République démocratique allemande

Infos
La République démocratique allemande (RDA, ou DDR en allemand pour Deutsche Demokratische Republik ; aussi appelée Allemagne de l'Est) est un ancien État européen qui a existé du 7 octobre 1949 au 3 octobre 1990. Issue du secteur d'occupation dévolu aux troupes soviétiques lors du partage territorial effectué au terme de la Seconde Guerre mondiale, elle a été intégrée à l'Allemagne de l'Ouest lors de la ré
République démocratique allemande

La République démocratique allemande (RDA, ou DDR en allemand pour Deutsche Demokratische Republik ; aussi appelée Allemagne de l'Est) est un ancien État européen qui a existé du 7 octobre 1949 au 3 octobre 1990. Issue du secteur d'occupation dévolu aux troupes soviétiques lors du partage territorial effectué au terme de la Seconde Guerre mondiale, elle a été intégrée à l'Allemagne de l'Ouest lors de la réunification allemande, le 3 octobre 1990.

Géographie

Le territoire de la RDA correspondait à l'est de l'Allemagne dans ses frontières de 1919, mais sans les territoires à l'est des cours d'eau Oder et Neisse, annexés à la Pologne. Les Länder de Mecklembourg-Poméranie occidentale, Brandebourg, Saxe-Anhalt, Thuringe, Saxe et Berlin-Est ont été intégrés à la République Fédérale d'Allemagne lors de la réunification (Wiedervereinigung), le 3 octobre 1990. On les désigne parfois sous le terme de "nouveaux États fédéraux" (Neue Bundesländer).

Caractéristiques

MiG-23 Le Palais de la république – Ancien parlement et centre culturel de la RDA
- Langue : allemand (Voir dans l'article Allemand, le chapitre consacré aux spécificités de la RDA)
- Capitale : Berlin-Est
- Régime politique : Régime socialiste (démocratie populaire)
- Superficie : 108 178 km².
- Population : 16, 35 millions d'habitants (1990)
- Densité : 151 habitants par km² (1990)
- Fête nationale : 7 octobre
- Hymne national : Auferstanden aus Ruinen
- Emblèmes (voir illustrations) : Le marteau, le compas et les gerbes de blé rappellent l'une des désignations de la RDA, la "patrie des ouvriers et des paysans (Arbeiter- und Bauernstaat)"
-Division administrative : De 1949 à 1952, le territoire était divisé en cinq Länder : Brandebourg, Mecklembourg-Poméranie occidentale, Saxe, Saxe-Anhalt et Thuringe. En 1952, ces régions sont divisées en 15 Bezirke (districts). Lors de la réunification en 1990, les cinq Länder d'avant 1952 sont reconstitués (avec cependant quelques modifications de frontières) et la ville de Berlin forme un Land à part entière.
- Monnaie :
- De 1949 a 1964 : Deutsche Mark (ne pas confondre avec le Deutsche Mark de l'Allemagne de l'ouest, République fédérale d'Allemagne, RFA).
- De 1964 à 1967 : Mark der Deutschen Notenbank.
- De 1967 à 1990: Mark der DDR, "Ostmark"
- Après le 1990 (union monétaire): Deutsche Mark (de la RFA).
- Armée : Nationale Volksarmee (NVA) Une partie des effectifs a été intégrée dans la Bundeswehr (après la réunification) lorsqu'ils présentaient des gages de respect de la constitution de la RFA. Une sorte de "décommunisation" (par analogie avec la dénazification) a alors eu lieu. Les officiers les plus haut gradés ont été placés en retraite d'office. Une partie de l'armement a été vendue ou donnée aux pays intéressés (Pays de l'Est, Proche Orient etc.). Le reste rebuté ou occidentalisé (mise aux normes OTAN) et intégré dans la Bundeswehr (par ex. les MiG-29).

Une économie étatisée

En 1945, les soviétiques exproprient dans leur zone d'occupation les grands propriétaires terriens (les Junkers) possédant plus de 100 ha, les nazis et les criminels de guerre, afin de redistribuer la terre aux paysans. Ceux-ci garderont leurs titres de propriété obtenus à la suite de cette réforme agraire, et entre 1952 et 1960, ils se regrouperont en coopératives (Landwirtschaftliche Produktionsgenossenschaft, LPG) comptant parfois plusieurs milliers d'hectares. Quant aux usines qui n'ont pas été détruites par la guerre, plus nombreuses qu'on le croit (les bombardements alliés, concentrés sur les villes, ont épargné de larges pans du potentiel industriel du Reich) sont en grand nombre démontées et rebâties en Union soviétique à titre de dédommagement. L'économie soviétique, déjà sous-développée avant guerre, est quasiment exsangue en 1945 et manque de tout. L'allemagne nazie vaincue, dépecée, était néanmoins parsemée, au milieu des ruines, des restes de la machine de guerre qui avait tenu tête au monde entier: usines endommagées mais modernes, locomotives, bateaux, machines outils, chantiers navals, industries de pointe, acieries, etc. Les réparations se feront donc en nature. Les années passent, et la RDA renaît difficilement de ses ruines, freinée par ce pillage industriel. Le nouvel "Etat socialiste des ouvriers et de paysans" commence plutôt mal. Une persistante médiocrité du niveau de vie, la majoration massive des objectifs de travail et un mauvais fonctionnement des infrastructures fort lentement remises en état, débouchera sur l'exaspération de la classe ouvrière: ce sera la révolte du 17 juin 1953, brutalement réprimée à la fois par les troupes soviétiques et la Volkspolizei, mouvement largement imputable à l'incapacité du régime à relancer l'économie. À toutes ces difficultés s'ajoute une fuite massive des cerveaux et de main d'œuvre vers la RFA, que l'on pouvait alors gagner en prenant simplement le métro ("voter avec ses pieds"). Ce sont ainsi, entre 1949 et 1961, plus de trois millions de réfugiés qui fuiront vers l'Allemagne de l'Ouest, dont la prospérité a déjà laissé sur place l'économie de guerre qui semble régner en RDA. Le régime, contrairement à ce que l'on pourrait penser, hésita quant aux moyen de colmater cette hémorragie, Staline ayant même un temps envisagé de renoncer à la RDA naissante, dont la perennité n'allait alors pas de soi. On se décida finalement à la construction d'un rideau de fer, puis du célèbre "Mur de Berlin" le 13 août 1961, sur le modèle des clôtures sécurisées des établissement pénitentiaires, destiné à "protéger le socialisme". On ouvre dés lors le feu sur toute personne qui tente de franchir les grillages et les barbelés. Cette frontière inviolable divisera l'Allemagne pendant presque trente ans. Le contrôle que le régime exerce sur la population incombe desormais au 'Ministerium für Staatssicherheit', la 'Stasi' (Sécurité de l'État) calqué sur le NKVD soviétique, mais de plus réorganisé par certains anciens de la sinistre Gestapo: traque des opinions non-conformes, contrôle systématique des moyens de communication, espionnage des suspects jour et nuit, etc. La RDA devient néanmoins la deuxième puissance économique du bloc de l'Est, après l'URSS: comme la Bohème (intégrée à la Tchécoslovaquie), l'Allemagne était en 1939 bien plus avancée que des pays agraires et alors arriérés comme la Roumanie ou la Pologne. La RDA compte de très bons ingénieurs, de très bon chimistes, d'excellents ouvriers mécaniciens et un tissu industriel assez complet. Conformément à la répartitions socialiste des tâches, le nouvel état se spécialise dans l'extraction de la lignite, l'optique (appareils photos en particulier, dont notamment la partie "est" des fameux établissements Carl Zeiss situés à Jena), la chimie (Bitterfeld). Elle aurait atteint ainsi le 8 rang mondial en terme de PNB dans les années 1970, mais ce chiffre peut être questionné étant donné que cela la mettait au niveau du Canada, rendant ce chiffre peu réaliste. Cependant le niveau de vie des Allemands de l'Est était bien l'un des meilleurs du bloc soviétique, juste derrière la Hongrie réformiste de Janos Kadar. Les HLM, pas plus lugubres que ceux de nos banlieues, sont bien chauffés, la pénurie, limitée, est supportable. Le centre de Berlin-est, sans avoir l'insolente richesse de l'Ouest, ne donne pas l'impression de misère que l'on peut voir, par exemple, à Bucarest: la circulation est relativement dense, les magasins, contrairement à ce que l'on voit en Pologne, ne sont pas totalement vide. Mais si, après une période de croissance incontestable, la RDA fait illusion à l'aune du Comecon, l'échec de la planification socialiste amorceront bientôt la crise qui aboutira à la chute du système: l'appareil productif viellissant, la bureaucratie, le gaspillage, le retard technologique croissant sur l'Ouest se traduira par les même problèmes que dans les autres pays de l'est: pénurie chronique de bien de consommation, files d'attente devant les magasins, tickets de rationnement, infrastructures vétustes, monnaie au taux de change artificiel, etc. Bien que soutenue à bout de bras par des prêts massifs de la RFA, la "République démocratique", comme le reste du bloc socialiste, est, à la fin des années 80, en faillite. La célèbre voiture Trabant (surnommée par dérision Rennpappe = carton de course), illustre ce sous développement: conçue pour faire pièce à la Coccinelle, dans un pays qui avant 1939 fabriquait de très belles voitures, ce vehicule équipé d'un moteur deux temps n'a connu en quarante ans que des changements mineurs et est resté à côté de la Wartburg le seul modèle de voiture en RDA. De plus la production était insuffisante et les commande soumises à des délai de 10 à 20 ans, parfois attribuées "au mérite" ! Lors de la réunification, alors que les Ossis se jettent littéralement sur les supermarchés de l'Ouest, le monde découvre l'envers du décor affiché par la RDA pendant 40 ans : un pays pollué, des habitations et infrastructures à refaire entièrement, une industrie obsolète, en retard de plusieurs décennies sur celle de l'Ouest. Aujourd'hui encore, la réhabilitation de l'ex-RDA est loin d'être terminée.

Le sport

Comme la plupart de ses homologues du bloc de l'Est, le régime de la RDA utilise le sport comme arme de propagande et d'identité nationale. L'État développe des structures tentaculaires de détection et formation des jeunes talents dans toutes les disciplines et particulièrement dans les sports "olympiques" (athlétisme, natation), n'hésitant pas à pratiquer systématiquement le dopage pour décrocher médailles et titres. L'image des nageuses est-allemandes aux épaules d'haltérophiles et à la voix grave ("Elles sont ici pour nager, pas pour chanter !" répondait leur entraîneur à une remarque d'un journaliste occidental), personnifiée par Kornelia Ender aux Jeux Olympiques de 1976, est encore dans toutes les mémoires. Le sport est-allemand peut cependant s'enorgueillir de quelques authentiques exploits. En athlétisme, par exemple, le record du monde du 400 m dames (47, 60) établi par Marita Koch en 1985 tient encore à ce jour. Surtout, une génération entière d'Allemands d'un certain âge garde le souvenir de l'historique victoire de la RDA sur la RFA (1-0, but de Jürgen Sparwasser) à Hambourg, le 22 juin 1974, au premier tour de la Coupe du Monde de football, lors de la seule rencontre qui ait jamais eu lieu entre les deux équipes nationales allemandes.

Après 1990

Annonce du 40 anniversaire de la RDA - sept. 1989 Les habitants de l'ancienne RDA ont souvent eu du mal à s'adapter au niveau de vie de la RFA à cause de la différence des salaires et des prix entre les deux anciennes Allemagne. Certains anciens Est-Allemands ont la nostalgie de l'époque où l'État socialiste assurait la culture et la sécurité du peuple, même si ce n'était pas selon les critères de confort occidentaux. Cette nostalgie orientale est appelée en Allemagne Ostalgie (jeu de mots entre Ost - est et Nostalgie). Le film Good bye, Lenin! est une illustration de cette nostalgie. L'ex-Allemagne de l'Est souffre surtout d'un chômage important (19, 4% en Saxe, par exemple), de logements vétustes non encore rénovés (p. ex. les grandes barres d'immeubles), d'un exode des populations vers les Länder de l'Ouest (la population est tombée à 13, 8 millions d'habitants en 2002), et de troubles sociaux tels que l'émergence des néo-nazis et boneheads (skinheads nazis). Certains quartiers deviennent de véritables zones de non-droit (que les néo-nazis appellent "territoire national libéré"). Ce mouvement reçoit parfois la compréhension de certains habitants ou policiers. À côté de ce sombre tableau, il y a aussi d'importants progrès comme l'implantation de nombreuses usines automobiles à l'Est, en particulier en Saxe. Ainsi, la luxueuse Volkswagen Phaeton est produite à Dresde dans une usine bâtie en partie en verre, au design futuriste. De même, BMW a aussi construit une nouvelle usine à Leipzig.

Liste des présidents de RDA

-11/10/1949-07/09/1960 Wilhelm Pieck

Présidents du Conseil d'État de la RDA

-07/09-1960-01/08/1973 : Walter Ulbricht
-03/10/1973-29/10/1976 : Willi Stoph
-29/10/1976-23/10-1989 : Erich Honecker
-24/10/1989-07/12/1989 : Egon Krenz
-07/12/1989-18/03/1990 : Manfred Gerlach
-18/03/1990-03/10/1990 : Lothar de Maizière (jusqu'à la réunification allemande le 03/10/1990).

Symboles et fête nationale

- Fête nationale : Tag der Republik (jour de la République) le 7 octobre.
- Hymne national : Auferstanden aus Ruinen.

Musée

À deux pas de l'Alexanderplatz, un musée permet s'imprégner de l'atmosphère de cette vie de tous les jours. C'est un musée interactif où l'on peut toucher d'authentiques objets provenant de l'ancienne RDA : on peut même s'installer au commande d'une "Trabi" et partir pour un voyage virtuel à travers Berlin-est.

Voir aussi

-Culture - Cinéma : voir Histoire du cinéma allemand - Théâtre : voir ... - Littérature : voir Littérature germanique

Notes et références

- article sur la RDA, XXe siècle, encyclopédie du monde contemporain, éditions Larousse, 1974 ;
- Une économie stable gage de sécurité, la RDA dans sa 35e année, éditions Zeit im Bild, 1984.

Liens

===
Sujets connexes
Allemagne   Allemagne de l'Ouest   Allemand   Auferstanden aus Ruinen   Berlin   Berlin-Est   Brandebourg   Bundeswehr   Carl Zeiss   Deutsche Mark   Dénazification   Egon Krenz   Erich Honecker   Hambourg   Heure d'été   Jeux Olympiques   Kornelia Ender   Leipzig   Lignite   Liste des pays disparus   Liste des pays du monde   Lothar de Maizière   Manfred Gerlach   Marita Koch   Mark est-allemand   Mikoyan-Gourevitch MiG-23   Mur de Berlin   Neisse   Oder   Ostalgie   Palais de la République (Allemagne)   Pologne   Rideau de fer   République démocratique allemande   Réunification allemande   Saxe-Anhalt   Saxe (Land)   Seconde Guerre mondiale   Socialisme   Stasi   Thuringe   Trabant   Union des républiques socialistes soviétiques   Walter Ulbricht   Willi Stoph  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^