie:Pathologiste Catégorie:Neuropathologiste Catégorie:Personnalité politique allemande Catégorie:Personnalité berlinoise Catégorie:Naissance en 1821 Catégorie:Décès en 1902 de:Rudolf Virchow en:Rudolf Virchow eo:Rudolf Virchow es:Rudolf Virchow ga:Rudolf Virchow id:Rudolf Virchow it:Rudolf Virchow ja:ルドルフ・ルートヴィヒ・カール・ウィルヒョー la:Rudolphus Virchow nl:Rudolf Virchow pl:Rudolf Virchow pt:Rudolf Virchow ro:Rudolf Virchow ru:Вирхов, Рудольф sv:Rudolf Virchow zh:鲁道夫·菲尔绍
Sujets connexes
Allemagne   Anatomo-pathologie   Berlin   Charité (Berlin)   Charles Darwin   Fièvre puerpérale   Follicule ovarien   Heinrich Schliemann   Homme de Néandertal   Homo sapiens   Hygiénisme   Ignace Philippe Semmelweis   Johann Lukas Schönlein   Microbiologie   Médecin   Parti progressiste allemand   Pathologie   Poméranie   Préhistoire   Sciences naturelles   Université de Wurtzbourg   Wurtzbourg   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^