France Télécom

Infos
France Télécom (, )Souvent France Telecom, sans accent et/ou sans majuscules, dans le logo et les textes en anglais est la principale entreprise française de télécommunications et la 71ème entreprise mondiale. Elle emploie près de personnes et sert près de 159 millions de clients dans le monde. Son Président Directeur Général (PDG) est actuellement Didier Lombard.
France Télécom

France Télécom (, )Souvent France Telecom, sans accent et/ou sans majuscules, dans le logo et les textes en anglais est la principale entreprise française de télécommunications et la 71ème entreprise mondiale. Elle emploie près de personnes et sert près de 159 millions de clients dans le monde. Son Président Directeur Général (PDG) est actuellement Didier Lombard.

L'entreprise aujourd'hui

80px France Télécom développe et commercialise trois grandes familles de services sous la marque Orange :
- les services de communication résidentiels (SCR), qui restent sous leur marque historique dans les pays où France Télécom est l'opérateur historique (France, Pologne, Jordanie, Sénégal, etc.)
- les services de communication personnels (SCP), c'est-à-dire mobiles,
- les services de communication d'entreprise (SCE). Les services résidentiels utilisent principalement la traditionnelle ligne fixe, éventuellement équipée en ADSL, et sont commercialisés sous les marques France Télécom ou Orange (49 millions de clients en téléphonie fixe, 12 millions en internet haut débit) :
- téléphonie classique,
- Internet bas ou haut débit,
- téléphonie IP
- visiophonie,
- télévision numérique( Orange TV )
- contenus multimédias Les services personnels utilisent principalement les réseaux mobiles de 2 et 3 générations et sont commercialisés sous la marque Orange (98 millions de clients).
- téléphonie mobile,
- multimédia mobile. Les services aux entreprises sont plus spécialement destinés aux activités professionnelles et sont principalement commercialisés sous la marque Orange Business Services :
- téléphonie fixe et mobile,
- transmission de données,
- Internet,
- réseaux locaux d'entreprises. Afin de s'assurer une politique de croissance durable, le groupe France Télécom élargit ses activités à la vente de contenus (musique, cinéma, téléchargement...), au e-commerce, à la publicité en ligne, aux solutions M2M, domotique, et de téléassistance aux malades. Elle développe également fortement le périmètre géographique de ses activités, en investissant massivement dans les pays dit émergents. Dans le domaine concurrentiel des télécommunications, France Télécom, à travers son plan NExT, a initié une politique commerciale et marketing de convergence (accès aux services depuis le téléphone fixe, mobile, internet ; facturation unique...). Politique qui tend à s'étendre à l'ensemble des opérateurs téléphoniques.

Historique

Les télécoms, service administratif de l'État

Sous la Révolution française, en 1792 , le premier réseau de communication voit le jour pour permettre d'acheminer rapidement les informations dans un pays en guerre et peu sûr. Il s'agit du réseau de télégraphie optique de Chappe. Après l'invention du télégraphe électrique et ensuite du téléphone l'État Français crée en 1878 un ministère des Postes et Télégraphes, ce dernier annexe bientôt les services du téléphone, qui sont nationalisés en 1889. Pourtant ce n'est qu'en 1923, que le second « T » apparaît, le ministère des P & T devenant celui des PTT. En 1941, une Direction Générale des Télécommunications est créée au sein de ce ministère et en 1944 le CNET, Centre National d'Études des Télécommunications, a pour mission de développer l'industrie des télécommunications en France. Dans les années 1970, la France met les bouchées doubles pour rattraper son retard sur plusieurs autres nations avec le programme « delta LP » (accroissement des lignes principales). De fait, avec le concours des industriels français, sont mis au point par les ingénieurs et chercheurs du CNET, la commutation numérique, le minitel, la norme GSM.

Création de la société France Télécom

Pour répondre à une directive européenne de mise en concurrence des services publics, la Direction générale des télécommunications devient France Télécom le . La loi du transforme France Télécom en un exploitant de droit public, dont Marcel Roulet est le premier Président ; elle est dotée d'une personnalité morale distincte de l'État et, acquiert une autonomie financière. Auparavant, le budget des Télécommunications était inscrit au sein du budget annexe des PTT voté chaque année par l'Assemblée nationale. En septembre 1995, Michel Bon est nommé à la tête du Groupe France Télécom. Pour préparer l'ouverture à la concurrence au , une loi est votée en juillet 1996 transformant l'exploitant public en société anonyme dont l'État français est le seul actionnaire.

Les années folles

En 1997, le capital de la nouvelle société anonyme a été ouvert avec succès dans le cadre d'une bourse euphorique due au phénomène de la bulle Internet, une seconde ouverture eut lieu en 1998. Partie en retard dans le train de l'internationalisation lancé par des concurrents internationaux tels Vodafone, France Télécom se met à chercher des cibles au plus fort de la valorisation des années de la bulle Internet. Ceci d'autant plus que son alliance avec Deutsche Telekom a éclaté lorsque cette dernière a annoncé un projet de rapprochement avec Telecom Italia sans avertir les français. Le groupe a racheté la grande majorité d'Orange plc en 2000 et l'intégralité en 2003 ensuite il l'a fusionné avec ses activités mobiles (Itinéris, OLA, Mobicarte) en une filiale nommée Orange SA. FT a également procédé à de nombreuses autres acquisitions de sociétés (revendues pour certaines) dans le monde devenant le quatrième opérateur de la planète par sa taille (GlobalOne, Equant, Internet Telecom, Freeserve, EresMas, participation dans Wind, NTL, Mobilcom...)

Les années noires

À la suite de changement de qualification d'une partie de la dette de "long terme" à "court terme" en vue d'obtenir un meilleur taux d'intérêt, les actionnaires s'aperçoivent que de 2002 à 2005 France Télécom doit rembourser chaque année entre cinq et quinze milliards d'Euros de dette. Le cours de l'action s'effondre à 6, 94 Euros le , alors qu'il était à 219 Euros le . Le , le président-directeur général est Thierry Breton. Il a été appelé pour redresser l'entreprise qui est à ce moment là, la deuxième entreprise la plus endettée du monde (en terme de dette à court terme). Il a obtenu quinze milliards de réaménagement de la dette à prendre en charge par les banques et les investisseurs, quinze milliards d'augmentation de capital réclamés à l'État alors actionnaire majoritaire, et quinze milliards de trésorerie à dégager grâce à des économies en interne. Nommé au gouvernement, il démissionne de France Télécom fin février 2005.

La période actuelle

En septembre 2004, l'État français cède une partie de ses actions pour passer en-dessous de la barre des 50%. France Télécom devient une entreprise privée. 115 ans après sa nationalisation, le téléphone redevient privé en France. Le , France Télécom annonce le rachat de 80% de l'opérateur de téléphonie mobile Amena, détenteur de 24% de parts de marché en Espagne, pour la somme de 6, 4 milliards d'euros dont trois par augmentation de capital. Une cabine publique France Télécom France Télécom a aussi annoncé le déploiement du plan NExT dont l'objectif est de fournir à ses clients, de façon intégrée, l'ensemble des services de télécommunications dont ils ont besoin. Le plan NExT est le plan de redressement de la société France Télécom qui vise entre autre à réduire les coûts de la société, à mener une politique de produits et services convergents, et à regrouper toutes les enseignes du groupe sous une marque unique, (Orange), sauf pour les activités téléphonies fixes qui restent sous la dénomination France Télécom. Ceci entraine donc la disparition de nombreuses marques (Wanadoo, Equant, …) Selon la société Dataxis, France Télécom serait en 2005 le deuxième opérateur ADSL mondial derrière China Telecom et devant l'américain SBC Communications. Il serait le premier opérateur ADSL européen. Depuis le , France Télécom commercialise l'ensemble de ses produits dans le monde sous la seule marque commerciale Orange. Le logo (esperluette) de la marque France Télécom est devenu plus arrondi, la charte (couleur et police) a été modifiée. En juin 2007, l'État français cède à nouveau 5% de sa participation dans France Télécom. La participation publique (État Francais et ERAP) est portée à 27%. À cette même date, France Télécom revend Orange Pays Bas et acquiert le fournisseur d'accès espagnol Ya, ainsi que l'opérateur mobile autrichien One. Image:Ancien logotype.jpg|1er logo France Télécom de 1988 à 1995 Image:FranceTelecom ancien logo.gif|Logo France Télécom de 1995 à 2001 Image:Francetelecom.svg|Logo France Télécom de 2001 à 2006 Image:Logoft.jpg|Logo actuel France Télécom depuis 2006

Actionnaires

France Télécom est une Société Anonyme dont le capital de Euros est réparti de la façon suivante :
- Public : 67, 95%
- Salariés : 4.63%
- État Français (dont ERAP) : 27, 4%

Filiales et participations

Voici les principales filiales et participations du groupe France Télécom :
- Orange, opérateur mobile anglais racheté en 2000 au groupe Vodafone. Orange est devenue la holding des activités mobiles de l'opérateur. La plupart des opérateurs mobiles détenus par le groupe France Télécom dans le monde ont adoptés la marque unique Orange, tout comme les services aux entreprises et les services d'accès à internet et à la télévision numérique ;
- Viaccess, filiale détenue à 100% par France Télécom qui développe un système de cryptage d'offre télévisuelles numériques ;
- W-HA, filiale détenue à 100% par France Télécom qui développe des services d'achats sur internet et internet mobilé débités directement sur la facture du client abonné à un fournisseur d'accès (Internet Plus) ;
- Nordnet, racheté en 1998 par France Télécom, commercialise des produits et services téléphonie et internet haut débit dans le nord de la France ainsi qu'au niveau national des services d'hébergement et de noms de domaines sous la marque "Le Relais Internet" et des produits sécurité avec "Securitoo" ;
- Etrali, intégrateur de systèmes de vente (trading) et de services réseaux pour la communauté financière, principalement pour les salles de marché ;
- Expertel Consulting, filiale à 100%, est le pôle conseil aux grandes entreprises et administrations. Les missions de conseil portent sur l'impact des technologies et des innovations pour accroître la performance des entreprises. Les domaines majeurs sont la gestion de la relation client, les processus internes de l'entreprise (Machine to Machine, travail collaboratif), la transformation IP, la performance applicative ;
- Silicomp, société de service innovante et technologique côtée en bourse et possédant plusieurs filiales (réseau, ingénieurie logicielle, labs). Orange Businness Services est devenu actionnaire majoritaire de ce groupe début 2007 ;
- GlobeCast, filiale détenue à 100% par France Télécom, est l'un des principaux fournisseurs mondiaux de services par satellite. GlobeCast est présent en Amérique, en Europe, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Australie au travers 19 points de présence dont quinze téléports et centres techniques ;
- TP Group, opérateur téléphonique leader en Pologne (opérateur historique) détenue majoritairement par France Télécom et commercialisant des offres de téléphonie fixe, mobile et internet ;
- France Télécom e-commerce, filiale dédiée à la vente en ligne de produits et services téléphoniques (boutiques en ligne de France Télécom et d'Orange) et de produits culturels et technoloqiues (Alapage, Clust, TopAchat...) ;
- Studio 37, filiale dédiée à la production et l'acquisition de droits cinématographiques, en vue de leur exploitation sur les différents terminaux du groupe (téléphone mobile, internet, télévision) ;
- Innovacom, société de capital risque détenue par France Télécom, et financant des sociétés innovantes dans le domaine de l'informatique, de l'internet et des télécommunications ;
- Sofrecom, société de conseil et d'assistance globale aux opérateurs de télécommunications étrangers dans leurs projets en matière de systèmes d'informations et de télécommunications ;
- France Télécom Marine, réalisation et exploitation des réseaux maritimes de France Télécom (pose de cables et liaisons fibres optiques sous-marine...) ;
- FranceTel, société anonyme, spécialisée dans le crédit. Cette filiale est destinée à proposer des solutions de crédit aux salariés mais également pour les offres de financement de matériel Orange (location PC+accès internet).

Cessions d'actifs

France Télécom a procédé a de nombreuses cessions d'actifs jugés non stratégiques depuis l'année 2003 :
- 2003 : Eutelsat, Telecom Argentina ;
- 2004 : Noos, BITCO, Orange Danemark, ST Microelectronics ;
- 2005 : Tower Participations/TDF France, Intelsat, France Télécom Câble, MobilCom ;
- 2006 : Pages Jaunes Groupe, France Télécom Mobile Satellite Communications ;
- 2007 : Orange Pays Bas.

Recherche & développement

Direction du groupe

Directeurs généraux des Télécommunications :
- 1941-1951 : Charles Lange
- 1951-1957 : Jean Rouvière
- 1957-1967 : Raymond Croze
- 1967-1971 : Pierre Marzin
- 1971-1974 : Louis-Joseph Libois
- 1974-1981 : Gérard Théry
- 1981-1986 : Jacques Dondoux
- 1986-1990 : Marcel Roulet Après la réforme de 1990, Présidents du Groupe :
- Avant septembre 1995 : Marcel Roulet
- Septembre 1995 au : Michel Bon
- Septembre 2002 au : Thierry Breton
- Depuis le : Didier Lombard

Organisation du groupe

Divisions commerciales et métiers

Le groupe est organisé autour de divisions opérationelles (activités commerciales) et divisions métiers (activités et fonctions support pour le groupe)
- Divisions opérationnelles
- Services de communication résidentiels
- Services de communication personnels
- Services de communication entreprises (Orange Business Services)
- Contenus
- Ventes et Services France
- International
- Orange Healthcare (Division Santé)
- Divisions métier
- Réseaux, opérateurs et systèmes d'information
- Recherche & développement
- Technologies

Comité de Direction Générale (juillet 2006) http://www.francetelecom.com/fr/groupe/orga_activites/organisation/cdg/index.html

- Didier Lombard, Président Directeur Général
- Sanjiv Ahuja, Directeur Général d'Orange et chargé du Royaume-Uni
- Gervais Pellissier, responsable des finances du Groupe et chargé de l'Espagne
- Louis-Pierre Wenes, responsable de la transformation du Groupe et chargé de la France
- Olivier Barberot, responsable des ressources humaines du Groupe et chargé de la Pologne
- Barbara Dalibard, responsable des services de communication pour les entreprises
- Georges Penalver, responsable du marketing stratégique et du Technocentre du Groupe
- Jean-Philippe Vanot, responsable des réseaux et des systèmes d'information du Groupe
- Jean-Yves Larrouturou, Secrétaire Général du Groupe

Conseil d'administration http://www.francetelecom.com/fr/groupe/orga_activites/organisation/ca/

Administrateurs élus par l'Assemblée Générale :
- Didier Lombard, PDG
- Bernard Dufau, ancien PDG d'IBM France
- Arnaud Lagardère, Gérant et Associé commandité de Lagardère SCA
- Henri Martre, Président d'Honneur de la Société Aérospatiale
- Stéphane Richard, Directeur Général de Véolia Transport
- Marcel Roulet, Président d'Honneur de France Télécom
- Jean Simonin, maire et vice-Président d'une Communauté de communes Administrateurs représentant l'État :
- Jean-Pierre Jouyet, chef de Service à l'Inspection Générale des Finances
- Jacques de Larosière, conseiller à BNP Paribas
- Denis Samuel-Lajeunesse, directeur Général de l'Agence des Participations de l'État
- Henri Serres, vice-Président du Conseil Général des Technologies de l'Information Administrateurs représentant les membres du personnel :
- Hélène Adam
- René Bernardi
- Jean-Michel Gaveau Administrateur représentant les membres du personnel actionnaires :
- Stéphane Tierce Représentant du Comité Central d'Entreprise :
- Jean-Paul Gristi

Réorganisations de la partie opérationnelle de France Télécom

- En 1980, il existe deux types de directions en France : les directions régionales et les directions opérationnelles (DOT) qui sont sous la coupe des premières et supervisent un département. Toutes ces directions dépendent de la direction générale des télécommunication (DGT). Les établissements opérationnels sont organisés selon le schéma "CCL/Agence/CPE/" qui va persister une quinzaine d'années. Ce schéma correspond à une vision du cycle de vie de la ligne téléphonique : création en CCL, vente en agence, SAV et comptage en CPE. Chacun de ces établissements comprend environ 150 personnes. À cela s'ajoute des fonctions en back-office : renseignements téléphoniques, centre de facturation.
- En 1984, les "délégations de zone" sont créées, il s'agit d'un échelon supérieur à celui des directions régionales. Ces délégations de zones sont cependant supprimées au bout d'un an d'existence environ.
- Vers 1987, l'informatisation supprime massivement des postes de travail en back-office (environ un tiers), les personnels sont affectés à de nouveaux établissements (agences commerciales) et de nouvelles fonctions (vendeurs). Il s'agit de vendre des abonnements téléphoniques, des terminaux ou des fax. C'est aussi l'introduction de la TVA et de la première libéralisation, celle des services à valeur ajoutés pour laquelle il n'y aura jamais de concurrents à se déclarer.
- En 1992, il y a deux réformes de front :
- La réforme des classification qui remplace les 700 grades de fonctionnaires par quatre classes et trois niveaux dans chaque classe. Bien que cela engendre une certaine grogne, en fait la masse salariale augmentera largement plus que ce qui était anticipé.
- Les directions régionales sont supprimées, les 2 à 3000 personnes qui y travaillaient sont reversées dans des "Organismes nationaux de soutien (ONS)".
- En 1995, il y a une nouvelle réorganisation pour passer à trois marchés (résidentiel, petits professionnels et grandes entreprises) pour faire face aux besoins croissants des différents clients, et l'arrivée de la concurrence (SFR). L'organisation est désormais conçue autour des usages des clients et non plus des produits. Les personnels sont donc réaffectés avec changement de métier.
- En 1998, la quasi totalité des ONS sont supprimés. C'est aussi le début de la généralisation des intranets au sein de l'entreprise, ainsi que l'explosion d'Internet et des offres dans ce domaine. France Télécom fonde Wanadoo en rachetant plus d'une centaine de sociétés.
- En 2000, un des marchés créé en 1995 est supprimé, le marché "professionnels". Il ne semble pas avoir eu de motivation commerciale, organisationnelle ou économique à cette restructuration. Des établissements techniques de taille régionales sont créés. Les agences sont réorganisées doublement sous l'angle géographique (doublement de la surface).
- En 2003, les agences sont divisées en deux spécialités (agences spécialisées dans la vente à distance et les agences spécialisées en vente physique). Les tailles géographiques doublent aussi (et le nombre d'agences est divisé par deux).
- En 2006 les directions régionales sont réduites à la relation institutionnelle régionale avec un effectif divisé approximativement par dix. Le pouvoir d'organisation de l'activité opérationnelle de l'entreprise est transféré aux Directions Territoriales. Il y a deux fois moins de DT que de DR. La taille des établissements gérés par les DT atteint couramment mille personnes.

Les effectifs

Les effectifs passent de personnes en 1993 à personnes en 2006 après un pic à en 2001. 60% de ses employés sont en France, 16% en Pologne, 12% au Royaume Uni, 2% en Espagne.

Une modification progressive

Les personnes en 1993 sont essentiellement des fonctionnaires français. Il reste moins de fonctionnaires en 2006. Les personnes qui ne sont pas sous statut de fonctionnaire, sont en CDI dans le droit de leur pays. La moitié du personnel travaille hors de France. Le turn over plus important à compter de 2005. Il s'agit de mouvements entrant pour ingénieurs confirmés qui sont séduits par la relative stabilité de FT par rapport aux SSII. Les départs existent, soit par un système de préretraite pour les fonctionnaires, soit vers des sociétés de haute technologie. Les mouvements internes sont nombreux.

Les métiers

Les fonctions sont :
- La vente pour près d'un emploi sur deux
- Le réseau et les système d'informations, environ personnes
- Le marketing
- La Recherche et développement

Les rémunérations

En 2005, selon le bilan social officiel de l'entreprise, environ quatre employés sur cinq ont perçu une rémunération brute comprise entre 2200 et 3300 Euros par mois. Les données exactes selon ce doucment sont : 82, 9% de salariés entre 2150 et 3350 Euros.

Données financières

La période d'expansion euphorique tous azimuts de la fin du connut le revers de la médaille en 2002. France Télécom fut obligée d'afficher pour la première fois depuis plusieurs décennies un déficit abyssal suite à des investissements hasardeux à l'étranger en vue d'en faire un groupe de taille européenne en préparation de l'ouverture à la concurrence. L'endettement financier net de France Télécom au , en normes IFRS s'élève à 42 milliards d'euros, soit un ratio dette nette sur marge brute opérationnelle de 2, 2. ===
Sujets connexes
Alapage   Années 1970   Arnaud Lagardère   Assemblée nationale (France)   Audiotel   Bernard Dufau   Bouygues Telecom   CNET   Carte à puce   Chiffre d'affaires   China Telecom   Claude Chappe   Conseil d'administration   Deutsche Telekom   Didier Lombard   Domotique   Droit des télécommunications   Espagne   Esperluette   Etrali   Eutelsat   France   France Télécom   France Télécom R&D   Février 2005   Global System for Mobile Communications   Gérard Théry   Henri Martre   Henri Serres   Industrie   Innovacom   Intelsat   Internet   Jacques Dondoux   Jacques de Larosière   Jean-Philippe Vanot   Jean-Pierre Jouyet   Machine to machine   Marketing   Michel Bon   Ministère   Multimédia   Neuf Cegetel   Noos   Numericable   Opérateur de télécommunications   Orange (société)   Orange Business Services   Orange France   Orange TV   Pages jaunes (France)   Postes, télégraphes et téléphones (France)   Président-directeur général   Renseignements téléphoniques   Répartiteur   Résultat net   Révolution française   SA   SFR   Sanjiv Ahuja   Satellite artificiel   Silicomp   Société anonyme   Système d'information   TDF   Telecom Italia   Telekomunikacja Polska   Thierry Breton   Transmission de données   Télécommunications   Télégraphe   Téléphone   Téléphonie   Téléphonie fixe   Téléphonie mobile   Viaccess   Visiophonie   Wanadoo  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^