Traité de Maastricht

Infos
Le traité sur l'Union européenne (TUE), aussi appelé traité de Maastricht, est le traité constitutif de l'Union européenne. Il affirme les objectifs de l'Union, définit les trois « piliers » de son action et donne un cadre institutionnel au Conseil européen ainsi qu'à la procédure de coopération renforcée. Les autres institutions et règles communautaires relèvent du traité instituant la Communauté européenne ou traité de Rome, modifié par le
Traité de Maastricht

Le traité sur l'Union européenne (TUE), aussi appelé traité de Maastricht, est le traité constitutif de l'Union européenne. Il affirme les objectifs de l'Union, définit les trois « piliers » de son action et donne un cadre institutionnel au Conseil européen ainsi qu'à la procédure de coopération renforcée. Les autres institutions et règles communautaires relèvent du traité instituant la Communauté européenne ou traité de Rome, modifié par le traité de Maastricht. Le traité de Maastricht a été signé par l'ensemble des États membres de la Communauté économique européenne (Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Irlande, Royaume-Uni, Grèce, Espagne, Portugal) à Maastricht (Pays-Bas), le 7 février 1992, après un accord conclu lors du Conseil européen de Maastricht, en décembre 1991. Il a été modifié ultérieurement par les traités d'Amsterdam et de Nice, qui ont introduit des dispositions nouvelles et ont modifié les numéros de l'ensemble des articles. Le principe d'un nouveau traité modificatif a été adopté lors du Conseil européen de Bruxelles du 23 juin 2007. Ce traité modificatif devrait être signé lors d'un Conseil européen au mois de décembre 2007 et entrera en vigueur s'il est ratifié par les États membres.

Le traité sur l'Union européenne

Structure du traité

Le traité sur l'Union européenne contient huit titres :
- institution de l'Union européenne (titre I)
- modification du traité de Rome de 1957 qui institue la CEE, renommée en Communauté européenne (titre II)
- modification des traités instituant la CECA (titre III) et Euratom (titre IV)
- dispositions relatives à la politique étrangère et de sécurité commune (titre V)
- dispositions relatives à la coopération policière et judiciaire en matière pénale (titre VI)
- dispositions relatives aux coopérations renforcées (titre VII, introduit par le traité d'Amsterdam)
- dispositions finales (titre VIII)

Trois piliers

Il marque la fondation de l'Union Européenne, définie comme reposant sur trois piliers :
- les Communautés européennes,
- la politique étrangère et de sécurité commune (PESC),
- la coopération policière et judiciaire en matière pénale. Le traité lance également l'Union économique et monétaire (UEM) devant conduire à la création de l'euro. Il modifie pour cela le traité instituant la Communauté économique européenne, qui devient alors le traité instituant la Communauté européenne.

Processus d'adoption en France

En France, une loi constitutionnelle a été adoptée par le Parlement réuni en congrès le 23 juin 1992. Elle a ajouté un titre XV à la Constitution française, qui constitue l'essentiel de l'article 88 sur les « accords que la République peut conclure avec des États qui désirent s'associer à elles pour développer leurs civilisations ». Le titre XV est intitulé « Des communautés européennes et de l'Union européenne ». En France, un référendum a autorisé sa ratification le 20 septembre 1992. Avec une participation de 69, 69 %, le "oui" l'a emporté avec 51, 01 % des suffrages exprimés, mais sans atteindre toutefois la majorité des votants. Le Conseil constitutionnel s'est prononcé à trois reprises en 1992 : le 9 avril, le 2 septembre, et le 23 septembre. Voir : Le traité est entré en vigueur le 1 janvier 1993.

Modifications par rapport au traité de Rome de 1957

Les grandes lignes des modifications apportées par rapport au traité de Rome de 1957 sont indiquées dans l'article 3 : a) L'élimination entre les États membres des droits de douane et des restrictions quantitatives à l'entrée et à la sortie des marchandises, : Inchangé b) une politique commerciale commune, : Traité de 1957 : l'établissement d'un tarif douanier commun et d'une politique commerciale commune envers les États tiers. c) un marché intérieur caractérisé par l'abolition, entre les États membres, des obstacles à la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux, : Traité de 1957 : l'abolition, entre les États membres, des obstacles à la libre circulation des personnes, des services et des capitaux. d) des mesures relatives à l'entrée et à la circulation des personnes dans le marché intérieur conformément à l'article 100 C, : Nouveau e) une politique commune dans les domaines de l'agriculture et de la pêche, : Traité de 1957 : seulement l'agriculture. f) une politique commune dans le domaine des transports, : Inchangé. g) un régime assurant que la concurrence n'est pas faussée dans le marché intérieur, : Inchangé. Suppression de l'ancien alinéa g) : l'application de procédures permettant de coordonner les politiques économiques des États membres et de parer aux déséquilibres dans leurs balances des paiements. h) le rapprochement des législations nationales dans la mesure nécessaire au fonctionnement du marché commun, : Inchangé i) une politique dans le domaine social comprenant un Fonds social européen, : Traité de 1957 : la création d'un Fonds social européen, en vue d'améliorer les possibilités d'emploi des travailleurs et de contribuer au relèvement de leur niveau de vie. Nouveaux domaines apparus dans le traité UE :
- Environnement,
- Industrie,
- Recherche et développement technologique,
- Développement de réseaux transeuropéens,
- Niveau élevé de protection de la santé,
- Education et formation de qualité, culture,
- Politique dans le domaine de la coopération au développement,
- Association des pays et territoires d'outremer,
- Protection des consommateurs,
- Mesures dans les domaines de l'énergie, de la protection civile, et du tourisme.

Révisions du traité sur l'Union européenne

Le traité sur l'Union européenne a toujours été conçu comme la première étape d'un processus qui se poursuit encore. Ainsi l'article N du traité d'origine , version d'origine publiée au Journal officiel du 29 juillet 1992. annonce qu'« une conférence des représentants des gouvernements des États membres sera convoquée en 1996 pour examiner, conformément aux objectifs énoncés aux articles A et B des dispositions communes, les dispositions du présent traité pour lesquelles une révision est prévue ». Cette conférence intergouvernementale, ouverte à Turin le 29 mars 1996, a produit le traité d'Amsterdam , version publiée au Journal officiel n° C 340 du 10 Novembre 1997., signé le 2 octobre 1997 et entré en vigueur le 1 mai 1999. Ce traité procède à une renumérotation des articles du traité sur l'Union européenne. Pour faire face à l'agrandissement de l'Union, il invente la procédure de la « coopération renforcée », par laquelle certains États peuvent aller de l'avant dans la construction communautaire sans attendre les autres pays Traité sur l'Union européenne, articles 43 à 45. Voir aussi une sur SCADPlus.. Il programme également la mise en place d'un espace de liberté, de sécurité et de justice dans le cadre du troisième pilier. L'élargissement de l'Europe des Quinze à dix nouveaux pays demandait toutefois une réforme des institutions que le traité d'Amsterdam n'avait pas réalisée. C'est pourquoi une nouvelle conférence intergouvernementale, ouverte le 14 février 2000, a produit par le traité de Nice (Journal officiel du 24 décembre 2002). une nouvelle révision des traités européens. Ce traité étend le champ de la décision à la majorité et modifie la pondération des votes au sein du Conseil de l'Union européenne en instituant une double majorité : en voix et en population représentée. Encore une fois, le traité de Nice prévoit lui-même, dans une « déclaration relative à l'avenir de l'Union », que le Conseil européen devra poursuivre la réforme des institutions. Cette fois-ci, ce ne sera pas une conférence intergouvernementale mais une Convention sur l'avenir de l'Europe qui remet le 18 juillet 2003 un projet de traité établissant une Constitution pour l'Europe. Cette Constitution remplacerait le traité sur l'Union européenne et le traité instituant la Communauté européenne. Signé par les États membres de l'Union, le traité a vu toutefois son processus de ratification interrompu après son rejet par référendum en France et aux Pays-Bas au printemps 2005.

Chronologie de l'Union européenne

Voir aussi

===
Sujets connexes
Allemagne   Article 88 de la Constitution de la cinquième République française   Belgique   CECA   Communauté économique européenne   Communautés européennes   Congrès du Parlement français   Conseil constitutionnel   Conseil européen   Conseil européen de Bruxelles de juin 2007   Constitution de 1958   Convention sur l'avenir de l'Europe   Coopération renforcée   Danemark   Espace de liberté, de sécurité et de justice   Espagne   Euro   France   Grèce   Irlande   Italie   Luxembourg (pays)   Maastricht   Pays-Bas   Piliers de l'Union européenne   Politique étrangère et de sécurité commune   Portugal   Royaume-Uni   Référendum   Traité (droit)   Traité d'Amsterdam   Traité de Nice   Traité instituant la Communauté européenne   Traité modificatif   Union européenne   Union économique et monétaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^