Gênes

Infos
Gênes (Zena en ligurien - Genova en italien) est une ville italienne, capitale de la Ligurie, second port de la Méditerranée après Marseille. Elle compte 600 000 habitants. Gênes est une des principales villes sur la côte Méditerranéenne de la mer Ligure. C’est une ville antique, qui était surnommée La Superba, la superbe mais surtout l'orgueilleuse. Pétrarque la voit comme « une cité cadeau, adossée à une
Gênes

Gênes (Zena en ligurien - Genova en italien) est une ville italienne, capitale de la Ligurie, second port de la Méditerranée après Marseille. Elle compte 600 000 habitants. Gênes est une des principales villes sur la côte Méditerranéenne de la mer Ligure. C’est une ville antique, qui était surnommée La Superba, la superbe mais surtout l'orgueilleuse. Pétrarque la voit comme « une cité cadeau, adossée à une colline alpestre, superbe grâce à ses hommes et à ses murs. Dont le seul aspect, la désigne comme la reine des mers ». Au Moyen Âge, Gênes était l’une des Républiques maritimes italiennes avec Venise, Amalfi et Pise. Suite aux Croisades, elle devint pour plusieurs siècles la plus puissante de ces républiques. La République de Gênes comprenait, en son temps, la Ligurie actuelle, la Corse et des colonies au Moyen-Orient, en Grèce, et en Afrique du Nord. Elle succomba sous la pression des troupes de Napoléon et ne fut pas réinstituée en 1815. Le Congrès de Vienne accorda l'ancienne république "à perpétuité aux États de S.M. le roi de Sardaigne".

Histoire

La République de Gênes

Durant le bas Moyen Âge, aux , Gênes connait une période de prospérité et de montée en puissance grâce à son grand commerce (soie, épices, or, pierres précieuses, alun). La vie des institutions de la « Commune » est dominée par les rivalités entre ses quatre grandes familles, les Fieschi, Grimaldi, Doria et Spinola. Gênes écrase la flotte de Pise (1284) à la bataille de la Meloria et conquiert la Corse, qui devient son grenier à blé, la Sardaigne, les port de Pise et de Livourne. Sa puissante flotte affronte également Venise à plusieurs reprises, sans qu'aucune des deux rivales ne puisse dominer l'autre. Depuis 1270, les deux cités de Venise et Gênes renouvelaient des trêves successives, tout en sachant l'affrontement inévitable. Les Génois ayant des positions sur la Mer Noire, Caffa et Yalta en Crimée voulaient éliminer les Vénitiens des marchés de Constantinople et de Trébizonde; quant aux Vénitiens, ils voulaient chasser leur adversaire de leurs possessions de Syrie. Gênes se rapprochait de Byzance ( traité de Nymphée) tandis que Venise se rapprochait de Pise. Les deux cités préparaient le conflit depuis 1286 et plus particulièrement en 1294. Au printemps 1294, les navires vénitiens attaquèrent les colonies génoises de Chypre, Famagouste puis, le 7 octobre 1294, la flotte vénitienne mit la voile vers la Cilicie. Elle rencontra les Génois sur la côte arménienne et, cette fois, la bataille fut désastreuse pour Venise. Elle perdit 25 navires, un nombre important de combattants dont son général Marco Basagio. Gênes en 1493 Face à la défaite, la ville réagit en donnant ordre à tous ses armateurs d'entreprendre une guerre de course, tandis que la cité reconstruisait une nouvelle flotte de 65 galères. Gênes, qui a ainsi triomphé de Pise et de Venise, est alors à l'apogée de sa puissance militaire. Cependant si elle n'a rien à craindre de Pise, alors divisée en factions, Venise était parfaitement capable de s'opposer à nouveau à elle et, dès l'année suivante, les deux cités s'affrontent dans une série de coups de mains jusqu'à ce que Gênes batte à nouveau Venise en 1297 devant Curzola, bataille remportée par Lamba Doria, frère d'Oberto Doria, vainqueur de Pise à la Meloria. Une médiation du pape et de Charles d'Anjou amène les deux cités à signer la paix de Milan en 1299, faisant planer sur Gênes toujours en proie aux luttes entre factions l'ombre des Visconti. Une troisième guerre éclate, de 1350 à 1355, émaillée de victoires incertaines de part et d'autre, jusqu'à ce qu'elles signent une paix temporaire à Byzance, en 1355, puis qu'elles concluent des accords commerciaux en 1361. De 1372 à 1378, une nouvelle période de tensions amène successivement une défaite vénitienne devant Pola en 1374, puis de Gênes près du cap d'Anzio en 1378. L'année suivante voit Gênes s'imposer mais, en 1379, commençait, entre les deux villes, la guerre de Chioggia s'achevant par la défaite génoise en 1380, Venise assurant sa souveraineté sur la Méditerranée orientale. La paix de Turin de 1381 voyait Venise remise en possession de tous ses privilèges à Constantinople et se faisait même reconnaître le droit de commercer librement en Mer Noire. Durant cette guerre, Venise ne du son salut qu'à la mort du général génois, un Grimaldi tué lors de la bataille finale. Pour sauver leur patrie les Vénitiens se saignèrent tant financièrement que physiquement induisant de profondes et irréversibles modifications des institutions. En 1390, devant la perte de ses positions commerciales en Tunisie en faveur de Venise, Gênes organisa une expédition militaire voulant lui donner le caractère d'une nouvelle croisade au prétexte de venger la piraterie des Barbaresques contre les Chrétiens. Elle obtint l'assistance d'un corps de seigneurs franco-anglais, dont Louis II de Bourbon prit le commandement et qui mit le siège devant Mahdia. Réparation faite à Louis XIV par le doge de Gênes dans la Galerie des Glaces de Versailles (par Claude Guy Hallé, château de Versailles) Le conflit reprend sporadiquement et une nouvelle défaite génoise amena un nouveau traité en 1404. Gênes n'est alors plus en mesure de s'imposer. À nouveau battue en 1431, elle perd tous ses comptoirs d'Orient, son dernier comptoir, celui de Kaffa en Crimée, tombant en 1475. En 1339, Gênes se donne comme Venise, un doge à vie en Simone Boccanegra. Selon les institutions, celui-ci doit être d'origine plébéienne et gibeline. Les doges se succèdent de même qu'usurpations et abdications. Adorno et Campofregoso luttent pour le pouvoir suprême jusqu'à ce qu'Andrea Doria ne les force à changer de nom et transforme les institutions. Gênes est une ville particulière, marquée par les luttes intestines. C'est un port où règnent les riches familles d'armateurs, la ville grimpe vers le ciel pour voir arriver les navires, c'est avec ses palais à huit étages, la "New York" du Moyen-âge. Il n'y a pas de rues rectilignes à part le via Garibaldi (Strada nuova) mais des palais, tours, véritables quartiers fortifiés des familles patriciennes avec leurs églises et sanctuaires. À l’époque moderne, les anciennes institutions font place, en 1528, à une république oligarchique ou aristocratique puisque tous les nobles gouvernent la République, composée de 28 alberghi, factions qui rassemblent les grandes familles de la noblesse génoise en près de 800 patriciens, telles que les Doria, Grimaldi, Fieschi, Spinola, Sauli, de Ferrari Brignole Sale, Lomellino, Balbi, Durazzo, Giustiniani, Pareto. Elles élisent tous les deux ans un Doge de la République assisté d'un censeur et de deux consuls et de 5 syndicateurs. Les Génois sont les principaux banquiers de la Couronne d'Espagne, jusqu'à la banqueroute de Philippe II. Le siècle qui s'étend de 1550 à 1650 est parfois nommé "le siècle des Génois". En 1684, le doge de Gênes (Francesco Maria Imperiale Lercari) commet l'erreur de défier Louis XIV en fournissant des galères à l'Espagne, ennemie de la France. Au même moment, il traite avec désinvolture l'ambassadeur français François Pidou, chevalier de Saint-Olon. Sur ordre du roi, le marquis de Seignelay, intendant de la marine, accompagné du lieutenant général des armées navales Abraham Duquesne, organise en mai 1684 une expédition punitive. La ville subit un violent bombardement. Le doge dut venir s'humilier à Versailles en mai 1685. Le doge se rendit à la présence du roi, en août plein, avec un vêtement de velours, une action publicitaire adroite qui détermina le début d'une période de grande exportation de velours de Gênes à la France. Pendant la visite, le roi, montrant au doge le nouveau palais royal de Versailles, lui demanda quelle était la chose qui l'avait le plus étonné pendant sa visite. Le doge répondit d'une formule lapidaire caractéristique du sarcasme génois : "Mi chi" c'est-à-dire "Moi ici". Ambroise Louis Garneray: Vue de Gênes (aquatinte, 1810 ca.) Durant le XVII° siècle, la République eut à mener plusieurs violentes guerres contre le royaume de Savoie. Lors de la guerre de succession d'Autriche, les armées génoises tout juste réorganisées et augmentées à 8 000 hommes par le doge, Francesco II Brignole Sale, souffrent des défaites de la France. Gênes est dès lors occupée. En 1747 Gênes se révolte contre l'occupant autrichien menée par un enfant nommé Ballila. Gênes cède à titre "provisoire" sa séculaire souveraineté sur l'île de Corse en 1768. En 1795, Giacomo-Maria Brignole Sale est élu, pour la seconde fois (après 1779), dernier doge de Gênes. La République continua d'exister moralement malgré l'occupation française et au Congrès de Vienne en 1814-1815, Antoine Brignole Sale défendit vigoureusement mais sans succés l'indépendance de la Ligurie; il est aujourd'hui considéré comme le dernier ministre de l'antique République et comme un grand patriote ligure. Quant à ces nombreuses colonies en Méditerranée, le doge fut roi de Corse du jusqu'en 1768. La Sardaigne fut perdue après une guerre contre l'Aragon dès 1320. Les comptoirs de Mer noire, abandonnés en 1475, Lesbos, Lemnos vers 1454 et Chios en 1566.

La République ligurienne

En 1797, les armées de la République française avancent en Italie et un comité jacobin proclame une République ligurienne à Gênes, renversant ainsi l'ancienne république au profit d'une "république sœur". Les aristocrates génois dont le dernier doge Giuseppe Maria Brignole continuent la lutte en se disséminant dans l'Italie du Nord. Les Génois attachés à leur république aristocratique acceptent d'abord mal cet nouvel état calqué sur le modèle français. En 1800, Gênes se donne un doge pour 5 ans, puis à vie en 1802, comme en France, en la personne d'un membre de la Famille Durazzo. En 1805, la république est annexée à l'empire français.

Climat

Il est de type méditerranéen, mais avec des influences atlantiques. Le climat de Gênes est caractérisé par sa forte pluviosité annuelle, qui est supérieure à 1 000 mm mais concentrée sur un nombre limité de jours, et par une différence thermique entre le jour et la nuit qui est assez réduite. Le « régulateur thermique » que constitue la Méditerranée permet à Gênes de jouir de températures supérieures à 6°C tout au long de l'année.

Culture

Principaux monuments

Le port La Piazza de Ferrari Dans les trois quartiers principaux du centre historique, médiéval, renaissance et du port :
- Leurs ruelles, i vicoli.
-Le Porto Antico (Vieux Port) avec le plus grand aquarium d’Italie et le second d'Europe (après celui de Valence en Espagne).
-La Lanterna, un des phares les plus anciens encore en fonction, haut de 117 mètres, il domine la ville et la mer depuis le .
-La Loggia dei Banchieri (Loge des Banquiers, l'ancienne Bourse).
-Les palais (dont ceux de la célèbre rue Garibaldi, l'ancienne Strada Nuova) :
-Le Palazzo San Giorgio (Palais Saint-Georges, siège de la banque fondée en 1407)
-Le Palazzo Ducale (Palais des Doges)
-Le Palazzo Bianco
-Le Palazzo Rosso
-Le Palazzo Grimaldi-Doria Tursi
-Le Palazzo della Meridiana
-Le Palazzo Doria del Principe
- Les édifices religieux :
-Le Duomo di San Lorenzo (Cathédrale St-Laurent) où était conservé le Sacro Catino
- L'église de Gesù e dei Santi Ambrogio et Andrea (tableau de Rubens au dessus du maître-autel : Circoncision)
- La Basilica della Santissima Annunziata del Vastato
- Les musées d'art de la Strada Nuova (maintenant Via Garibaldi) : Palazzo Bianco , Palazzo Rosso et Palazzo Tursi .
-La Piazza de Ferrari, avec la Bourse et les magasins de la Via XX Settembre. En périphérie :
- Le Cimetero monumentale di Staglieno

Bibliographie culturelle

- Federico Alizeri (Gênes 1817 - 1882) Guida artistica di Genova (rist. anast. Genova, 1846-47)

Personnalités nées à Gênes

- le marin Cristoforo Colombo (Christophe Colomb) (Gênes, 1451 - 1506)
- le religieux Fabiano Chiavari (1489 - 1569)
- le violoniste Niccolò Paganini (1782 - 1840)
- le patriote Giuseppe Mazzini (1805 - 1872)
- le réalisateur Pietro Germi (1914 - 1974)
- l'architecte Leone Battista Alberti (1404 - 1472)
- le chanteur Fabrizio De André (1940 - 1999)
- l'architecte Renzo Piano (1937 - )
- les peintres de l'école génoise :
- Domenico Piola (Gênes, 1624 - 1703)
- Giovanni Bernardo Carlone (Gênes, 1584 - Milan, 1631)
- Giovanni Andrea Carlone dit il Genovese (le Génois) (Gênes, 1639 - ?, 1697)
- Giovanni Battista Carlone (Gênes, 16 février 1603 - Parodi Ligure, 1684)
- le peintre contemporain abstrait Emilio Scanavino (Gênes, 1922 - Milan, 1986)
- l'acteur de cinema et de théatre Vittorio Gassman (Gênes, 1922 - Rome, 2000)

Démographie

La population de l'agglomération est d'environ 800 000 habitants. Ville portuaire et industrielle, elle attira de nombreux méridionaux entre 1950 et 1980. Plus de 95% de la population est de souche italienne. La structure de la population se caractérise par une population plus agée que la moyenne italienne et un solde naturel déficitaire. L'afflux d'immigrés permet de compenser l'évolution démographique négative. Nombre d'immigrants (2000 - 2004)
-Équatoriens - 10 368 (+240, 2%)
-Albanais - 2 883 (+162, 3%)
-Marocains - 2 746 (+29, 0%)
-Péruviens - 1 955 (+46, 7%)
-Sénégalais - 1 024 (-6, 9%)
-Chinois - 995 (+69, 2%)

Administration

Hameaux

La Grande Gênes

L'ensemble Grande Genova (Grande Gênes) - c'est-à-dire la ville qui s'étend d'un bout à l'autre du golfe qui porte le nom de Gênes, depuis les falaises de Nervi jusqu'à la plage de galets de Voltri - remonte à l'époque du fascisme (1926), quand furent agglomérés au chef-lieu plus de vingt communes jusque là autonomes qui sont aujourd'hui des quartiers (delegazioni) mais qui sont depuis toujours dans le cadre du centre ville : les vallées adjacentes et les deux riviera. Par extension, on utilise parfois le terme pour l'ensemble de l'agglomération autour de la commune de Gênes, avec les myriades de petites municipalités qui s'étendent sur flancs des collines et les hauteurs des environs (comme le mont Figogna, où se trouve le Sanctuaire de la Madonna della Guardia) ou encore les lieux touristiques divers, falaise ou plages de sable au-delà de Vesima, à l'ouest, ou de Bogliasco, à l'est. En fait, c'est le réseau d'autobus et la ligne ferroviaire qui les desservent qui marquent le mieux l'unité de ces divers quartiers de l'actuelle et proprement dite Grande Gênes.

Autrefois communes, aujourd'hui quartiers (delegazioni)

Communes adjointes en 1873
Le cimetière à Staglieno.
-Foce
-S.Francesco d'Albaro
-San Martino d'Albaro
-San Fruttuoso
-Marassi (comprenait Quezzi)
-Staglieno où se trouve le fameux cimetière
Communes adjointes en 1926
-Apparizione
-Bavari
-Bolzaneto
-Borzoli
-Cornigliano Ligure ou Cornigliano
-Molassana
-Nervi
-Pegli
-Pontedecimo
-Pra'
-Quarto dei mille
-Quinto al mare
-Rivarolo Ligure
-Sampierdarena
-San Quirico
-Sant'Ilario
-Sestri Ponente
-Struppa
-Voltri

Communes limitrophes

Arenzano, Bargagli, Bogliasco, Bosio (AL), Campomorone, Ceranesi, Davagna, Masone, Mele, Mignanego, Montoggio, Sant'Olcese, Sassello (SV), Serra Riccò, Sori, Tiglieto, Urbe (SV)

Transports urbains

Depuis 1990, Gênes est équipée d’un métro géré par la compagnie Transdev. Le réseau comprend également plusieurs lignes d'autobus, une ligne de trolleybus, deux funiculaires, une ligne à crémaillère et dix ascenseurs urbains.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abraham Duquesne   Accords de Gênes   Adorno   Afrique du Nord   Albanie   Albaro   Alun   Amalfi   Ambroise Louis Garneray   Andrea Doria   Aquatinte   Arenzano   Arménie   Ascenseur   Autobus   Balbi   Bargagli   Basilica della Santissima Annunziata del Vastato   Bataille de la Meloria   Bogliasco   Bombardement de Gênes   Bosio (Italie)   Byzance   Campomorone   Ceranesi   Charles d'Anjou   Chemin de fer à crémaillère   Chios   Christianisme   Chypre   Château de Versailles   Cilicie   Claude Guy Hallé   Climat méditerranéen   Congrès de Vienne   Constantinople   Cornigliano   Corse   Crimée   Croisade   Davagna   De Ferrari   Doge   Doges de Gênes   Domenico Piola   Doria   Doria (famille)   Duomo di San Lorenzo   Durazzo   Emilio Scanavino   Espagne   Fabiano Chiavari   Fabrizio De André   Famagouste   Famille Brignole   Fascisme   Fieschi   Funiculaire   Galerie des Glaces   Galère (navire)   Giovanni Andrea Carlone   Giovanni Battista Carlone   Giovanni Bernardo Carlone   Giuseppe Mazzini   Giustiniani   Golfe de Gênes   Grimaldi   Grèce   Guerre de Chioggia   Hameau italien   Italie   Italien   Kaffa   Lamba Doria   Lemnos   Lesbos   Ligurie   Liste des anciens États italiens   Liste des villes italiennes de plus de 25 000 habitants   Liste des évêques et archevêques de Gênes   Livourne   Louis II de Bourbon   Mahdia   Maroc   Marseille   Masone   Mele   Mer Ligure   Mer Noire   Mignanego   Molassana   Mont Figogna   Montoggio   Moyen-Orient   Moyen Âge   Métro de Gênes   Nervi   Niccolò Paganini   Oberto Doria   Office de Saint Georges   Oligarchie   Or   Pape   Pareto   Pegli   Philippe II d'Espagne   Pierre précieuse   Pietro Germi   Pise   Pontedecimo   Port (marine)   Pra'   Province d'Alexandrie (Italie)   Province de Savone   Pérou   Pétrarque   Quarto dei mille   Quinto al mare   Renzo Piano   Rivarolo   Riviera   Royaume de Sardaigne   République   République de Gênes   République de Venise   République ligurienne   République populaire de Chine   République sœur   Sacro Catino   Sampierdarena   Sant'Olcese   Sardaigne   Sassello   Serra Riccò   Sestri Ponente   Soie   Sori (Italie)   Spinola   Strada Nuova (Gênes)   Syrie   Sénégal   Tiglieto   Trabzon   Trolleybus   Tunisie   Urbe   Venise   Versailles   Visconti   Vittorio Gassman   Voltri   Yalta  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^